La fondation d’une école nationaliste bretonnante: Skol Blistin

À travers cet article, nous allons découvrir les prémices de la première école bretonnante dans un contexte nationaliste durant la Seconde Guerre mondiale. Nous allons découvrir la toute première école bilingue français-breton, loin de pouvoir imaginer que les premiers pas d’un enseignement breton étaient nationalistes. Yann Kerlann, fondateur de l’école de Plestin les grèves en 1942, voyait dans ce projet la finalité de l’œuvre de sa vie.

« Gant ar vuhez o virviñ e pep lec’h e kavas (Kerlann) dezhañ e oa ul labour da gas da benn, ul labour ma c’hellje lakaat gantañ e holl breder hag e holl galon : sevel ur skol vrezhonek a vije skouer ar skolioù brezhonek a oa da zont da vezhañ krouet dre ar vro a-bezh »1.

Ces paroles de Kervella Frañsez au sujet de son ami Jean Delalande alias Yann Kerlann annoncent l’état d’esprit de ce personnage qui a l’ambition de créer la toute première école entièrement en langue bretonne.

Cette volonté de créer une école en breton n’est pas nouvelle. Prenons l’exemple dans les années 1860 de Charles de Gaulle, l’oncle du général Charles de Gaulle. Breton d’adoption, Charles de Gaulle apprends le breton et décide de consacrer son existence à la défense de la langue et notamment en 1870, en signant une pétition en faveur des langues provinciales2. En 1933 c’est au tour de Delaporte d’imaginer une institution en langue bretonne, notamment à l’école avec son association Kenvreuriez ar Brezoneg er Skoliou3 en instaurant une heure de cours en breton par semaine4

L’histoire de la création d’une école entièrement en breton durant l’Occupation est méconnue, car elle est associée à la Collaboration. Cependant elle reste une étape importante dans la création d’une innovation pour la langue bretonne. C’est une école qui se distingue des autres car, pour la première fois en Bretagne, une structure d’enseignement est mise en place entièrement en breton.

Après avoir enseigné de 1941 à 1942 à Cléden au Cap Sizun5, Yann Kerlann s’engage à créer la première école entièrement en breton en 1942 . C’est  alors qu’en 1941 il quitte ses fonctions au sein du PNB et met ainsi son projet à exécution : ouvrir une école à Plestin-Les-Grèves sous le régime de l’internat.

Photographie de Yann Kerlann, image tirée de Wikipédia, URL : https://fr.wikipedia.org/wiki/Yann_Kerlann

Dans cette école, les cours sont entièrement en breton, il y a 9 élèves de 6 à 10 ans, élèves qui sont tous des enfants de personnes soutenants ou membres du Parti National Breton. Il y a notamment l’enfant de Kerlann, Mikael6.

Les élèves travaillent de 8h45 à 17h, après le déjeuner, les élèves font plus de dessin et du sport. Le chant, l’orthographe du breton ou encore la lecture sont largement dominants, tandis que le français n’est étudié qu’une heure par semaine7, bien qu’aucune trace de français ne soit visible dans les cahiers8. Cette approche éducative est une première en Bretagne, bien que des cours facultatifs existent déjà en Basse-Bretagne, comme celui de Landéda en 1942, animé par Armand Keravel9 .

L’école de Plestin-Les-Grèves se situait dans cet ancien Hôtel, image tirée du site internet delcampe.fr, URL : https://www.delcampe.net/fr/collections/cartes-postales/france/plestin-les-greves/plestin-les-greves-hotel-restaurant-bellevue-semi-moderne-petit-format-vers-1950-1053014364.html

L’ardeur de Kerlann est permise par la situation politique de la France en 1942, alors sous l’occupation et la domination Allemande.

La volonté du régime de Vichy est avant tout la reconstruction de la France par l’école à travers l’éducation, afin de créer un homme nouveau en supprimant les institutions héritières de la Troisième République. Vichy veut mener une guerre à la Troisième République sur les plans politique, idéologique et des valeur afin d’imposer la révolution nationale dans les écoles10 . Cette idéologie est partagée par les nationalistes bretons11 qui attendent toute opportunité pour avancer dans la lutte pour la langue bretonne, comme on peut le constater dans le journal la Dépêche de Brest en 1942, journal tenu par Yann Fouéré, l’une des grandes figures du nationalisme, pour qui le ministre de l’Instruction national vient de tisser des liens forts qui puissent unir l’âme bretonne à l’esprit français12.

Dès le XIXe siècle, les langues régionales sont mises à mal. En septembre 1902 le ministre de l’Intérieur et des Cultes, Emile Combes, décide de ne financer uniquement les cours en langue nationale,  c’est-à-dire le français, en interdisant l’utilisation du breton dans les églises, où le catéchisme se faisait, cependant, uniquement en breton13. En effet, c’est l’Eglise qui est l’unique moteur d’apprentissage de la langue bretonne, elle forge un niveau suffisamment élevé du breton qui va donc nuire à l’apprentissage du français14. L’enseignement du catéchisme doit se faire entièrement en français. Les prêtres et évêques sont affectés par cette interdiction, car s’ils enseignent en breton, ils sont immédiatement suspendus pour « usage abusif du breton »15 .

C’est un refus de tout apprentissage des langues régionales, que ce soit au sein de l’Église, ou dans les écoles, afin de renforcer la langue française, devenue la seule langue autorisée sur le territoire, au risque pour les élèves d’être sévèrement blâmés s’ils sont surpris à parler en breton. Les Bretons apprennent le français à l’école où ils délaissent leur langue natale, cependant, dans le cadre familial, c’est le breton qui continue à être pratiqué. Le breton est cependant parlé par plus d’un million de personnes en Basse-Bretagne durant la Seconde Guerre mondiale16. Jusqu’en 1914, le breton était majoritairement parlé en Basse-Bretagne et à titre d’exemple en 1950, l’on dénombrait 1 100 000 locuteurs Breton17.

La langue bretonne était mal considérée et était perçue comme un idiome qui représentait un obstacle à la création d’une main d’oeuvre française destinée à l’industrie et qui n’avait pas besoin de savoir une autre langue que le français pour mener à bien sa tâches18.

De fait, la langue est avant tout un outil pour les nationalistes bretons qui s’en servent, comme aussi l’histoire et la langue pour « justifier aux yeux et aux oreilles du monde, l’existence d’une nation distincte »19, afin de reconquérir l’espace breton pris dans les crochets de la France et ainsi reconquérir ce qui leur revient de droit, pour rebretonniser la Bretagne, toujours selon les nationalistes bretons. Pour les nationalistes, savoir le breton est un atout, car cette langue sert avant tout de légitimation afin de créer un État breton. Sans langue ni histoire, il est impossible de fonder un État breton. Leur projet est de créer une unité nationale, mais pour ce faire il faut réaliser l’unité linguistique20.

En effet, la langue bretonne est éparse et disjointe, ce qui pose problème car les nationalistes ont besoin d’union et de cohésion. Après de nombreux échecs d’unification et grâce à la volonté de Roparz Hemon et d’autres nationalistes breton comme Fouéré ou encore Delaporte21, c’est le 8 juillet 1941 que l’unification va être créée entre les dialectes de Cornouaille, Léon et Trégor d’une part et celui de Vannes d’autre part : c’est ce que l’on appelle le peurunvan22. Cette nouvelle orthographe sera désormais utilisée dans tous les domaines littéraires, ou encore dans le domaine éducatif, bien que cette unification ne fasse pas l’unanimité parmi les bretonnants. Cette avancée majeure dans la cause de la langue bretonne n’est pas la seule.

La même année, Jérôme Carcopino, alors secrétaire d’État à l’éducation nationale et à la jeunesse, fait en sorte d’appliquer les valeurs de Vichy. C’est pourquoi l’arrêté Carcopino du 12 décembre 1941 autorise des cours facultatifs de breton, basque, provençal et flamand, à hauteur d’une heure et demie de cours par semaine et en dehors des heures de classe23. Carcopino soutien le régime de Vichy et ses idéaux, il est convaincu de l’utilité des dialectes locaux dans l’apprentissage du français24.

L’introduction d’une heure et demie hebdomadaire de cours en langue régionale est un progrès majeur pour ces langues oubliées de l’Etat, cependant le provincialisme pétainiste a ses limites, la langue française est et doit rester la première langue d’Etat. Malgré tout, l’arrêté Carcopino reste un symbole pour la lutte de l’enseignement des langues dans les provinces, un symbole pour le gouvernement de Vichy, ainsi que pour le mouvement breton qui voit dans cette mesure une première étape de la longue marche vers l’officialisation de la langue. Le Parti national breton se félicite de cette reconnaissance des langues avec cet arrêté, car les leaders du parti y voient l’occasion de prendre le contrôle des institutions scolaires régionales25.

C’est alors que les associations de lutte pour la langue bretonne se réunissent, de tous les horizons politiques, telle que Bleun Brug26, Ar Falz27 ou encore Ar Brezoneg er Skol28 afin de revendiquer dans les écoles normales de Basse-Bretagne l’enseignement en breton29. Leur ambition ne s’arrête pas là car cet élan va les conduire à demander l’obligation du breton dans tous les établissements primaires et secondaires de Basse-Bretagne, et même son extension facultative en Haute-Bretagne30. C’est alors que le contexte de l’Occupation va jouer un rôle déterminant dans cette démarche.

L’arrivée des Allemands en Bretagne dès 1940 va rapidement être une aubaine pour le PNB fraîchement relancé par Mordrel et Debauvais qui s’est rapproché de l’Allemagne depuis plusieurs années déjà dont ils espèrent une aide substantielle. Ils y trouvent tous leur intérêt.

La perspective d’une victoire allemande n’est pas perçue comme une menace, au contraire, car la Bretagne y trouverait la place que les nationalistes lui rêvent, c’est-à-dire celle d’un Etat indépendant dans l’Europe nouvelle.

Cette radicalisation est à la fois idéologique, avec des idéaux fascistes partagés, stratégique avec cette volonté d’indépendance, et tactique en utilisant tous les moyens nécessaires pour arriver à leur fins, en oubliant les questions morales31.

Les Allemands vont donc prendre le PNB sous leur aile en finançant aux deux tiers leur projet, dans l’espoir de maintenir un contre-pouvoir à Vichy en Bretagne, d’entretenir un relai de propagande pour l’Europe nouvelle, de recruter de la potentielle main-d’œuvre pour leurs services de renseignement. Cet intérêt n’est pas dénué d’arrière-pensées : la collaboration avec le PNB sert à ébranler la France et notamment la Bretagne qui est également un atout pour des questions géostratégiques en cas d’invasion par la façade atlantique, bien que ce projet ne soit que marginal. La volonté du PNB est avant tout de revaloriser les intérêts de la Bretagne que se soit sur les plans culturel, politique et bien sûr linguistique32. Pour cela tous les chefs politiques du mouvement nationaliste apprennent le breton – c’est le cas de Mordrel et de Lainé par exemple – et souhaitent une reconquête de la langue bretonne sur la domination du français. 



Citer ce billet
mlouarn (2022, 7 décembre). La fondation d’une école nationaliste bretonnante: Skol Blistin. Master civilisations, cultures et sociétés. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r9qr

  1.  Kervella Frañsez , “Kerlann evel ma m’eus e anavezet” Al Liamm,  n°138, 1970, p. 25. Traduction :  « Avec la vie en train de vibrer partout il lui sembla qu’il y avait un travail à poursuivre jusqu’au bout, un travail où il pourrait mettre tous ses soins et son cœur : créer une école bretonne qui serait l’exemple des écoles bretonne qui sera crée dans le pays entier. » []
  2.  Broudic Fanch, La pratique du breton de l’ancien régime à nos jours, Presses Universitaires Rennes 1995, p. 369. []
  3.   Breuriez ar Brezoneg er Skoliou: Confrérie du breton dans les écoles. []
  4.  Carney Sébastien, Breiz Atao ! Mordrel, Delaporte, Lainé, Fouéré : une mystique nationale (1901-1948), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2015, p. 217. []
  5. Article de Dupont Ismael, publiée le 15/08/2014, accessible en ligne: http://www.le-chiffon-rouge-morlaix.fr/article-l-etrange-destin-du-morlaisien-jean-delalande-124372527.html []
  6.  Fonds privé Jean Delalande, cahier de Kerlann Mikael. []
  7. Yann Kerlann, Ar Vro, revue d’étude N°4, décembre 1959, p.48-49 []
  8.  Fonds privé Jean Delalande, cahier de Geffroy Patrik, Kerlann Mikael, Jeusset Arzel. []
  9.  Rapport sur le cours facultatif de langue bretonne de Landéda (année scolaire 1942-1943), Article de Thomas Mannaig, publiée le 27/01/2022 []
  10. Barreau Jean Michel, Vichy contre l’école de la République. Théoriciens et théories scolaires de la “Révolution nationale”, Paris, Flammarion, 2000, p. 29 []
  11.   Ibid., p. 245. []
  12.  La Dépêche de Brest, 13 décembre 1943 dans Pierre Giolitto, Histoire de la jeunesse sous Vichy, Perrin, Paris, 1991,  p. 436. []
  13.  Broudic Fañch, La pratique du breton de l’ancien régime à nos jours, Presses Universitaires de Rennes 1995, p. 369. []
  14.  Ibid, p. 74. []
  15. Broudic Fañch « L’interdiction du breton en 1902 : une étape vers la Séparation » dans Les Bretons et la Séparation : 1795-2005, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2006 p. 216-217. []
  16. Ar brezoneg er Skol = Union pour l’enseignement du Breton, Enseigner le breton, exigence bretonne. La campagne et les efforts d’Ar Brezoneg Er Skol. Un programme minimum. Le rapport Desgranges  Rennes, Impr. Provinciale de l’Ouest, 1938, p. 13. []
  17. Broudic Fañch, Histoire de la langue bretonne, Rennes, Editions Ouest-France, 1999, p. 31. []
  18. Calvez Ronan, “1941: le breton, langue d’Etat” dans Bougeard Christian (dir.), Bretagne et identités régionales durant la Seconde Guerre mondiale: Acte du Colloque international, Brest, Centre de Recherche Bretonne et Celtique, 2002, p. 208. []
  19. Ibid., p. 209. []
  20.  Nicolas Michel, Histoire du Mouvement Breton Emsav, Paris, Syros, 1982, p. 21. []
  21.  Carney Sébastien, Breiz Atao ! Mordrel, Delaporte, Lainé, Fouéré : une mystique nationale (1901-1948), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2015, p.361 []
  22.  Broudic Fañch, Histoire de la langue bretonne, op. cit., p. 21. “Peurunvan”: super unifié. []
  23.  Barreau Jean-Michel, Vichy contre l’école de la République, op. cit., p. 245. []
  24.  Michel Youenn, “Les maîtres et l’enseignement du breton sous Vichy: histoire d’une défiance, Mémoire de la société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, . SHAB. Vol. 98, juin 2020. []
  25.  Ibid,. p.411-435. []
  26.  “Bleun-Brug”: Fleur de Bruyère. Mouvement catholique traditionaliste fondé par l’Abbé Perrot dès 1905. []
  27.  “Ar Falz”: La faucille. Mouvement militante pour l’enseignement de la langue bretonne dans les écoles publiques. []
  28.  “Ar brezoneg er Skol”: Le breton à l’école. Association d’étudiant de Paris sous la direction de Yann Fouéré pour l’enseignement du breton dans les écoles. []
  29. Michel Youenn, “Les maîtres et l’enseignement du breton sous Vichy: histoire d’une défiance” art. cit., p. 418. []
  30.  Ar brezoneg er Skol. Union pour l’enseignement du breton, Enseigner le breton, exigence bretonne. La campagne et les efforts d’Ar Brezoneg Er Skol. Un programme minimum. Le rapport Desgranges  Rennes, Impr. Provinciale de l’Ouest, 1938, p. 16. []
  31.  Carney Sébastien, « Le mouvement breton au miroir de son historiographie », op. cit,. p. 161. []
  32.  Nicolas Michel, Histoire du Mouvement Breton Emsav, Paris, Syros, 1982, p. 27. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search