Le Colonel Rémy, l’agent secret numéro un de la France Libre.

Photo du Colonel Rémy, Vannes 1944. https://www.ebay.fr/itm/382948192556

« Il y a eu des admirateurs du maréchal Pétain, des partisans des idées et du principe de la Révolution nationale, des membres des organismes officiels du régime qui sont devenus des résistants à part entière1  » écrit Bénédicte Vergez-Chaignon. Durant la Seconde Guerre Mondiale, la France, compte entre 300 000 à 500 000 Résistants, de classes sociales, de sensibilités politiques, ou de convictions religieuses diverses. Gilbert Renault a 36 ans lors de l’appel du 18 juin 1940, dès lors, il s’engage au sein de la Résistance en rejoignant le général de Gaulle à Londres, le 19 juin accompagné de son frère. Cependant Gilbert Renault n’a pas entendu l’appel du futur leader de la France libre, il rejoint Londres spontanément en raison d’un refus total de l’armistice signé par le maréchal Pétain et le général Weygand, deux personnages qu’il tenait pourtant en haute estime2 .

Durant l’occupation, il devient « l’agent secret numéro un de la France Libre », affublé de plusieurs noms de code dont le plus célèbre demeure «Rémy». Il est le co-fondateur avec Louis de La Bardonnie, du réseau de renseignement la Confrérie Notre Dame. Il s’agit de l’un des réseaux de renseignements, le plus développé sur le territoire français, et qui se maintient durant toute la guerre malgré les différentes trahisons qu’il a subies. Rémy effectue de nombreuses missions en Espagne, et en France sous différentes couvertures liées à son activité professionnelle, portant sur l’industrie du cinéma, avant d’être rappelé en Angleterre pour sa sécurité par Passy, résistant responsable du deuxième bureau des services secrets de la France libre à Londres, dépendant du Bureau Central de Renseignements et d’Action.

Gilbert Renault reçoit au début de son engagement au sein de la Résistance, le pseudonyme de Raymond puis de Rémy, plus connu qu’il gardera durant la période d’après- guerre et jusqu’à sa mort. Rémy est considéré comme « l’agent secret le plus célèbre de la France Libre  ». Ses actes de résistance lui valent d’être remarqués par le général de Gaulle lui-même. A la fin de la guerre, c’est plus qu’une simple relation de chef à soldat qui unit les deux personnages. Une réelle amitié se noue entre Rémy et le chef de la France Libre. Gilbert Renault demeure aux côtés du général de Gaulle et devient son bras droit dans l’objectif de la conquête du pouvoir. Néanmoins la période d’après-guerre pour Rémy est en deux teintes. Bien qu’il soit au service de l’homme qui a sauvé la France, Rémy peine à trouver sa place dans ce milieu si éloigné de ses habitudes. Gilbert Renault est parmi les premiers à s’engager au sein de la France Libre en 1940. Rapidement il fait ses preuves en tant que résistant et agent secret de qualité par les actions qu’il mène, les renseignements qu’il envoie et son réseau qu’il développe dans toute la France. Cependant son caractère intrépide lui vaut de nombreux rappels à l’ordre, notamment de son supérieur André Dewavrin, aussi appelé colonel Passy, chef du bureau de renseignement de la France Libre. La guerre est loin également d’épargner Rémy et sa famille qui subit les nombreux soupçons de la gestapo et de la déportation3 .

Dès le 18 juin 1940, Gilbert Renault est sur le bateau au départ de Bordeaux en direction de Londres. En effet, c’est sans avoir connaissance de l’appel du général de Gaulle qu’il décide de quitter le territoire français afin de poursuivre le combat à l’étranger4 . Rémy est connu pour sa ferveur patriotique et nationaliste, l’arrêt des combats n’est pas une option envisageable.Rémy fait rapidement ses preuves en tant que résistant, il ne craint pas de prendre des risques et de nouer des alliances parfois compromettantes, telles que celles avec lescommunistes. Cela provoque les remontrances de Passy envers Rémy qui continue de développer son réseau sur le territoire français, devenu indispensable à la France Libre de Londres afin de recueillir toutes les informations nécessaires pour poursuivre le combat. En l’espace d’un an, Rémy opère un travail important. L’agent secret numéro un de la France Libre, développe un réseau prolifique sur le territoire français en zone occupée, opérationnel du nord de la Bretagne jusqu’à Bordeaux, avec des contacts quotidiens au début de l’année 1942. Rémy doit régulièrement se rendre à Londres afin de se soustraire à la Gestapo qui le recherche activement, en effet ses multiples activités font de lui un résistant bien connu de la police de Vichy. La fin de la guerre pour Rémy, ne signifie pas la fin des combats, bien qu’il passe la majeure partie de son temps à Londres entre 1942 et 1945, Rémy participe à la plupart des opérations en prévision du débarquement et de la libération de la France. L’année 1945, qui sonne le retour en France ainsi que la paix, est source d’angoisses pour Rémy, qui attend des nouvelles de ses frères et sœurs déportés5 .

Bien décidé à entreprendre le plus d’actions possibles pour la France Libre, Rémy désobéit plus d’une fois à sa hiérarchie, entraînant de nombreux rappels à l’ordre de Passy6 . Le plus virulent reste ce rapprochement que tente Rémy avec les communistes que le BCRA ne souhaite pas. Le colonel Passy met en garde Rémy sur la véracité des informations qu’il envoie dans ses courriers. En effet, certaines sont incomplètes, voire erronées. Passy lui écrit le 11 janvier 1941 « Serions heureux si pour meilleur jugement de notre part, pouviez indiquer origine informations en citant classe informateur ainsi que dates bombardement et observations  ». Cependant, Rémy fait preuve d’une rigueur à toute épreuve en recueillant, classant tous les codes ou informations qu’il reçoit sans même en recevoir l’instruction venant de Londres. Au sein des archives nationales, de nombreux courriers témoignent de la reconnaissance du BCRA pour le travail considérable effectué par Rémy et la CND. Néanmoins, le travail est difficile pour les résistants et surtout les opérateurs. Rémy fait remonter le caractère trop rigide des services secrets britanniques, des erreurs de parachutages ou bien des horaires mal définis. Rémy obtient gain de cause sur certains éléments et notamment l’envoi de dix postes radios supplémentaires pour la CND, qui désormais s’étend sur une grande partie du territoire français. Cependant, l’étendue du réseau est facteur de fragilité, alors certaines cellules sur ordre du BCRA sont mises en sommeil afin de limiter les soupçons de la gestapo au début de l’année 1942.

Pour Gilbert Renault, son engagement au sein de la France Libre est une question d’honneur. Léon Renault, père de Gilbert décède lorsque celui-ci effectue son service militaire en 1924. Très proche de lui, c’est une épreuve qui le marque durablement. Au début du XX siècle, le port de l’uniforme est très important dans les mentalités, cela prouve l’attachement à la patrie mais c’est aussi un signe de distinction sociale des militaires envers les civils. La Première Guerre Mondiale marque une rupture entre la génération qui a combattu et la génération suivante qui n’a pas porté les armes. Le champ de bataille est considéré comme un lieu participant à forger le caractère d’un homme, comme un passage obligatoire pour devenir quelqu’un d’accompli7 . Or, Léon Renault ne peut servir sous les drapeaux durant la Première Guerre Mondiale à cause d’une infection pulmonaire. Quant au grand-père de Rémy, celui-ci participe à la guerre contre les Prussiens en 1870 et est fait prisonnier. Pour Gilbert Renault, il est primordial de porter l’uniforme dès le plus jeune âge. Rémy essuie un nouvel échec le 4 septembre 1939, lorsqu’il souhaite rejoindre les forces armées françaises qui se battent dans le nord de la France. Il est alors éconduit par l’officier de permanence. Il y aurait trop de soldats qui s’engagent pour cette « drôle de guerre » et les services de Gilbert Renault ne sont pas jugés utiles. Il lui semble impossible de faire honneur à sa famille et ainsi rendre hommage à son père et son grand-père en portant l’uniforme tant convoité. Néanmoins, lorsqu’il s’engage au sein de la France Libre, ce n’est pas la voie de l’unité combattante qu’il choisit mais le chemin caché de l’agent secret. Le passé militaire de sa famille est une sorte de poids pour Gilbert Renault qui cherche à s’en rendre digne, il s’agit d’une constante commune dans la société du XX siècle. Le futur colonel Rémy décide de rendre hommage à sa façon et de faire la guerre en entrant dans les services secrets au service de la France.

A la fin de la guerre, Rémy est rendu à la vie civile et se donne pour dernière mission de rapatrier sa femme et ses enfants de Londres8 . Rémy achète le moulin, aux limites de la Normandie, de la Beauce et de l’île de France, au bord de l’Iton, un affluent de l’Eure. Cet endroit apporte à la famille Renault enfin un peu de calme et de paix après ces années de guerre. L’homme d’action qu’est Rémy se charge d’une nouvelle mission. Il veut rendre hommage aux résistants avec qui il s’est battu, il commence alors l’écriture de ses mémoires de résistant et autre témoignage de guerre. Sa production littéraire est telle que même le général de Gaulle s’en étonne. « Je répliquai qu’il me suffisait de laisser parler mes souvenirs, et il eut la courtoisie de ne pas me faire observer que le soin que l’on doit apporter à la forme prend du temps9 ». Il conserve de nombreux liens, notamment avec son ancien chef : le colonel Passy qui livre lui aussi ses mémoires et fait mention à plusieurs reprises des exploits de Rémy , de l’importance de la CND dans la victoire de la guerre. Par la suite, la création du RPF, permet aux proches de de Gaulle, mais aussi quelques noms de la Résistance et de la France Libre de se retrouver et de constituer un nouveau groupe en mémoire également de la Seconde Guerre Mondiale.

  1. VERGEZ-CHAIGNON Bénédécite, Les vichystos-résistants, Paris, Perrin, 2021, p 14. []
  2. REMY, Mes grands hommes et quelques autres, Paris, Grasset, 1982. []
  3. RENAULT Maisie, La grande misère : une résistance catholique à Ravensbrück, Paris, Flammarion, 2015. []
  4. PERRIER Guy, Rémy, l’agent secret numéro un de la France libre, Paris, Perrin, 2001. []
  5. KERRAND Pierre, L’étrange colonel Rémy, Clamecy, Champ Vallon, 2020. []
  6. WIEVIORKA Olivier, Histoire de la Résistance 1940-1945, Paris, Perrin, 2018. []
  7. CARNEY Sébastien, Le spectre de mars, Le mouvement breton et ses fantômes au XX siècle, socio- anthropologie, N°35, juin 2017. []
  8. REMY, Mémoires d’un agent secret de la France libre, Paris, Éditions France Empire, 1952. []
  9. Ibid Tome 3 []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
dbraun (8 décembre 2022). Le Colonel Rémy, l’agent secret numéro un de la France Libre. Master civilisations, cultures et sociétés. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/r9qs


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search