Le Herd Book Breton de 1884

Gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France, Pierre BELLAMY, La vache bretonne utile au riche, providence du pauvre, Rennes, Oberthur, 1857, p. 34, Illustration d’une vache des Landes âgée de 6 ans par Ed.Vaumort

Lorsque l’on s’intéresse à la Bretonne Pie Noir, on trouve quelques articles, à propos du déclin de la race, passant de 700 000 têtes en 1900 à 28 000 en 1974, d’autres s’attardent sur le plan de sauvegarde de 1975. Ces publications s’intéressent à l’histoire de la race, mais surtout à son déclin, exemple parfait des conséquences et limites de l’agriculture intensive. La date de création du Herd Book Breton est simplement citée. Cet article est un extrait de l’introduction d’un mémoire de recherche répondant à la question suivante : Pourquoi et comment le Herd Book Breton est fondé en 1884 ?

Un « mal nécessaire »1 , ce qualificatif est fréquemment utilisé pour parler de l’élevage du bétail au XIXème siècle. On parle en ces termes de l’élevage de bovins, du fait de la concurrence existant entre l’espace dédié à l’exploitation céréalière et l’espace dédié à la pâture2. Les bêtes à cornes sont donc longtemps mal considérées, alors même qu’elles représentent l’un des piliers de l’économie rurale3. En effet, les tâches accomplies par les bovins sont nombreuses4, on parle de la « triple aptitude »5. D’abord, ils sont utilisés pour le travail grâce à leur puissance de traction (c’est surtout le cas pour les bœufs). Ils servent aussi de fournisseuses de matières premières comme la viande (en système boucher) et le lait (en système laitier) ce qui inclut tous les produits de transformation comme le beurre, le fromage ou la crème, … Un autre atout majeur pour l’agriculture, c’est le fumier qui sert aussi bien de fertilisant pour les sols que de combustible pour le chauffage6. Pour aussi mal vu que le soit l’élevage de bovins il est donc capital, c’est d’autant plus le cas en Bretagne que sur le reste du territoire français du fait de l’omniprésence bovine7. Mais d’un autre côté, il est plus facile d’élever des bovins en Bretagne que dans nombre d’autres régions, où la topographie limite les mouvements des bêtes, les zones d’élevage et donc naturellement l’effectif8. Il est toutefois très important de manier les chiffres dont nous disposons avec prudence, tant ils varient d’un auteur à l’autre car ils sont basés sur des enquêtes de statistiques agricoles parfois réalisées sans grand soin. Cela peut s’expliquer par le manque de personnel compétant dans les administrations9 mais aussi par la fraude, loin d’être négligeable comme le rappel Jean-Marc Moriceau dans L’Elevage sous l’Ancien Régime (XVIème-XVIIIème siècle)10.

Récemment dans son mémoire intitulé Le miroir des notables ? L’enquête agricole de 1866 en Bretagne, Anthony Hamon11 fait référence à la thèse de Pierre Karila-Cohen12 invite à « concevoir les enquêtes officielles plutôt comme des bâtisseuses d’opinions » et non pas comme le témoignage écrit d’une réalité agricole et territoriale.

Par exemple, selon l’enquête du ministère de l’agriculture et du commerce de 1862 on comptait 900 000 têtes appartenant à la race Bretonne sur le territoire Français13. M. De Lapparent parle de 550 000 têtes de Bretonne Pie Noir exclusivement et seulement en Bretagne pour l’année 188714. Selon le site de l’Union Bretonne Pie Noir, en 1900, la Bretonne Pie Noir est la première race française avec 700 000 têtes recensées15 et un peu plus tard, en 1913, on comptait 750 000 têtes de race Bretonne (pas Bretonne Pie Noir)16. A noter que ces enquêtes regroupent le nombre total de bovins appartenant à une race présente sur l’ensemble du territoire national et pour la Bretonne Pie Noir cela représente 49 départements (c’est l’une des 10 races sur 138 recensées présentes sur plus de 15 départements)17. De telles variations, peuvent sembler invraisemblables, il est plus courant de constater la croissance d’une population, quelle qu’elle soit, du fait de l’amélioration de ses conditions de vie. Cependant, pour les bovins il faut prendre en compte les variations annuelles18. De plus les conditions d’élevage dans la France du XIXème siècle restes fragiles19, les animaux sont soumis aux changements de températures saisonniers, d’alimentation ainsi qu’aux épizooties20. Tout ceci explique en partie la variabilité des chiffres d’une enquête à l’autre et ce ne sont pas les mêmes races qui sont recensées.

Malgré les difficultés à trouver un chiffre exact, on comprend facilement l’importance des bovins en Bretagne21 et, parmi eux, ceux de la race Bretonne Pie Noir. L’alimentation du paysan breton et de sa famille dépend des apports de leurs vaches et le rendement de leurs cultures dépend partiellement du travail de labour des bœufs22. L’importance des troupeaux est confirmée par le Dictionnaire de la langue bretonne, Louis le Pelletier y explique l’étymologie du mot vache (buoc’h) par celle du mot vie (buhez)23 de quoi rendre compte des liens qu’entretiennent les bretons, avec leurs bêtes à cornes.

Cependant, malgré un effectif important, la production reste médiocre24. La préoccupation principale est alors de maximiser les rendements de l’élevage bovin, afin que ce ne soit plus « un mal nécessaire » mais un secteur performant et rentable de l’agriculture surtout face à une population croissante (peut-être liée à l’émergence des grandes villes). Les États européens ne peuvent plus se satisfaire d’une agriculture locale, qui nourrit seulement le producteur et son entourage. Il devient primordial d’augmenter les rendements, qu’ils soient céréaliers mais aussi animaliers (crémerie, boucherie, …) pour répondre à la demande.

Au XVIIIème siècle, les Anglais tentent de dégager des bénéfices de leurs élevages en « optimisant » leurs bêtes25, pour cela ils améliorent les conditions d’élevage, que ce soit en matière d’hygiène, d’alimentation, de structure comme les étables, le tout accompagné des avancées en sciences vétérinaires … Ils développent une nouvelle science agricole animalière : la Zootechnie.

Parmi les définitions qui existent de la discipline, nous retiendrons celle de Paul August Diffloth (1873-1951), agronome et écrivain français, il résume ainsi cette discipline :
« La zootechnie est la science appliquée qui s’occupe de la production et de l’exploitation de nos animaux domestiques. Tout en s’appuyant sur la zoologie, l’anatomie, la physiologie, etc., la zootechnie emprunte à l’économie rurale ses théories et ses préceptes, et c’est précisément l’intervention de ces considérations économiques qui caractérisent le plus nettement la zootechnie. »26


Une fois que l’environnement est maîtrisé et rendu plus performant, les éleveurs et agronomes anglais vont s’intéresser de près au concept de race. Beaucoup d’experts de l’époque débattent de la définition de cette notion, les termes employés sont différents, mais tous s’accordent sur un point déterminant, il s’agit de la transmission des caractères. Le but recherché est donc l’amélioration des animaux par voie de reproduction. La sélection est une pratique qui est basée sur l’observation utilisée par les paysans depuis les balbutiements de l’agriculture27. Cependant, elle s’effectue à une échelle locale (de proximité) et surtout selon une méthode empirique28, ce qui nous empêche d’utiliser le terme exact de zootechnie, au sens où Diffloth et d’autres de ses confrères l’entendent.

L’objectif est désormais de fixer certains caractères avantageux pour l’homme et d’en supprimer d’autres. On comprend l’importance de la génétique29et donc de la généalogie ; un soin particulier est porté au choix des parents, que l’on va appeler raceurs. On aboutit finalement à des livres de suivi, dits généalogiques. Ces derniers vont permettre de tracer les individus, il en existe pour quasiment toutes les espèces domestiquées : bovines (herd-book), ovines (flock-book), équines (stud-book), … Cela s’accompagne de la déclaration des standards de race, mais aussi de tentatives de croisements30.

Herd Book de la race Bretonne Pie Noire, Vannes, Imprimerie du Commerce, 1886, page de couverture

Afin d’acclimater les animaux à leurs nouveaux territoires, les éleveurs, encouragés par l’État, cherchent à métisser les races étrangères aux races locales. C’est le cas notamment avec les moutons Mérinos introduis en France à la veille de la Révolution31. On cherche à améliorer la production de laine du pays et pour cela l’État va importer des mérinos sur le territoire, cependant l’adaptation des animaux n’est pas aussi simple que le souhaitent les autorités. On va retrouver le même phénomène pour les bovins, avec les croisements de nombreuses variétés souvent anglaises plus spécifiquement la Durham, ce qui mène à l’apparition d’individus Durham-tiers comme le Durham-Breton par exemple32.

Alors que le premier Livre Généalogique du monde voit le jour en Angleterre en 1808 pour le cheval de course, il faut attendre 1822 pour le premier livre généalogique de bovidés ou Herd Book de la race Shortom33(en France, on parle de Durham34).

Face à l’efficacité des méthodes anglaises, une partie de l’Europe, et particulièrement la France, va faire venir des animaux anglais sur son territoire en espérant améliorer son cheptel35. Très bien illustré en Bretagne avec l’importation massive de bêtes à cornes anglaises, on va jusqu’à parler de « Durhamisation »36 . C’est la preuve d’un manque de connaissances, ce ne sont pas tant les animaux anglais qui sont performants, mais plutôt les savoirs récemment acquis par les éleveurs et agronomes anglais qui permettent la spécialisation de l’élevage37 et donc une meilleure rentabilité. Sanson va jusqu’à dire :
“Il n’y a point eu, vraisemblablement, de races naturellement laitières […]c’est l’industrie humaine, qui en les exploitant, à fait naître leur aptitude…”.38

On passe d’animaux qui servent un peu à tout, à des variétés perfectionnées pour l’un des trois domaines de la triple aptitude (viande-travail-lait).

Les pouvoirs publics français de la fin du XVIIIème et du début du XIXème siècle vont importer massivement du bétail anglais39 se laissant alors embarquer dans un phénomène de mode40 et s’adonner à de nombreux croisements, trop souvent mal réalisés41. Ce qui mène à la création de nouvelles races, comme c’est le cas en Bretagne avec la vache de Carhaix et l’Armoricaine42. Mais dans la plupart des cas on aboutit à des sous-variétés difficiles à définir, comme ici avec le qualificatif Breton-Durham, déjà abordé, et que l’on retrouve notamment dans les catégories de concours agricoles.

On remarque, dans la politique agricole menée en France, sur cette même période, un manque de planification à long terme. Chaque initiative est prise dans l’immédiateté, face à une crise43. La place de ministre de l’agriculture est instable44, les fonctionnaires sont débordés, ce sont davantage les sociétés d’éleveurs et comices agricoles qui régissent l’agriculture45 ; d’où ce manque de vision globale propice à l’évolution générale et à la réalisation de projets d’envergure nationale.
Certains éleveurs et savants, membres de ces organisations, vont finalement essayer de retrouver les souches originelles de certaines races46. Pour cela il faut trouver des spécimens dits purs et les faire se reproduire entre eux, afin d’éviter la perte de leurs caractères d’origine, trop longtemps mal considérés : c’est la sélection dans l’indigénat. L’intérêt des livres généalogiques est alors compris de ce côté-ci de la Manche, avec un premier Herd Book en 1883 pour la race Normande47 . Le phénomène s’est étendu à la Bretonne Pie Noir, bien que la chronologie soit en réalité un peu plus complexe que cela.
On s’interroge toujours sur les origines de la race Bretonne Pie Noir. Les auteurs du XIXème siècle la rattachent à la famille des races irlandaises qui ont pour point commun leurs petits formats et leurs « dolichocéphalie[s] moyenne[s] »48. Cependant après analyse phylogénétique, la Bretonne Pie Noir se rapproche davantage des races de l’Est (Brune des Alpes, Tarine, Abondance, Montbéliarde et Pie Rouge de l’Est)49. Le qualificatif utilisé pour la décrire d’endémique à la Bretagne est donc à revoir. Ce que l’on peut retenir en revanche, c’est qu’il s’agit d’une race rustique qui nécessite peu d’entretien compte tenu de sa rusticité, les individus de la race passent la plupart de leurs temps dans les landes bretonnes à chercher leur propre nourriture, il n’est pas nécessaire de les ramener à l’étable en l’hiver50. Une autre caractéristique de la race, très avantageuse pour les éleveurs, c’est sa fertilité51 et la largeur de son bassin qui permet une mise à bas sans complication la plupart du temps. Sans compter ce pourquoi la race est la plus réputée : son lait, certes d’une faible production mais loué pour sa richesse tant en matières grasses qu’en protéines52 . Ceci est d’autant plus important que c’est une région largement exportatrice de beurre53 . C’est là que l’on comprend toute l’importance de la Bretonne Pie Noir, un lait gras (dans une région non soumise à la gabelle), le beurre produit en Bretagne est consommé localement mais aussi exporté, par voie fluviale vers Paris54 et par voie de mer vers l’Angleterre55.

Malheureusement trop souvent critiquée pour sa trop petite taille, la race a subi, à différentes échelles, des croisements. Ces croisements peuvent être répartis par aires géographiques comme l’a expliqué Diffloth dans Zootechnie Races bovines France étranger56 . D’abord l’Ille et Villaine qui a privilégié l’apport de sang Durham et Normand. Ensuite, les Côtes du Nord, Finistère et Morbihan que l’on peut de nouveau subdiviser comme suit : au Nord la mode était aux nombreux croisements, mais il est facile de critiquer ce choix, en effet les animaux ont perdu en qualité laitière. Autour de Carhaix les croissements ont été faits avec plus de réflexion qu’ailleurs ce qui a mené à une nouvelle race que l’on a nommée sobrement race de Carhaix, cependant celle-ci a vite disparu. Plus dans le Sud les croisements ont été très faibles, les éleveurs privilégiant la race pure résiliente et adaptée à son écosystème. C’est justement sa taille qui représente le plus grand avantage de la race dans les landes qui recouvrent la Bretagne . Après avoir été abâtardi, ses qualités de petite laitière maligne lui valent finalement la création de son Herd Book en 1884 .

Affiche de l’itinéraire de la Commission du Herd Book pour la tournée du printemps 1885, Vannes, F.Grebus, 1885



Citer ce billet
ejulien (2022, 10 novembre). Le Herd Book Breton de 1884. Master civilisations, cultures et sociétés. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r9qn

  1. Expression courante cf. Paul DIFFOTH, Zootechnie Générale Production et Amélioration du bétail, J.-B. Baillière et Fils, Paris, 1922, p10 mais également chez des auteurs actuels qui aborde la période, cf. Bernard. DENIS, « Les races bovines en France, deux siècles d’évolution (1789-2000) » in Philippe MADELINE et Jean-Marc MORICEAU, Acteurs et espaces de l’élevage, Caen, Bibliothèque d’Histoire Rural, 2006, p. 39. []
  2. Jean-Marc MORICEAU, Histoire et géographie de l’élevage français : XVe-XVIIIe siècles : Nouvelles études historiques, Fayard, 2005, p. 209. []
  3. Paul DIFFLOTH, Zootechnie Générale Élevage et Exploitation des bovidés et des chevaux, Paris, J.-B. Baillière et Fils, 1922, p.7. []
  4. André SANSON, Économie du bétail. Principes généraux de la zootechnie, t. II, Paris, Librairie agricole de la Maison rustique, 1865, p. 32. []
  5. Viande-travail-lait. Cf. Bernard DENIS, « Les races bovines en France, deux siècles d’évolution (1789-2000) » in Philippe MADELINE et Jean-Marc MORICEAU, Acteurs et espaces de l’élevage, Caen, Bibliothèque d’Histoire Rural, 2006, p. 39. []
  6. Fañch ROUDAUT, “Les Vaches bretonnes au XVIIIe siècle”, in. Charpiana mélanges offerts par ses amis à Jacques Charpy, s.l, Fédération des Sociétés Savantes de Bretagne, 1991, p. 322. []
  7. Les auteurs du corpus s’accordent sur la prédominance des bovins en Bretagne, cf. Ibid p. 153-216, qui rappelle l’importance des ovins comme « vache du pauvre » en France à l’exception faite de la Bretagne. []
  8. Michel MORINEAU, « L’Auvergne et l’Atlantique (note sur la commercialisation des produits de l’élevage du Massif central au XVIIIe siècle) », L’élevage et la vie pastorale dans les montagnes de l’Europe au Moyen Âge et à l’époque moderne, Clermont-Ferrand, Institut d’études du Massif central, 1984, p. 392. []
  9. « Le manque d’employés compétents oblige bon gré mal gré les préfets à bâtir des réseaux dans les campagnes auxquels ils se retrouvent également soumis. » cf. Anthony HAMON, Le miroir des notables ? L’enquête agricole de 1866 en Bretagne, mémoire de master, Université de Rennes 2, 2017, p. 69. []
  10. Jean-Marc MORICEAU, L’Elevage sous l’Ancien Régime (XVIème-XVIIIème siècle), Paris, SEDES, 1999, p.20. []
  11. Anthony HAMON, Le miroir des notables ? L’enquête agricole de 1866 en Bretagne, mémoire de master, Université de Rennes 2, 2017, p.8. []
  12. Pierre KARILA-COHEN, L’État des esprits. L’invention de l’enquête politique en France (1814-1848), Rennes, PUR, 2008. []
  13. François SPINDLER, « Les races bovine en France au XIX° siècle, spécialement d’après l’enquête agricole de 1862 », Ethnozootechnie Hors-série n°3, 2002, p. 17-51. Attention à ne pas confondre race Bretonne et Bretonne Pie Noir. []
  14. Albert DE LAPPARENT, Étude sur les races, variétés et croisements de l’espèce bovine en France, Paris, Imprimerie Nationale, 1902, p.50. []
  15. https://bretonnepienoir.com/la-vache-bretonne-pie-noir/historique/ []
  16. R. BUQUET, Essais sur l’élevage des races bovines bretonnes en Finistère, s.l, s.n, 1923, p.1 []
  17. Pierre QUEMERE, La Bretonne Pie Noir, Grandeur Décadence Renouveau, Paris, Editions France Agricole, 2006, p.20. []
  18. « L’effectif des élèves variait au cours de l’année selon le rythme des agnelages et des vêlages en fonction de la période choisie pour la lutte ou la monde – une donnée variable selon les usages et sur laquelle nous sommes encore mal renseigné » cf. Jean-Marc MORICEAU, L’élevage sous l’Ancien Régime, Paris, SEDES, 1999, p.19. []
  19. Jean-Marc MORICEAU, L’élevage sous l’Ancien Régime, Paris, SEDES, 1999, p.30-36 []
  20. François VALLAT, « Les épizooties en France de 1700 à 1850. Inventaire clinique chez les bovins et les ovins », Histoire & Sociétés Rurales, vol. 15, no. 1, 2001, p. 67. []
  21. Jean-Marc MORICEAU, Histoire et géographie de l’élevage français : XVe-XVIIIe siècles : Nouvelles études historiques, Fayard, 2005, p. 37 Figure 4. « Les bovins en 1852 » selon René PLESSIX et Michel DEMONET « Tableau de l’Agriculture française au milieu du 19e siècle », In : Annales de démographie historique, 1992. La démographie de l’Union Soviétique, Paris, Edition Belin, pp. 363-364. []
  22. Selon l’adage « sans engrais point de bonne culture, sans bestiaux point d’engrais et sans fourrage point de bestiaux en quantité suffisante » in. René BOURRIGAUD, Le développement Agricole au XIXème siècle en Loire-Atlantique, Centre d’Histoire du Travail, Nantes, 1994, p.56. []
  23. Louis LE PELLETIER, Dictionnaire de la langue bretonne, où l’on voit son antiquité, son affinité avec les anciennes langues, l’explication de plusieurs passages de l’Écriture Sainte, et des auteurs profanes, avec l’étymologie de plusieurs mots des autres langues, Paris, François Delaguette Imprimeur-Libraire, 1752, colonne 102. []
  24. Les animaux sont petits avec un faible rendement boucher et leur sous-alimentation limite les autres productions, cf. Bernard DENIS, « Les races bovines en France, deux siècles d’évolution (1789-2000) » in Philippe MADELINE et Jean-Marc MORICEAU, Acteurs et espaces de l’élevage, Caen, Bibliothèque d’Histoire Rurale, 2006, p.40. []
  25. Patricia PELLEGRINI, « De l’idée de race animale et de son évolution dans le milieu de l’élevage », Ruralia [En Ligne], 05 1999, p. 103. []
  26. Paul DIFFLOTH, Zootechnie Générale Production et Amélioration du bétail, Paris, J.-B. Baillière et Fils, 1922, p. 7. []
  27. « le choix du mâle est plus difficile » dans ce passage l’auteur met en avant la sélection puisqu’il insiste sur le choix du reproducteur, de plus dans l’ouvrage il fait référence à la transmission de la couleur de la robe ou du pie des parents à leurs progéniture, in. COLUMELLE, L’Économie rurale, t. II, traduction de Louis DU BOIS, Bibliothèque latine-française, Paris, Panckoucke, 1844, p.195. []
  28. Jean-Marc MORICEAU, L’élevage sous l’Ancien Régime, Paris, SEDES, 1999, p.45. []
  29. Le terme « génétique » n’est inventé qu’en 1905 par William Bateson, zoologiste, mais même s’en connaitre le terme certains des principes de la génétique sont connus au XIXème siècle du fait des lois de Mendel. []
  30. Sans réelle notion raciale il n’y pas de croisement simplement de la reproduction avec un autre spécimen. []
  31. Jean MALAURIE, « L’élevage ovin français (Cartes et commentaires) », L’information géographique, volume 12, n°5, 1948, p. 183. []
  32. Jaques-Alexandre BIXIO et al, « Du Drainage, assainissement des terres », Journal d’agriculture Pratique, de jardinage et d’économie domestique, janvier 1845, p.493 : Première évocation de ce croisement, qui apparaitra par la suite comme une catégorie à part entière des concours d’agriculture. []
  33. Paul DIFFLOTH, Zootechnie Générale Production et Amélioration du bétail, Paris, J.-B. Baillière et Fils, 1922, p.226. []
  34. Nom tiré du comté de son importation. []
  35. « En 1880 les achats de bovins à l’extérieur dépassent les ventes de 137. 000 têtes » voire Michel AUGE-LARIBE, La politique agricole de la France de 1880 à 1940, Paris, Presse Universitaire de France, 1950, p.53. []
  36. Bernard DENIS, « Les races bovines en France, deux siècles d’évolution (1789-2000) » in Philippe MADELINE et Jean-Marc MORICEAU, Acteurs et espaces de l’élevage, Caen, Bibliothèque d’Histoire Rurale, 2006, p. 40. []
  37. Jean-Marc MORICEAU, L’Elevage sous l’Ancien Régime (XVIème-XVIIIème siècle), Paris, SEDES, 1999, p.48. []
  38. André SANSON, Économie du bétail. Principes généraux de la zootechnie, t. II, Paris, Librairie agricole de la Maison rustique, 1865-1866, p. 209-210. []
  39. André SANSON, Économie du bétail. Principes généraux de la zootechnie, t. II, Paris, Librairie agricole de la Maison rustique, 1865-1866, p. 41. []
  40. On parle d’anglomanie. []
  41. « Après un si grand nombre de croisements sans suite et sans but arrêté, on a tellement abâtardi les bêtes bovines de la Bretagne qu’on peut dire qu’elles sont dégénérées » cf. Pierre BELLAMY, La vache bretonne utile au riche, providence du pauvre, Rennes, Oberthur, 1857, p. 108. []
  42. Cette carhaisienne issue du croisement entre Bretonne Pie Noir, Normande et Vendéenne pour des spécimens plus grands et plus larges cependant afin d’améliorer le rendement boucher de cette nouvelle variété, elle a de nouveau été croisée, avec des Durham cette fois pour donner naissance à l’Armoricaine que l’on connait aujourd’hui, cf. Philippe-Jacques DUBOIS, À nos vaches… : les races bovines disparues et menacées de France, Delachaux, 2011. []
  43. Michel AUGE-LARIBE, La politique agricole de la France de 1880 à 1940, Paris, Presse Universitaire de France, 1950, p. 3-4. []
  44. Crée par Gambetta en 1881, auparavant un ministre de l’agriculture et du commerce. []
  45. Michel AUGE-LARIBE, La politique agricole de la France de 1880 à 1940, Paris, Presse Universitaire de France, 1950, p. 7. []
  46. Jean-Henri MAGNE, Étude des races bovines françaises et des moyens de les améliorer : suivie des règles relatives à l’entretien, à la multiplication, à l’élevage, à l’engraissement du bœuf, Paris, Labé, 1857, p.95. []
  47. Armand FREMONT, L’élevage en Normandie, étude géographique. Volume II, Caen, Presses universitaires de Caen, 1968, p. 291. []
  48. On peut résumer ainsi « le front est plus long que large » cf. André SANSON, Traité de zootechnie, Zoologie et zootechnie générales : lois naturelles et méthodes zootechniques, t. IV Paris, 1888, p.124. []
  49. Pierre QUEMERE, La Bretonne Pie Noir, grandeur décadence renouveau, Paris, Editions France Agricole, 2006, p.26. []
  50. Pierre BELLAMY, La vache bretonne utile au riche, providence du pauvre, Rennes, Oberthur, 1857, p. 51. []
  51. Précocité sexuelle, Taux de Non-Retour en chaleur et Insémination artificielle Fécondante très satisfaisant, cf.  Pierre QUEMERE, La Bretonne Pie Noir, Grandeur Décadence Renouveau, Paris, Editions France Agricole, 2006, p. 90. []
  52. Une statistique commune a beaucoup d’auteurs : 20 litres de lait de Bretonne Pie Noir nécessaire pour la confection d’1 kg de beurre, cf. André SANSON, Traité de zootechnie, Zoologie et zootechnie générales : lois naturelles et méthodes zootechniques, t. IV Paris, Librairie Agricole de la Maison Rustique, 1888, p.87. []
  53. Jean-Marc MORICEAU, Histoire et géographie de l’élevage français : XVe-XVIIIe siècles, Nouvelles études historiques, Fayard, 2005, p. 192. []
  54. André SANSON, Traité de zootechnie, Zoologie et zootechnie générales : lois naturelles et méthodes zootechniques, t. IV Paris, Librairie Agricole de la Maison Rustique, 1888, p.98. []
  55. L’exportation du beurre breton rapporterait 3 millions de Francs rien que sur Londres, cf. Paul DIFFLOTH, Zootechnie Races bovines France étranger, Paris, J.-B. Baillière et Fils, 1909, p. 13. []
  56. Paul DIFFLOTH, Zootechnie Races bovines France étranger, Paris, J.-B. Baillière et Fils, 1909, p. 133-134 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search