Tablen ar butun : une dispute au sujet du tabac en breton au XVIIe siècle.

Crop de la page 69 du Cahier manuscrit, par plusieurs auteurs, intitulé « Buhé Sant Malargez » écrit par François Salaun1 , 1767, Ploubezre, Fond d’archive de La Villemarqué, Archives départementales du finistère2 .

Retrouvé dans un manuscrit du fond De La Villemarqué, Tablen ar butun est un texte écrit par un paysan originaire de Ploubezre, dans les cotes d’armor. Ce texte n’est pas daté, mais fait suite à un autre texte qui lui est daté de 1767. Le texte met en scène une dispute entre deux hommes au sujet du tabac. Pol, fumeur, défend le fait que le tabac est une bonne chose, qu’il permet de calmer certains maux, aussi bien physique que mental, et Simon, non-fumeur, qui défend la thèse inverse.  

Mon travail concernant ce manuscrit consiste en trois choses. La première est une transcription du texte d’origine qui se déroule en trois étapes elle aussi. La première de ces étapes passe par un traitement des images du texte, pour obtenir une lisibilité optimale pour la transcription qui en suivra.

Les modifications par un logiciel de traitement des images consistent à faire varier les différents paramètres desdites images, pour que celles-ci soient plus lisibles et puissent de ce fait être transcrites de manière plus simple et rapide dans le contexte de cette recherche. Les photographies ayant été prise au format .jpg, les données brutes des images sont compressées pour pouvoir être plus légères et sont donc déjà traitées en quelque sorte. L’image perd alors en qualité, notamment au niveau des tons et des couleurs. Par ailleurs, la compression de l’image au format .jpg entraîne une perte définitive de ces paramètres et le passage à travers un logiciel de traitement d’image peut également abîmer et faire perdre des données aux images une fois celles-ci traitées.  Plusieurs paramètres peuvent être réglés, comme l’exposition et le contraste, mais aussi la tonalité, la texture, la clarté, la vibrance ou encore la saturation. 

Le réglage de l’exposition permet d’augmenter ou de diminuer la luminosité d’une image, i.e la rendre plus sombre ou plus claire. Il faut cependant faire attention à ne pas “boucher” les noirs en poussant le curseur d’exposition tout à gauche et ne pas “cramer” les blancs3 en le poussant tout à droite, sinon quoi les informations dans ces zones seront perdues. Le réglage du contraste consiste quant à lui à augmenter ou réduire la différence entre les zones d’ombres et de lumière. Ainsi, une image peu contrastée, présentera moins de différences entre ces tons alors qu’une image fortement contrastée aura ses zones noires et ses zones blanches fortement marquées.

En photographie, la tonalité correspond à l’aspect visuel d’une image, c’est-à-dire si celle-ci est sombre, claire ou neutre. Cela dépend de plusieurs paramètres qui sont au nombre de quatre : les hautes lumières, les ombres, les blancs et les noirs. Ces paramètres peuvent être modifiés, comme pour l’exposition et le contraste, grâce à un logiciel de traitement d’image. La modification des hautes lumières va ici jouer sur le fond, autrement dit sur la luminance du papier. Ainsi le papier sera plus sombre avec une teinte jaunâtre si ce paramètre est réglé au minimum et il sera au contraire plus lumineux et de couleur blanche si celui-ci est mis au maximum. Le réglage des ombres quant à lui va jouer, comme son nom l’indique, sur les ombres. Régler ce paramètre au minimum aura donc pour effet de détacher l’ouvrage du support sur lequel il se trouve tout en accentuant un peu la différence entre l’écriture et la feuille sur laquelle elle se trouve. En ce qui concerne le réglage des blancs, quand celui-ci est au minimum, on ne remarque pas grande différence avec celui des hautes lumières au même niveau. La différence se fait quand le curseur est poussé à son paroxysme. La page devient alors toute blanche et très lumineuse, ce qui fait disparaitre quasi entièrement l’écriture. Le dernier réglage qui nous intéresse ici est celui des noirs. On peut voir que si celui-ci est mis au minimum, les zones comprenant du noir deviennent plus profondes et les ombres s’en retrouvent encore plus accentués que précédemment.

En plus des réglages de la tonalité abordés auparavant, d’autres ont été utilisés pour arriver au résultat final. Tout d’abord, la texture, aussi parfois appelé structure, joue comme son nom l’indique sur la texture des éléments présents dans l’image. Si l’on prend comme exemple un portrait, régler ce paramètre sur sa valeur la plus basse va avoir tendance à lisser la peau du sujet alors que la valeur la plus haute fera ressortir le grain de la peau et les rides par exemple. Sur les images du manuscrit, cela ce traduit au minimum par une perte des détails des textures, comme celle de la trame du papier, qui disparait quasiment, ou encore par le lissage de l’écriture qui parait plus terne et ressort alors beaucoup moins. Au contraire, à son maximum, ce paramètre va faire ressortir les structure, notamment celles citées précédemment.  Vient ensuite la clarté, l’effet de sa modification se rapproche beaucoup de celui obtenu avec la texture. Mais quand cette dernière joue sur les gros détails ou ceux de taille intermédiaire, la clarté quant à elle joue sur les plus petits détails. La vibrance et la saturation vont tous deux jouer sur la saturation de l’image, mais de manière différente. Là où la saturation va augmenter ou réduire la saturation globale de l’image, la vibrance, elle, ne va modifier que les couleurs plus ternes, empêchant ainsi une sursaturation des couleurs. Comme le manuscrit ne contient que deux couleurs prédominant, le beige du papier et le marron de l’encre, la modification de l’un ou l’autre de ces paramètres rendra un résultat plus ou moins similaire. Bien que les deux paramètres seront modifier pour la suite de ce travail, la vibrance sera un peu plus privilégiée que la saturation, jouant plus subtilement sur les couleurs de l’image que cette dernière. 

Dans certains cas bien spécifique, le passage de l’image au négatif est obligatoire pour pouvoir déchiffrer une écriture à peine lisible dans le texte. Pour ce faire, il faut, pour la plupart des logiciels, se rendre dans l’onglet courbe des tonalités. Un référentiel devrait alors apparaître avec une courbe ainsi que l’histogramme de l’image à l’intérieur. Il faut ensuite se rendre dans le sous onglet “linéaire” puis dans le sous onglet “inverser la droite”. À partir de là, il faut glisser le point inférieur gauche de la courbe vers le coin supérieur gauche du référentiel. Répéter l’inverse de cette action avec le point supérieur droit en le glissant vers la partie inférieure droite du référentiel pour terminer le passage au négatif. Le résultat de cette inversion des tonalités donne ainsi un négatif de l’image, l’écriture apparait désormais en blanc au lieu du noir/marron classique, et la couleur du papier, elle, est passée du jaune/orange au bleu. Pour obtenir une image ou la feuille ne serait non plus bleue, mais grise, il faut se rendre dans l’onglet de réglage de la teinte, saturation et luminance des couleurs. Il faudra alors mettre au minimum le curseur des couleurs inverse à celle que l’on veut estomper. La couleur à estomper étant le bleu, c’est de ce fait les curseurs du jaune et de l’orange qu’il faut mettre au minimum.

Voici à quoi ressemble les pages une fois les modification faites.

Après avoir traité les images, la seconde étape consiste en une première transcription. Celle-ci se doit d’être le plus fidèle possible au texte original et c’est pourquoi il a fallu établir quelque règle.

La première de ces règles établies est la suivante : si deux lettres se touchent et que leur trait se trouve être attaché et/ou dans la même continuité, alors celles-ci seront retranscrites attachées. Une exception déroge cependant à cette règle. En effet, si deux lettres dont les traits se voient être attachées et/ou dans la même continuité, mais que l’écart qui sépare celles-ci semblent être assez conséquent vis-à-vis du reste des lettres formant les mots dans une ligne, voir page, alors ces deux lettres seront retranscrites détachées. Cette première règle semble assez évidente, mais il faut quand même la définir pour pouvoir définir les suivantes. 

La règle suivante implique que si les traits de deux lettres ne se touchent pas, mais qu’elles paraissent être assez proche pour faire partie d’un même mot quand on compare l’écart entre celles-ci et l’écart entre les autres lettres formant des mots dans la phrase, alors ces deux lettres seront retranscrites attachées. De même, si les traits de ces deux lettres ne se touchent pas, mais que ceux-ci paraissent assez proches et dans la même continuité, alors ces deux lettres seront retranscrites attachées. 

Pour finir, si deux lettres légèrement éloignées dont les traits sont proches, mais ne sont pas reliés, et que ceux-ci se trouvent ne pas être dans la même continuité, alors ces deux lettres seront retranscrites détachées.

Une fois le texte retranscrit, une deuxième transcription était nécessaire, celle-ci ayant pour objectif d’être lue plus facilement que la première. En effet, cette dernière ayant été faite en essayant de respecter le plus fidèlement possible le texte original, certains mots qui sont normalement bien distinct se voit être attachés comme un seul et même mot et inversement, certaines lettres ou partie de mot qui aujourd’hui se doivent d’être attachés s’en trouvent être écrit séparément.

La deuxième étape de ce travail consiste en la traduction de ce texte. Cette traduction se base sur la deuxième transcription et a été faite en parallèle de chaque page transcrite. Celle-ci n’est pas une traduction mots à mots du texte, mais se doit de correspondre le plus possible au sens des vers. Le texte original, et donc les deux transcriptions, comportant des rimes de fin suivies tout le long du texte, il a donc été décidé que ces rimes devait être adaptées lors de la traduction. Pour ce faire, l’ordre des mots dans les vers a pu être changé pour que la dernière syllabe du vers corresponde à la dernière syllabe du vers suivant ou l’inverse. 

L’utilisation de synonymes a été obligatoire quand les mots utilisés ou la modification de l’ordre des mots n’aboutissaient pas à une forme concluante, c’est-à-dire à des strophes comprenant des vers avec des rimes de fin suivies. Dans certains cas, quand il semblait impossible de former des rimes suivies, il a alors été décidé d’utiliser une autre forme de rimes comme des rimes croisées ou continues.

Enfin, la dernière étape de cette recherche, et c’est l’objectif de cette dernière année de master, consiste en une comparaison de ce texte avec des textes postérieurs à celui-ci ayant le même contexte, c’est-à-dire une discussion entre deux personnes au sujet du tabac. Le but de cette comparaison est de définir s’il y a des différences entre ces différentes versions, et si différences il y a, définir ce qui les a causées. 



Citer ce billet
ydavid (2022, 13 décembre). Tablen ar butun : une dispute au sujet du tabac en breton au XVIIe siècle. Master civilisations, cultures et sociétés. Consulté le 13 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r9qw

  1. Bien que la description des archives départementales du Finistère parle de plusieurs auteurs, mon étude montre que le manuscrit a été écrit par une seule et même personne, François Salaun, puis récupéré, on ne sait comment par Théodore Hersart de La Villemarqué []
  2. https://recherche.archives.finistere.fr/viewer/series/medias/collections/J/0263J/263J02/4453?img=FRAD029_263J02_4453_69.jpg []
  3. Vocabulaire utilisé dans le jargon de la photographie. Ces termes sont utilisés pour désigner des zones ou le noir est si profond et le blanc si intense qu’aucun détails ne peut y être récupéré []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search