Exploiter les archives du NALBB, en marge de questionnaires d’enquêtes NALBB: la réalisation du son /r/ et le tutoiement et le vouvoiement

Seongwoo Kang (avec le concours de Jean Lecoulant, docteur en géosciences marines)

En enor da Yann an Du ha ne’m boa ked kredet kaoseal douzhtañ…

Questionnaire du NALBB

S’il faut nommer un des travaux scientifiques qui ont contribué le plus à la dialectologie en général, on ne saurait que trop penser à l’« atlas » linguistique. Lancé en Allemagne premièrement par Georg Wenker en 1888, Der Deutscher Sprachatlas, et vite suivi par un atlas français, Atlas linguistique de la France (abrégé en ALF) d’un romaniste Jules Gilliéron en 1902, il est le dernier à avoir servi de modèle au projet d’élaborer un atlas linguistique pour la Basse-Bretagne1 dont la seule langue vernaculaire était le breton. Ainsi Pierre Le Roux a-t-il choisi la même façon de transcrire que celle de l’ALF pour ses collectes auprès du peuple bretonnant : l’alphabet Rousselot-Gilliéron conçu à la fin du 19ème siècle, sans doute adapté pour l’étude des dialectes gallo-romans. L’Atlas linguistique de la Basse-Bretagne qu’a fait Pierre Le Roux peut désormais être consulté sur internet2. Quelques décennies plus tard, alors que Jean Le Dû était en poste à Brest en breton-celtique, sur la demande du chanoine François Falc’hun ou par sa propre volonté, il avait commencé son parcours à faire un nouvel atlas pour la Basse-Bretagne, en 1969 à Saint-Rivoal3. Nouveau, selon son sens premier : une chose qui vient de naître, une invention à la fois toute unique et reposant sur le modèle d’un semblant de ce que l’on connaissait déjà. Nouvelle technologie : alphabet phonétique international pour la transcription, voiture et bandes magnétiques pour conserver le son que l’on vient de collecter. La plupart des enregistrements du Nouvel Atlas linguistique de la Basse-Bretagne (abrégé en NALBB) peuvent être consultés en ligne4.

Cette année, nous sommes en deuxième année du master CCS à Brest. Dans le cadre du cours de Nelly Blanchard et Jean-Baptiste Pressac, nous avons décidé de numériser les questionnaires d’enquêtes qui ont été transcrits par Jean Le Dû en vue de constituer le NALBB. Et en feuilletant des questionnaires d’enquêtes nous avons trouvé des choses intéressantes qui n’apparaissent pas sur le NALBB ou des indications phonétiques que l’on ne trouve qu’à l’introduction. A l’occasion de ce petit article dédicatoire, je souhaiterais présenter quelques perspectives que l’on pourrait avoir depuis tous les éléments autour du NALBB. Je commencerai par présenter de façon très succincte des exemples déjà étudiés (à partir de l’atlas, peut-être accompagné d’enregistrements) ; ensuite d’autres exemples que l’on pourrait éclairer à partir de l’étude du fonds de Jean Le Dû et des enregistrements mis en ligne. Les premiers exemples pourraient être également complétés par les archives du NALBB. Entre autres on en a choisi deux qui pourraient être intéressant d’y revenir  :

  • La réalisation du son ‘r’
  • Le tutoiement et le vouvoiement

La réalisation du son ‘r’ : variations rhotiques et évolution

Derc’hel a ra da « roulal » an R e brton hervez ar mod a-gozh, ur ral hiviziken e-mesk tud desket, peogwir e lare ur Gwenedour arall (J.Belz) en doa kavet gwell « raStellat » pa oa er c’hloerdi dija. Il continue à « rouler » le R en breton en suivant l’ancienne prononciation, chose très rare parmi les gens instruits, comme disait un autre Vannetais (J.Belz) qui avait trouvé préférable de « grasseyer » dès l’époque où il était déjà au séminaire(traduit par notre soin).

Voilà, un passage que l’on trouve dans l’anthologie littéraire d’expression bretonne – et seulement dans la version bretonne ! – de Francis Favereau sur Loeiz er Bras. La prononciation élégante existe-elle ? Si l’on roule le r, on se fait passer pour un « illettré » tout d’un coup et le fait de grasseyer le r nous permet de nous présenter comme membre d’une « intelligentsia » ? On a cité un exemple de deux bretonnants du vannetais de la « dernière génération5 » lettrés et attachés à leur première langue, un regard qui pourrait plutôt être biaisé. Mais même dans l’introduction du NALBB on trouve une interprétation similaire à cette représentation du son « r » :

Remarques : J’ai transcrit les consonnes de type r le plus précisément possible, en distinguant au mieux les divers variantes. Il faut savoir, cependant, que le même locuteur, selon les moments et les circonstances, peut utiliser l’un ou l’autre de ces sons : un homme du nord-Finistère, conscient de ma présence au début de l’enquête, prononce un [ʁ], qui va se transformer en [r] au bout d’une demi-heure, la confiance s’étant établie

Ici, on remarque que le passage d’une réalisation à l’autre soulève une question de confiance, en effet rouler le r n’est pas une chose à faire devant un professeur des universités…

Ainsi a-t-on découvert en consultant les questionnaires d’enquêtes de Jean Le Dû, qu’il a noté à la première page de questionnaires la réalisation la plus fréquente du son r de telle ou telle commune, par exemple, « 16 Lesneven [r] ; 17 Plouédern [ʁ], [ʀ]… ».

Certes, cela ne pourrait concerner qu’une partie de la commune, d’autres prononceraient d’une autre manière. Mais on ne dit jamais rien sans raison : si un informateur prononce le [r], cela est dû à sa volonté d’être représenté comme une personne qui roule le r et vice versa. On s’interrogerait alors sur l’objectivité de cet atlas : y a-t-il une objectivité quand les informateurs disent ce qu’ils veulent dire ? Ce qu’ils disent ne pourrait indiquer une conformité qui englobe toute la commune, mais c’est représentatif6

: une personne qui connaît bien la commune, née d’un père et une mère originaires de la commune, n’a quitté sa commune que peu7

A part des éléments socio-ethnolinguistiques qui nous permettent de savoir pourquoi la réalisation est telle, on pourrait s’intéresser à la réalisation phonétique du son en tant que tel. On a dit que Jean Le Dû avait noté la réalisation la plus fréquente du son r dans chaque commune. Il donne quelques réalisations du son dans l’introduction de son atlas : [r~ɾ ~ɽ~ʁ~ʀ] (avec leur pair non-voisé parfois). Excepté les deux réalisations uvulaires (encore pourrait-on les nuancer en plusieurs degrés, selon Iwan Wmffre8), il serait possible d’entendre plusieurs degrés de rétroflexivité9. En écoutant des enregistrement faits aux quatre coins de la Basse-Bretagne qui ont été faits à diverses époques10, on a pu apercevoir quelques évolutions, d’un côté très clair (comme le cas à Plougastel [r11] > [ʀ1213]), d’un autre côté assez obscur dû à l’ambiguïté entre [ɹ~ɻ] : le r que prononçait Jean Le Dû dans une émission de radio, déjà citée, était-il [ɹ] ? [ɻ] ? ou même [ɽ] ? Sa transcription du r rétroflexe serait probablement liée à l’évolution du son r en anglais… Rappelons-nous qu’il était docteur de 3ème cycle en phonétique anglaise… Tout cela reste encore à vérifier auprès de ses enregistrements du NALBB et par l’intermédiaire de la méthode de la phonétique expérimentale.

Le tutoiement et le vouvoiement : entre frères et sœurs, aînés et cadets…

Le NALBB, comme l’ALBB, dispose deux cartes pour montrer la zone où le tutoiement est entièrement ((D’une part il y a des témoins qui disent que dans la zone de vouvoiement les gens ne comprennent pas quand l’on utilise la conjugaison à la deuxième personne du singulier (conversation personnelle avec Erwan Le Pipec), d’une autre part – surtout sur la frontière entre la zone de la distinction entre T-V et la zone de vouvoiement : par exemple à Cléden (conversation personnelle avec Jean Lecoulant) – il y a une confusion entre les deux (Jouitteau 2021, p. 9.), ou seules quelques conjugaisons à la deuxième personne du singulier (Goyat 2004, p. 131.). Ou bien encore même dans la zone de vouvoiement, le breton de l’Eglise pour catéchiser les paroissiens utilisait le tutoiement. Par exemple dans le petit livret du catéchisme publié en 1934 pour les communes vannetaises de l’Evêché de Quimper, le Décalogue est à la deuxième personne du singulier, alors que l’on n’y entendrait jamais le tutoiement.)) absent (cartes 455 et 456). A partir de ces deux atlas et des sources variées, Mélanie Jouitteau a effectué une étude précise du système d’adresse en breton à travers ses dialectes14

.

Elle s’est appuyée sur les deux cartes du NALBB qui montrent un usage général de deux pronoms et sur les notes (ou « variantes ») de Jean Le Dû sur les cartes. Mais elle n’a pas eu la chance d’exploiter les questionnaires ou les enregistrements. C’est pourtant dans ces documents que l’on pourrait trouver des précisions sur l’usage. Prenons un exemple de la différence entre Guipavas et Plougrescant15:

(Jean Le Dû) Daoust hag e vez lavaret te ha c’hwi amañ – A ya te a vez lavaret etre breudeur ha c’hoaresed ha c’hwi a vez lavaret d’an tad ha d’ar vamm, d’ar re gozh. […](J.L.D) Ur breur ha ‘nefe bet ur c’hoar goshoc’h c’hoar goshoc’h… ewitañ ‘vije lavaret c’hwi ? – O… te ! a ya ya ya etre etre breudeur ha c’hoaresed… (J.L.D) Ma zad a so a-oad ganeoc’h ha ‘neus ur c’hoar pemp pe c’hwec’h vloaz muioc’h ‘witañ ‘lâr c’hwi dehi. – A lâr c’hwi dehi ? Heñ… dam vez ked gwelet e-barzh va familh noñ… (Jean Le Dû) Est-ce que vous dites tu ou vous là ? – Ah oui, on se tutoie entre frères et sœurs et on vouvoie nos parents ou les personnes âgées […] (J.L.D) Et un frère qui aurait eu une grande-sœur ? – Oh, on se tutoie ! Mais oui entre frères et sœurs on se tutoie… (J.L.D) Par exemple, mon père qui a le même âge que le vôtre vouvoie sa sœur cinq ou six ans plus vieille que lui. – Il la vouvoie ? Eh ben, on ne fait pas comme ça dans ma famille, non… 

Et justement dans le questionnaire d’enquête de Jean Le Dû à Guipavas, on trouve une note sur l’usage du tutoiement entre frères et sœurs « Te tre breudeur tre c’hoarezed. C’hwi d’an tad ha d’ar vamm, deuz ar re goz ».

Conclusion

On a présenté des travaux scientifiques qui pourraient se faire à partir de et grâce aux questionnaires du NALBB et aux enregistrements mis en ligne. Mis à par des sujets que l’on a montrés ici, les questionnaires du NALBB pourraient être servis pour une étude sur la micro-variation… remarquez qu’il y a trois questionnaires pour Priziac (pt 151) !

Aussi a-t-on proposé pourquoi faut-il réétudier le NALBB, par notre théorie formée à partir de la réalité linguistique qui est présente de nos jours. Le NALBB est bel et bien un travail achevé et complété par des études16 là-dessus. Qui est possible d’être plus complet par une nouvelle théorie en cours, par une réflexion plus approfondie d’un monographe d’un certain dialecte et de point de vue pragmatiste par une nouvelle technologie… au-delà de la transcription « impressionniste » (ou auditive), une vérification par la phonétique acoustique comme cet article suggère. C’est ainsi que le regretté Jean Le Dû voulait lui-même :

La transcription est purement impressionniste. Partant uniquement de l’enregistrement, j’ai essayé de rester le plus fidèle possible à ce que j’entendais. Il est évident qu’en procédant ainsi je m’appuie sur mon expérience linguistique personnelle. Il est probable que les formes de la région de Tréguier, avec lesquelles j’ai le plus de contacts, sont celles que j’ai le mieux notées, en raison de ma familiarité avec leur système phonologique. En revanche, on peut supposer que ma notation de certains parlers du Morbihan ou du sud du Finistère est plus chargée de « bruits » : les lecteurs pourront en juger par eux-mêmes. De toutes manières, une vérification sera toujours possible à partir des enregistrements.

L’objectif de la science ne serait-il de « vérifier17 », autrement dit s’approcher de la vérité ? Ou chercher la vérité, sur lequel il y avait lieu un bon nombre de débats entre les empiristes et les rationalistes… l’expérience de chacun pourrait en tenter, et la comparer avec celle des autres, cela serait une des façons de s’approcher de la vérité.

C’est la raison pour laquelle on dirait que le NALBB – comme tous les travaux scientifiques – n’est pas un travail fini, jamais ne le serait-il, mais infini, dans lequel on pourrait toujours trouver un obstacle qui nous exige d’appliquer une nouvelle méthode, une « passion » à s’y remettre…



Citer ce billet
skang (2022, 10 novembre). Exploiter les archives du NALBB, en marge de questionnaires d’enquêtes NALBB: la réalisation du son /r/ et le tutoiement et le vouvoiement. Master civilisations, cultures et sociétés. Consulté le 29 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r9qo

  1. [1] Comme la Basse-Bretagne n’apparaît que partiellement sur l’ALF à travers des villes devenues gallésantes à la fin du 19ème siècle comme Noyal-Muzillac, Plumelec… []
  2. Le Roux, Pierre. Atlas linguistique de Basse-Bretagne. Plihon et Hommay, 1924, http://sbahuaud.free.fr/ALBB/. []
  3. Jean Le Du. https://radiobreizh.bzh/fr/episode/6244. Accessed 11 Oct. 2022. []
  4. Thépaut, Dominique, et al. Enquêtes dialectologiques en vue de constituer le Nouvel Atlas Linguistique de la Basse-Bretagne. Centre de Recherche Bretonne et Celtique, 9 July 2015, https://doi.org/10.34847/cocoon.822df833-b79c-39d6-92f8-8ea4a5ab4025. « La plupart », puisque la plupart des enregistrements faits dans le pays vannetais ne sont pas mis en ligne. []
  5. Aussi Mikael Madeg considère-t-il dans son traité de prononciation du breton du Nord Ouest (2010, p. 21.) que le [r] « a du plomb dans l’aile en breton de la dernière génération dont c’est la première langue ». Pierre-Yves Kersulec témoigne que l’on nomme le breton où l’on roule beaucoup le r « bredoneg kaled » (Ar rannyezhoù e Breizh. https://radiobreizh.bzh/fr/episode/8916. Accessed 12 Oct. 2022.). []
  6. Bouvier, Jean-Claude, and France, editors. Tradition Orale et Identité Culturelle: Problèmes et Méthodes. Editions du Centre national de la recherche scientifique, 1980. []
  7. Le Roux, Pierre. Atlas linguistique de Basse-Bretagne. Plihon et Hommay, 1924, http://sbahuaud.free.fr/ALBB/. []
  8. Wmffre, Iwan. 6.17 La Variation Des Rhotiques ‘Propres’ En Breton [Inachevé]. https://hlbi.llawern.com/phonetique/6-17-la-variation-des-rhotiques-propres-en-breton/. Accessed 12 Oct. 2022. []
  9. Wmffre, Iwan. 6.16 La Variation Des ‘Rhotiques’ Fricatives En Breton. https://hlbi.llawern.com/phonetique/6-15-exemplification-des-rhotiques-fricatives-en-breton/. Accessed 12 Oct. 2022. « les ‘rhotiques’ post-alvéolaires rétroflexes, progressant de *[r] battement apical (alvéolaire) > [ɽ] battement rétroflexe > *[ɹ] peu rétroflexe > [ɻ] très rétroflexe. » []
  10. Par exemple, les enregistrements d’Erwan Le Pipec à Malguénac (1998-2001) et une émission de radio en 2021 (Jeanne Kerbellec, Malguenac. https://radiobreizh.bzh/fr/episode/39062. Accessed 12 Oct. 2022.), dans les enregistrements de Le Pipec, on a entendu [r~ɾ] principalement, alors qu’on entend [r~ɾ~ɹ], mais majoritairement [ɹ] dans l’émission de radio. []
  11. Le Dû, Jean. Nouvel Atlas Linguistique de La Basse-Bretagne. Centre de recherche bretonne et celtique, Université de Bretagne occidentale, 2001. []
  12. Mannaig, Thomas, and Blanchard Nelly. Brezhoneg war an dachenn : Enquête de dialectologie et sociolinguistique bretonnes – Breton dialectal de Plougastel-Daoulas 1. Centre de Recherche Bretonne et Celtique, 10 Mar. 2022. cocoon.huma-num.fr, https://doi.org/10.34847/cocoon.4f6e1eaa-1315-4f72-ae1e-aa1315af7295. []
  13. Mannaig, Thomas, and Blanchard Nelly. Brezhoneg war an dachenn : Enquête de dialectologie et sociolinguistique bretonnes – Breton dialectal de Plougastel-Daoulas 2. Centre de Recherche Bretonne et Celtique, 10 Mar. 2022. cocoon.huma-num.fr, https://doi.org/10.34847/cocoon.7789f1e3-9bcf-45bf-89f1-e39bcfc5bffd. []
  14. Jouitteau, Mélanie. The Politeness Systems of Address,  Variations across Breton Dialects. 2021.Et la version française pourrait être trouvée dans son site : https://arbres.iker.cnrs.fr/index.php?title=Tutoiement_et_vouvoiement. []
  15. Jean, Le Dû. NALBB: Enquête dialectologique à Guipavas (3). Centre de Recherche Bretonne et Celtique, 9 July 2010. cocoon.huma-num.fr, https://cocoon.huma-num.fr/exist/crdo/meta/cocoon-57bc6d49-caed-3e7e-baba-ec4cce98c78a. (24 :28~25 :17). []
  16. Parmi lesquelles on pourrait citer la merveilleuse thèse de Tanguy Solliec (Opus citatum. 2021) qui est à la fois une étude résumant le NALBB et précisant la valeur du NALBB au sein des études dialectales et géolinguistiques pour comprendre l’histoire de la langue bretonne. []
  17. Composé de « vrai (véri < verus) » et « faire (fier < facere) » []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search