La Tour Hastings, dernier vestige roman de la cathédrale de Tréguier

Photographie de la Tour Hastings, Cathédrale Saint-Tugdual, Tréguier

Seul un vestige de l’époque romane a été conservé en élévation dans la cathédrale Saint-Tugdual de Tréguier. Il s’agit de la tour du transept nord de la cathédrale, aussi appelée Tour Hastings. Cependant, sa datation reste mal connue.

Un total de quatre évêchés est présent aujourd’hui en Bretagne suite à la réforme de 1790 qui prends place durant la Révolution française. Celle-ci vise à diviser la France en 83 départements et à réduire le nombre d’évêchés de 135 à un par département1. Cependant, à l’origine les évêchés de Bretagne sont plus nombreux et Tréguier en faisait parti avant sa fusion avec l’évêché de Saint-Brieuc, l’actuel évêché des Côtes-d’Armor. La cité épiscopale de Tréguier a perdue son statut officiel d’évêché mais la cathédrale est toujours en place. Pour accueillir un évêché il est nécessaire d’ériger une cathédrale car c’est dans ces édifices que l’évêque et ses chanoines officient. C’est d’ailleurs pour cela que l’étymologie du mot cathédrale viens du latin cathédra qui désigne le siège de l’évêque.

L’architecture de la cathédrale de Tréguier que l’on observe aujourd’hui est le fruit de remaniements et de reconstructions qui ont eu lieu tout au long de son histoire. Ces changements ont lieu suite à l’évolution des besoins auxquels répondent ces l’édifice au fil des siècles. L’esthétique est aussi un facteur important dans le renouvellement architectural des cathédrales car le pouvoir de l’évêque se montre à travers une cathédrale à la pointe de la mode architecturale.

Ces multiples facteurs entraînent la disparition des cathédrales romanes de Bretagne et leurs vestiges sont rare, tout particulièrement ceux encore en élévation. La cathédrale de Tréguier est un témoin de ces multiples facteurs qui entraînent le démantèlement de la cathédrale romane de 13392 jusqu’au XVe siècle . Ces travaux donnent naissance à une cathédrale gothique en accord avec le style anglo normand prédominant dans la région durant cette époque. L’adaptant également aux développement du pèlerinage dédié à saint Yves dont le cultes des reliques se développa à partir du XIIIe siècle3. Un tel flux dans un édifice nécessite des aménagements afin d’assurer la circulation fluide dans la cathédrale4.

Seul un vestige de l’époque romane a été conservé en élévation dans cet édifice, il s’agit de la tour du transept nord de la cathédrale, aussi appelée Tour Hastings. Les tours romanes conservées en élévation sont rares en Bretagne, tout autant que les archives contemporaines de cette période nous apportant des renseignements sur celles-ci se font rares. Cela pose des problèmes pour la datation de la plupart de ces édifices dont la Tour Hastings. En l’absence de sources les périodes de constructions de la tour ne peuvent pas être déterminées précisément. L’Historiographie tente de répondre à ces questionnements aux travers de différentes hypothèses par des comparaisons stylistiques et la datation de la création de l’évêché de Tréguier.

Plan de la cathédrale de Tréguier

La tour Hastings est la partie la plus ancienne de la cathédrale en élévation. Elle se situe à l’extrémité du bras nord du transept de la cathédrale et il y a un consensus pour dire qu’elle date de l’époque romane.

Les archives concernant cette période n’ont pas été conservées. Les documents sur lesquels nous pouvons nous appuyer pour étudier cette tour sont peu nombreux. De plus, cette tour a souvent été délaissée dans les études architecturales de la cathédrale de Tréguier.

Il s’agit d’une tour de plan Barlong. Elle s’élève sur 3 niveaux et sa hauteur de 39.5m en fait une tour de transept imposante.

Deux niveaux d’élévation sont présents sur la face sud de la tour Hastings donnant sur le transept de la cathédrale. Le premier communique avec le bras nord du transept par l’intermédiaire des deux grandes arcades en plein cintre retombant sur un pilier central cantonné. A chaque extrémité des arcades, il y a deux colonnes décorées d’un chapiteau. Les arcades sont triplées et forment un ressaut à chaque arcade afin de rythmer l’entrée.

Le deuxième niveau d’élévation est décoré d’une série d’arcs plein cintre aveugle dans le mur et le reste du mur est sans décor sculpté. Dans les parties hautes, il y a une ouverture en baies géminées dont les arcs retombent sur ses colonnettes surmontées d’un chapiteau simple. Les baies sont surmontées de deux arcs plein cintre. L’arc plein cintre supérieur retombe sur des colonnettes également surmontées d’un chapiteau qui ne possède pas de décoration sculpté.

Le rez-de-chaussée de la Tour Hastings possède une travée de large et deux en longueur.

La salle est décorée d’arcs plein cintre placés à chaque arc formeret de la voûte. Ces arcs retombent sur des chapiteaux décorés d’entrelacs traités en méplat et ces chapiteaux sont reliés à des piles circulaires qui rythment les travées.

Les deux angles au sud de la pièce qui relient la double-arcade aux murs intérieurs est et ouest possèdent une colonne ornée d’un chapiteau. Dans l’angle nord-ouest, deux colonnes surmontées d’un chapiteau et supportant les arcs plein cintre sont séparées par un contrefort engagé dans l’angle du mur. Au centre de la face nord, l’arc doubleau retombe sur un chapiteau surplombant une colonne adossée à un pilastre engagé. De chaque côté de ce pilastre sont accolées les colonnes qui supportent les arcs plein cintre. Le côté nord-est est ébrasé par la porte qui menant à un escalier.

Ce niveau est voûté d’arête quadripartite dont les deux travées sont séparées par un arc doubleau.

Trois ouvertures qui communiquent avec le reste de la cathédrale sont présentes dans ce niveau. Le mur nord ouvre sur l’actuelle sacristie, l’angle nord-est ouvre sur l’escalier de la tour et le mur est percé de la porte Saint-Jean qui mène au cloître.

La porte de la sacristie est simplement décorée avec un arc flamboyant et la porte Saint-Jean est une simple ouverture avec un arc surbaissé. L’ouverture qui mène à l’escalier possède une décoration plus fournie-. Elle dessine un léger arc brisé voussuré surmonté d’un arc en accolade. Chaque extrémité de la porte est rythmée par un pilier circulaire engagé finissant par des chapiteaux décorés d’entrelacs traités en méplat.

Une fenêtre ébrasée percée sur le mur Ouest donnant aujourd’hui sur la chapelle du duc Jean V a été rebouchée.

Les niveaux supérieurs sont accessibles via une tourelle d’angle au nord-est avec un escalier à vis.

L’escalier ouvre sur une première salle qui se situe au-dessus de la sacristie et dont la face sud correspond au mur extérieur nord de la tour Hastings. Sur ce mur il y a des ressauts verticaux qui s’arrêtent avant la charpente de la salle. Des traces des solins triangulaires sont visibles sur les faces sud et nord5.

L’entrée du deuxième niveau de la tour est surmontée d’un arc plein cintre qui trahit une ancienne ouverture rebouchée.

Les murs sont animés par des arcades en plein cintre retombant sur des pilastres d’angle. Des contreforts peu saillants sont présents sur les angles. La face Est ouvre sur une fenêtre géminée composé de deux arcs plein cintre sans décoration sculpté et sans tailloir. Les réseaux de la fenêtre sont postérieurs à l’époque romane et sont typiques de l’Ouest de la France au XIIIe siècle6.

Une liaison avec le transept a été bouchée dans la face sud. Cette ouverture est simple et sans décoration.

Les murs du troisième niveau sont animés par des arcades en plein cintre creusés dans le mur. Des ouvertures qui donnaient sur l’extérieur de la tour par des arcs en plein cintre ont été bouchées sur les face ouest et sud. La face est ouverte sur l’extérieur par une fenêtre en plein cintre dépourvu de réseau.

La tourelle qui abrite l’escalier hélicoïdale donne sur le troisième niveau mais continue plus haut et des marches sont encore visibles en hauteur. Celui-ci desservait le quatrième niveau de la tour dont le plancher n’est plus visible aujourd’hui. Cependant, les corbeaux qui le soutenaient et l’ouverture qui permettait d’y accéder sont encore visibles.

Au quatrième niveau les murs sont nus et seule la présence de fenêtres rythme les élévations. Il y a deux baies sur caque face sauf au sur la face ouest du quatrième niveau d’élévation.

L’extérieur est rythmé par des ressauts à chaque étage de la tour et par la tourelle d’angle dans l’angle Nord-Est qui abrite l’escalier.

Les fenêtres du troisième niveau de la tour qui ont été bouchées sont visibles depuis l’extérieur.

L’arc plein cintre de la fenêtre de la face ouest du troisième niveau retombe sur des colonnettes surmontées d’un chapiteau simple. Les fenêtres des faces nord et ouest du troisième niveau sont ajourées d’une double arcade dont la plus haute retombe sur des colonnettes ornées de chapiteaux dépourvus de décoration sculptée comme la fenêtre ouest. Les fenêtres des faces est et nord du quatrième niveau de la tour ont la même structure que celles-ci à l’exception de la face Ouest qui comporte des arcs brisés géminés.

Le moellon utilisé pour l’extérieur de la tour est petit et irrégulier, ce qui marque une différence d’époque avec le reste de la cathédrale qui est majoritairement faite en pierre régulière de grand et moyen appareil.

Le décor de la tour Hastings est inégalement réparti. Au rez-de chaussée il y a dix-sept chapiteaux de style roman. Neuf d’entre eux sont présents à l’intérieur du bras nord et huit autres ornent l’arcade géminée qui relie le transept nord et le reste de la cathédrale.

Les chapiteaux sont sculptés avec différents types d’entrelacs. Il y a des entrelacs et des torsades sur certains d’entre eux. Ils sont ornés d’astragales toriques fines dont les volutes évoluent parfois en motifs indépendants.

Le pilier central est décoré de quatre chapiteaux reliés par une frise d’entrelacs. Sur ce pilier, les rubans d’entrelacs sont plats et saillants.

Les bases des colonnes en forme de corbeille renversée sont décorées de motifs circulaires en léger relief. Elles sont similaires aux bases de l’église Saint-Tudy de Loctudy7.

Parmi ces chapiteaux seul un d’entre eux représente des scènes historiées et les autres sont uniquement décorés d’entrelacs et de motifs géométriques traités en méplat. La scène historiée représente deux personnages mais il est difficile de les identifier et le côté gauche de ce chapiteau est illisible. Certains historiens l’associent à une scène d’Adam et Eve mais rien ne permet de le confirmer.

La décoration sculptée est presque absente du reste des élévations. Néanmoins, le deuxième niveau contient des morceaux d’enduits ont subsisté avec des fresques polychromes partiellement conservées.

La Tour Hastings possède principalement les caractéristiques d’une tour de l’époque romane. Le moellon utilisé pour l’extérieur de la tour est du petit moellon irrégulier et les arêtes sont en pierre de taille de moyen appareil. Les arcs plein cintre surmontent la majorité des ouvertures de la tour. Néanmoins, des aménagements aux époques postérieures sont quand même perceptibles. Des ouvertures ont été murées et des d’autres sont surmontées d’arcs brisés typique de l’ère gothique.

La première mention de la tour Hastings dans une étude à but historique se trouve dans l’ouvrage Vies des saints de Bretagne Armorique publié par Albert le Grand en 16378. Il y décrit une inscription gravée sur une pierre de la tour indiquant : Hasteing obtinuit sedern, per eumque vacavit, Annis per centum demptis bisquinque, perempto Praesule, non ente in hac aliquo residente » et dont la traduction est « Hasteing s’empara du siège de Tréguier, ce qui fut cause d’une vacance de ce siège, qui dura 90 ans, cent ans moins deux fois cing, pendant lesquels, l’évêque ayant été supprimé, personne ne résidait au dit siège ».

Yves Gallet fait partie des nombreux auteurs à citer cette inscription comme gravée sur la tour Hastings et reportée par Albert le Grand9. Cependant, dans son ouvrage Albert le Grand ne dit aucunement qu’il l’a vu dans la tour. Certains écrits fantaisistes du XIXe siècle ont probablement influencé les écrits qui ont suivi. Albert le Grand cite cependant le nom de Hastings pour nommer la Tour. Cela nous indique que la tour s’appelait déjà comme cela au XVIIe siècle.

Cette inscription est également présente dans le catalogue des évêques de Tréguier. Il y est mentionné Hasteinn, chef normand, ayant fait fuir l’évêque de Tréguier pendant 90 ans sous l’épiscopat de Gozennanus.

Le nom d’un chef normand s’appelant Hasteinn est également cité dans « les actes des ducs de Bretagne » édité par Hubert Guillotel. Celui-ci aurait mené des incursions en 882 sur les bords de la Loire10.

Selon les estimations de Hubert Guillotel, l’évêché de Tréguier ne serait pas encore mis en place à la période où Hasteinn et ses hommes envahissent Tréguier. Le lien entre cette tour et le chef normand n’est donc pas connu à ce jour.

Le manque de sources entraîne des problèmes dans la datation de la tour bien qu’il y ait un consensus autour du fait qu’elle ait été construite à l’époque romane. Des auteurs vont tenter d’en donner une datation plus précise.

Monseigneur de Fréminville affirme que la Tour Hastings porterait encore des traces de la cathédrale reconstruite par l’évêque Gratias au Xe siècle mais la majorité des auteurs vont placer sa construction plus tard.

Roger Grand a écrit une courte notice de la cathédrale de Tréguier dans son ouvrage dédié à l’art roman en Bretagne11. D’après une comparaison stylistique entre les chapiteaux de Tréguier et ceux de Saint-Gildas de Rhuys, il détermine que la tour daterait du XIe siècle. La présence d’un arc en mitre à la baie du deuxième niveau donnant dans le croisillon vient appuyer cette datation. Il compare stylistiquement le premier niveau de la Tour Hastings avec la base du clocher de l’ancienne église Saint-Pierre englobée dans le château de Talmont datant du XIe siècle.

Il détermine également que dans le troisième niveau, le style des arcades et de l’appareil est plus élaboré. Il en vient alors à la conclusion que ce niveau est du XIIe siècle et qu’il y aurait deux phases de construction. Arnaud Ybert appuye cette idée des deux phases de construction à partir du deuxième niveau car la souche d’escalier carré dans ses parties basses devient circulaire à partir de cette partie12. De plus, les fenêtres ne sont pas uniformes, ce qui laisse penser qu’elles ont été modifiées. Les fenêtres de la face ouest du quatrième niveau possédent des arcs brisés contrairement aux autres fenêtres du même niveau qui possède un arc plein cintre retombant sur des colonnes plus élaborées.

Dans son étude de la sculpture romane en Bretagne, Anne Autissier utilise la méthode de la comparaison stylistique pour estimer la période de construction des chapiteaux de Tréguier13. Elle fait le rapprochement entre les bases de Tréguier et celles de l’église de Loctudy et détermine que ces bases sont atérieures au XIIIe siècle car à partir de cette période, l’épannelage des bases se complexifie. C’est par ces comparaisons qu’elle détermine que les chapiteaux de Tréguier dateraient de la fin du XIe ou du début du XIIe siècle.

Les chapiteaux s’inscrivent dans un style géométrique que l’on peut retrouver dans certaines églises d’Espagne dans la seconde moitié du IXe siècle mais selon Anne Autissier ces édifices sont trop éloignés temporellement et géographiquement pour avoir inspiré les sculpteurs de Bretagne.

La sculpture normande de la fin du XIe siècle est caractérisée par son géométrisme que l’on retrouve dans les décors bretons contemporains. Anne Autissier préfère donc faire le rapprochement entre ces deux styles pour estimer la période dans laquelle s’implante les chapiteaux de Tréguier car la Normandie et la Bretagne sont proches géographiquement. Il est donc probable que l’art normand ait inspiré les sculpteurs de cette période en Bretagne.

Elle estime donc que les chapiteaux et les bases présentes dans le premier niveau de la tour ont été sculptés à la fin du XIe siècle.

En Bretagne, le géométrisme comporte une plus grande diversité car le décor sculpté est concentré sur les chapiteaux contrairement à la sculpture normande.

Il y a aussi un chapiteau figuré sur le mur est du premier niveau de la tour. Son interprétation est difficile car une partie de la scène est illisible du côté gauche. Ce chapiteau a été associé à une scène représentant Adam et Eve mais selon Anne Autissier cette scène ne correspond pas aux canons de représentation de l’époque romane14.

La comparaison stylistique peut donner des éléments de réponse sur une datation mais ce n’est pas une méthode parfaite. Les chapiteaux de Saint-Gildas auxquels Roger Grand fait référence. Pour une comparaison correcte il faudrait comparer à des édifices dont on connaît précisément la période de construction.

Yves Gallet étudie brièvement la Tour Hastings et fait le rapprochement entre la tour Hastings et les tours de transept qui ont été construites de l’époque carolingienne jusqu’au XIIe siècle. Ce fut le cas à Saint-Martin de Tours ou à la cathédrale du Mans. Cela donne une période de construction très large mais cela permet d’appuyer la datation de la Tour Hastings à l’époque. De plus, des comparaisons stylistiques avec la cathédrale du Mans pourraient nous permettre de donner des renseignements sur la datation de la Tour. Cet édifice est proche géographiquement et il est mieux daté que l’abbaye de Saint-Gildas de Rhuys ou l’église de Loctudy auquel Roger Grand et Anne Autissier font référence.

La datation de la cathédrale n’est pas la seule question que l’on peut se poser sur cette tour. Elle est aujourd’hui placée dans le bras nord du transept de la cathédrale actuelle mais le manque d’archives ne nous permet pas de la situer dans la cathédrale romane dont on sait peu de choses à ce jour. Notre-Dame de Guingamp et la cathédrale de Saint-Pol-de-Léon avaient très certainement des transepts saillants à l’époque romane. La cathédrale de Saint-pol-de-Léon a été reconstruite à l’époque gothique mais elle a gardé un plan similaire lors de sa reconstruction. L’édifice roman n’a pas été détruit mais a servi de base pour un chemisage gothique. Notre-Dame de Guingamp a été reconstruite mais sa croisée de transept romane a été conservée15. Par comparaison avec la cathédrale de Saint-pol de Léon et Notre-Dame de Guingamp Yves Gallet suppose que la tour Hastings aurait également pu se placer dans le bras nord de l’ancienne cathédrale16.

Dans son étude architecturale de la cathédrale Arnaud Ybert relève la présence de traces de solin triangulaire sur la face nord du mur externe de la tour17. Ces traces de solin montreraient que ce n’est pas le cas de la tour Hastings.

Au premier niveau de la tour, la retombée sud-ouest comporte un départ d’arc orienté nord-sud à son extrémité sud. Ce raccordement avec le reste de la cathédrale laisse supposer que la tour Hastings se situait dans le bras nord du transept à l’époque romane. Replacer la tour Hastings permet d’avoir une idée des dimensions de la cathédrale romane et de la fonction de la tour18.

Certains auteurs comme Anne Autissier ou Louise-Marie Tillet définissent cette tour comme un clocher19. Dans sa courte notice Anne Autissier compare la tour Hastings aux tour-clocher de Cluny III et de Saint-Martin de Tour. Il est cependant peu probable que ce dernier niveau ait assuré cette fonction.

Des réaménagements de l’époque gothique laissent penser que cette tour ait eu une fonction après la période romane. Le premier niveau sert de voie de communication entre la cathédrale et le cloître via la porte Saint-Jean percée dans la face est et une porte dans la face nord mène à la sacristie. Le deuxième niveau attire également notre attention. Un passage menant aux élévations de la cathédrale est percé sur dans la face sud de ce niveau. Il y a également des restes d’enduits peint. Ces éléments démontrent une fonction pratique et les éléments peints laissent supposer que cette pièce était destinée à être vue20.

Cette utilisation de la tour est un élément qui peut expliquer sa conservation. Une deuxième raison qui aurait pu expliquer la conservation de la tour est architecturale. La tour se trouve encastrée entre la nef, le chœur et plus tard le cloître et la sacristie. Il est donc difficile de reconstruire la tour sans impacter une partie des espaces mitoyens.

  1. DEAN Rodney, « L’Assemblée Constituante et la réforme ecclésiastique, 1790. La Constitution civile du clergé du 12 juillet et le serment ecclésiastique du 27 novembre », Annales historiques de la Révolution française, Paris, 2014, p.176-179 []
  2. LE BOULC’H Anne-Claude, « La nef de l’ancienne cathédrale de Tréguier et la formation d’une architecture gothique régionale », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 2002, p. 36 []
  3. MINOIS Georges, « Culte des saints et vie religieuse dans le diocèse de Tréguier au XVe siècle », In: Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, Tome 87, numéro 1, 1980, p.26 []
  4. YBERT Arnaud, « L’architecture de la cathédrale Saint-Tugdual de Tréguier », Tréguier et son pays – la justice en Bretagne, Mémoires de la SHAB, Rennes, 2018, p.328 []
  5. YBERT Arnaud, « L’architecture de la cathédrale Saint-Tugdual de Tréguier », Tréguier et son pays – la justice en Bretagne, Mémoires de la SHAB, Rennes, 2018, p.311 []
  6. YBERT Arnaud, « L’architecture de la cathédrale Saint-Tugdual de Tréguier », Tréguier et son pays – la justice en Bretagne, Mémoires de la SHAB, Rennes, 2018, p.311 []
  7. AUTISSIER A. La sculpture romane en Bretagne, XI-XIIe siècle, Presses universitaires de Rennes, 2005 []
  8. LE GRAND Albert, « Vies des saints de la Bretagne Armorique », 1re éd. 1637, rééd. Quimper, 1901, p. 259 []
  9. GALLET Yves, « La cathédrale de Tréguier au temps de saint Yves », dans Jean-Christophe Cassard et Georges Provost, dir., Saint Yves et les Bretons. Culte, images, mémoire (1303- 2003), Rennes-Brest, 2004, p. 252-253 []
  10. BOURGES André-Yves, « Les origines de l’évêché de Tréguier : état de la question », Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne,2018 []
  11. GRAND Roger, «  L’art roman en Bretagne », Paris, Editions Picard, 1958 []
  12. YBERT Arnaud, « L’architecture de la cathédrale Saint-Tugdual de Tréguier », Tréguier et son pays – la justice en Bretagne, Mémoires de la SHAB, Rennes, 2018, p.311 []
  13. LE GRAND Albert, « Vies des saints de la Bretagne Armorique », 1re éd. 1637, rééd. Quimper, 1901, p. 250 []
  14. LE GRAND Albert, « Vies des saints de la Bretagne Armorique », 1re éd. 1637, rééd. Quimper, 1901, p. 250 []
  15. GALLET Yves, « Guinguamp, église Notre-Dame », Congrès archéologique de France, Paris, 2017, p. 235 []
  16. GALLET Yves, « La cathédrale de Tréguier au temps de saint Yves », dans Jean-Christophe Cassard et Georges Provost, dir., Saint Yves et les Bretons. Culte, images, mémoire (1303- 2003), Rennes-Brest, 2004, p. 254-255 []
  17. BOURGES André-Yves, « Les origines de l’évêché de Tréguier : état de la question », Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne,2018, p.311). Celles-ci sont visibles depuis la salle au-dessus de la sacristie. Cet élément indiquerait que la tour était inclus dans un ensemble architectural avant le XVe siècle lors de la construction du cloître et de l’actuelle sacristie. L’exemple de la cathédrale de Dol de Bretagne nous montre qu’une tour romane indépendante peut être englobée par la reconstruction gothique de la cathédrale ((AMIOT Patrick, « La cathédrale Saint-Samson de Dol-de-Bretagne », éditions héritage d’histoire, 2010, p. 41 []
  18. BOURGES André-Yves, « Les origines de l’évêché de Tréguier : état de la question », Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne,2018, p.311 []
  19. TILLET Louise-Marie, « Bretagne Romane”, Editions Zodiaque, Paris, 1991 []
  20. YBERT Arnaud, « L’architecture de la cathédrale Saint-Tugdual de Tréguier », Tréguier et son pays – la justice en Bretagne, Mémoires de la SHAB, Rennes, 2018, p.328 []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Léna Longuépée (17 novembre 2022). La Tour Hastings, dernier vestige roman de la cathédrale de Tréguier. Master civilisations, cultures et sociétés. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/r9qp


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search