Qu’est-ce qu’être un homme en 2022 après le mouvement #MeToo ?

À travers cet article, nous rappellerons dans un premier temps ce qu’a était le mouvement #MeToo et pourquoi il a été nécessaire. À l’aide de deux exemples (les opposés ayant été choisis), nous verrons ce que cela signifie d’être un homme aujourd’hui après le mouvement #MeToo.

Une femme tenant une pancarte portant l’inscription “#MeToo”, 2017.
https://pixabay.com/photos/metoo-women-harassment-sexual-2859980/

Rappel de ce qu’a été le mouvement #MeToo :

Le mouvement #MeToo, commence en 2017 lorsque sur Twitter l’actrice américaine Alyssa Milano appelle les femmes ayant subi des agressions sexuelles à répondre à son tweet par le #MeToo. Nous assistons alors à un déferlement de témoignages sur les réseaux sociaux de femmes connues ou anonymes dénonçant les agressions dont elles ont été victimes. Si les femmes dénoncent de toute part, c’est la chute de l’un des plus gros producteurs de films à Hollywood Warvey Weinstein qui va marquer le mouvement.

En effet le producteur va être accusé par de nombreuses actrices, célèbres ou non, d’agressions sexuelles, de harcèlement, mais aussi de viol. Au total, ce sont 93 femmes l’accusent publiquement d’agression et 14 affirment avoir été violées. « L’affaire Weinstein » comme les médias vont l’appeler va marquer le mouvement car cela va montrer au monde et en particulier aux femmes que lorsque que nous nous mobilisons et que nous sommes solidaires, même les hommes les plus puissants ne résistent pas.

Le #MeToo va très devenir viral et surtout mondial. Dans beaucoup de pays les femmes vont s’approprier le mouvement avec notamment en France le #Balancetonporc lancé à l’initiative de la journaliste Sandra Muller. En Espagne avec #YoTambién = moi aussi et en Italie avec #QuellaVoltaChe = la fois où).

La société patriarcale dans laquelle nous vivons.

Si le mouvement #MeToo a été nécessaire et si la lutte féministe en générale est encore aujourd’hui d’actualité, c’est parce que nous vivons dans une société patriarcale.

Le dictionnaire Larousse, défini le patriarcat comme une : « Forme d’organisation sociale dans laquelle l’homme exerce le pouvoir dans le domaine politique, économique, religieux, ou détient le rôle dominant au sein de la famille, par rapport à la femme. ».

Déjà en 1998, la sociologue française Anne-Marie Devreux écrivait dans la revus “Recherches féministe” : 

« [L]es hommes ont pour spécificité par rapport aux femmes d’être majoritairement en position supérieure. […] Mais ils ne sont pas seulement dans cette position parce que les femmes sont au-dessous […]. Ils y sont parce que les rapports de sexe les y mettent, parce qu’ils sont produits pour y être, et parce qu’ils luttent pour s’y maintenir. ».1 

En résumé, notre société repose sur le principe que l’homme est fait pour commander et dominer, alors que la femme est faite pour obéir.

Selon de psychologue masculiniste Yvon Dallaire cité dans un article de Francis Dupuis-Déri (un enseignant chercheur québécois en science politique et à l’Institut de recherches et d’études féministes de l’Université du Québec à Montréal) pour la revue “Ballast” parut en 2020 :

« Le masculin est associé à l’autonomie, à la raison, à l’autodiscipline, à l’action et à la compétitivité, à la force, voire à l’agression et la violence, et même à l’efficacité ; le féminin au relationnel, à la dépendance, aux émotions, à l’incontrôlable, à la passivité, à la sollicitude (le care), à la douceur, voire la faiblesse, et même à l’égalité. »2 

Cette idéologie, permet une banalisation des violences faites aux femmes. Les violences qu’elles soient conjugales ou non, sont profondément inscrites dans notre société. 

Nous nous souvenons tous de cette vidéo de surveillance d’une terrasse à Paris montrant une femme se faire gifler en pleine rue par un homme en 2018. Rappel des faits : une jeune femme passe devant une terrasse, on peut voir sur la vidéo qu’elle croise un homme, elle dira plus tard que l’homme je cite « s’est permis de m’adresser des bruits/ commentaires/ sifflements/ coups de langue sales, de manière humiliante et provocante à mon passage » et lui répond je cite toujours « ta gueule » et passe son chemin. On voit alors l’homme dans un premier temps lui jeter un cendrier, et voyant qu’il n’a pas atteint sa cible, revenir sur ses pas et la gifler en pleine rue. Si l’acte en lui-même est choquant, le manque (ou le peu) de réaction de la part des personnes témoins de la scène est révoltant.

« Masculinistes » une vraie « Crise de la masculinité » ?

Pour l’Office québécois de la langue française (l’équivalent de l’Académie française au Québec) dans leur Grand dictionnaire terminologique, le masculinisme c’est : « Ensemble des mouvements sociaux qui concernent la condition masculine ». 

Dans un article de 2013, pour la revue Savoir/Agir qui s’intitule : « Analyser la domination masculine, ses ambivalences et ses coûts. Intérêt et enjeux d’une étude en terrain sensible. » Christine Guionnet qui est enseignante-chercheuse en science politique à l’Université Renne 1 dit je cite :

« Les militants masculinistes ont pour point commun d’affirmer que la guerre des sexes aurait conduit à des abus, à une situation pénible pour les hommes, plus qu’à une égalité croissante entre genres. Les femmes auraient obtenu trop de droits et de libertés et seraient devenues incontrôlables. »3

  • Une définition de la “crise de la masculinité” 

Sur la « crise de la masculinité », Francis Dupuis-Déri écrit dans un article de 2012 intitulé « Le discours de la « crise de la masculinité » comme refus de l’égalité entre les sexes : histoire d’une rhétorique antiféministe. », pour la revue Cahiers de genre :

« Les discours de crise de la masculinité agissent comme une stratégie rhétorique pour discréditer des femmes qui s’émancipent, ou cherchent à s’émanciper, et qui sont désignées comme la cause de la crise. Ce discours permet aussi de justifier la mobilisation de ressources politiques, juridiques, économiques, culturelles et militaires pour confirmer la différence inégalitaire entre les sexes, réaffirmer la supériorité des hommes et consolider leur pouvoir et leurs privilèges à l’égard des femmes. »4

Les hommes « proféministes », de véritables alliés ?

Si certains hommes sont contre les femmes et le revendiquent fièrement, d’autres en revanche les soutiennent. Mais ces hommes sont-ils vraiment des alliés ou leur engagement n’est-il qu’une façade ? Francis Dupuis-Déri tente de dresser le ou les profils des hommes qui se déclarent proféministes. Dans un article de 2008 publié dans la revue Recherches féministes, intitulé « Les hommes proféministes : compagnons de route ou faux amis ? », il distingue 5 types d’hommes proféministe :

« Serait victime d’un désordre d’identité sexuelle : avec ce terme, il utilise une rhétorique antiféministe, en expliquant je cite que : « La hargne et le mépris qu’expriment des hommes ouvertement antiféministes à l’égard des hommes proféministes tiennent de ce que les premiers considèrent que les seconds sont des « traîtres » à leur classe de sexe. ». Selon les antiféministes, les hommes proféministes sont donc des « traîtres ».

Une éthique égalitariste : pour lui : « Selon cette hypothèse, un homme qui accorde une part importante à l’idée d’égalité dans la construction de son identité aura – en principe – plus de chances d’être proféministe dans la mesure où il cherche ainsi à préserver sa cohérence identitaire à ses propres yeux et aux yeux des personnes à qui il accorde de l’importance. ». Il précise que très souvent les hommes faisant partie de cette catégorie sont politiquement plus orientés à gauche, mais nuance avec le fait que la chute du système capitaliste reste la priorité de ces hommes et que pour eux la chute de ce système entraînera nécessairement la fin du sexisme.

L’affection à l’égard des femmes : ou d’une femme en particulier peut amener un homme à devenir proféministe, il explique : « Le compagnon de route et de cœur d’une féministe peut, en raison de son affection envers elle, réagir avec plus de solidarité lorsqu’elle lui explique la difficulté de sa lutte à mener et lui révèle les situations d’oppression qu’elle vit par rapport aux hommes. Des hommes peuvent également ressentir une solidarité pour des femmes dont ils se sentent proches – mère, sœur, amie, collègue, etc. – et se révolter contre l’oppression qu’elles subissent. » »5

  • L’intérêt et la recherche d’avantages : dans cette catégorie, il détaille 5 « sous-catégories » d’hommes :

L’opportuniste: « se déclare « féministe » lorsqu’il sent que le féminisme est de bon ton et à la mode, à tout le moins dans certains milieux. Il espère ainsi se positionner avantageusement dans un champ professionnel précis (le monde universitaire, par exemple) ou se rendre plus sympathique aux femmes. »

Le poseur: « s’intéresse aux théories féministes de façon abstraite. Son « féminisme de façade » (Descarries 2005 : 147) n’a pas d’impact dans sa vie. Il peut même se servir de ses connaissances du féminisme pour faire la leçon à des femmes. »

L’initié : « se sent partie prenante à la cause féministe et il milite dans des groupes proféministes. Il se gagne la sympathie des femmes – militantes, mères et sœurs, compagnes et amies – du simple fait qu’il se dit « féministe ». Il se sent supérieur par rapport aux autres hommes, car ce sont eux – et jamais lui – qui sont coupables de misogynie et responsables du patriarcat. »

L’humaniste : « l’humaniste admet qu’il profite du patriarcat, mais il dit souffrir de ce système injuste au même titre que les femmes, car l’injustice et l’inégalité le révulsent par principe. »

L’auto-flagellateur: « vit son féminisme tel un chemin de croix qui lui apportera rédemption. Il veut se libérer de son propre sexisme et rêve d’être un individu pur et sans contradictions. »6

Pour lui bien que des hommes proféministes existent, certains se revendiqueraient féministe pour en tirer un avantage (sexuel), se donner bonne conscience ou se sentir supérieurs par rapport aux autres hommes.

Conclusion

Il y a-t-il aujourd’hui une “crise de la masculinité” ? Pour moi, la réponse est non. Les hommes sont toujours en position de force. Malgré quelques améliorations, il reste énormément de travail à faire sur les rapports entre les hommes et femmes. Malheureusement, encore en 2022 il fait toujours meilleur de naître homme que de naitre femme.

  1. Dupuis-Déri, F. (2012). Le discours de la « crise de la masculinité » comme refus de l’égalité entre les sexes : histoire d’une rhétorique antiféministe. Cahiers du Genre, 52, 119-143. https://doi.org/10.3917/cdge.052.0119 []
  2. Dupuis-Déri, F. (2020). Suprématie mâle : histoire d’un concept. Ballast, 9, 132-141. https://doi.org/10.3917/ball.009.0132 []
  3. Guionnet, C. (2013). Analyser la domination masculine, ses ambivalences et ses coûts: Intérêt et enjeux d’une étude en terrain sensible. Savoir/Agir, 26, 45-50. https://doi.org/10.3917/sava.026.0045 []
  4. Dupuis-Déri, F. (2012). Le discours de la « crise de la masculinité » comme refus de l’égalité entre les sexes : histoire d’une rhétorique antiféministe. Cahiers du Genre, 52, 119-143. https://doi.org/10.3917/cdge.052.0119 []
  5. Dupuis-Déri, F. (2008). Les hommes proféministes : compagnons de route ou faux amis? Recherches féministes21(1), 149–169. https://doi.org/10.7202/018314ar []
  6. Dupuis-Déri, F. (2008). Les hommes proféministes : compagnons de route ou faux amis? Recherches féministes21(1), 149–169. https://doi.org/10.7202/018314ar []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Gwenaelle VAUZELLE (10 décembre 2022). Qu’est-ce qu’être un homme en 2022 après le mouvement #MeToo ? Master civilisations, cultures et sociétés. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/r9qt


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search