Parcours migratoires et identités chrétiennes à Brest (étude ethnographique)

Principalement venus de pays d’Afrique ou de départements d’Outre-Mer, ces chrétiens qui résident désormais à Brest ne s’attendaient pour la plupart pas à trouver en France un christianisme si différent. Comment alors conserver sa pratique religieuse dans ce contexte autre ? Entre concessions et stratégies.

Chrétiens évangéliques pendant un temps d’adoration © EPM

Eglises brestoises

La ville de Brest témoigne de la coexistence au sein du christianisme de nombreuses Églises de confessions différentes, rassemblant une vingtaine d’Églises et Chapelles catholiques, une Église protestante luthéro-réformée, ainsi que sept Églises protestantes évangéliques.

Dans le cadre de mon mémoire de recherche, qui s’intéressait aux processus de construction des identités chrétiennes j’ai mené une étude comparative qui se base sur des observations ethnographiques menées durant l’année 2021 auprès de trois communautés : l’Église catholique Saint-Laurent, située dans le quartier de Lambézellec, l’Église protestante luthéro-réformée située rue Voltaire, ainsi qu’auprès des membres de l’Eglise évangélique pentecôtiste Nouvel Espoir, rue Jules Lesven. 

Au sein de ces Églises, j’ai pu rencontrer de nombreuses personnes qui étaient arrivées en France il y a plus ou moins longtemps, je propose donc dans cet article d’interroger le lien entre parcours migratoires et identités chrétiennes, en posant deux questions : la première serait de questionner le rôle que tient la continuité de cette pratique religieuse dans le cadre d’un parcours migratoire. La seconde s’intéresserait à la manière dont ces personnes de confession chrétienne, qui ont quitté leur pays d’origine et résident désormais en France, pratiquent-elles leur foi dans un contexte autre ? Est-il possible de conserver la même pratique, ou est-ce que cela conduit forcément à des aménagements ? Cela nous amènera pour finir à  nous intéresser de plus près à ce qui peut être mis en place pour continuer ou retrouver la pratique telle qu’ils la connaissaient.

Trouver une Eglise locale

Lorsque l’on s’intéresse aux migrations de populations de confession chrétienne, deux cas de figure apparaissent : l’intégration des nouveaux arrivés aux Églises de la ville, et la création de nouvelles Églises par ces populations. Mais il apparaît toujours l’importance de la continuité de la pratique religieuse pour un individu qui a connu un parcours migratoire. Cela entraîne nécessairement plusieurs bouleversements : une culture et une langue différente, souvent la séparation avec des proches… Ainsi, conserver cette pratique religieuse et s’intégrer à une Eglise locale semble particulièrement important. Cela permet de trouver une place et de créer des relations, parfois cela permet de trouver un rôle en occupant des fonctions au sein de la vie d’Église. Les Églises peuvent également, par le message qu’elles véhiculent, permettre au croyant de trouver du sens à son parcours migratoire, et à sa présence dans le pays1

 

S’intégrer à une Église locale de la même confession que celle fréquentée dans le pays d’origine semble également représenter une façon de conserver le lien avec son passé, ses racines, et avec le reste de la famille qui est resté dans le pays d’origine. D’une part, malgré les changements qu’entraînent le parcours migratoire, continuer de s’inscrire dans la même tradition religieuse permet une certaine continuité du Soi. Il y a toujours de nombreux d’enjeux dans le fait de se reconnaître dans une confession particulière du christianisme, autre que l’unique contenu conceptuel. Un exemple de terrain peut être représentatif dans ce qui se joue pour plusieurs personnes de Polynésie française qui fréquente l’Église Protestante Unie. Cette petite dizaine de personnes, toutes arrivées de Polynésie au début de l’âge adulte, se sont connues dans cette Église. Leurs parcours sont assez similaires : arrivés à Brest pour des raisons différentes (mariage, études, travail…) ils ont cherché une Église protestante, étant celle qu’ils fréquentaient dans leur pays. Celle-ci étant la seule de Brest et de ses alentours appartenant à ce mouvement, il n’y a donc pas eu de choix à faire. 

Certains relèvent toutefois la forte différence entre les cultes qu’ils connaissaient et ceux qu’ils trouvent à Brest, principalement dans l’attitude des croyants. S’ils étaient habitués à des Eglises remplies, particulièrement dynamiques et vivantes, Reva fait part de sa déception quant au protestantisme qu’il a trouvé en France. Celui-ci, qui représente une minorité, 2 à 3% de la population française est également décrit comme vieillissant.2 Si comme lui, d’autres jeunes préféreraient une vie d’Église et une pratique religieuse plus dynamique, ils relèvent le fait que c’est pour eux une évidence d’être dans cette Eglise puisque c’est l’Eglise qu’ils fréquentaient en Polynésie.

Il n’est pas envisageable de songer à changer d’Église, même dans le cas où celle-ci ne leur conviendrait pas totalement. Il n’est pas question de se tourner vers les Églises évangéliques qui ressemblent dans la forme davantage à ce qu’ils connaissaient. Lorsque je leur pose la question, ils répondent unanimement que ces Églises ne sont pas de confession protestante historique, ce qui ne leur correspond donc pas. Il apparaît effectivement un certain attachement à la tradition religieuse héritée et donc de conserver son appartenance. Cela semble être une manière de rester en lien avec leurs racines en dépit de leur émigration. L’Église, qui est généralement décrite au sein du christianisme comme une famille, une maison, est ce qui leur permet de se sentir chez eux, principalement lorsqu’elle reste dans la lignée de celle de leur pays. Ainsi, cela leur permet de ne pas changer de groupe d’appartenance, d’être “dit évangélique”, et ainsi conserver ce groupe d’appartenance, qui est également celui des membres de leur famille qui résident dans le pays d’origine.

 

Pratiquer sa foi chrétienne dans un contexte bien différent

 

Il apparaît largement dans le discours de ces Chrétiens, principalement venus de pays d’Afrique ou de départements d’Outre-mer, le contraste entre le christianisme caractérisé par une certaine effervescence religieuse3, dynamique et charismatique qu’ils connaissaient4, et celui qui est présent en France5. La plupart de ces chrétiens font référence au fait qu’avant d’arriver en France, ils n’imaginaient pas une pratique du christianisme si différente au sein des Églises. Certains font part de cette déception mais fréquentent tout de même l’Eglise qu’ils ont trouvé, en “faisant avec” pour reprendre leurs mots.

Cela conduit également à l’émergence et à la fréquentation de plus en plus importante d’Églises érigées par et pour des personnes d’une certaine origine, comme nous pouvons le voir à Brest. C’est ainsi que naissent de nouvelles Églises, dites ethniques, qui sont à Brest, principalement l’expression de diasporas africaines6. Ces Églises, qui s’inscrivent dans des réseaux internationaux, sont en pleine expansion7 et ont pour caractéristique de rassembler les populations de même origine8. Nous pouvons observer aujourd’hui en France une éclosion du nombre de communautés protestantes évangéliques créées et fréquentées par des migrants venus du continent africain9. Ces Églises sont essentiellement de courant pentecôtiste et contribuent à l’implantation du pentecôtisme en France10. Ces mobilités conduisent à des transformations au sein du christianisme11 qui sont directement observables12. Cela permet à ces chrétiens de retrouver la pratique religieuse telle qu’elle existe dans leur pays d’origine, mais également de s’intégrer à une communauté constituée de personnes d’une culture commune, qui parlent la même langue et qui souvent, ont connu le même parcours migratoire.

 

1 Maskens M. (2008). Migration et pentecôtisme à Bruxelles. Expériences croisées, Archives de sciences sociales des religions, 143. Archives de sciences sociales des religions. DOI :  https://doi.org/10.4000/assr.16423

2 Willaime, J. (2021). Difficultés et enjeux des études quantitatives de la minorité protestante française. Archives de sciences sociales des religions, 195, 221-251. https://doi.org/10.4000/assr.59792

Mary, A. (1995). Pour une anthropologie des formes contemporaines du christianisme africain. Journal des anthropologues, n°63, p. 21-36. DOI : https://doi.org/10.3406/jda.1995.1945

4 Aubourg, V. (2014). Christianismes charismatiques à l’île de la Réunion. Karthala. 

5 Hervieu-Léger, D. Schlegel, J-L. (2022). Vers l’implosion ?Entretiens sur le présent et l’avenir du catholicisme, Paris, Seuil. 

6 Fath, S. (2005). Du ghetto au réseau. Le protestantisme évangélique en France 1800-2005. Labor et Fides.

7 Fancello S. (2003). Les politiques identitaires d’une Église africaine transnationale. Cahiers d’études africaines, 172. DOI : https://doi.org/10.4000/etudesafricaines.1468

8 Demart S. (2008). Le combat pour l’intégration des Eglises issues du réveil congolais (RDC) Revue européenne des migrations internationales, vol. 24,  n°3. DOI : https://doi.org/10.4000/remi.4840

9 Boutter B. (2014). Les Eglises évangéliques charismatiques issues des migrations africaines face au protestantisme local dans deux métropoles régionales de l’ouest de la France (Nantes et Rennes). Dans : Fer, Y. Malogne-Fer, G. (dir.) Le protestantisme évangélique à l’épreuve des cultures. L’Harmattan. p. 23-44. 

10 Mottier D. (2014). Une ethnographie des pentecôtismes africains en France. Le temps des prophètes. Espace Afrique. Academia.

11 Mossière, G. Bava, S. (2021). Mobilités et parcours religieux dans l’islam et le christianisme : variations, transformations et transgressions. Migrations Société, 184, p. 13-24. DOI :  https://doi.org/10.3917/migra.184.0013

12 Aubourg, V. (2020). Réveil catholique. Emprunts évangéliques au sein du catholicisme. Genève, Labor et Fides. 

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Emilie Nicolas (10 décembre 2022). Parcours migratoires et identités chrétiennes à Brest (étude ethnographique). Master civilisations, cultures et sociétés. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/r9qv


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search