Les conséquences des guerres romaines en Illyrie du 229 avant J.-C. à 9 après J.-C. d’après les sources littéraires.

« […] Les Romains, qui au lieu de se satisfaire des limites de l’Italie, ont conçu l’espoir extravagant de devenir maîtres du monde, et sont en guerre contre tous les rois. […] comme si c’était un crime pour un roi de se trouver à côté des frontières de leur empire. »

JUSTIN. Abrégé des Histoires Philippiques de Trogue Pompée, XXIX, II, p. 36.

Carte d’Illyrie. Strabon, VII.

Les peuples illyriens

Les illyriens sont des peuples appartennant à la même origine ethnique qui occupaient le bassin de la mer Adriatique. Ils sont partagés en plusieurs tribus (ἔθνη) qui ont chacune un roi1, bien que Cabanes affirme que certains peuples illyriens n’avaient pas de roi (ἀϐασίλευτοι)2.

Malgré une haute influence grecque, surtout en Illyrie méridonnale, ils diffèrent par rapport aux coutumes, traditions, mais aussi par la langue qui est différente de celle de leurs voisins grecs3. L’Illyrie se trouve entourée de plusieurs peuples, de la Grèce, la Thrace, des peuples germaniques et en face ayant comme frontière la mer Adriatique se trouve l’Italie. Le terme Illyrie semble davantage être une notion géographique qu’ethnique, étant donné qu’en Illyrie il y avait des peuples étrangers qui sont installés parmis les autochtones. C’est pour cela que j’emploie le terme « illyriens » et non le terme « Illyrie » lorsque je parle des peuples d’origine illyrienne.

Les frontières de l’Illyrie diffèrent selon les époques, celles de l’époque d’ Hérodote ne sont pas les mêmes qu’à l’époque à laquelle vit Thucydide, ou Strabon. Pour avoir une vision de l’espace géographique qu’occupent les illyriens, nous pourrions résumer qu’ils s’étendaient de Trieste à la Save, de cette dernière jusqu’au Danub, à la Morave en Serbie actuelle et jusqu’au Vardar en Macédoine. En laissant dehors l’Épire qui est tantôt en Grèce tantôt en Illyrie.

Avant les conquêtes romaines, nous ne connaissons les illyriens que par le biais des écrits d’auteurs grecs, lorsqu’ils font partie d’un événement majeur dans l’histoire de ces derniers, mais ils jouent un rôle secondaire. En ce qui concerne les auteurs romains, ils sont plus tardifs à écrire sur les illyriens, qu’à partir du début du IIe siècle avant J.-C.

L’expansion romaine de ce côté de la mer Adriatique commence dès la première guerre d’Illyrie en 229 avant J.-C. lors du premier contact des romains avec les illyriens. Rome au troisième siècle avant J.-C. se trouve entre plusieurs guerres, mais elle est en mesure pour gérer plusieurs conflits en même temps. L’expansionnisme qui commence au IVe siècle avant J.-C. en l’Italie leur a permis de monter en puissance, mais aussi lui a donné l’ambition de conquérir de nouvelles terres et de devenir le maître du monde.  

L’Illyrie était une vaste région, où se trouvaient toutes mes sortes des richesses comme de l’or, du sel, des terres fertiles et surtout, une position stratégique qui permettra à Rome d’élargir son champ impérialiste plus loin que l’Illyrie, vers la Thrace et la Dacie, et vers la Grèce et l’Orient. D’une certaine manière l’Illyrie fut un point clé pour que Rome partage son influence de ce côté de la mer Adriatique, dès l’arrivée des romains en Illyrie, ils prennent le contrôle de la ville portuaire la plus importante pour le débarquement régulier des romains et en toute sécurité en Illyrie, le port de Dyrrachion. Mais pour prendre le contrôle de l’Illyrie entière il leur faut vaincre tous les peuples illyriens, qui sont nombreux, cela nécessitera plus de deux siècles pour que la région soit pacifiée et soumise aux romains. 

Parmi les nombreuses guerres entre les romains et les illyriens, nous avons les trois guerres appelées “guerres d’Illyrie”, bien qu’ils aient mené d’innombrables révoltes. La première eut lieu en 229 avant J.-C., c’était le premier contact entre ces deux peuples. La deuxième guerre eut lieu dix ans plus tard, en 219 avant J.-C. Pour la deuxième fois une union illyrienne est anéantie et Rome élargit sa place en Illyrie. Nous trouvons pour la dernière fois en 168 avant J.-C. les illyriens formant une unité ethnique contre Rome. Le dernier royaume illyrien est rapidement anéantit, à partir de cette guerre, l’Illyrie n’eut plus de roi. La conquête de l’Illyrie s’achève entièrement en 9 avant J.-C. quand Rome crée la province Romaine d’Illyrie. Cependant, entre 168 et 9 avant J.-C. Rome eut des difficultés à conquérir le territoire. Quant aux illyriens, ils font face à un ennemi qu’ils n’ont jamais connu auparavant. Pendant ce temps-là il y eut plusieurs révoltes de la part des illyriens, mais aucune ne leur permit de repousser le vainqueur. C’est sous le règne d’Auguste que tous les territoires de l’Illyrie sont entièrement conquis et qu’ainsi, la région complète appartient à l’Empire romain.

Les conséquences

La conquête de tous les peuples illyriens dure plus de deux siècles, cela entraîne de lourdes conséquences pour les autochtones avec un système romain qui tente d’affaiblir l’adversaire par tous les moyens et augmenter leur sécurité et leur pouvoir impérialiste. 

Dès la première guerre d’Illyrie les romains mettent en route un système d’impôts, “tributum“, en latin, Polybe utilise le terme  “φόρους4.

Au fil du temps se met en route un système d’otages qui a pour but de garantir la sécurité de non révolte des illyriens face aux romains, et en même temps un affaiblissement de l’élite illyrienne ainsi qu’une romanisation graduelle qui serait introduite au sein des sociétés de ces derniers par le retour des otages après des années à Rome. Le terme grec qui désigne ces otages est “ὅμηρα”5

Les romains voient que la région ne sera pas pacifiée par une seule guerre et font face à la résistance illyrienne, et pour affaiblir entièrement certaines populations lors d’une défaite, ils capturent toutes les femmes et les enfants après avoir tué tous les hommes dans la bataille. Ils sont amenés en esclavage à Rome et une bonne partie vendus. Mais cela est dû à un changement de la manière dont les romains font la guerre. Au début de l’Empire les romains se montrent fatigués après des guerres externes qui durent des siècles et par les guerres civiles après la mort de César en 44 avant J.-C. Auguste met tout en place pour soit pour soumettre les peuples belliqueux soit les aneantir. Et c’est ce qui se passe pour plusieurs peuples illyriens comme pour les populations de Mélite et Corcyre6

Comme d’autres d’entre eux s’étaient rebellés, à savoir les populations de Mélite et de Corcyre, qui habitaient des îles, il les anéantit complètement parce qu’elles s’adonnaient à la piraterie; il mit à mort les hommes adultes vendit le reste de la population.

Έτέpous δʹαὐτῶν ὰποστάωτας, Μελιτηνος και Κορκυρηνούς, οἲ νήσους ᾤκουν, ἀνέςτηςεν ἂρδην, ὃτι ἐλῄςτευον τὴν θάλασσαν· και τοὺς μὲν ἡβῶντας αὐτῶν ἒκτεινε, τοὺς δʹἂλλους ἀπέδοτο.

Appien. IX. 79, 47.

Mais le fait que les romains font des massacres auprès des popumations illyriennes incarne l’idée auprès de plusieurs population de ne pas se rendre et de préferer de se donner la mort par un suicide collectif. 

Le lendemain, lui ayant envoyé une ambassade, ils lui donnèrent cinquante otages que César choisit lui-même ; ils priomirent aussi d’accueillir une garnison et, ayant abandonné aux troupes qui la composaient la colline la plus haute, ils allèrent s’installer sur l’autre. Mais quand la garnison fut entrée, elle voulut leur ordonner de déposer les armes. Indignés, ils enfermèrent femmes et enfants dans la salle du conseil ; et ils placèrent un poste de garde, avec ordre d’incendier celle-ci si les choses tournaient mal pour eux ; puis ils attaquèrent les Romains avec l’énergie du désespoir. Comme ils attaquaient depuis un terrain en contrebas des troupes occupant  une position plus élevée, ils furent repoussés et les gardes incendièrent la salle du conseil. beaucoup de femmes se tuèrent avec leurs enfants ; celles qui portaient un enfant encore vivant se précipitèrent dans la fournaise. Ainsi tous les jeunes hommes de Métoulon moururent au combat, tandis que la majeure partie de la population civile périssait dans les flammes. La ville aussi fut brûlée avec eux et il ne subista aucun vestige alors qu’il y avait eu à cet endroit une très grande ville.

Καὶ τῆς ἐπιούση πρασβεουσάμενοι πρὸς αὐτὸν ὁμήρους τε πεντήκοντα ἔδοσαν, οὓς ὁ Καῖσαρ ἐπελέξατο, καὶ φρουρὰν ὐποσχόμενοι δέξασθαι τὸν ὑψηλότερον λόφον τοῖς φρουροῖς ἀπέλιπον, αὐτοὶ δὲ μετεχώρουν ἐς τὸν ἕτερον. Ἐπεὶ δὲ ἐσελθοῦσα ἡ φρουρὰ τὰ ὅπλα αὐτοὺς ἐκὲλευεν ἀποθέσται, οἵδε ἠγανάκτησάν τε καὶ τὰ γύναια σφῶν καὶ τοὺς παῖδας ἐς τὸ βουλευτήριον συγκλείσαντες καὶ φυλακὴς ἐπιστὴσαντες, οἷ εἴρετο, εἴ τι ἀνδὲς γὶγνοιτο περὶ αὐτούς, ἐμπρῆσαι τὸ βουλευτήριον, ἐπεχείρουν τοῖς ʹΡωμαίοις αὐτοὶ μετʹἀπονοίας. 60 Οἷα δʹὁψηλοτέροις ἐπιχειροῦντες ἐκ ταπεινοῦ, συνεώσθησαν ἀθπόοι, καὶ οἱ φύλακες τὸ βουλευτήριον κατέπρησαν, πολλαίτε τῶν γυναικῶν ἑαυτάς τε καὶ τὰ τέκνα διεχρῶντο, αἳ δὲ καὶ ξῶντα ἔτι φέρουσαι ἐς τὸ πῦρ ἐνήλαντο, ὡς ἐπολέσθαι τῶν Μετούλων τήν τε νεότησα πᾶσαν ἐν τῇ μάχῃ καὶ τῶν ἀχρείων τὸ πλέον τῴ πυρί. 60 Συγκατεφλέγη δὲ αὐτοῖς καὶ ἡ πόλις, καί οὐδὲν ἦν ἴχνος μεγίστες ἐκεῖθι γενομένης.

Appien, IX, XXI, 59, 60, 61.

En plus des pertes humaines, s’ajoutent les conséquences économiques comme l’exploitation des richesses qui affaiblit les illyriens. La présence d’une importante mine d’or est afformé par Pierre Cabanes à Damastion7. Mais aussi en Dalmatie se confirme par plusieurs auteurs romains la présence de l’or.

Tout ce que l’Hiberie fait sortir de ses mines d’or, et le métal qui brille sur les hauteurs de la Dalmatie […] 

Quicquid ab auriferis eiectat hiberia fossis, Dalmatico quod monte nitet […]

Stace, Silves. III, 89-90.

En plus de ces richesses très importante dans l’antiquité est le sel d’une nécéssité vitale, dont la présence est confirmée par plusieurs auteurs romains8.

Il y existe plusieurs autres manières qui constituent des conséquences pour les illyriens, mais celles que je viens de citer plus haut ceux sont les raisons majeures et source de guerre entre les illyriens et les romains.



Citer ce billet
uneza (2022, 10 décembre). Les conséquences des guerres romaines en Illyrie du 229 avant J.-C. à 9 après J.-C. d’après les sources littéraires. Master civilisations, cultures et sociétés. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r9qu

  1.  HOLLEAUX Maurice. « Les Romains en Illyrie », Études d’épigraphie et d’histoire grecque, IV, p.  81. []
  2.  CABANES Pierre. Les Illyriens de Bardylis à Genthios IVe-IIe siècle avant J.-C. p. 133 []
  3. Polybe Histoire générale. XXVIII, VIII, 9. []
  4.  Polybe. Histoires, t. II, livre II, ch. 12. []
  5.  Appien. Histoire romaine. IX, XIII, 38. []
  6.  Appien. Histoire Romaine. IX, XVI, 47 []
  7.  CABANES Pierre. Les Illyriens de Bardylis à Genthios IVe-IIe siècle avant J.-C. p. 202 []
  8. Florus, IX, XII, : Tite Live, XLV. 45, 29, : M. Val. Epigrammes. X,   LXXVIII []

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search