Les représentations en mosaïque du chien dans les domus de Pompéi

La domus est un lieu d’habitation privé, l’aménagement et la décoration reflètent les pouvoirs et les habitudes familiales sur plusieurs générations. Le chien apparaît dans les maisons de Pompéi sous diverses formes et sur différents matériaux mais jamais vraiment identiques. La façon dont le canidé est représenté dépend de plusieurs éléments. Par exemple des croyances du propriétaire, le milieu social dans lequel il évolue et des contraintes architecturales liées à la domus,… On sait par les traces archéologiques que les Pompéiens avaient des chiens domestiques. Mais le canidé apparaît également sur divers supports iconographiques dont certains sont plus prestigieux et/ou plus utilitaires que d’autres. Le chien est majoritairement plus représenté en fresque dans les domus pompéiennes ; au contraire des mosaïques où il est sous-représenté. Nous avons répertorié neuf mosaïques où le chien apparaît. Aussi le chien est plus représenté dans certaines pièces de la maison et dans d’autres il semble inexistant (jusqu’à preuve du contraire), cela est d’autant plus vrai pour les mosaïques de canidé.

La mosaïque

Tout d’abord nous nous devons de différencier la mosaïque de pavement de la mosaïque murale, où le terme mosaïque désigne alors une « catégorie technique »1. Les mosaïques à l’époque romaine sont composées de tesselles taillées. Il s’agit de petits cubes de pierre, de pâte de verre ou de brique.  D’après Philippe Bruneau2 l’utilisation de tesselles mesurant 0,8 centimètre, qui constitue l’opus tessellatum, a réduit la palette de couleurs au noir et au blanc. Il y a alors un changement dans la technique : le fond blanc se substitue au fond noir et l’élément figuratif passe du blanc au noir. Comme on peut le constater dans la Maison du Poète Tragique [VI.8.5] (voir image de couverture de cet article). Fanny Kärfve3 date cette transformation du Ier siècle av. J.-C. La production animale est alors devenue courante dans la mosaïque de pavement bichrome et surtout sur les seuils d’entrées des domus. Cependant, les formes figuratives restent plus rares et donc plus chers que les pavements à forme géométrique ou végétale.

Nous ne devons pas oublier que la mosaïque est liée à l’architecture, elle fait partie intégrante de la domus en terme esthétique et utilitaire. Les mosaïques sont perçues comme une imitation d’un tapis grâce à un encadrement qui permet de centrer le système décoratif. Le cadre donne de l’importance au tableau central, cela attire notre regard vers l’intérieur, vers le chien (ou les animaux qui la composent). Aussi, les mosaïques ont en plus de leur mérite décoratif un aspect utilitaire. En effet, les mosaïques de pavement, décorées ou non, se trouvent dans les salles exposées à l’humidité, comme les atria ou les péristyles, les salles de bains, les latrines mais également les salles de banquets qui étaient dites « asarôtos oikos »4 soit les salles non balayées, et les entrées qui étaient des lieux de transition entre l’extérieur et l’intérieur, le privé et le public. Il est alors nécessaire de laver à grande eau et régulièrement ces pièces de vie ou de transition, et la mosaïque offrait une imperméabilité remarquable au sol de ces pièces.

Il y a, à Pompéi, de nombreux sols animaliers mais pour le moment nous n’avons trouvé aucune mosaïque murale représentant un chien à Pompéi, comme cela est le cas à Herculanum dans la Maison de Neptune et Amphitrite. En dépit de l’aspect utilitaire et prestigieux qu’apporte la mosaïque, nous n’avons trouvé que neuf pavements de canidé.

Etat des lieux et descriptions

Les mosaïques de chien sont situées, pour la plupart sur des axes importants de Pompéi. Les propriétés sont grandes et somptueuses, et ainsi peuvent cumuler plusieurs entrées et pièces de même fonctions. Fanny Kärfve5 montre qu’il s’agit de riches propriétaires dont certains sont actifs dans la vie économique et politique de Pompéi. 

Emplacement des mosaïques de chien
Cartographie : M. Menguy (d’après un fond de carte de Chumwa-CC by SA, 2018)

Les deux mosaïques de la Maison de Paquius Proculus [I.7.1] donnent sur la Via dell’Abbondanza, reliant la Porte Sarno et la Porte Marina. Nous avons à l’entrée, ou ostium, un chien noir couché et de profil. Il porte un collier rouge avec des clous, et, est enchaîné devant la porte entrouverte. Sur la porte sont visibles des symboles : une lance, un bouclier et une hache. La deuxième mosaïque est située dans le tablinum, pièce servant de bureau au paterfamilias et a conservé les archives de la famille. Le pavement présente plusieurs animaux : lion, éléphant, chien,… Chacun des animaux est dans un cadre le séparant des autres. Le chien, en haut à droite, est de couleur marron foncé et semble courir. Il ne porte pas de collier.
La Maison de Ménandre [I.10.4] se situe sur la rue Vicolo del Citarista. La maison est doté de trois atria, dont l’un situé dans les bâtiments pour le bain. Cet atrium contient un impluvium qui récupère l’eau de pluie tombée du toit, le compluvium. L’impluvium devait servir de baignoire où l’on pouvait se tenir debout ou accroupi pour se doucher au sortir du circuit des bains. D’après le plan de Pierre Gros, un réseau de canalisation sous l’impluvium récupère l’eau qui est utilisée pour les bains6. L’impluvium est entouré de huit colonnes et entre deux colonnes, il y a un tableau différent en tesselles bichromes. Notre tableau est visible dès l’entrée. On peut y voir deux chiens en tesselles noires attaquer un animal inconnu dans un décor végétal.
Ensuite la Maison L. Caecili Lucundi [V.1.26] se situe sur la Via del Vesuvio. Le chien noir est notable dès l’ostium. Comparé aux autres chiens en mosaïque que nous étudions, celui-ci est couché, presque en boule dans une attitude calme et non féroce. Il n’a aucun collier, ni chaîne, ce qui renforce son aspect détendu.
La Maison des Fleurs [VI.5.19] donne sur la voie Vicolo della Fullonica. On ne peut restituer avec exactitude la position de la mosaïque, qui est aujourd’hui encastrée dans le sol du Musée Condé, mais on attribue son origine à une pièce autour du péristyle. La mosaïque utilise des tesselles polychromes et le tableau est divisé en deux parties. La première est une scène de chasse avec un homme, un sanglier, un gros chien noir et blanc, et un autre chien marron plus fin couché à terre. Ils chassent le sanglier dont le chien noir et blanc mort l’oreille. Au-dessus de cette première scène est écrit Festus Cum Torquato. La deuxième scène est dans le bas du tableau. On peut voir deux coqs se battre. Les scènes sont entourées d’un cadre.
La Maison du Poète Tragique [VI.8.5] se situe sur Via della Fortuna perpendiculaire à la Via del Vesuvio. Il s’agit là de la plus célèbre mosaïque (voir image de couverture) de chien appelé Cave Canem à cause de son inscription. Situé dans l’entrée de la domus, le chien noir est enchaîné et porte un collier rouge. Il paraît féroce et prêt à bondir, les crocs et les griffes sont visibles. Là aussi la mosaïque porte un cadre noir.
La Maison d’Orphée [VI.14.20] donne sur la Via del Vesuvio. Nous lui attribuons une mosaïque de chien déplacée au Musée Archéologique de Naples aujourd’hui (voir photographie plus bas de cet article). Il est difficile de la replacer avec exactitude mais elle serait issue d’une pièce située à droite de l’entrée pavée de tesselles blanches où il reste un espace vide. Le chien noir porte un collier rouge relié à une laisse rouge également, le tout entouré d’un cadre noir.
Puis la Maison de Julius Polybe [VI.17.36] se trouvant sur à la Via Consolare. On ne sait où se trouvait la mosaïque avant sa destruction mais il devait s’agir d’une vaste pièce au vu de la proportion de la mosaïque avec ses motifs géométriques et son cadre imposant. Au centre du pavement, un homme avec des bois sur la tête est attaqué par des chiens, il essaye de se défendre à l’aide d’un pedum, un bâton recourbé. Il est question d’Actéon transformé en cerf par la déesse Diane et attaqué par ses propres chiens.
Et enfin, la Maison du Sanglier [VIII.3.8] a une mosaïque d’entrée bichrome, qui donne sur la Via dell’Abbondanza. La porte de la domus ouvre sur un pavement géométrique, et c’est seulement la fauce (le couloir) passée qu’apparaît un seuil où l’on peut voir deux chiens affronter un sanglier.

Le chien dans les entrées des domus

Ainsi, sur les neuf mosaïques étudiées, cinq apparaissent dans les ostia, les entrées des maisons, et plus particulièrement dans les fauces, c’est-à-dire le couloir de l’entrée. Les chiens en mosaïque seuls et dans les entrées sont considérés par les auteurs comme des chiens de garde. Cela est le cas pour la Maison de Paquius Proculus [I.7.1], la Maison L. Caecili Lucundi [V.1.26], la Maison du Poète Tragique [VI.8.5] et la Maison d’Orphée [VI.14.20]. Ces chiens gardent métaphoriquement la maison des intrus depuis l’entrée de la domus. Les propriétaires pouvaient accompagner leur mosaïque par un chien réel comme pour la Maison d’Orphée [VI.14.20] qui en plus de sa mosaïque de chien a un chien de garde qui a été moulé avec la technique du moulage en creux de Giuseppe Fiorelli. Ce rôle de gardien est indissociable de la figure du chien dans l’antiquité romaine. Il avait donc une place physique et symbolique du chien de garde dans l’entrée des domus pompéiennes.


 Moulage du chien enchaîné de Pompéi, Maison d’Orphée [VI.14.20] .
( Jebulon-CC by SA, 2015)

Parmi les cinq mosaïques d’entrée des domus, deux mosaïques sont différentes des premières étudiées. La première montre un chien de garde plus calme et la deuxième ne représente pas un chien de garde.

Ainsi, le canidé de la Maison L. Caecili Lucundi [V.1.26] adopte une attitude plus passive que ses semblables, et il semble plus dormir que faire peur. Il n’est connecté à aucun élément, pas de chaîne, de porte, ni même de collier. Le sentiment qui se dégage est un chien calme comparé aux autres chiens de mosaïques actifs ou dans une position attentive. Les trois chiens de garde actifs sont imposants et prennent place dans toute l’entrée. Le chien de la Maison L. Caecili Lucundi [V.1.26] prend moins d’espace dans l’entrée. L’aspect monumental des chiens de garde est renforcé par leur proportion qui le rend, impressionnant et dissuasif. De plus, le chien devait se confondre avec l’obscurité de l’entrée et surprendre le visiteur. Cela est renforcé dans la domus du Poète Tragique [VI.8.5] par l’inscription  Cave Canem (« attention au chien » ou « chien méchant ») adressée aux visiteurs, et renforcée également par le collier, la chaîne (ou laisse) qui retiennent le canidé. De plus dans la maison de Paquius Proculus [I.7.1] les symboles sur la porte entrouverte (une lance, un bouclier et une hache) sont des symboles d’avertissement et donnent une définition claire d’un chien de garde.

Parmi les mosaïques d’entrée, une seule ne présente pas un chien individuel, un chien de garde. Dans la Maison du Sanglier [VIII.3.8] il s’agit d’un seuil animalier, ou pour être précis d’un seuil de chasse au sanglier. La scène ne comporte aucun homme, aucun chasseur, et aucune trace d’une domestication comme un collier. Les propriétaires ont préféré montrer un autre aspect que celui de la protection liée au chien de garde. En effet, cela est plus lié au sanglier et l’aspect noble de la chasse7. Ici c’est le courage et la valeur des chiens qui sont montrés à l’entrée de la domus.

La laisse et le collier

La chaîne, la laisse, et le collier sont des signes de domestication, d’appartenance du chien à un maître. On les retrouve également sur d’autres supports que la mosaïque. Les chiens de garde de la Maison du Poète Tragique [VI.8.5], de la Maison de Paquius Proculus [I.7.1], et de la Maison d’Orphée [VI.14.20] ont un collier rouge. De plus, Fanny Kärfve8 remarque que les chiens de garde sont de profil. Les langues visibles sont également de couleur rouge, et souvent un seul œil est perceptible ; certains l’ont également de couleur rouge comme les canidés de la Maison du Poète Tragique [VI.8.5] et de la Maison de L. Caecili Lucundi [V.1.26] ou encore la Maison d’Orphée [VI.14.20]. La couleur rouge sur l’œil unique aurait une dimension apotropaïque. Cependant, sur les quatre mosaïques d’entrée, trois présentent un œil et une langue rouge et aucune mosaïque située dans les autres pièces de la domus n’a ces caractéristiques. Aussi les colliers sont décorés comme par exemple sur celle du Poète Tragique [VI.8.5]. Le collier rouge est parsemé de tesselles de couleur bleue représentant des pierres précieuses. Les tesselles blanches du collier du chien de la Maison de Paquius Proculus [I.7.1] sont des clous et enfin le collier du chien de la Maison d’Orphée [VI.14.20] est parsemé de petites tesselles blanches au bord du collier avec une laisse rouge.

Maison d’Orphée, [VI.14.20], conservée au Musée Archéologique de Naples
Photographie personnelle : M. Menguy, 2018

Les autres chiens mosaïqués dans la domus

Les mosaïques situées à d’autres emplacements de la domus présentent des thèmes différents des entrées. Les chiens issus des mosaïques d’intérieurs sont tous actifs et ne sont jamais seuls. De plus, les pavements montrent des scènes cynégétiques. Ainsi, le pavement de la Maison des Fleurs [VI.5.19], situé près du péristyle, montre une scène de chasse avec un homme accompagnant deux chiens. Rares sont les pavements à Pompéi présentant un chien avec un homme. L’autre originalité de la mosaïque est l’inscription : Festus Cum Torquato. Certains auteurs y voient la signature de l’artiste9, ce qui est encore plus rare que des sculpteurs signant leurs œuvres. D’autres voient simplement le nom de l’homme et de son chien10.

La mosaïque de la Maison de Julius Polybe [VI.17.36] montre un tableau de chasse avec un homme et deux chiens. La mosaïque présente la caractéristique d’être l’un des seuls tableaux mythologiques en tesselles. Nous n’avons aucune indication concrète de l’emplacement initial du pavement. La scène mythologique est au centre de la mosaïque. Les chiens qui la compose deviennent alors significatifs du mythe auquel ils se rapportent : ils attaquent un homme avec des bois de cerf sur la tête. Les chiens, ainsi que les cornes, indiquent le mythe d’Actéon. La mosaïque a été exposé dans le but de montrer cette scène toute particulière. Les éléments géométriques et figuratifs poussent vers un point de fuite dans le panneau central avec Actéon. Certes sur le sol le point de fuite est moins visible que depuis une hauteur, mais comme pour les mosaïques d’entrée, il est encadré et les motifs eux-mêmes encadrent le panneau central. Cela devait pousser le visiteur à faire plus attention à cette partie du pavement.

La Maison de Ménandre [I.10.4] présente également une scène de chasse particulière. Le pavement de l’atrium des bains représente trois chiens attaquant une créature qui nous est inconnue. Il s’agit peut-être d’une créature marine. Les tableaux autour des colonnes ne forment pas une continuité scénographique et toutes n’ont pas de lien avec le thème de l’eau. Dès lors que fait un chien, ou plusieurs en l’occurrence, dans un décor thermal ? Cependant la pièce n’avait pas pour fonction première les bains. Le propriétaire de la Maison de Ménandre [I.10.4] a récupéré la maison voisine et a transformé l’atrium en thermes privés.

Quant à la mosaïque de la Maison de Paquius Proculus [I.7.1] le chien est accompagné d’éléments géométriques et d’animaux : ours, éléphant, lion, etc. Chacun a une couleur de pelage définie et chacun des animaux est séparé des autres par des cadres en tesselles noires. Le chien et les autres animaux n’ont aucun lien avec la pièce, le bureau du paterfamilias. Mais la mosaïque présente un décor de chasse entre les proies et les prédateurs : le lièvre et le chien, le sanglier et le lion, etc.

Conclusion

Ainsi, le chien en mosaïque est présent dans les entrées et certaines pièces de vie des domus pompéienne. Dans les ostia il est souvent représenté seul, dans une position statique en défense ou en attaque. Dans les autres pièces de la maison, il n’est jamais représenté seul. Le chien est important dans les entrées, il donne l’image d’un protecteur contre les dangers. Il a cet aspect magique, cette fonction apotropaïque dans sa matérialisation artistique mais également physique. Le chien renvoie alors à deux thèmes récurrents dans la mosaïque : le chien de garde et la chasse.

  1. Bruneau. P., La mosaïque antique, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, Delteil, 1987, p.9 []
  2. ibid []
  3. Kärfve F., Cave Canem-En undersökning av hundmosaiker i Pompeji, Université de Lund, 2008, Docplayer, [consulté le 9 mai 2018], http://docplayer.se/21273261-Cave-canem-en-undersokning-av-hundmosaiker-i-pompeji.html, p.2 []
  4. ibid []
  5. ibid []
  6. Gros P., L’architecture romaine – Maisons, palais, villas et tombeaux, T.2, Picard, Quercy, 2001 []
  7. Trinquier J. et Vendries C., « Partie de chasse chez les Romains », L’Histoire, n°347, 2009, p.77 []
  8. Kärfve F., Cave Canem-En undersökning av hundmosaiker i Pompeji, Université de Lund, 2008, Docplayer [consulté le 9 mai 2018], http://docplayer.se/21273261-Cave-canem-en-undersokning-av-hundmosaiker-i-pompeji.html, p.37 []
  9. Bonucci C., Pompéi- Précis historique des excavations depuis l’année 1748 jusqu’à nos jours, Imprimerie Française Naples, 1828, [consulté le 11/05/2018], https://archive.org/details/bub_gb_6i8VAAAAQAAJ, p.97 []
  10.  Le Courrier d’Épidaure : revue médico-littéraire paraissant dix fois par an, Paris, 1939, Bnf, [consulté le 11/05/2018], http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k64519177/f156.item.r=FESTUS%20CUM%20TORQUATO.zoom, p.86 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.