Le sel, l’or blanc des Gaulois

“Rock salt (halitite) (Holocene; seafloor of the Dead Sea, Israel) 1” by James St. John is licensed under CC BY 2.0. taille et conception modifiées.

L’étude de la production de sel et sa commercialisation chez les Vénètes, Osismes et Coriosolites, au début du Ier siècle av. notre ère jusqu’à la fin du IIème siècle de notre ère, peut nous aider à comprendre le processus d’intégration de ces peuples à l’Empire romain.

Les peuples de la péninsule armoricaine

Le sujet porte sur les peuples de la péninsule armoricaine de la fin de l’Âge du Fer, qui occupent la majorité du littoral de l’actuelle Bretagne et qui sont en relation directe avec la production de sel à savoir les Vénètes, les Osismes et les Coriosolites. Les limites géographiques de ces territoires sont encore floues pour les historiens. Pour reconstituer les territoires, ces derniers s’appuient sur les textes antiques, sur les limites des anciens évêchés héritées vraisemblablement des civitas romaines (bien qu’elles aient pu être modifiées avec le temps), sur la toponymie, et sur les dépôts monétaires retrouvés par l’archéologie. Pour construire les civitas, les Romains semblent avoir repris dans les grandes lignes les limites anciennes des territoires gaulois, cependant, les chercheurs s’accordent à dire que les anciens territoires ne devaient pas présenter exactement la même surface que lors de la période romaine. Nous donnerons donc les limites approximatives suivantes des territoires des Vénètes, des Osismes et des Coriosolites.

Le territoire des Vénètes se situe au Sud-Est de la péninsule, délimité probablement dans les terres par l’Ellé à l’Ouest, le Blavet au Nord, l’Oust au Nord/Nord-Est et la Vilaine au Sud. Ce territoire comprend aussi les îles de la côte Sud de l’Atlantique, de l’île de Groix à Hoëdic[1].

Les Osismes sont situés à l’Ouest et Nord-Ouest de la péninsule, accolés aux territoires vénètes et coriosolites. Le territoire comprend toute la pointe de la péninsule, limité à l’Ouest par les cours de l’Ellé, du Blavet, de l’Oust et du Gouët[2]. Il comprend les îles allant des Glénan à Bréhat dans l’océan Atlantique et la Manche.

Le territoire des Coriosolites couvre quant à lui le Nord-Est de la péninsule. Il se limite au Nord par la Manche, au Nord-Ouest/Sud-Ouest par le Gouët et l’Oust, et au Sud-Est/Nord-Est par la Vilaine, la Rance et le Linon[3].

Ces territoires et ces peuples sont étudiés dans les limites chronologiques suivantes : entre 120 av. notre ère et la fin du IIème siècle ap. notre ère. Elles correspondent à La Tène finale, période historique du développement massif de la production de sel par briquetages en péninsule armoricaine[4], et la période romaine qui clôt le Haut Empire et l’intégration définitive des Gaulois à l’Empire.

La technique de production de sel majoritairement utilisée dans ces territoires est celle de la production de sel par briquetages. Nous nous limiterons aux groupes technologiques de briquetages qui fonctionnent lors de la période chronologique définie. La seconde méthode de production que nous étudierons, qui aurait pu être employée en péninsule armoricaine lors de la période romaine, est la méthode naturelle de production de sel par marais salants.

Un peuplement organisé en micro-société

Les peuples de la péninsule armoricaine, longtemps considérés par les historiens comme des populations moins civilisées et en dehors des circuits commerciaux, ont finalement fait l’objet de recherches récentes démontrant le contraire. A la fin de l’Âge du Fer, ce sont des populations qui occupent leurs territoires de différentes manières. Nous voyons s’établir une société agricole, occupant les plateaux par l’établissement de fermes fortifiées, productrice de céréales et pratiquant l’élevage, mais aussi une société côtière et insulaire, présente sous la forme d’habitats groupés qui vivent des ressources de la mer. C’est également une période où les populations se regroupent pour former des proto noyaux urbains, généralement dans des oppida ou des fortifications de type éperon barré, qui deviennent des centres économiques et politiques importants, en plus de leur rôle défensif. La fin de la Tène est aussi la période où se met en place une économie spécialisée, dans laquelle les nouveaux centres proto-urbains et les fermes aristocratiques, centres d’échanges, jouent un rôle important dans la diffusion des productions spécialisées vers les peuples voisins, la Bretagne insulaire et les marchés méditerranéens. Ce sont des sociétés guerrières, s’organisant autour d’une élite aristocratique et clientéliste. Ces différents peuples s’organisent autour de centres de pouvoirs dispersés sur le territoire, ayant mis la main sur les richesses locales, et représentés par les nombreux échanges culturels et la frappe de monnaie. La conquête de Jules César (en péninsule armoricaine : 57-52 av. notre ère) bouleverse néanmoins ces structures organisées, avec la perte d’une partie de l’aristocratie, et la probable mise en place d’une surveillance militaire, devant s’assurer de la collecte du stipendium[5]. La péninsule armoricaine est ensuite réorganisée en civitas, insérées dans la province Lyonnaise, lors des voyages d’Auguste à Narbonne entre 27 av. notre ère et 16-13 av. notre ère[6]. L’archéologie révèle dès l’époque augustéenne une adaptation des peuples armoricains aux pratiques culturelles romaines, avec l’adoption des modèles de céramiques romains, la continuité d’un commerce de produits romains, et la construction de bâtiments (en matériaux légers dans un premier temps) d’architecture romaine. La « romanisation »[7] ne semble pas progresser à la même vitesse chez les trois peuples armoricains mais s’accélère à la fin du Ier siècle ap. notre ère, clôturant une période de nombreuses petites révoltes, et continue doucement avec l’implantation durable des institutions et d’un mode de vie romain jusqu’à la fin du IIème siècle ap. notre ère.

Le sel et ses usages

Le sel > Sal, salis, sale[8]en latin est entré dans l’usage courant de la langue, démontrant son importance à travers des expressions banales et le nombre de mots dérivés de ce terme et de sa racine. Le plus important d’entre tous, le terme salarium qui a donné le mot salaire en français nous rappelle l’un des rôles anciens du sel : d’abord bien de prestige, il devient un étalon de la valeur des échanges dans un usage quotidien. Le Petit Robert donne la définition suivante du sel : « substance blanche, friable, soluble dans l’eau, d’un goût piquant et qui sert à l’assaisonnement et la conservation des aliments »[9].

En péninsule armoricaine, la production de sel est attestée depuis l’Âge du Bronze grâce à la découverte d’un four à piliers à Curnic en Guissény (Finistère). Il s’agit d’une production de sel ignigène (évaporation de la saumure par le feu) par briquetages, importée depuis l’Est de l’Europe, révélant ainsi de vieux échanges culturels et des migrations de populations tout au long de la Protohistoire[10]. P. Gouletquer donne la définition suivante du mot « briquetage » :

Un briquetage est un établissement de traitement du sel (marin ou géologique) par la chaleur artificielle d’un foyer. Typiquement il comporte un ou plusieurs foyers (fosses ou fours), comportant des structures de briques plus ou moins complexes (variables selon les régions ou les époques) destinées à soutenir au-dessus du foyer des récipients, ou moules à sel tous semblables (augets, barquettes, cornets ou gobelets cylindriques).

GOULETQUER, P., Les briquetages armoricains, technologie protohistorique du sel en Armorique, thèse doctorale sous la direction de P-R. Giot, Travaux du Laboratoire d’Anthropologie préhistorique, Rennes, 1970, p.10.

Un atelier de production de sel peut être protégé par un bâtiment en pierre ou bien laissé à l’air libre, en fonction de ses différentes utilisations (éphémères ou permanentes). Il est constitué d’un four à sel soit tabulaire (fours à piliers et fours à pont) soit à grille ( fours à grille fixe et fours à grille démontable), associé à un foyer productif de braises. Glissées vers le four, les braises nourrissent une combustion puissante, tout en n’explosant pas les éléments de briquetages en argile.  Les cuves sont les dernières infrastructures qui constituent l’atelier. De formes diverses, elles servent de stockage à la saumure, elles ne sont cependant pas systématiquement présentes, cela dépend de la technologie utilisée. La fabrication de la saumure peut être obtenue de différentes manières qu’il est difficile de retrouver lors des recherches archéologiques. Néanmoins, la technique que les chercheurs favorisent est celle du lavage des sablons : il s’agit de rincer le sable imprégné de sel avec de l’eau de mer pour obtenir une saumure plus concentrée. Les matériaux utilisés pour la fabrication des briquetages, ou ceux pour la combustion sont locaux et dépendent de l’environnement immédiat.

Durant l’Âge du Fer, et lors de la période qui nous préoccupe, le choix d’utilisation des différents groupes technologiques de briquetages (constitués à partir du type de four à sel et du type de moule utilisés), ne dépend pas des peuples gaulois, mais de régions culturelles entre les territoires étudiés. Ainsi les côtes de la Manche utilisent des gobelets cylindriques comme moules, tandis que la côte Atlantique utilise des augets tronc-prismatiques. Les gobelets cylindriques sont associés à des fours tabulaires et des fours à grille démontables, les augets sont associés aux fours à grille fixe et les barquettes sont associées à des fours à pont. Il y a néanmoins une exception dans ces types d’association, il s’agit des ateliers de production de sel du Léon actuel, qui montrent une association entre des fours à grille fixe et des gobelets cylindriques. Il est difficile d’établir une chronologie d’utilisation de ces fours, cependant nous pouvons au moins dire que l’usage des gobelets cylindriques est plus ancien que celui des barquettes qui ont laissé place aux augets.

Le sel produit peut servir à beaucoup d’usages lors de la Protohistoire et de l’Antiquité : l’alimentation, la conservation, les salaisons, la teinture, les produits de beauté, la médecine…[11] Cependant l’étude de C. Martin[12] sur la qualité du sel ignigène obtenu en péninsule armoricaine démontre une production de sel blanc, un peu pâteux, et non âcre. L’utilisation de ce sel devait alors être réservée à la consommation puisqu’il n’altérait pas le goût des aliments et des salaisons.

Les chercheurs estiment l’implantation d’ateliers de production de sel par briquetages tous les trois à quatre kilomètres[13] sur la côte armoricaine, sauf dans certains espaces : la baie de Saint-Brieuc, la rade de Brest, la presqu’île de Crozon et la baie de Douarnenez[14]. D’après eux, cette production totale dépasse le besoin local en sel et devait être exportée vers d’autres marchés, sous forme brute (pain de sel) ou transformée (salaisons…), s’intégrant parfaitement dans l’économie gauloise spécialisée de la fin de l’Âge du Fer.


[1] GALLIOU, P., Les Vénètes d’Armorique, Coop Breizh, Spézet, 2017, p.11-13.

[2] GALLIOU, P., Les Osismes, peuple de l’occident gaulois, Coop Breizh, Spézet, 2014, p.10-14.

[3] LANGOUET, L., Les Coriosolites, Un peuple armoricain, De la période gauloise à l’époque gallo-romaine, Les dossiers du Ce.R.A.A. n°15, 1987, p.6.

[4] DAIRE, M.-Y., « Le sel à l’âge du Fer : réflexions sur la production et les enjeux économiques », dans R.A.O, n°16, 1999, p. 197.

[5] GALLIOU, P., Les Osismes, peuple de l’occident gaulois, Coop Breizh, Spézet, 2014, p.199-200. Le tribut du perdant.

[6] GALLIOU, P., Les Osismes, peuple de l’occident gaulois, Coop Breizh, Spézet, 2014, p.203.

[7] Bien que ce terme ne corresponde plus, je n’arrive pas à en trouver un qui exprime une acculturation aux différentes pratiques romaines.

[8] GAFFIOT F. (dir.), Dictionnaire illustré latin-français, Hachette, Paris, 1934, p.1382.

[9] REY A., REY-DEBOVE J. (dir.), Le Petit Robert 1, dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française, Dictionnaires LE ROBERT, Paris, 1986, p.1791.

[10] DAIRE, M.-Y., Le sel des Gaulois, Editions Errance, Paris, 2003, p.23.

[11] MOINIER, B., WELLER, O., Le sel dans l’antiquité ou les cristaux d’Aphrodite, Les Belles Lettres, Clamecy, 2015.

[12] MARTIN, C., “L’obtention de sel par la méthode ignigène : le recours à l’expérimentation”, dans Les dossiers du Ce.R.A.A n°39, 2011, p. 5-19.

[13] Renseignement obtenu auprès du chercheur C. Nicolas lors de l’un de ses cours.

[14] DAIRE, M.-Y. (dir.), Le sel gaulois, bouilleurs de sel et ateliers de briquetages armoricains à l’âge du Fer, Ce.R.A.A., Saint-Malo, 1994, p.60-61.



Citer ce billet
lparquic (2022, 16 décembre). Le sel, l’or blanc des Gaulois. Master civilisations, cultures et sociétés. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r9qx

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search