Les politiques et les commentateurs sur Twitch : Les chaînes sur la politique, les émissions politiques et les chaînes de politiques en 2022

La plate-forme Twitch est un site d’hébergement et de diffusion de contenu en direct, la particularité de ce site et ce pourquoi il nous intéresse ici, c’est que le stream constitue une banque vidéo qui peut ensuite être remontée et synthétisée, soit pour construire une vidéo sur un thème qui sera ensuite diffusée sur YouTube, soit pour construire des Best Of qui seront eux aussi diffusés sur YouTube.

Cela permet notamment aux streamer d’assurer une présence quotidienne sur les différents réseaux, et de produire beaucoup de contenu YouTube en simultané des directs. Cela permet de sécuriser un revenu, c’est donc une stratégie à part entière. De plus, le format Twitch permet de proposer une programmation, comme une chaîne de télévision sauf qu’ici, chaque créateur ou créatrice “est” sa propre chaîne. C’est donc un atout, autant pour les commentateurs politiques, les partis et personnalités politiques, ainsi qu’une bonne plateforme pour diffuser et héberger des émissions. Nous pouvons rapidement citer la plus connue PopCorn, qui revient aussi sur l’actualité, mais celle qui nous intéresse le plus, c’est BackSeat, dont le créateur Jean Massiet est le présentateur après six ans de présence sur Twitch et YouTube. 

Crédit : © Alt Tab 2021
https://twitter.com/Alt_Tab_Prod/status/1419687741160366089
Photo du plateau de l’émission Backseat. Sur l’image (de gauche à droite) Jean Massiet, Léa Chamboncel et Usul.

Les chaînes qui parlent de politique et les émissions politiques : la place de ces nouveaux médias et la démocratie

Lorsque Samuel Etienne construit son propre « média » à travers une chaîne Twitch, les réactions sont très variées, certains trouvent alors l’initiative intéressante. Celle d’un journaliste et présentateur télé qui s’intéresse à Internet, se crée une place et une présence identifiable, et interview des personnalités politiques telles que Marine Le Pen, François Hollande ou encore Jean Castex1. Pourtant, les critiques de cette approche ne manquent pas, car avec lui, Samuel Etienne apporte sur Twitch une approche qui tend, pour certains, à rendre plus « sympathique », plus « humain », des personnalités politiques importantes. Dans une interview donnée au journal LaMontagne.fr le journaliste explique que la plate-forme lui offre une “liberté fascinante”, et nous verrons dans ce point qu’il s’agit d’un critère très important pour la plupart des créateurs de contenus sur Twitch2.

Dans une toute autre approche, nous nous intéressons au travail de Jean Massiet sur cette même plate-forme de streaming. En effet, Jean Massiet, issu d’abord du monde associatif, devient collaborateur de cabinet, d’abord auprès de maire, avant de devenir plume de la ministre de la santé Marisol Touraine de 2014 à juillet 2015 puis a quitté le cabinet en avril 2016. Son projet Twitch, dans un premier temps nommé « La vie publique », devient Accropolis. C’est un projet de vulgarisation politique à destination, entre autres, des jeunes. Cela passe par un commentaire des échanges à l’Assemblée, en particulier les Questions Aux Gouvernement, mais pas uniquement, Jean Massiet prend soin de varier les sujets, de couvrir le plus d’actualité possible et de faire intervenir des acteurs et actrices du politique. C’est en juillet 2021, après avoir selon lui consolider sa légitimité, qu’il lance un projet « a l’ambition immense d’être votre talkshow politique »3. Accompagné de plusieurs chroniqueurs et chroniqueuses, il a s’agit au début de Léa Chamboncel, podcasteuse féministe et Usul, chroniqueur pour Mediapart, ensuite rejoint par Gaspard G, un vidéaste parlant essentiellement d’actualité et de politique sur sa chaîne YouTube. Puis Sasha Beckermann, journaliste sport pour Le Figaro, et Adèle Barber qui après plusieurs expériences politiques fait aujourd’hui du stand-up.

Ce projet de talkshow politique, même s’ il reprend les codes télévisuels4, reste une innovation importante. Jean Massiet avait déjà construit sa légitimité grâce à un partenariat avec Public Sénat, pour lequel il commente en direct les Questions aux Sénateurs avant d’être interrogé par la journaliste sur ce qui a été retenu des débats, pour que les sénateurs présents puissent réagir et répondre. Ensuite, Jean Massiet accueille sur son propre plateau un sénateur ou une sénatrice afin de discuter de son parcours, de sa politique, du rôle du Sénat…Mais sur BackSeat c’est tout autre chose, l’objectif est de parler avec la même sincérité et le même répondant à des personnalités politiques de premier plan et aussi très installées en politique, c’est ce qu’il se passe notamment quand ils invitent des personnalité comme Christophe Castaner5, mais c’est aussi pour eux l’occasion de faire parler des personnalités que l’on entend parfois moins, comme Yael Braun Pivet qui est présidente de la Commission des Lois. Cet épisode de l’émission a d’ailleurs été critiqué pour son caractère très technique qui a tout de même permit 6de remettre en avant des questions constitutionnelles, de refaire un peu de vulgarisation, Jean Massiet ayant été professeur de droit constitutionnel, et cela permet de mettre en avant des subtilités du fonctionnement des institutions. L’émission, par sa construction, permet en quelque sorte de dépeindre un paysage politique sur Internet, car d’un côté nous avons des chroniqueurs et chroniqueuses qui ne viennent pas de nulle part, en terme de passé politique ou journalistique, mais c’est aussi, par l’invité de la semaine, qui se veut être un.e invité.e du web dont le sujet n’est pas la politique, mais qui est questionné.e sur son rapport à la politique. Cela permet aussi de constater la rupture qu’il peut y avoir chez les jeunes avec la politique, souvent restreinte aux personnalités politiques et aux institutions, plus qu’au politique en général. De plus, en revenant sur l’actualité de la semaine, les chroniqueurs prennent le temps d’exposer des situations et de donner leur opinion selon leur expérience, selon leur source, avec des approches marquées par leur appartenance politique. L’objectif n’est donc pas d’être neutre, mais d’apporter, comme l’explique Usul dans le premier épisode, « un autre son de cloche »7. Et de pouvoir inclure les questions et remarques des spectateurs au débat permet aussi d’éclaircir des zones de flous sur l’histoire et le fonctionnement des institutions, ou sur des événements de l’histoire politique française que la plupart des spectateurs et même des chroniqueurs n’ont pas connus. Cela permet aussi de re-contextualiser un peu les actualités qui parfois sont nées d’événements lointains, et d’inviter à toujours rester critique et de revenir aux points de départ des événements médiatisés.

Le projet Backseat se veut démocratique car il permet à des personnalités web et des personnalités politiques de s’exprimer et se positionner sur des sujets qui ne sont pas toujours mit en avant dans d’autres médias, sont pris notamment en compte les préoccupations des jeunes, Jean Massiet a notamment pu faire la promotion du Débat Du Siècle qui a eu lieu sur sa chaîne et qui consistait à interroger les candidats à l’élection présidentielle sur leur programme pour le climat. Et en général, l’espace de « carte blanche » de l’émission permet aux chroniqueurs et chroniqueuses de mettre en avant des thématiques qui les touchent plus ou moins personnellement, et dont la couverture médiatique n’est pas toujours satisfaisante voire existante. C’est aussi une communication qui se veut construite par et pour les spectateurs, la plate-forme Twitch repose essentiellement sur le système d’abonnement et de don, et c’est aussi le cas pour BackSeat, crée à partir d’une cagnotte alimentée par les viewers et régulièrement financée par les dons et/ou achat de produits dérivés (tasses, pull de Noël…). Ensuite, la plate-forme en elle-même qui permet de discuter par chat et surtout qui permet une rediffusion du direct permet son accessibilité. C’est un argument important en faveur de la communication sur Internet, que l’accessibilité à la politique, qu’elle soit par le biais d’un discours adapté ou par le biais des formats et accessibilité des plate-formes en elles-mêmes. En effet, le contenu reste accessible sans nécessité de créer un compte, de payer ou de participer à la discussion. Et la rediffusion sur YouTube proposée ici en épisodes divisés par « moments clés » puis la diffusion des épisodes complets, permet de sélectionner ce que l’on souhaite regarder (par exemple, les interviews des personnalités politiques existent en elles-mêmes, séparées des autres moments de l’émission.). Enfin, cela permet aussi de toucher un public jeune, car malgré les codes « télé » que l’on retrouve sur BackSeat, les créateurs et créatrices de contenu politique ont tous dû se former et innover sur le tas. Soit par manque d’expérience, soit aussi parce que lorsqu’ils et elles se sont lancé.e.s dans cette création là, autour de 2015 pour la plupart, le format n’existait pas ou peu en France et en Europe, la politique avait difficilement sa place dans les lieux du divertissement sur Internet. La communication politique à destination des jeunes a mit du temps à émerger, avant cela, il s’agissait de fédérer des communautés de gens déjà intéressés et convaincus, pour qu’ensuite les algorithmes puissent diffuser au plus grand nombre, sachant qu’encore aujourd’hui est dénoncée la censure des thématiques qui ne sont pas « ad-friendly », c’est-à-dire dire les thématiques qui font fuir les annonceurs, les publicitaires. De ce fait, le modèle économique était inexistant, il fallait soit avoir trouvé des sponsors, soit appeler au financement par les viewers eux-mêmes, ce qui n’est pas toujours simple, il faut pouvoir être légitime à ce type de demande et cette confiance prend du temps à s’installer.

Notons aussi que la stratégie d’être à la fois en direct et sur YouTube permet aux chroniqueurs et chroniqueuses de varier les formats et l’accessibilité de leur contenu. Cela leur permet de s’assurer un revenu lorsque leur statut est indépendant, et cela permet de créer de nouvelles manières de communiquer sur la politique. De plus, il faut noter que la plate-forme Twitch favorise moins la communauté que YouTube, car l’abonnement y est payant, sur Twitch il est possible de suivre la chaîne sans payer, mais cela veut juste dire que l’on reçoit une notification lorsqu’un live est en cours.

Les chaînes Twitch de parti et/ou personnalité politique

Comme expliqué précédemment, la plate-forme Twitch permet de créer son propre média8, avec ses propres programmes, invités, structure…ce qui permet un contrôle total de l’image du candidat, de la candidate ou du parti sur Internet9. Déjà, le fait de participer à des émissions comme BackSeat permet un contrôle en soi, mais c’est encore plus le cas lorsque l’on possède sa propre chaîne, son propre canal de diffusion.

Il est possible, pour une personnalité politique possédant une chaîne Twitch, de faire intervenir des membres de son parti, mais aussi de filtrer les sujets qu’il ou elle veut aborder10. Il suffit par exemple de sélectionner les thématiques au programme des directs, ou alors de tout simplement ignorer les questions sur certains sujets, et de répondre longuement aux thèmes et sujets que la personne maîtrise le mieux. Cela permet donc de ne plus avoir besoin du journaliste, tout en ayant un contrôle total, un contrôle que ne permettrait pas une apparition au journal télévisé ou un entretien retranscrit dans la presse écrite. Pour avoir ce contrôle-ci, il faut maîtriser les outils, certes, mais aussi s’intégrer à la « communauté », c’est-à-dire en respecter les codes11, les traditions, en connaître l’humour aussi, parce que toutes apparition, même contrôlée, n’échappe pas au détournement, à la dérision. Donc il faut aussi savoir s’entourer et s’adapter, ce qui n’est pas donné à tout le monde du point de vue de la communication, cela demande des moyens, du temps, un capital humain aussi (bénévoles et/ou salariés). Ce développement numérique à aussi des limites démocratiques importantes.

Ces moyens de communication privés sont à la fois démocratiques et stratégiques. Démocratique car ils sont ouverts à tous, accessibles gratuitement, et développés par des citoyens engagés et des personnalités politiques. Le dialogue peut s’ouvrir avec les viewers tout en contrôlant l’image politique de la personne, à condition que ce soit sa propre chaîne YouTube/Twitch ou celle de son parti. Et lorsque des apparitions sont organisées sur des émissions comme BackSeat ou encore auprès de la chaîne Hugo Décrypte, cela reste cohérent avec une volonté de rendre la politique accessible, notamment aux jeunes, et de parler de certaines thématiques qui seraient peu ou pas médiatisées. Mais cela permet d’être interviewé sans pour autant être face à une contradiction totale, car il est difficile aussi pour ces présentateurs et chroniqueurs de tenir un rôle de journaliste quand ceux-ci sont plutôt vulgarisateurs, éditorialistes ou chroniqueurs, cela ne revient pas au même. C’est un exercice du métier qui s’apprend, mais cela peut aussi être une volonté de l’émission de ne pas être dans la confrontation d’opinion, de simplement revenir sur des points de carrière ou de projet et de poser des questions nécessitant parfois des précisions. Il y a donc une part de stratégie de contrôle. Mais la limite démocratique ici repose sur cette même stratégie et sur les moyens nécessaires pour la construire. Cette limite réside dans les médias, chaîne YouTube et Twitch, des candidat.e.s et partis eux-mêmes. Ici, il est totalement question de créer son propre canal, de contrôler à la fois son image mais aussi les thématiques abordées, sans confrontation12 (ou très peu) à une opinion opposée, voire à des questions « gênantes » car la personne intervenant peut tout simplement ignorer les questions posées, ne répondre qu’à celles ayant été préparées ou anticipées, ce qui peut ensuite être difficile à recevoir de manière critique pour les viewers. Il faut aussi noter que la nécessité de capitaux financiers et humains pour mener ce type de communication est importante, étant donné que tout repose sur la capacité du parti à avoir salarié.e.s et bénévoles en plus des fonds pour construire cette communication, qui elle ne repose que sur les dons de particuliers. C’est une communication qui fait un tri, qui n’est pas à la portée de tous les partis, de toutes les personnalités politiques.

1 GATINOIS Claire, “Jean Castex sur Twitch, l’homme politique « vintage » s’invite chez les jeunes”, Le Monde, 14/03/2021 (consulté le 12/08/2022)

2 KEBOUR Malik, “ “Je trouve cette liberté fascinante” : comment Samuel Etienne est devenu le champion de Twitch”, Lamontagne.fr, 25/04/2021 (consulté le 12/08/2022)

3 UN TÉMOIGNAGE CHOC DANS SÉNAT STREAM – Jean Massiet Best Of #11 (06:21- 06:36)

4 Plateau en hémicycle avec des tables hautes, présentateur au centre, chroniqueurs et chroniqueuses à droite de l’écran, invité.e seul.e à gauche de l’écran, et le tchat qui défile sur les écrans installés sur le plateau permettant la lecture en direct.

5 CHRISTOPHE CASTANER : L’INVITE POLITIQUE – Backseat #14

6 YAËL BRAUN-PIVET : L’INVITÉE POLITIQUE – Backseat #3

7 UN TÉMOIGNAGE CHOC DANS SÉNAT STREAM – Jean Massiet Best Of #11 (07:20- 07:39)

8 THEVIOT Anaïs. « Facebook, Twitter, Youtube. Vers une « révolution » de la participation et de l’engagement politique en ligne ? », Idées économiques et sociales, vol. 194, no. 4, 2018, p. 29. Téléchargé depuis Cairn.Info le 04/04/2021

9 CAILLET Jérémy, “2017-2022 : comment leur communication a évolué d’une présidentielle à l’autre”, France Culture, 04/04/2022 (consulté le 13/08/2022)

10 GALOPIN Alice, “Live Instagram, chaînes Twitch, comptes TikTok… A quoi jouent les politiques sur les réseaux sociaux ?”, France Info, 18/08/2021 (consulté le 12/08/2022)

11 RUEL Alice, “ Twitch, nouveau terrain de jeu des politiques ?”, MediaFactory, 17/01/2022 (consulté le 12/08/2022)

12 LaDépêche.fr, “Twitch, le passage obligé des hommes politiques ?”, 08/03/2021, consulté le 12/08/2022 (ici, sur l’émission de Gabriel Attal, critiquée pour le choix des invité.e.s et, comme expliqué dans l’article d’Alice Ruel, l’absence de journaliste(s).)


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
enunezguajardo (28 février 2023). Les politiques et les commentateurs sur Twitch : Les chaînes sur la politique, les émissions politiques et les chaînes de politiques en 2022. Master civilisations, cultures et sociétés. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/r9qy


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search