Pratique linguistique et sentiment d’appartenance à une identité : Le cas du breton et de l’identité bretonne chez les 18-25 ans.

« L’homme ne se conçoit pas autrement que comme sujet parlant. »


(Marina Yaguelo, « Catalogue des idées reçues sur la langue. », 1988, p. 11)

Que veut dire avoir une identité, appartenir à un groupe et se revendiquer comme membre de celui-ci ? De quelle manière est-ce que la façon dont nous parlons, la ou les langues que nous parlons ont ou non une influence sur notre identité ? Plus largement, quels liens peut-on faire entre pratique linguistique et sentiment d’appartenance à une identité. Cet article présentera une recherche de Master 2 qui tentera de répondre à ce type de questions. Dans un premier temps, cet article présentera l’origine du questionnement de cette recherche. La seconde abordera la méthodologie abordée pour répondre à ce questionnement et les différentes parties du mémoire à son état actuel. Enfin, la dernière partie sera consacrée aux premières observations, à ce stade de l’enquête. Puis, nous conclurons en disant que cette recherche, en cours, est pour l’instant incomplète, mais qu’elle commence à produire des données qui méritent de s’y attarder.

Durant mon cursus universitaire, j’ai eu l’occasion de faire un Master 1 de Sociologie en mobilité Erasmus, via l’Université Rennes 2, à Maynooth en Irlande. Les neufs mois que j’ai passé là-bas m’ont permis de rencontrer de gens de mon âge d’un grand nombre de nationalités (slovaques, italiens, allemands, espagnole, irlandais, anglais, etc). En échangeant avec des amis espagnols, je me suis rendu compte que certains d’entre eux ne se présentaient pas en tant que tels mais comme Basques ou Catalans. De la même manière que je ne me présentais pas en tant que Français, mais en tant que Breton. Nous avions tous le même point commun, la connaissance et la pratique de nos langues régionales respectives.

Alors m’est venu le questionnement du rapport qu’il pouvait avoir entre la pratique linguistique régionale et l’appartenance à son identité. Pourquoi le fait de parler une langue régionale permettait de se revendiquer en tant que Basque, Catalan, Breton ou bien Corse, et non comme Espagnole ou Français ? Et pourquoi moi, étant de nationalité française, je me revendique en tant que Breton ? C’est sur ces questionnements de base que ce mémoire portera.

Méthodologie abordée :

Pour effectuer cette recherche, j’ai décidé d’adopter une démarche hypothético-déductive. Ma première hypothèse est la suivante : Il y a un/des liens entre la pratique linguistique d’une langue régionale et le sentiment d’appartenance à l’identité de ce territoire. Encore, s’agit-il, de savoir lequel. C’est la raison pour laquelle ce mémoire est divisé en trois parties. De plus, les causes pouvant expliquer la première hypothèse, ont été formulées en sous hypothèses. Les voici :

– Sous-hypothèse N°1: Les locuteurs ont changé (forme idéale typique) au cours du temps.

Par le passé, les bretonnants étaient majoritairement des agriculteurs et locaux au capital économique et culturel bas. À l’inverse, aujourd’hui, les brittophones sont des individus au capital économique et culturel élevé

La forme idéale typique des bretonnants d’avant et celle d’aujourd’hui s’oppose à cause de la trêve dans la transmission intra-familiale de la langue. Aujourd’hui, les bretonnants ont une origine sociale différente des anciens. Le capital culturel élevé et le capital économique élevé sont la raison de l’intérêt pour la langue, car elle ramène à des origines familiales (les grands-parents parlaient breton, donc apprendre le breton fait office de lien avec l’histoire familiale).

– Sous-hypothèse N°2 : L’uniformisation de la langue bretonne a produit une uniformisation de l’identité bretonne.

Le breton des « anciens » variait à quelques dizaines de kilomètres (Cf. Atlas Linguistique de Basse-Bretagne1 – ALBB ; Nouvel Atlas linguistique de la Basse Bretagne – NALBB2), tandis que celui des jeunes est uniformisé. En ce sens, il y avait avant différents bretons identitaires (exemple : entre un Breton de Guingamp et un Breton de Quimper) qui se différenciaient par leur pratique linguistique. Aujourd’hui, il n’y a plus autant de différences linguistiques chez les bretonnants par l’uniformisation de la langue. De ce fait, il n’y a plus de Bretons qui se différencient entre eux par leurs pratiques linguistiques, mais des Bretons de Bretagne.

– Sous-hypothèse N°3 : L’apprentissage du breton ouvre à sa culture.

Par l’apprentissage de la langue bretonne dans le cadre scolaire, il y a un apprentissage de l’histoire de la Bretagne, ce qui favorise un sentiment d’appartenance à l’identité bretonne. Plus généralement, l’apprentissage du breton donne accès et une ouverture à certains aspects de la culture bretonne, ce qui privilégie le sentiment d’appartenance à cette dernière.

– Sous-hypothèse N°4 : Plus les Bretons s’éloignent de la Bretagne, moins ils vont se revendiquer en tant que tels.

En Bretagne et en France, les bretonnants vont d’abord se revendiquer en tant que bretons tandis qu’à l’étranger, ils vont se revendiquer en tant que Français. Cela s’expliquerait par le fait que la Bretagne n’est pas forcément connue à l’étranger, tandis que la France l’est.

– Sous-hypothèse N°5 : Le breton peut être utilisé pour exclure et donc se renfermer.

La pratique du breton quand les autres présentes ne le parlent pas est disparitaire. Il marque une distance entre les acteurs et peut-être perçu comme ostentatoire et revendicatif. Si la langue peut être considérée pour communiquer, elle peut aussi être utilisée pour refuser la communication, et alors exclure, notamment avec des langues qui sont peu parlées.

Ces différentes hypothèses vont être confirmées ou réfutées dans les différentes parties de ce mémoire.

Structure du mémoire :

– Première partie de mémoire :

Dans : « Les règles de la méthode sociologique », Durkheim nous dit : « La cause déterminante d’un fait social doit être recherchée parmi les faits sociaux qui le précèdent et non dans l’état de la conscience individuelle. 3» (Bierstedt, 1966 : 94). En conséquence, pour comprendre la pratique du breton chez les 18-25 ans aujourd’hui, il nous faut savoir d’où elle vient. C’est la raison pour laquelle la première partie de cette recherche traitera de l’évolution de la pratique du breton, à partir d’une période qui reste à définir, jusqu’à nos jours. Elle se basera sur divers sondages, livres et articles scientifiques tels que : « La pratique du breton : de l’Ancien Régime à nos jours. »4 (1995) de Fañch Broudic, « Parler breton au XXIe siècle : Le nouveau sondage de TMO Régions »5 (2009) également de Fañch Broudic, ou encore « GALV ou la synchronisation des espaces du militantisme breton »6 (2019) de Mathilde Sempé.

– Seconde partie de mémoire :

La seconde partie consistera en le traitement d’une recherche empirique qualitative : l’analyse d’entretiens. J’ai décidé d’opter pour cette démarche afin d’avoir une première idée de la perception qu’ont les acteurs de la langue bretonne à propos de leur pratique linguistique et leur rapport identitaire. Pour ce faire, huit brittophones entre 18 et 25 ans ont, à ce jour, été interviewés, totalisant près de neuf heures et demie d’entretiens. Sept entretiens ont commencé à être traités et le dernier est en cours. D’autres personnes sont susceptibles d’êtres interviewés.

Le traitement de ces entretiens se fait à l’aide du logiciel du traitement de données « Sonal ». Sur ce dernier, les entretiens ont étés retranscrits, puis vont être découpés par les thématiques suivantes :

– Apprentissage du breton

– Représentation de la pratique linguistique individuelle

– Ouverture culturelle par l’apprentissage du breton-français

– Représentation de la pratique linguistique générale

– Représentation identitaire individuelle

– Représentation identitaire générale

– Entourage et cadre sociale de la pratique du breton

– Rapport personnel à l’identité

Chacune de ses sous-thématiques correspondant à une sous partie de cette recherche qualitative. Le questionnaire7 a été construit dans le but d’avoir une discussion avec les interviewés autour des thématiques susmentionnées et de confirmer ou de réfuter certaines des sous-hypothèses. De plus, les interviews faites ont permis de formuler de nouvelles hypothèses. Nous en parlerons dans la troisième partie de cet article.

– Troisième partie du mémoire :

Tandis que la seconde partie de ce mémoire traitait une démarche empirique qualitative, cette troisième partie abordera le traitement d’un sondage, et donc sera une approche quantitative. Le questionnaire de ce sondage, qui à ce jour n’a pas encore été fait, sera un recodage du questionnaire qualitatif. Il se composera de questions fermées portant sur les thématiques susmentionnées, en plus d’inclure les nouvelles hypothèses révélées par la deuxième partie de ce mémoire. De plus, ce sondage, fait à plus large échelle que les huit interviewés de la seconde partie, permettra d’avoir une meilleure représentativité statistique des questionnements de cette recherche.

Premières observations :

La première observation faite est le ressentit qu’ont les interviewés au fait de pouvoir parler breton. Beaucoup d’entre eux ont évoqué la notion de fierté, comme Iwan (nom modifié), 23 ans, étudiant, qui à la question « Qu’est-ce que le fait de parler breton représente pour toi » a répondu :

« Comme je disais tout à l’heure, il y a quelque chose d’hyper important dans le fait de parler breton, c’est faire survivre la langue en fait. (…) Je suis hyper fière de parler breton. Et ouais, dans un sens, je trouve ça prestigieux. (…) C’est une fierté de parler la langue de mon pays et de faire en sorte qu’elle ne crève pas. »

Dans son témoignage, il évoque la seconde observation qui a été commune à la majorité des individus interviewés : la notion de militantisme, de fait de parler breton pour faire survivre la langue. Ces derniers ont évoqué le fait que parler breton était une action militante. Arwen (nom modifié), 20 ans, étudiante, répond à la même question en évoquant cette notion de militantisme :

« Bah, c’est une appartenance, ça va me créer une appartenance à un groupe qui va être particulier. Ça va être de la fierté. Je sais que ça, ça me manque beaucoup en études supérieures de pas parler breton parce que du coup, je trouve que ça crée vachement un lien entre les gens. Euh… Qu’est-ce que ça peut me créer aussi ? Bah un peu une notion de militantisme aussi. On continue à faire vivre la langue en continuant à parler breton. Je sais que je pourrais parler beaucoup plus breton, que j’ai beaucoup plus d’occasion de parler breton. Mais non franchement, je suis fière de savoir parler breton quoi. »

Enfin, une autre des observations marquantes de ce début d’analyse qualitatif, est la notion d’affiliation identitaire et de non-affiliation dû à la représentation de ce que symbolise cette identité. Dans le cas de l’affiliation à l’identité bretonne et la non-appartenance à l’identité française, Louis (nom modifié), 25 ans, se définissant comme « militant » dit :

« Bah en fait, en tant que français, je ne sais pas ce que ça représente du coup la France. Si je me revendique en tant que français, c’est revendiquer un passé colonial, des trucs comme ça. (Rire). Ça ne m’intéresse pas trop quoi. Je n’ai pas trop envie d’être de ce coin-là, la 5ᵉ puissance militaire et tout. Pas ouf quoi. »

La notion d’appartenance à un groupe apparaît alors comme l’appartenance à ce que représente le groupe.

Pour conclure, nous pouvons dire que cette enquête est en toujours en cours, qu’elle commence à produire des données qui doivent être encore analysées. D’autres données vont être produites. Il est possible de dire certaines choses de ce qui a été produit pour l’instant. Or, l’analyse des entretiens, le découpage en thématiques de ces derniers, la passation du sondage et l’analyse de ces données n’étant pas encore faite, il est encore trop tôt pour se prononcer quant à l’influence qu’à, ou non, la pratique linguistique du breton sur le sentiment d’appartenance à l’identité bretonne.

Annexe :

Questionnaire – Partie qualitative :

Introduction :

– Présentation de l’enquête : Cadre de l’enquête, introduction du sujet et pourquoi celui-là, modalités d’anonymisations, autorisation d’enregistrement.

Questionnaire :

– Comment as-tu appris le breton ? (École ? Famille ? Grand-parents ? Formation ? Autres ?)

– Comment définis-tu cette forme d’apprentissage (cas de l’apprentissage à l’école ou par une formation) ? Si apprentissage du breton dans le cadre familial, quelle est la place du breton dans ta famille ?

– Si breton langue maternelle, sais-tu pourquoi tes parents ont décidé de te transmettre le breton ? Si breton langue non-maternelle, pourquoi as-tu décidé d’apprendre le breton ?

– Qu’est-ce que le fait de parler breton représente pour toi ?

– Est-ce que quand tu as appris le breton, tu as eu accès à autre chose en lien avec la culture bretonne (pratique musicale, danse, histoire de la Bretagne, culture, etc ?) ? Si oui, est-ce que tu peux me raconter comment ça s’est fait ?

– Avec qui parles-tu breton et dans quel contexte ?

– Comment est-ce que tu qualifierais ton breton ?

– Parles-tu d’autres langues et quelle langue parles-tu le plus ?

– Comment représentes-tu ces langues les unes par rapport aux autres ?

– Comment tu te présentes à des inconnus ? En Bretagne, en France et à l’étranger ?

– Si l’on peut parler d’identité bretonne ou d’identité française, comment les définis-tu, comment les différencies-tu et pourquoi ?

– Connais-tu beaucoup de locuteurs bretons ? Qui autour de toi parle breton et dans quel contexte ? Est-ce que ces personnes-là parlent régulièrement breton ou est-ce occasionnel ?

– Est-ce que tu as déjà parlé breton dans un contexte où les gens autours de toi ne le parlait pas ? Si oui, est-ce que tu peux me raconter ?

– Est-ce que pour toi, on peut lier le fait de parler breton et le fait de se revendiquer en tant que breton et pourquoi ?

– Qu’est-ce que d’après-toi fait que l’on se revendique ou non comme appartenant à identité (breton, français ou autre) ?

– Est-ce que tu t’es déjà posé la question du lien qu’il pourrait y avoir entre le fait de parler une langue et de se revendiquer comme appartenant à une identité particulière ? Si oui, peux-tu m’expliquer ?

.

1Roux, P. L. (1924). Atlas linguistique de la Basse-Bretagne. Published in 1924 – 1963 in Rennes Paris by Plihon et HommayE Champion

2û, J. L. (1972). Le nouvel atlas linguistique de Basse-Bretagne. Études Celtiques. https://doi.org/10.3406/ecelt.1972.1509

3Bierstedt, R. (1966). Emile durkheim. Weidenfeld & Nicolson.

4Broudig, F. (1995). La pratique du breton : de l’Ancien Régime à nos jours. Presses universitaires de Rennes.

5Broudic, F. (2009). Parler breton au XXIe siècle : Le nouveau sondage de TMO Régions. HAL (Le Centre pour la Communication Scientifique Directe).

6Sempé, M. (2019). GALV ou la synchronisation des espaces du militantisme breton. La Bretagne linguistique. https://doi.org/10.4000/lbl.463

7Cf. Annexe



Citer ce billet
mguillanton (2023, 1 mars). Pratique linguistique et sentiment d’appartenance à une identité : Le cas du breton et de l’identité bretonne chez les 18-25 ans. Master civilisations, cultures et sociétés. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r9qz

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search