La connaissance cartographique et géographique des officiers de la Marine Royale dans la seconde moitié du XVIIIe siècle

Au-delà du fait que la cartographie et la géographie furent inventées et utilisées pour faire la guerre, les cartes et la géographie devinrent de véritables sciences et même un art en ce qui concerne la cartographie. Le quotidien pour des officiers de la Marine Royale à la fin du XVIIIe siècle.

Lire la suite : La connaissance cartographique et géographique des officiers de la Marine Royale dans la seconde moitié du XVIIIe siècle

Contexte

La deuxième moitié du XVIIIe siècle est marquée par des guerres, essentiellement entre la France et l’Angleterre. Avec le jeux des alliances, beaucoup d’autres nations se retrouvent entraînées dans ces guerres qui coûtent de plus en plus chères. Cette période s’ouvre avec la guerre de Sept Ans (1756-1763). Cette guerre voit s’affronter la France et l’Autriche – aidées par leurs alliés que sont la Russie, la Saxe, la Suède et l’Espagne – face à l’Angleterre alliée de la Prusse et du Hanovre. On peut considérer ce conflit comme une première guerre mondiale, car on se bat en Europe, mais aussi dans les colonies, donc dans beaucoup de régions du monde (Amérique et Inde essentiellement). En Europe c’est l’Autriche qui se bat pour reprendre la Silésie perdue face à la Prusse, mais dans les colonies, ce sont surtout la France et l’Angleterre qui s’affrontent une énième fois. Quand la guerre se termine en 1763, pour la France, il s’agit d’une défaite totale. Elle perd le Canada Français qui n’est pas du tout secourue (pour plusieurs raisons) ainsi que des comptoirs en Inde. Le pays sort quasiment ruiné et sa Marine Royale est en grande partie anéantie. De l’autre côté de l’Atlantique, ce sont les colonies américaines qui se déclarent indépendantes quelques années plus tard, le 4 juillet 1776. Elles se détachent de la gouvernance de l’Angleterre qui ne cesse de crouler ses colonies sous des taxes, notamment dans le domaine du commerce. La France apporte son aide aux États-Unis d’Amérique, qui voit là une occasion de défaire l’Angleterre une bonne fois pour toutes. C’est pendant ce conflit que la Marine Royale redore son blason en défaisant la Royal Navy (excepté lors de la bataille des Saintes) durant le conflit. Mais le mal est fait, malgré ses victoires, la guerre d’indépendance américaine, qui se termine en 1785, a coûté très cher à la France. De plus, les Français qui sont allés combattre de l’autre côté de l’Atlantique – Lafayette, Rochambeau – reviennent avec de nouvelles idées. La période révolutionnaire qui s’ouvre en 1789 change profondément la France dans beaucoup de domaines et la Marine Royale ne fait pas exception. Les soubresauts du Directoire pour tenter de remettre la Marine à flot furent vains.

Différentes sources

Les cartes composent le principal corpus, mais pas seulement. Elles présentent un résultat, la finalité de ce que l’on sait à cette époque. La réalisation d’une carte, qu’elle soit géographique ou maritime, demande beaucoup de travail et est surtout le résultat de plusieurs recherches, travaux, différentes méthodes. Ce que l’on ne voit pas quand on regarde une carte de cette période. Ce que je cherche alors c’est le comment. Comment sont faites ces cartes ? Différentes sources me donnent alors en partie ces réponses, comme les journaux de bord et les récits de voyage. Dans les journaux de bord, tout est noté et la partie qui m’intéresse le plus est la position du navire qui est relevée chaque jour et est alors annotée en marge. Ce qui m’apporte beaucoup aussi, ce sont les récits de voyage. Ces récits de voyage sont des ouvrages écrits à la suite des voyages effectués pour des raisons scientifiques essentiellement par des officiers de Marine. Il s’agit de rectifier des cartes, corriger des emplacements, définir de nouvelles positions qui n’ont pas été relevés avant. Mais il y a aussi une vocation de découvrir et de répertorier de nouvelles îles, de nouveaux caps, littoraux. D’autres sources viennent compléter ce corpus, comme des atlas, notamment celui de La Pérouse.

Jean-François D’Arros D’Argelos – Journal de bord du vaisseau Le Languedoc, du 22 mars 1781 au 23 août 1782 (extrait)

Le problème de la longitude

Les latitudes1 étant déjà bien maîtrisées depuis quelques temps, il est facile de la déterminer. En revanche, c’est une toute autre histoire pour la longitude. Ce problème de longitude est récurrent pour toutes les grandes nations ayant une marine conséquente. Ce problème de calcul de la longitude menait à des erreurs de réalisation de cartes. Les marins naviguaient justes mais sur des cartes fausses. Ces cartes, présentant des erreurs, étaient dangereuses lors de leur utilisation. Il n’était pas rare qu’un navire fasse naufrage car il y avait des récifs rocheux ou un haut-fond qui n’étaient pas répertoriés mais pourtant bien là. A contrario, de chercher une île ou une côte répertoriée sur la carte, mais n’existant pas. Le sujet de la longitude est tel que l’Angleterre offre une récompense à quiconque saura percer le secret de la longitude2 . Par là, les querelles incessantes entre les nations – surtout entre la France et l’Angleterre – s’effacent au profit de la quête scientifique pour sauver des centaines de vies que valent celles des marins.

Où trouver cette connaissance ?

Le dépôt des cartes et plans de la Marine3 apparaît comme le lieu de prédilection pour être au cœur de cette connaissance. Mais de quoi s’agit-il ? Ce dépôt était un lieu d’entrepôt et de concentration de documents en tout genre4. Tout ce qui avait un lien de près ou de loin à la cartographie et l’hydrographie était entreposé dans ce dépôt. Cartes, journaux de bord, récits de voyages, instruments de navigation, de calcul… Tout était bon pour mener des recherches visant à améliorer la connaissance du monde. Nous pouvions y trouver des cartes françaises, mais pas seulement. Les cartes hollandaises étaient parmi les meilleures et il s’en trouvait conservées au Dépôt. Jusqu’au XVIIIe siècle, ce sont les cartes hollandaises que nous retrouvons à bord des bâtiments de la Royale. A travers son histoire, ce sont des “gardes” du Dépôt qui gérèrent cet endroit5. Dans les faits, le Dépôt des cartes et plans de la Marine commence son activité à Paris avec plusieurs adresses. Il est déplacé à Versailles pour que ses ressources soient plus proches du pouvoir royal. Il revient un peu plus tard à Paris. Aujourd’hui, le Dépôt des cartes et plans de la Marine n’existe plus sous ce nom, mais sous celui du Service Hydrographique et Océanographique de la Marine (SHOM).

Neptune français – 1752 (crédits – photo de Marine Allouveau de Montréal)

L’Académie de Marine apparaît comme un haut lieu de la connaissance et des avancées scientifiques. Durant son existence, elle apporta de sérieux progrès à la Marine Royale comme à la science de manière générale. L’Académie de Marine entretenait des liens étroits avec l’Académie des Sciences. Cette dernière apportait des progrès à la Marine. L’Académie de Marine voit le jour le 30 juillet 1752 à Brest. L’origine de sa création vient du capitaine de vaisseau Sébastien Bigot de Morogues6 . En plus de son titre de capitaine de vaisseau, il était un théoricien de la tactique navale, un grand expert dans le domaine de la balistique et capitaine d’artillerie. Il avait comme habitude de réunir chez lui, dans la ville de Brest, des personnes appartenant au monde marin. Ces personnes pouvaient être des officiers de vaisseau, des constructeurs de navires, mais aussi des personnes de sciences comme des médecins, des ingénieurs ou encore des architectes. Malheureusement, l’Académie ne survit pas à la période révolutionnaire. Le 8 août 1793, à l’initiative de l’abbé Grégoire, l’Académie de Marine est supprimée comme les autres. Les cinq académies revoient le jour en 1794 excepté l’Académie de Marine qui n’est pas reconstituée. Il faut attendre 1921 pour qu’elle retrouve une existence. Durant son existence, l’Académie de Marine était très liée à celle des Sciences. Et cela se voit à travers ses membres. Entre 1752 et 1793, plus de 36 membres de l’Académie de Marine furent aussi des membres de l’Académie des Sciences. Comme ces deux académies étaient proches, notamment dans les travaux effectués, l’Académie de Marine est intégrée à celle des Sciences en 1771. L’Académie de Marine se voit alors comme une antenne brestoise de l’Académie des Sciences.

Les compagnies de gardes de la Marine montrent une autre facette de la connaissance cartographique et géographique. Ces compagnies de gardes étaient présentes dans les ports militaires que sont Brest, Toulon et Rochefort. Elles répondaient à la problématique de dispenser d’une formation théorique ainsi que pratique aux futurs officiers de la Marine. A leur origine, en 1669, créées par Colbert, elles sont d’abord accessibles aux nobles. L’enseignement est donné aux jésuites jusqu’à leur expulsion en 1763. Quelques officiers célèbres sont passés par les gardes de la Marine, comme Suffren de Saint Tropez ou encore La Pérouse. Le problème qui se pose à ces compagnies de gardes, c’est l’absence d’un cadre exercé sur les élèves après la fin de leurs cours. Les élèves sont livrés à eux-mêmes dans la ville, ils sont logés chez des particuliers ou des professionnels. Il n’y a pas de contrôle sur eux de la part de leur hiérarchie. Ce qui en découle, ce sont des comportements, jugés indignes du rang qu’ils occupent. Par ailleurs, cela ne fait que dégrader l’image de la Marine aux yeux de la population. Pas très efficace dans une période où la Marine a besoin de recrues. Ces compagnies de gardes, outre la formation pratique et théorique de l’apprentissage de la mer, dispensent d’une formation scolaire, militaire et scientifique. La compagnie de garde basée à Rochefort est la première à être supprimée. La raison principale est que ce port apparaît comme un port militaire secondaire. Les élèves sont transférés à Brest. Finalement, les deux autres compagnies de gardes sont supprimées au profit de la prestigieuse école du Havre qui ouvre ses portes en 1772. Elle se voulait innovante dans un port de commerce, ce qui rompt avec les compagnies de gardes qui étaient dans des ports militaires. Mais cette école ne dura pas longtemps, car elle est supprimée en 1775 au moment de la mort de Louis XV et du renvoi de son ministre de la Marine, Bourgeois de Boyne. Après sa suppression, les compagnies de gardes reviennent, mais sont définitivement supprimées en janvier 1786. Ce sont les “élèves” de la Marine qui remplacent ces compagnies de gardes.

Les voyages scientifiques: un apport considérable

Bien que la théorie représente un enjeu considérable, la pratique a tout aussi sa place au cours du XVIIIe siècle. Et la pratique se manifeste – entre autres – par des voyages scientifiques. Comme voyages scientifiques, nous avons bien évidemment, les expéditions scientifiques comme celles de Bougainville et de La Pérouse. Ces expéditions ont amenés à beaucoup de progrès dans les différents domaines scientifiques. Mais outre ces expéditions scientifiques célèbres, il y eut aussi des voyages effectués par des officiers de la Marine qui sont racontés dans des récits de voyages. Dans ces récits, on y trouve le déroulé du voyage, la raison de ce voyage, ainsi que des cartes effectuées et les calculs, méthodes et instruments utilisés pour réaliser les relevés de cartes.

Prenons d’abord le cas du marquis de Chabert. Officier de Marine, il repère très tôt des erreurs dans les cartes hollandaises, ce qui engendre des accidents. Chabert se rend compte de la nécessité de rectifier ces erreurs au cours de ses deux voyages en Acadie en 1746. Ainsi un voyage pour rectifier les cartes est organisé par ordre du Roi. Chabert part en 1750 pour l’Acadie avec un passage obligatoire par Louisbourg (ordre de Louis XV). Comme ce sont des territoires qui ne sont plus français, Chabert doit montrer son instruction aux anglais pour recevoir une certaine protection. Cela montre que sa mission est au-delà des conflits habituels, sa mission n’est pas seulement pour la France, mais pour la sûreté de tous les navigateurs, qu’ils soient français, anglais, hollandais ou autre. Ses instructions sont claires: il s’agit d’observer la longitude – à cette époque, la longitude n’est pas encore claire – et la latitude de Louisbourg, mais aussi la localisation de caps et d’îles se trouvant dans la zone de l’Acadie et de Terre-Neuve. Durant la traversée de l’Atlantique des relevés sont faits. Le relevé de latitude était maîtrisé autant sue terre que sur mer, cela ne pose pas de problèmes. Mais c’est une toute autre affaire pour la longitude. La longitude est à peu près maîtrisée sur terre, mais pas du tout sur mer. Et un des obstacles est la météo. Pour faire des relevés, il faut faire des relevés astronomiques, or, s’il y a des nuages ces relevés sont tout simplement impossible. Durant son séjour en Acadie et à Louisbourg, les relevés demandés et manquant sont fait. Par exemple, la position de Louisbourg est déterminée notamment sa latitude (il faut 12 jours pour la trouver). Plusieurs sorties se font ainsi sur des navires armés pour l’occasion et on emploie des pilotes côtiers pour la navigation à côté des côtes. La position de cap, de baie, de haut-fonds et autres repères topographiques sont effectuées durant les différentes sorties. De plus, lors de ses sorties, des relevés astronomiques sont réalisés pour déterminer le plus précisément possible la longitude de cap ou d’îles pouvant servir de repères pendant la navigation. La mission de Chabert s’achève par une lettre de la Cour qui lui est envoyé, lui demandant de rentrer en France. Un exemple d’erreur fréquent que l’on pouvait retrouver sur des cartes: une baleine morte. Lors de son voyage retour, il rencontre une baleine morte. Elle est d’abord prise pour un rocher, mais les hommes se rendent compte de leur erreur et suppriment alors leurs relevés. Dans d’autres cas, l’erreur n’est pas relevée et est mise quand même sur les cartes. Ces mêmes cartes qui sont utilisées par les officiers de la Marine dans des situations souvent de guerre. Ces erreurs peuvent être fatales pour des navires. Mais Chabert a pu se rendre compte de cette erreur et peut-être a pu avertir cette erreur sur les cartes qui ont été faites ou alors les futures cartes, pour qu’il y ait une attention particulière ou vérifier la véracité des relevés. Mais cela reste compliqué, surtout pour les ingénieurs de cartes, qui souvent ne voient même pas la mer durant toute leur vie.

Carte particulière des costes du Sud Est de l’Isle Royale – voyage du marquis de Chabert (crédits : photo de Marine Allouveau de Montréal)

Le deuxième exemple est celui de Bougainville. Ce dernier est passionné de géographie et de sciences. Il entreprend de faire le tour du monde à bord de deux vaisseaux: la Boudeuse et l’Etoile. C’est le quatorzième tour du monde entrepris, mais le premier de façon officielle effectué par un Français. Il emmène avec lui le cartographe Romainville, l’astronome Véron et un naturaliste du nom de Commerson. Le but est de découvrir une route maritime vers la Chine tout en cherchant le mystérieux continent austral que les Anglais cherchent désespérément. Le départ se fait à Saint-Malo en 1766. Pour atteindre la Chine, Bougainville passe par le détroit de Magellan. Passage difficile pour les marins pour entrer dans l’océan Pacifique. Son chemin le mène à Tahiti, Bornéo – où l’équipage est touché par le scorbut, Batavia et l’île de France. Il revient à Saint-Malo en mars 1769 avec ses deux vaisseaux. Il boucle ainsi la première circumnavigation française. Mais les résultats sont mitigés. Il n’y a pas de découvertes majeurs, on fixe simplement les cartes maritimes grâce aux différents relevés effectués durant le voyage. Cette expédition scientifique apporte comme avancée scientifique, une meilleure connaissance des indigènes dans les endroits visités, notamment les Polynésiens.

Le dernier exemple se porte sur l’expédition de La Pérouse, qui elle, se termine tragiquement. Cette expédition prend place dans la continuité de celles de Cook dans l’océan Pacifique. Le but affiché est de renseigner les zones blanches de la cartographie du littoral du Pacifique que Cook n’avait pas explorées: le sud de la Nouvelle Hollande ainsi que la Californie. Louis XVI étant un passionné de géographie, se penche personnellement dans la préparation de cette expédition. Par ailleurs, il souhaite que ce soit une expédition scientifique et pacifique, il veut compléter les découvertes des Anglais dans le domaine de la cartographique pour que cela profite à tout le monde peu importe sa nationalité. Autre que le Roi lui-même, l’Académie des sciences, celle de médecine et les professeurs du Jardin des Plantes furent consultés. Le tracé de l’itinéraire est fait par Louis XVI et Fleurieu en fonction des meilleures cartes qui sont disponibles: anglaises, espagnoles, hollandaises et françaises. Le départ se fait le 1er août 1785 de Brest avec les frégates la Boussole et l’Astrolabe. La première est commandée par La Pérouse et la seconde par Fleuriot de Langle. Les premiers relevés de cartographie sont les positions des îles Martin-Vaz le 16 octobre 1785. La même chose est faite pour l’île de la Trinité alors aux mains des Portugais. Lors de leur passage à l’île de Pâques, début avril 1786, tous les savants embarqués s’adonnent à leurs expérimentations et des relevés topographiques sont effectués. Entre la route d’Hawaï et l’Amérique du Nord, La Pérouse supprime cinq ou six îles qui n’existent pas des cartes. Quand l’expédition relâche sur les côtes de l’Amérique du Nord en Alaska, une tragédie frappe alors les équipages qui ne comptaient alors aucun mort depuis le départ de Brest. le 13 juillet 1786, pendant une mission de reconnaissance avec des chaloupes à la mer, deux sur trois sont prises dans des courants et jetées sur des rochers. Le bilan est lourd: six officiers et quinze hommes périrent dans cet accident. Le 30 juillet, l’expédition reprend sa route en longeant les côtes américaines. Dans cette partie de l’expédition, La Pérouse nomme de nombreuses îles avec de grands noms de la Marine, comme Fleurieu ou encore Sartines. Neuf petites îles décrites comme des rochers nus et “hideux” reçurent le nom de Necker le 5 septembre 1786. L’expédition met cap alors plein ouest pour passer en mer du Japon. Elle passe alors par le détroit de Corée en faisant des relevés et des observations de quelques îles. Les deux frégates arrivent au Kamtchatka et mouillent dans la baie d’Avatcha, devant le village de Petropavlosk début septembre 1787. La Pérouse reçoit des ordres de Versailles: l’enjeu est d’espionner les Anglais qui sont en route pour développer une nouvelle colonie avec des criminels anglais pour vider les prisons londoniennes. Avant de repartir, un membre de l’expédition repart à pied à travers la Russie pour rapporter à Versailles, cartes corrigés, relevés, rapport et courrier en France. Quant à l’expédition, elle prend la route de Bottany Bay. Entre temps, lors d’une escale aux îles Samoa pour faire le plein d’eau, soixante hommes perdent la vie lors d’un massacre perpétré par des insulaires. Fleuriot de Langle dirigeant cette mission perd la vie; il aurait refusé de tirer sur les insulaires. Deux savants perdent la vie. Anne-Georges-Augustin, second de Fleuriot de Langle, prend le commandement de l’Astrolabe. L’arrivée à Bottany Bay se fait le 26 janvier 1788. Les Anglais sont déjà arrivés et un partage de connaissance se fait. Avant de repartir, La Pérouse envoie son dernier son rapport à de Castries (il n’est alors plus en fonction). Le départ de Bottany Bay se fait à la mi-mars 1788, et à partir de là, nous sommes dans le flou quant à la route emprunté par les deux frégates. On sait que les deux frégates font escale aux îles Tonga. A la mi-juin, l’expédition fait route en direction des îles Salomon. A une demi-journée de l’île Santa-Cruz, l’expédition est prise dans une tempête. La Boussole est jetée contre la barrière de corail et vient s’encastrer dans une faille du récif. Il n’y a qu’une poignée de survivants. Quant à l’Astrolabe, elle s’échoue sur dans une fausse passe du récif ce qui sauve l’équipage. En France, à la veille des tourments de la Révolution Française, Fleurieu – alors ministre de la Marine – signe un décret qui déclare l’expédition de La Pérouse définitivement perdue. Cette tragédie permet à une autre expédition, dont la mission est de retrouver des naufragés et des traces de l’expédition perdue, de faire d’importantes avancées en matière de cartographie marine: l’expédition de d’Entrecasteaux qui part de France fin septembre 1791 et qui embarque Charles Beautemps-Beaupré ingénieur hydrographe. Même si l’expédition ne remplit sa mission d’origine, elle permet la réalisation de plus de trente-deux cartes par Beautemps-Beaupré.

Nicolas-André MONSIAU, Louis XVI donne ses instructions à La Pérouse pour son voyage autour du monde, 29 juin 1785. Peinture huile sur toile, 172×227. Musée nationale du château de Versailles


Citer ce billet
Marine Allouveau de Montréal (2023, 4 décembre). La connaissance cartographique et géographique des officiers de la Marine Royale dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. Master civilisations, cultures et sociétés. Consulté le 13 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r9rf

  1. La latitude a d’abord été trouvée par les Grecs durant l’Antiquité, où ils utilisaient le cadran solaire; les Arabes ont fait évoluer cette technique en mettant au point un instrument qu’est l’astrolabe. La dernière évolution pour trouver la latitude fut au XIXe siècle avec le sextant []
  2. Cette quête de la longitude se traduit par le Longitude Act du Parlement britannique, du 20 juillet 1714. Ce texte promet à qui trouvera une méthode pour pouvoir déterminer la longitude et ce, même en mer. Le résultat doit être à un degré près. La récompense promise est un prix allant de 10 000 à 20 000£ selon la précision des mesures. Le Board of longitude est alors créé en rassemblant des commissaires qui ont pour mission d’examiner les propositions []
  3. Le Dépôt des cartes et plans de la Marine est créé le 19 novembre 1720 par un arrêt du Conseil de Marine. Cet arrêt préconise “qu’il y ait toujours à Paris, un officier capable et de confiance, qui soit préposé à l’examen et à la garde des plans, cartes, journaux de voyage, rapports et autres mémoires envoyés par les officiers commandants des vaisseaux, à leur retour de mer []
  4. Pour les journaux de bord, c’est à cet endroit qu’ils devaient tous être envoyés au retour des voyages, mais les récits de voyages et les cartes surtout étaient examinés dans ce lieu []
  5. Les gardes du Dépôt étaient tout simplement les directeurs. Le premier fût le chevalier Hercule d’Albert de Luynes (1674-1734) qui était capitaine de vaisseau à ce moment-là []
  6. Sébastien Bigot de Morogues, comte de (1705-1781): officier général, il entre au Royal Artillerie en 1723 mais se dirige dans la Marine en 1736. En 1737, l’Académie des Sciences lui ouvre ses portes, notamment grâce à son Essai de l’application des forces centrales aux effets de la poudre à canon. Il s’adonne alors à beaucoup de thématiques quant à la navigation (construction navale, bien-être des marins, artillerie). Il servi dans la Marine en mer du Nord entre 1757 et 1758. Il est surtout connu pour être le père de l’Académie de Marine. Vergé-Franceschi, Michel. La Marine française au XVIIIe siècle. Hors collection. Sedes, 1996.,p.414 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search