Roger Vercel, l’Ouest-Éclair et les femmes d’Algérie

Portrait de Roger Vercel à sa table d’écriture. Image de l’Agence de presse Meurisse, Public domain, via Wikimedia Commons

Une entreprise masculine

La colonisation algérienne est, à première vue, une entreprise masculine, laquelle a été largement racontée par des hommes. Qu’elle soit colonialiste ou anticolonialiste, l’histoire de l’Algérie n’a « jusqu’ici fait aucune place aux femmes1 », déplorent les historiennes Yvonne Knibiehler et Régine Goutalier. Il est vrai que les images des habitants de l’Algérie sont, dans l’Ouest-Éclair, véhiculées majoritairement par des hommes, lesquels célèbrent en grande pompe essentiellement des hommes, comme le gouverneur général Pierre Bordes ou le cardinal Lavigerie. Et lorsqu’il s’agit de vilipender le comportement de certains indigènes, les journalistes s’attaquent directement aux hommes musulmans. Seule la conférencière Sœur Jeanne François fait figure d’exception, bien qu’elle ne soit pas journaliste et que ce soit Eugène Le Breton qui rende compte de sa conférence. Les femmes algériennes indigènes sont, elles aussi, l’objet d’une représentation stéréotypée, dont elles sortent mieux que les indigènes masculins, car les journalistes plaignent leur sort, tandis qu’une fascination obsessionnelle se dégage de leurs portraits, notamment chez Roger Vercel. Elles sont certes en arrière-plan et ne se sont pas évoquées très régulièrement, mais les journalistes ne les oublient pas, à la différence des femmes françaises. Les femmes algériennes ont leur place au sein du portrait de la colonie. 

Le sort inquiétant de la femme indigène

De 1929 à 1931, les journalistes n’auront de cesse de déplorer, plus que de dénoncer, la mauvaise condition de la femme indigène, condition qui évolue néanmoins. Victimisées, les femmes algériennes ne jouissent pas d’un statut des plus enviable, à en croire les colonnes de l’Ouest-Éclair. Eugène Le Breton est sans doute le premier à tirer la sonnette d’alarme, sans se contenter de faire un sinistre état des lieux d’une situation féminine qui n’a guère évolué depuis le Moyen Âge. Ainsi, Le Breton, dans une tonalité lyrique, plaint le sort de ces femmes « si farouchement gardées et si terriblement isolées dans la vie2 ». Il en profite alors pour blâmer surtout les musulmans, lesquels considèrent les femmes comme leurs biens les plus précieux. Chez Le Breton, évoquer les femmes est un prétexte non pas pour défendre la cause féminine, mais pour discréditer les musulmans. Deux ans plus tard, un bref article située en page 2 du numéro du 23 février 1931 déplore le statut quo de la femme musulmane, laquelle reste soumise à des coutumes jugées barbares. Le titre de l’article annonce d’emblée la précarité de leur situation : « Le sort de la femme indigène dans l’Afrique du Nord est toujours précaire3 ». Dans ce court article, c’est encore une sœur blanche, Sœur Marie André, infatigable agente civilisatrice au plus près des populations indigènes, qui fait part de ses observations pessimistes : « Dans le sud algérien comme en Kabylie, la situation familiale de la femme est extrêmement précaire4 ». Sœur Marie André reconnaît qu’il faut faire bien plus d’efforts afin d’améliorer ce sort précaire : il faut faire « pénétrer chez eux les vrais principes de la vraie civilisation » et « réformer les mœurs de nos indigènes5 ». 

Article de l’Ouest-Éclair du 1er août 1930, p. 2. Image prise sur Gallica, url : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6241597/f2.item.zoom, consulté le 25/09/2023

Pour le duo Eugène Le Breton, Sœur Jeanne Françoise, les femmes seraient traitées comme des « ânes6 », car telle est la place que leur assignerait le Coran. En outre de l’autorité paternelle, les femmes algériennes, mariées à 13 ans d’après notre duo, passent de la « demeure paternelle » à « la maison de leur mari, autre prison7 », c’est-à-dire qu’elles sont sans cesse soumises à l’autorité d’un homme, ou le père ou le mari. Elles sont comme des prisonnières qui changent de geôlier tout puissant. Le Coran ne semble pas bien connu des deux journalistes qui, pourtant s’en revendiquent fins connaisseurs. La journaliste Zeina El Tibi rappelle que le texte coranique admet que les hommes et les femmes sont égaux, et qu’il n’est nullement inscrit dans le texte musulman que les femmes doivent être soumises. Quoi qu’il en soit, le Coran, comme les musulmans, est l’objet des critiques des deux journalistes. Cette explication détaillée de la condition féminine est sans doute la plus pessimiste, mais Eugène Le Breton évoque des solutions envisageables. Si les journalistes se contentaient de donner à voir aux lecteurs des femmes algériennes malheureuses et maltraitées, ce serait reconnaître que les colonisateurs sur place n’agissent pas, alors qu’ils devraient diffuser les bienfaits de la civilisation. C’est pourquoi Sœur Marie André en profite pour bien faire comprendre aux lecteurs que les missionnaires travaillent d’arrache-pied, bien qu’elle reconnaisse qu’ils n’en font pas assez, et que seuls, les Arabes sont responsables des conditions de vie précaires des femmes. Ainsi, ces dernières sont un sujet qui en cache un autre : elles ne sont qu’un prétexte pour témoigner du travail des missionnaires, d’autant plus que les lecteurs ne savent pas précisément dans quelles conditions vivent ces femmes. Le Breton et Sœur Jeanne Françoise rappellent que les femmes indigènes ne sont pas délaissées, et qu’elles sont sous la protection des sœurs et pères blancs qui créent des orphelinats et des refuges. Rappelons que « la question de la femme arabe, mauresque ou berbère fascina8 » , et cela se confirme pour le quotidien breton, bien qu’il y ait d’abord une volonté de renforcer les stéréotypes concernant les maris musulmans. Bien entendu, le sort de la femme dans l’Algérie n’est pas des plus enviables, que ce soit chez les « indigènes » ou même chez les autres Français d’Algérie, et son statut « fut inférieur à celui des hommes9 », dans cette société coloniale patriarcale. Sur ce point, les journalistes ne mentent pas aux lecteurs sur la situation de la femme algérienne, mais cette question est utilisée dans un but bien précis, et se détourne d’éventuelles revendications féministes de l’époque. 

Toutefois, des progrès sont constatés. La sœur blanche Marie André apporte une lueur d’espoir en ce qui concerne la « femme du littoral vivant dans l’ambiance des coutumes européennes10 ». Au contact des civilisateurs européens, les indigènes auraient délaissé certaines de leurs mœurs les plus archaïques, afin de permettre à leurs femmes de vivre selon des traditions européennes. Sa situation « est plus évoluée et plus proche de nous11 », peut-on lire dans ce bref témoignage. Il s’agit de toucher le lecteur et de jouer sur ses émotions en lui représentant l’image de malheureuses femmes indigènes, bien éloignées des héroïnes de la littérature orientaliste érotique, telle Aziyadé de Pierre Loti12. On fait comprendre aussi qu’en 1930 les choses évoluent, et que des résultats se font ressentir. Et c’est surtout dans les villes que les indigènes s’adaptent le plus au mode de vie européen, dans lequel la femme serait libre. Or, c’est bien dans toute la société coloniale dans son ensemble, que l’historienne Rime Seferdjeli remarque une infériorité de la condition féminine. Peu présentes sur les affiches de propagande, la femme indigène a sa place dans les colonnes d’un journal qui s’érige alors en tribune des défenseurs de femmes indigènes exploitées par leur mari, bien que les journalistes ne se revendiquent nullement féministes. Anselme Laurence, quant à lui, insiste sur le fait que la femme indigène ne soit pas oubliée par les artisans de la mission civilisatrice. Homme comme femme indigène, sont au cœur du projet colonial, rappelle-t-il, plaidant pour « se débarrasser peu à peu des vieux préjugés, et permettre aux femmes de se perfectionner dans les industries13 ». La femme indigène  n’est pas non plus à tenir à l’écart de l’œuvre coloniale, elle peut travailler si elle en a les capacités. Pour certains journalistes, évoquer le sort de la femme indigène reste un sujet sérieux. 

Image prise sur Wikipédia, url : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/e/e7/Religieuses_de_Notre_Dame_d%27Afrique.jpg/220px-Religieuses_de_Notre_Dame_d%27Afrique.jpg
Congrégation de sœurs blanches d’Afrique du Nord en 1930, image d’auteur inconnu, Notre-Dame d’Afrique, Wikipédia Common

Ainsi Anselme Laurence, Eugène le Breton ou encore Sœur Marie André s’éloignent des discours orientalistes qui, présentaient la femme comme une bonne sauvage animalisée au côté séduisant. La femme indigène de l’Ouest-Éclair n’est pas blâmée pour son incompétence ou sa paresse, comme son confrère masculin : elle est présentée comme impuissance et soumise à l’autorité tyrannique de son mari. Elle n’ose pas s’adresser directement à lui qu’elle appelle « le père de ses enfants14 », ou encore moins s’asseoir près de lui sur un fauteuil. Au lieu de se tenir aux côtés de son effrayant époux, elle préfère s’installer sur « sur une casserole renversée15 ». Mais, en ce qui concerne la femme indigène des familles riches, elle est aussi fainéante que son mari et passe sa journée à s’ennuyer : « Dans son harem, l’ennui l’accable16 », déclare la sœur blanche. Seul Vercel conserve l’héritage orientaliste et ne s’inquiète pas du sort qu’on lui réserve. 

Que ce sort soit « misérable » ou « précaire17 », des solutions sont envisagées par les journalistes, bien qu’ils restent peu convaincus par une possible évolution des mœurs musulmanes. La situation inverse n’est pas non plus louée par le journaliste Pierre Bouis, qui remarque le 31 octobre 1930, que chez les Touaregs, « règne le matriarcat18 ». Bouis ne s’en félicite pas et considère plutôt ce modèle de société comme des plus archaïques. Est-ce à dire que la rédaction de l’Ouest-Éclair est partisane d’une Algérie égalitaire où chaque acteur a une place convenable ?

L’image de la femme indigène s’affine d’autant plus que les journalistes s’avancent sur les solutions envisageables pour que ses conditions de vie s’améliorent. Dans la longue conférence de Sœur Jeanne Françoise, il paraît impératif de libérer les femmes musulmanes, méprisées par l’Islam, et de leur venir en aide. Seules des femmes dévouées seraient à même d’y parvenir afin de nouer un contact entre sœurs. C’est pourquoi Le Breton insiste sur le point qu’il a relevé, en écoutant la conférence : « Huit jeunes filles ramenées de Bretagne19 » sont venues grossir les rangs de la jeune « congrégation des Sœurs Blanches d’Afrique ». Est-ce à dire alors que la situation de la femme indigène n’est pas peine perdue et que c’est en venant faire grossir les rangs des confréries religieuses que l’on parviendra à faire évoluer sa condition ? En tout cas, Le Breton s’en remet aux femmes, comme si seules ces dernières étaient aptes à s’occuper des problèmes qui concernent les femmes des colonies. En outre, Le Breton reste confiant quant à l’efficacité du rôle des sœurs blanches. Il ne doute pas une seconde que la femme indigène se sentira libérée à leur contact, et ouvrira « ses yeux à des horizons nouveaux20 ». Avec Le Breton, les lecteurs s’imaginent, peut-être une femme indigène désespérée qui a bien hâte qu’on lui vienne en aide. Et Sœur Jeanne Françoise de conclure que l’œuvre des missionnaires est en « bonne voie21 ». Ainsi, les femmes indigènes ne sont pas les grandes oubliées du projet colonial et s’intègrent peu à peu à la société coloniale, grâce au travail des sœurs blanches. Néanmoins, le lecteur pourra douter de l’avenir de leur situation, car deux ans après les conclusions du tandem Le Breton, Sœur Jeanne Françoise, le sort de la femme est toujours « précaire » peut-on lire en page 2 du numéro du 23 février 1931 . Est-ce à dire qu’en l’espace de deux ans les femmes indigènes sont restées à la marge ? Le lecteur de l’Ouest-Éclair a-t-il en tête un portrait plutôt positif de la femme, ou davantage obscur ? À moins qu’il ne soit toujours influencé par les discours orientalistes dont Roger Vercel hérite.

Une contradiction apparaît entre l’article de 1931 de sœur Marie André et un article du 1er août 1930 intitulé « la condition de la femme indigène ». Que faire pour améliorer concrètement le sort de cette dernière ? L’Ouest-Éclair, bien que favorable à une augmentation du nombre des sœurs blanches est tiraillé entre deux positions : intervenir directement en réformant « les mœurs indigènes22 », tel que le préconise Sœur Marie André, ou, au contraire, ne pas porter atteinte à « l’intangibilité de ces coutumes », comme il l’écrit dans l’article de début août. Bien entendu, ces deux articles sont espacés dans le temps, mais cela prouve bel et bien que les journalistes ne se positionnent pas clairement sur la politique à mener en faveur des femmes indigènes, dont ils se contentent, au final, de déplorer la situation, sans d’ailleurs s’appuyer sur des données chiffrées et précises. Est-ce une évolution de la ligne éditoriale ou une contradiction ? 

Article de l’Ouest-Éclair, 23 février 1931, image prise sur Gallica, url : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k498802d

Le problème de l’assimilation, déjà relevé en ce qui concerne l’indigène se pose encore dans le cas des portraits des femmes indigènes. Faut-il, dans la logique anti assimilationniste de l’Ouest-Éclair, ne pas venir modifier les mœurs indigènes jugées délétères, ou entreprendre de lutter contre les plus obscurantistes et tolérer les moins fanatiques ? Tout cela au risque de voir la situation des femmes ne pas évoluer. Mis à part l’éloge du travail des missionnaires en faveur des femmes indigènes, les journalistes n’affichent pas de ligne politique claire visant à améliorer leur situation. L’article du premier août s’apparente à un manifeste anti assimilationniste, qui fait comprendre aux lecteurs, la dangerosité de venir bouleverser les mœurs des indigènes. Et le journaliste inconnu s’en prend, même, aux  « agents de la dissolution23 », expression énigmatique désignant, sans doute, les assimilationnistes. La ligne éditoriale n’est pas uniforme, sœur Marie André appelle, elle, à se mêler des traditions des indigènes. Que faire pour les femmes indigènes ? A priori, la rédaction n’a pas vraiment de projets clairs en tête.
Les femmes algériennes ne sont pas omniprésentes dans les colonnes de l’Ouest-Éclair, mais, elles ne sont pas complètement mises de côté. L’image qui se construit s’éloigne des portraits orientalistes des femmes mauresques, semblables à des succubes, et se rapproche du portrait pathétique. La femme indigène musulmane est impuissante et soumise à l’autorité de maris redoutables, quant bien même sa situation tend lentement à évoluer. Les journalistes se brouillent lorsqu’il s’agit d’avancer une politique à mener. Remarquons que certains préjugés, comme la saleté que leur accordent les hygiénistes coloniaux, tel Georges Lacapère24 qui  les accuse de véhiculer la syphilis, ou encore leur étroitesse d’esprit expliquant qu’on ne puisse pas les éduquer, idée portée par exemple par Paul et Victor Margueritte, n’apparaissent pas dans l’Ouest-Éclair. Toutefois, l’attirance pour ces femmes séduit quelques journalistes, comme Vercel qui s’inscrit dans l’héritage des peintures orientalistes de Fromentin. Certes soumises et malheureuses, il n’en reste pas moins que ces femmes voilées, observées par Vercel, ont toujours une image entourée d’érotisme et de sensualité. 

Fascination obsessionnelle et hypersexualistion

Quand bien même elles sont en position de faiblesse, il n’en reste pas moins que la sensualité des femmes indigènes, « qu’aucune morale chrétienne ne vient brider25 », est le trait essentiel mis en valeur, surtout par Roger Vercel. L’Algérie visitée par Vercel, du Jardin d’Essai, aux villes grouillantes comme Batna, est similaire à « une maîtresse savante et dangereuse26 », où les femmes indigènes sont vues comme des prédatrices. Eugène Le Breton, dans son éditorial, « Le colonialisme », écrit sans détour que la femme des colonies est un « objet de trafic », enrôlé dans un réseau de prostitution et de plaisirs charnels, dont elle ne parvient pas à sortir : seuls les bienfaits de la civilisation peuvent l’émanciper. Ce discours sur la femme indigène représente bien la charnière d’une époque toujours influencée par les témoignages grivois de Guy Maupassant sur une Algérie où les « plaisirs arabes » abondent, et une volonté de gagner en sérieux, en faisant comprendre aux métropolitains que les Français ne doivent pas abandonner une Algérie où il y a tant à faire. Ainsi, la chronique de Vercel, qui emprunte au romanesque, s’inscrit dans cette vision orientaliste des femmes. L’écrivain ne pointe pas leur condition déplorable, comme ont pu le faire Anselme Laurence ou Soeur André Marie, mais il capture des images fugaces de femmes algériennes qui ont attiré son attention. Vercel mentionne les femmes dans trois de ses chroniques, ce qui n’est pas négligeable. C’est dans l’épisode « Nord-Sud », où Vercel monte à bord d’un car conduit par un chauffeur arabe, que l’on retrouve le plus une sexualisation des femmes indigènes. Vercel écrit qu’elles sont « assises encloses dans le haïk27 ». Or, cette étoffe attire Vercel, qui n’y voit pas une marque de religiosité mais une forme de sensualité orientale de femmes dissimulant leurs charmes. Il n’est pas courant de lire dans l’Ouest-Éclair des passages où les femmes des colonies sont physiquement décrites, notamment par l’évocation du vêtement qu’elles portent. 

Haïk blanc (grande pièce d’étoffe plutôt légère) porté par les femmes du Maghreb, image de Muss52, Own work, Wikipédia Commons

Bien plus qu’un élément du décor exotique, les femmes indigènes jouissent d’un autre statut dans la chronique de Vercel. Elles représentent l’intérêt du voyage et fascinent bien plus que les hommes indigènes, critiqués avec beaucoup d’ironie par le docteur ès lettres. Dans sa chronique touristique, les femmes sont certes présentées sous l’angle de préjugés anciens, mais elles ne sont pas décriées pour leur comportement. Vercel ne critique pas ce qu’elles font et ne dénonce pas non plus leur condition précaire, qui n’est pas explicite. À leur manière, les femmes indigènes font aussi partie d’une masse sensuelle, et elles sont rarement individualisées. Seule « une petite Mauresque aux mains effrayées et ocres « dont la « coquetterie juvénile », attire Vercel dans une perspective relevant de l’obsession presque perverse, est individualisée. Sinon les femmes apparaissent en groupe et rejoignent l’idée de masse indigène. 

Le fantasme prend alors une forme concrète au travers de cette jeune femme individualisée. Mais, c’est bien l’idée que les femmes indigènes sont nombreuses qui domine, et qui témoigne d’un fantasme bien propre aux colons : il y aura une femme indigène pour satisfaire les libido des uns et des autres. Toujours dans « Nord-Sud », Roger Vercel observe « des rangées de Mauresques28 », et le pluriel fait comprendre que l’Algérie est ce paradis libidinal, d’autant plus qu’elles ne sont pas nommées arabes ou indigènes : Vercel préfère avoir recours au terme « Mauresques », comme si elles avaient une propre identité au-delà d’un simple statut juridique. D’après le dictionnaire des mots de la colonisation, le terme « souligne toute la sensualité féminine d’un Orient exotique et érotique ». Autrement dit, c’est un terme qui en dit long sur le regard des colonisateurs sur l’autre féminin considéré comme une proie sexuelle potentielle, et Vercel l’utilise régulièrement. Bien que ce soit le langage d’une époque, le terme n’est donc pas péjoratif et anodin mais il souligne, en revanche, le regard sexuellement réducteur porté sur les femmes des colonies, entièrement à la disposition des colons. L’image de la femme chez Vercel est probablement plus attrayante pour les lecteurs que dans les éditoriaux sérieux, et se parfume d’érotisme, comme dans les tableaux de Delacroix. En un siècle, il n’y a quasiment pas de changements dans les stéréotypes auréolant les femmes des colonies.

Femmes d'Alger dans leurs appartements, Eugène Delacroix, 1854, url : https://fr.wikipedia.org/wiki/Femmes_d%27Alger_dans_leur_appartement#/media/Fichier:Femmes_d'Alger_dans_leur_appartement,_Eug%C3%A8ne_Delacroix_-_Mus%C3%A9e_du_Louvre_Peintures_INV_3824_-_Q1212737.jpg, 1834.

Femmes d’Alger dans leurs appartements, Eugène Delacroix, 1854, Musée du Louvre. image de Shonagon – 2022-02-22, Wikipédia common

À cette idée d’abondance de femmes indigènes attirantes et plus ou moins mystérieuses s’ajoute chez Vercel l’idée qu’elles sont des objets des plus exotiques, portant des tenues colorées et pimpantes. Toujours dans « Nord-Sud », où plus de trois groupes de femmes sont différenciés, Vercel observe dans les hauteurs de l’Atlas, « une femme bleue tenant un enfant29 ». La femme indigène que l’on remarque facilement du fait de ses habits colorés se définit aussi en tant que mère dévouée, laquelle marche péniblement près de « son mari qui tire un âne30 ».  Le couple rappelle au voyageur un épisode biblique majeur, celui de « la fuite d’Égypte », et ici, la femme indigène, plus qu’un objet lubrique, s’érige en figure mythique. Si c’est le bleu de la Vierge Marie qui permet aux lecteurs de s’imaginer plus aisément la femme décrite par Vercel dans « Oasis », c’est le rouge, couleur du désir et du danger31, qui les caractérise. Relevant du pittoresque, la femme indigène séduit, même en plein désert, un Roger Vercel qui traverse un petit village presque en ruines. C’est donc sur l’ensemble du territoire algérien que les femmes sont attirantes et sensuelles. Il est comme captivé par « les robes rouges des femmes clinquantes » qui « apparaissent sur le seuil des portes basses32 », comme si elles n’osaient pas se montrer. Les couleurs vives caractérisent alors ces femmes qui fascinent l’écrivain. Cependant, la femme indigène est aussi discrète et c’est ce qui semble séduire Vercel, elle n’ose pas s’aventurer hors de chez elle. Cette discrétion est poussée à son paroxysme dans l’épisode « La vie à l’ombre », où cette fois-ci, alors qu’il se trouve dans la Casbah d’Alger, il observe « les femmes voilées silencieuses qui reviennent de la fontaine33 ». Les femmes suivent Vercel et le lecteur comprend qu’en Algérie elles sont partout, et nulle part à la fois, car elles se tiennent à l’écart. Remarquons, en outre, que la femme algérienne, contrairement à l’homme arabe, travaille et ne se contente pas de jouer aux dominos. 

Par conséquent, l’Algérie féminine de Roger Vercel se rapproche davantage de « l’éden sexuel » que de l’enfer où elles sont maltraitées par leurs maris. La plume de Vercel, unique en son genre, s’éloigne de celles, plus inquiètes, des deux sœurs blanches, et rend l’image de la femme indigène sensuelle et provocante. Cette érotisation n’est pas en décalage avec l’époque de Vercel où l’on chante « Travadja la Moukère » (chanson grivoise des militaires français d’Algérie) en France. Toutefois, elles ne sont pas animalisées et ne sont nullement nommées « femelles ». L’érotisme de Vercel reste plus ou moins raffiné, et c’est bien l’idée que les femmes indigènes « sont là disponibles, offertes, toujours dociles, parfois provocantes34 » qui traverse sa chronique touristique. La femme algérienne de l’Ouest-Éclair est un élément, certes secondaire du décor mis en place, mais qui a sa place dans l’imaginaire véhiculé, bien que son image ne soit pas uniforme. Comment se représenter une femme indigène à la fois à la merci de son mari, et à la fois objet de fantasme sexuel ? L’image principale est plutôt négative, et l’image véhiculée par Vercel vient flouter la première. Les femmes des colonies sont érigéés en objet fascinant et fantasmagorique dans les colonnes de l’Ouest-Éclair, qui laisse de côté les femmes françaises d’Algérie. C’est qu’il y a un lectorat masculin à séduire…

  1. Yvonne KNIBIEHLER, Régine GOUTALIER, La femme au temps des colonies, Paris, Éditions Stock, 1985, p. 17 []
  2. Eugène LE BRETON, « Une conférence sur le cardinal Lavigerie en Afrique et le relèvement de la femme musulmane », l’Ouest-Éclair, 18 mai 1929, p. 5. []
  3. Sœur MARIE ANDRÉ, « Le sort de la femme en Afrique du Nord est toujours précaire », l’Ouest-Éclair, 23 février 1931, p. 2. []
  4. Id []
  5. Id []
  6. E. LE BRETON, Sœur JEANNE FRANCOISE, « Une conférence sur le cardinal Lavigerie en Afrique et le relèvement de la femme musulmane », l’Ouest-Éclair, p. 5 []
  7. Id []
  8. Rime SEFERDJELI, «la politique coloniale à l’égard des femmes musulmanes», dans A. Bouchène, S. THÉNAULT, Histoire de l’Algérie à la période coloniale, Histoire de l’Algérie à la période coloniale, p. 359. []
  9. Id []
  10. Sœur MARIE ANDRÉ, « Le sort de la femme en Afrique du nord est toujours précaire », art. cit., p. 2 []
  11. Id []
  12. Pierre LOTI, Aziyadé, 1879, publié par Flammarion en 1993 []
  13. Anselme Laurence, « L’essor de l’Algérie », l’Ouest-Éclair, 11 mars 1929 []
  14.  E. LE BRETON, Sœur JEANNE FRANCOISE, « Une conférence sur le cardinal Lavigerie en Afrique et le relèvement de la femme musulmane », art. cit., p. 5 []
  15. Id []
  16. Id []
  17. Sœur MARIE ANDRÉ, « Le sort de la femme en Afrique du nord est toujours précaire », art. cit., 23 février 1931, p. 2. []
  18.  P. BOUIS, «Une mission scientifique et préhistorique au Sahara», l’Ouest-Éclair, 12 avril 1931, p. 4 []
  19. E. LE BRETON, Sœur JEANNE FRANCOISE, « Une conférence sur le cardinal Lavigerie en Afrique et le relèvement de la femme musulmane », art. cit., 18 mai 1929, p. 4. []
  20. Id []
  21. Id []
  22. Id []
  23. Auteur INCONNU, « La condition de la femme indigène », l’Ouest-Éclair , 1er août 1930, p. 2 []
  24.  Docteur  Georges LACAPERE, La syphilis arabe, Paris, Doin, 1923, p.30-40. []
  25. Y. KNIBIHLER, R. GOUTALIER, La femme au temps des colonies, op. cit., p. 40 []
  26. R. VERCEL, «Étés algériens : Nord-Sud», art. cit., p. 2. []
  27. Id []
  28. Id []
  29. Id []
  30. Id []
  31. Michel PASTOUREAU, Rouge, histoire d’une couleur, Éditions du Seuil, 2016, p. 36. []
  32. R. VERCEL, « Étés algériens : Oasis », l’Ouest-Éclair 2 octobre 1930, p. 2 []
  33. R. VERCEL, « Étés algériens : la vie à l’ombre », l’Ouest-Éclair 17 septembre 1930, une []
  34.  Y. KNIBIEHLER, R. GOUTALIER, La femme au temps des colonies, op. cit., p. 21 []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
mhita (3 octobre 2023). Roger Vercel, l’Ouest-Éclair et les femmes d’Algérie. Master civilisations, cultures et sociétés. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/r9r6


mhita

Étudiant M2 CCS UBO Brest 22 ans

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search