Rohan, Laval et le roi de Navarre (1576-1579)

La correspondance qu’entretiennent le vicomte de Rohan [René II] et le roi de Navarre [Henri III] ne fait pas l’impasse sur l’un des conflits internes majeurs au parti huguenot. Il s’agit d’une rivalité qui oppose les maisons de Laval (avec Guy XIX à sa tête) et de Rohan, deux des familles les plus importantes en Bretagne au xvie siècle, et qui impose un climat délétère dans la noblesse protestante.

Henri de Navarre au vicomte René II de Rohan, 1579. BmN, CL, 680.30.

René II et Guy XIX se partagent, à l’époque, plus de la moitié du duché de Bretagne, ce qui oblige Henri III de Navarre à intervenir afin de ne pas perdre ses soutiens dans cette partie du royaume. Un besoin du soutien de ces nobles se retrouve dans cette lettre signée de lui « Ayant este adverty que vous vous en estiez allé en Bretaigne, je vous ay bien voulu faire entendre l’estat des affaires de ce pays qui est tel que, dieu mercy, tout s’y conduit assez heureusement »1. C’est sans compter la prise de position du roi de France Henri III et d’autres membres de la Cour ou du royaume de Navarre. La querelle qui oppose Guy et René, est donc suivie par un ensemble d’acteurs et d’actrices, qui tâchent de mettre fin à cette «  division survenue entre vous [René II] et mon cousin monsieur de Laval »2. Bien que des conflits similaires existent ailleurs dans le royaume de France, le roi de Navarre s’implique particulièrement dans la mise à l’arrêt de la querelle centenaire. Qu’est-ce qui peut alors provoquer cette rivalité au sein de deux familles protestantes dans un contexte de guerre civile entre défenseurs de la foi catholique et de la foi protestante ? Par quels moyens, et pourquoi, les cours de Navarre et de France essayent-elles de réconcilier les deux maisons ? 

 « Rohan versus Laval »3

Guy XIX de Laval, un chef de lignage protestant concurrent4

Il est tout d’abord important de considérer les difficultés et atouts de la maison de Laval dans cette moitié de xvie siècle brouillé par les guerres de Religion. Cette famille, qui contrôle le comté de Laval, mais aussi celui de Vitré5 (ainsi que plusieurs autres dans l’est de la Bretagne), de Rieux (suite à la mort du demi-frère de Renée de Rieux (1524-1567)) ou encore de Quintin, connaît trois difficultés internes majeures6. Premièrement, la famille de Laval ne parvient pas à avoir assez de descendants de sexe masculin, ils subissent, au cours du xve et xvie siècle, par trois fois, un héritage, des biens, privilèges et titres de la maison, par des femmes. Entre 1414 et 1501, les hommes de la famille de Laval vivent en moyenne jusqu’à soixante-quatre ans, contre trente-quatre entre 1502 et 1605, ce qui sera le cas de Guy XIX, qui décède à trente ans. On dénombre pas moins d’un homme sur deux qui meurt entre dix-neuf et vingt-neuf ans. Deuxièmement, les problèmes économiques et financiers – en partie dus à leur mode de vie, mais aussi à cause d’un effondrement de leur démographie, de choix politiques et de guerres civiles à répétition – sont à rajouter aux problèmes que subit la maison protestante. Dans les années 1560-1570, les conflits incessants à la frontière avec le Poitou amènent une activité militaire intense ce qui a des conséquences sur la fiscalité des différentes régions bretonnes et notamment celle des Laval7. Malgré l’apport de deux nouvelles familles (Rieux et Coligny-Andelot), la démographie des Laval est en baisse, les comtes ne parviennent pas à avoir des enfants de façon constante sur plusieurs générations. En moyenne, les fils naissent dans la trentième année des comtes, ces derniers décédant la plupart du temps aux alentours de trente-trois ans, leurs fils n’ont alors que trois ans quand ils prennent la tête du comté, mineur il leur est impossible de gouverner. Leurs biens sont donc à la merci de leurs tuteurs qui peuvent se récompenser par eux-mêmes pour l’aide apportée. La fragilité de cette démographie est aussi à mettre sur le compte du mode de vie périlleux des nobles de cette période, ils vont à la guerre, à la chasse et pratiquent des activités physiques violentes (Guy XVI [1476-1531] meurt à la chasse, son fils aîné meurt en 1522 lors des guerres d’Italie). Et enfin, troisièmement, le choix de se tourner vers le calvinisme va amener une difficulté supplémentaire pour la famille de Laval. Renée de Rieux, qui prendra le nom de Guyonne de Laval, amène la conversion au protestantisme au sein de sa maison en 1558 lorsqu’elle est excommuniée par le pape Paul IV (1476-1559). Ce passage dans la religion réformée est dû à un autre problème interne à la famille de Laval. En 1541 Guy XVII (1522-1547), le frère aîné de Renée, est marié à Claude de Foix, le mariage de Renée n’est alors pas de la plus grande importance. Elle est mariée en 1545, à l’âge de seize ans, à Louis de Sainte-Maure (1515-1572). Ce dernier étant marquis depuis cinq ans, Renée rêve d’un meilleur parti. À la mort de Guy XVII, les complications au sein du couple commencent, Renée hérite du comté de Laval en 1547, puis, en 1548, des terres des Rieux suite à la mort de son demi-frère. Louis devient alors Guy XVIII de Laval. Cependant, son patronage ne se passe pas bien, son attitude vis-à-vis du patrimoine et de l’héritage des Laval ne convient pas à Renée. De plus, il se rend très peu sur les terres du comté et va préférer ses propres domaines. Elle décide de changer de nom et obtient de son mari la libre gestion des terres de son défunt frère. Cette dernière est forcée de vendre une partie de ses domaines afin d’entretenir les autres, ce qui affaiblit le pouvoir des Laval. Des prétendants à la main de Guyonne commencent alors à apparaître afin d’obtenir leur part du gâteau. Louis, voulant éviter d’avoir recours à la loi pour sauver les intérêts de sa femme, complique les choses, la situation du couple devient intenable. Guyonne fait appel à l’aide des Coligny, de l’autre côté, Louis est déjà soutenu par la famille de Guise. Dans un même temps, la sœur de Guyonne, Claudine de Rieux, est mariée à François de Coligny d’Andelot (1521-1569), de cette manière si Guyonne décède sans héritier, ce sont les enfants de sa sœur qui prendront le titre de comte de Laval. Guyonne possède alors de puissants alliés et un large patrimoine. Louis, ne parvenant pas à garder son épouse près de lui, va faire appel au pape en 1558. Le 20 février de cette même année, Guyonne est excommuniée. Andelot voit en cette radiation le moyen de la convertir au protestantisme. Dans un premier temps, Guyonne n’a pas d’affinité particulière pour cette foi, mais encouragée par ses alliés et afin de porter un coup à son mari, elle décide d’accepter. Elle incite les habitants de ses fiefs, notamment à Vitré, à faire de même. Rapidement elle apparaît comme une recrue importante à la cause huguenote. En 1560, Guyonne est enfermée par son mari dans une tour du château de Joigny. Après s’être échappée et cachée en sécurité dans un de ses châteaux, elle fait appel au parlement de Paris afin d’officialiser son divorce avec Louis de Sainte-Maure. Sa mort, en 1567, met un terme au problème. Les terres de Laval passent, après avoir été confisquées quelques années par Henri III, au fils de sa nièce, Paul de Coligny, futur Guy XIX, il a alors seulement douze ans. Louis, ayant perdu le titre de Laval, est humilié. Placé en situation de minorité, c’est Andelot qui gère les fiefs de Laval, tout en préparant l’ascension de son fils. 

Paul de Coligny est le fils de François de Coligny d’Andelot et de Claude de Rieux. François Andelot et Claude de Rieux décident de lui donner un prénom encore jamais utilisé dans la tradition familiale de la maison de Coligny. Ce prénom est aussi une référence à l’engagement de son père, et à son futur investissement personnel dans la défense de la foi protestante, ainsi que le rappel de « celui qui, sur le chemin de Damas, a découvert Dieu brutalement, de façon inattendue, et qui s’est dès lors consacré à la diffusion de son message »8. Ce dernier passe véritablement à la tête du comté de Laval en 1575 à son retour d’exil en Suisse, il abandonne alors son nom et son prénom, comme le veut la tradition, et prend le titre de Guy XIX, comte de Laval. Dans un même temps, il choisit de vivre à Vitré en Bretagne. Plusieurs raisons vont le pousser à devenir un grand défenseur de la foi protestante tout au long de sa vie. On peut tout d’abord noter qu’il est le fils de François d’Andelot, l’homme qui a grandement aidé la maison de Laval à la conversion au protestantisme. Par la suite, il est placé sous la protection de son oncle Gaspard de Coligny (1519-1572), grand leader protestant du début de la deuxième moitié du xvie siècle. Il échappe à la mort le 24 août 1572 lors de la Saint-Barthélemy, ce qui n’est pas le cas de Coligny. Guy fuit alors en Suisse où François Hotman (1524-1590) parfait son éducation et le forme à la cause protestante. Cette formation inquiète grandement la couronne qui craint le retour de Laval, de ses frères et cousins, sur le théâtre des opérations militaires. Son réseau de clientèle important inquiète Charles IX et Catherine de Médicis qui décident de mener une politique de réconciliation avec Laval, le priant de revenir dans le royaume de France9. Il se liera d’amitié avec Monsieur et se battra à ses côtés dans le nord de la France et dans les Pays-Bas espagnol. Il apparaît rapidement comme « une figure pouvant faire la passerelle entre les deux fois »10. Guy XIX est aussi un grand combattant. En 1583, lors du siège d’Anvers, il est attrapé dans la ville mais parvient à survivre et à sauver plusieurs de ses compatriotes. Son courage améliore sa réputation. Il est raconté qu’il est un capitaine « hardis, vaillant et courageux »11. Il est marié, en septembre 1583, à Anne d’Alègre (1565-1619) avec qui il aura un fils, François de Coligny (1585-1605), le futur Guy XX. Lors de la bataille de Taillebourg, en 1586, Guy XIX perd la vie, ce qui entraîne une baisse de moral dans les troupes protestantes impliquées. Le comte de Laval apparaît, selon le théologien Simon Goulart (1543-1628), comme « une âme pieuse, louant en particulier sa maturité de compréhension, sa générosité et son courage »12.

Durant ses onze années à la tête du comté, Guy XIX est un allié de la cause protestante et ami de Monsieur. Ce n’est alors pas pour des raisons économiques qu’il se place sous les ordres du duc d’Anjou mais bel et bien pour des raisons politiques. Grâce à ses talents de négociateur et à sa personnalité, qui apparaît comme propice à faire passerelle entre les deux fois, Laval entre véritablement dans le cercle du duc d’Anjou. Le frère du roi de France lorgne sur les Pays-Bas, ce qui rend le roi et la reine mère inquiets pour la paix avec l’Espagne. Lors de la révolte allemande de 1578, Laval est dépêché, car c’est à la fois un chef de guerre protestant et un locuteur allemand grâce à ses quelques années passées en Suisse, aux Pays-Bas, en réponse aux demandes des États au duc d’Anjou afin de devenir « défenseur des libertés des Pays-Bas »13. La troupe est cependant « vite dispersée par manque de moyens »14. En 1580 il est de nouveau aux Pays-Bas afin de discuter avec Guillaume d’Orange (1533-1584), ce dernier ayant d’abord envisagé plusieurs candidats au poste de « nouveau prince [respectant] le pouvoir des États généraux et les libertés »15. On retrouve par exemple la reine Elisabeth Ire (1558-1603) ou l’archiduc Matthias (1557-1619). On se tourne finalement vers le duc d’Anjou. Son voyage est un succès et, malgré les difficultés, il montre sa faculté à rassembler en recrutant 1 500 hommes en très peu de temps. C’est avec ces troupes qu’il participe à la libération de Cambrai en 1581. Le 25 octobre de la même année, il embarque avec Anjou en Angleterre où il est reçu par la reine Elisabeth Ire. Il repart en février 1582. Les relations de Monsieur avec ses nouveaux sujets allemands se détériorent assez vite : Laval est dépêché en France afin de réunir de nouvelles troupes. Ce dernier doit gérer par ses propres moyens la levée d’hommes, le duc d’Anjou ne pouvant le soutenir. Suite à la bataille d’Anvers de 158316, il devient un noble important dans la stratégie d’Anjou et joue un rôle notable dans les négociations tendues d’après bataille. Laval est apprécié des Allemands, qui le nommeront commandant de cavalerie. À ce titre, il formera les troupes et les place  sous son autorité. Il faut cependant relativiser et comprendre que Guy XIX est aussi un instrument des princes dans le mariage de sa cousine Louise de Coligny (1555-1620) et Guillaume d’Orange, avec qui il entretient de très bonnes relations. On peut aussi noter qu’il garde de très bonnes connexions avec les Anglais, malgré les complications survenues lors de la tentative de mariage du duc d’Anjou et de la reine. Suite à la mort de Monsieur le 10 juin 1584, et la prise de pouvoir du parti protestant par Henri III de Navarre, Guy XIX devient un leader influant du protestantisme modéré. 

À François d’Anjou, Guy apparaît comme un personnage important pour le roi de Navarre. Un premier exemple prouve qu’Henri estime son « cousin, monsieur de la Val »17. Dans cette première lettre issue du Fonds des Cinq-Cents de Colbert (Ms. 9, fol. 171 recto.), Henri s’adresse à Catherine de Médicis, la reine mère. Suite à l’assemblée de Montauban, à laquelle Guy à participé, le sieur de Laval et le sieur du Plessis (1549-1623) ont été nommés par les députés pour présenter au roi et à la reine mère « quelques cahiers, requestes et supplications ». Laval, bien qu’il a été élu par les députés de l’assemblée, semble avoir la confiance d’Henri pour aller voir le roi et apporter les demandes des chefs protestants, alors encore en paix avec les catholiques extrémistes. On retrouve une lettre, quelque temps plus tard, attestant l’arrivée de Laval et de Duplessis-Mornay à Paris18. On détecte aussi la volonté, pour le comte de Laval, d’obéir à Henri III de Navarre et de protéger la foi huguenote. Lorsque le roi de France promulgue son édit sur la tolérance et les places de sûreté protestantes, il demande à Guy d’obéir, cependant ce dernier a déjà commencé à lever des troupes. Il prend part à la bataille d’Angers en 1585 après avoir traversé la Loire avec Henri Ier de Condé et René II de Rohan. Laval reste aussi un élément important dans l’entente entre les deux fois pour Henri. On remarque que plusieurs des personnes qui l’ont suivi n’étaient pas protestantes. En effet, dans la conversion, qu’il a encouragée sur ses terres, les plus pauvres restent largement catholiques, il lui est donc impossible de les exclure de son administration. Dans un même temps, il tente de maintenir de bonnes relations avec les institutions catholiques traditionnelles. Il passe du temps avec le clergé local, dans ses châteaux, il garde des liens avec les nombreux catholiques de son entourage et de son administration. Il correspond, par exemple, avec Nicolas d’Angennes (1533-1611), marquis de Rambouillet, lieutenant du roi au Maine, un catholique, avec lequel il évoque son allégeance à Henri III, « pour vous dire qu’estant né en la dévotion de rendre toute ma vye a sa megesté l’obéyssance et très humble service que je luy doy »19. Laval compose donc avec des catholiques bien qu’il soit de foi protestante. L’exemple, donné par Malcolm Walsby, est celui d’Antoine des Brosses, nommé en 1565, capitaine de la ville et du château de Châtillon-en-Vendelais dans la baronnie de Vitré20. Il est important pour le comte d’avoir la loyauté d’hommes catholiques. C’est un symbole du pouvoir des Laval. Des Brosses continue à servir Guy même après son exil en Suisse et s’assurera de défendre ses droits et intérêts quand cela est nécessaire. Finalement, il sert la famille de Laval pendant trente-quatre ans. Du côté des Rohan, il en va de même, Henri Ier de Rohan, frère de René, entretien lui aussi de bonnes relations avec les hauts dignitaires de la foi catholique21. Enfin, à la mort du comte en 1586, Henri III de Navarre envoie une lettre à sa femme, Anne d’Alègre, dans laquelle il encense Guy22. Il y explique à quel point il regrette sa mort, il lui dit avoir perdu un ami, il peint aussi le portrait d’un bon combattant. Il place par la même occasion son fils, Guy XX, sous sa protection. La perte du comte de Laval est un véritable choc dans la communauté protestante, Condé rentre même dans une période de deuil23. Quant à Duplessis-Mornay il « en reste presque malade selon le témoignage de sa femme »24.

Deux familles rivales : un conflit de préséance breton datant du xve siècle

Pour quelles raisons deux maisons qui partagent un territoire et une même foi peuvent-elles être amenées à devenir rivales ? Dans le cas des familles de Rohan et de Laval, cela s’explique par un conflit qui a commencé au début du xve siècle. Comme exposé plus tôt, Laval et Rohan se partagent une large partie des terres bretonnes. La rivalité survient de cette proximité géographique mais surtout à cause d’une question qui est au cœur de la discorde Rohan/Laval depuis plus d’un siècle, la question de la préséance.

Afin d’appréhender pourquoi cette question de préséance est vitale pour Rohan et Laval, et plus largement pour la noblesse du xvie siècle, il est essentiel de comprendre ce qu’apportent les places les plus proches du roi, du duc, ou de celui qui préside l’assemblée des États de Bretagne. La répartition va se faire, premièrement, selon des critères sociaux25. L’ancienneté va d’abord primer, le temps donne de la valeur aux choses, une longue détention d’un titre ou d’une charge va donner la priorité. Le premier dans le rang est donc le plus ancien, l’année d’érection d’un duché peut aussi jouer s’il subsiste un conflit sur l’ancienneté. En cas de branche cadette, c’est l’aînée qui primera, tout comme le père précédera le fils. On retrouve aussi la hiérarchie des dignités, les ducs sont supérieurs aux marquis, qui sont supérieurs aux comtes qui eux-mêmes surclassent les barons, etc. Ces codes hiérarchiques sont connus de tous et ne sont pas contestés. L’ordre cérémoniel des assemblées est une reconstitution sociale et une construction politique, la hiérarchie doit donc tenir compte de données essentielles. Tout d’abord, le roi (ou au xve siècle pour les États de Bretagne, le duc) est au cœur du cérémonial, toutes les places vont se distribuer à partir de lui. Pour les participants à l’assemblée, la préséance n’est jamais garantie. De plus, une place favorable dans telle ou telle cérémonie peut être défavorable dans une autre. L’ordre va dépendre de la nature de l’assemblée, « des fonctions ou dignités que chacun peut se prévaloir en son sein »26. Le rang, pour les individus, devient un variant en fonction d’où ils se trouvent. Il est difficile de ne pas être relégué et pourtant c’est à travers la place occupée dans cet espace qu’on mesure les qualités des individus. Deuxièmement, la répartition va s’effectuer selon des critères spatiaux27. Les assemblées sont des moments où l’hostilité et l’individualisme priment bien qu’il existe des logiques de partis (catholiques contre protestants par exemple). Il faut se placer au plus proche de celui qui préside afin de se sentir plus important que ses voisins, l’honneur se mesure donc par rapport à celui de ses homologues. La préséance – ou « s’asseoir devant »28 – suppose de se mesurer à l’entourage immédiat, on trouve alors sa valeur dans la comparaison avec l’autre et de sa distance avec le roi/duc et le reste de l’assistance. Un autre facteur important dans cette question de préséance est celui de l’espace en lui-même. L’assemblée joue avec les trois dimensions, être à droite est préférable que d’être à gauche, être au-dessus est plus honorable que d’être en dessous et enfin il vaut mieux être devant que derrière. Ces facteurs peuvent varier en fonction des lieux. Ces positions plus ou moins préférentielles créent, elles aussi, des situations de concurrence, les axes se hiérarchisent par eux-mêmes. Il faut cependant garder en tête que la proximité avec le dirigeant de la séance prime toujours. À l’époque moderne, il est donc très important de siéger auprès de l’élite, des familles dépensent des ressources et beaucoup d’énergie pour y parvenir. Les conflits de préséance vont toujours éclater de façon locale et ne pas affecter toute l’assemblée. C’est le cas de la querelle que se livrent Laval et Rohan depuis plus d’un siècle.

Pour comprendre comment ce conflit peut encore envenimer l’esprit de René et de Guy, il faut revenir immédiatement après la guerre de Cent Ans29. Calqué sur le modèle français, on crée en Bretagne neuf baronnies afin d’aider le duc à gérer le paysage breton. En 1451, les états de Bretagne sont organisés à Vannes. Guy XIV (1406-1486), à cette occasion, proclame qu’il souhaite s’asseoir au plus près du duc, Pierre II (1418-1457), et donc apparaître comme le premier des barons. Alain IX de Rohan (1382-1462) s’oppose à lui et fait à son tour une demande afin de se tenir aux côtés du duc. Il avance l’argument qu’il est vicomte du Léon et Laval seulement comte, Pierre II lui aurait alors répondu « Mon oncle, vous n’êtes pas le vicomte du Léon, je le suis »30. Finalement, une commission est mise en place pour départager Rohan et Laval. Une fois que l’assemblée a rendu ses conclusions à Pierre II, celui-ci règle la question. Le rôle du duc en tant qu’arbitre est ici très important car il est face à deux puissants vassaux. Sa décision satisfait, dans un premier temps, les deux parties : Alain IX siège à côté du duc le premier jour et Guy XIV le deuxième. Dans un second temps, à la mort d’Anne de Laval (1385-1466), le comte gagne le conflit de préséance et se voit attribuer la place à côté du duc. Quelques années auparavant, plusieurs mariages avaient eu lieu pour rapprocher les deux familles. Le mariage, de 1435, entre la fille aînée du comte, Yolande de Laval (1431-1487), et le fils aîné du vicomte, Alain de Rohan, est une source de discorde. Dans le contrat de mariage, il est stipulé que les Rohan doivent donner 60 000 écus aux Laval, auxquels sont ajoutés 24 000 autres de la part du duc. De plus, Alain IX demande à être le parrain d’Hélène (1439-1500), l’une des filles de Guy XIV. Un autre mariage, celui de Guy XV (1435-1501) et de Françoise de Dinan (1436-1499), devait resserrer davantage encore les liens entre les deux familles. Cependant la mort, en 1449, du fils du vicomte au siège de Fougères va changer la nature des relations entre les deux familles. Yolande est remariée au comte de Tancarville († 1484), cette dernière étant sans enfant, le contrat de mariage stipulait que le vicomte devait rendre l’argent aux Laval. Arrive le conflit de préséance de 1451, aux états de Vannes, les multiples différends qu’entretiennent les deux grandes familles apparaissent au grand jour. 

L’émergence du protestantisme apporte une nouvelle dimension dans le conflit opposant les deux maisons. Premièrement, les Rohan et les Laval jouent un rôle majeur dans la diffusion du message protestant dans les provinces bretonnes. Avec l’idée de protestantisme de fief, les Rohan parviennent à imposer, au plus grand nombre, l’Église réformée dans leurs terres de Centre Bretagne. Avec l’arrivée des chefs protestants que sont Guy XIX de Laval et René II de Rohan, les deux maisons se retrouvent avec deux jeunes leaders à leur tête, tous deux sont de zélés protestants qui vont participer, à leur tour, à la diffusion du culte. Ils jouent rapidement un rôle majeur dans l’ouest de la France après la Saint-Barthélemy, mais la rivalité va rapidement reprendre le pas avec les états de Bretagne de 1576. En cette année, Henri III demande aux nobles bretons de le rejoindre à Rennes, il exige que les nobles qui perçoivent une pension des états soient présents31. En ces temps, peu de nobles apparaissent en personne, Laval et Rohan ne feront pas exception. Au vu de la situation religieuse, les deux familles sont anxieuses d’envoyer un « grand ». Elles vont alors mettre de côté leurs différends et trouver un arrangement qui convient aux deux camps. La solution est trouvée dans une organisation commune : Guy et René expliquent qu’ils sont malades et envoient un gentilhomme les représenter tous les deux. René d’Avaugour32 sieur de Kergrois (1530-1583), un noble de bon lignage, fort de conviction protestante, est choisi pour défendre les intérêts des deux maisons sans exprimer qu’il en préfère une en particulier. Les états de l’année 1576 n’ayant pas permis de couvrir et de mettre un terme à plusieurs réponses, une nouvelle réunion est donnée deux ans plus tard, en 1578, à Rennes. L’importance de ces états est telle que les deux familles savent qu’elles n’éviteront pas un incident politique immédiat dès leur arrivée en ville. La meilleure façon de montrer sa force est donc d’affluer avec le maximum de soutiens. Le paradoxe survient quand les deux grandes familles protestantes font appel à une large noblesse catholique. Guy XIX décide de rassembler les siens au château de Comper et commence le voyage pour Rennes en décembre. À quelques jours des états bretons, Laval peut compter sur 1 700 hommes. Il arrive à Rennes, le 13 décembre, prêt à demander la préséance en tant que premier baron de Bretagne. Les problèmes se présentent lorsque René II atteint Rennes au même moment et avec la même idée en tête. La question est donc de savoir qui entre en premier dans la ville. Deux camps se dessinent alors : les soutiens des Laval et ceux des Rohan. Un compromis est trouvé, Rohan entre en tête dans la ville et se voit attribuer la première place, le lendemain la même chose aura lieu pour Laval, représenté par François de Rieux. Les deux familles parviennent finalement à éviter la confrontation directe. 

Par quels moyens Laval et Rohan peuvent-ils défendre leur droit de préséance ? Pour cela, ils doivent défendre leur patrimoine, car le rang relève de ce dernier33. En effet, perdre une place ou reculer amène à la déchéance, à la fois de l’individu mais aussi de la famille et de la lignée. La préséance implique plus qu’une simple représentation, elle est une figure de la possession, la preuve d’un patrimoine, la reconnaissance du droit. Afin de garder la préséance, qui est une préoccupation majeure, des attitudes défensives sont adoptées. Il faut affirmer sa place « jadis accordée et demain assignée »34. Les participants aux cérémonies sont assez inventifs et ont recours à plusieurs stratagèmes afin d’échapper au déclassement. Parfois ce sont des réactions spontanées qui font l’affaire, dans le cas des familles de Rohan et de Laval, les deux maisons utilisent un recours classique dans la préséance : l’un se montre puis l’autre. Cela permet aux deux parties de ne pas se croiser. Un autre moyen, toujours utilisé par les deux hommes, afin d’éviter le déclassement et d’arriver en premier pour prendre le dessus en occupant le terrain, comme ils ont tenté de le faire en 1578 aux états de Rennes. Une des difficultés, auxquels les souverains ont affaire lors de diverses querelles, est la résilience des nobles qui préfèrent ne pas se présenter plutôt que d’occuper une place « déconsidérée »35, cela leur permet de ne pas être notés à l’écrit comme étant dans un rang inférieur à celui espéré. Mais le risque pour les participants de ne pas se présenter est de ne pas pouvoir défendre leurs droits. Dans le cas des états de 1576, la non-venue de Laval et Rohan peut aussi mécontenter le roi, qui est alors en capacité de punir les seigneurs récalcitrants. Les nobles n’ont pas forcément l’intention de monter dans la hiérarchie, mais plutôt, et surtout de ne pas descendre. Les querelles peuvent être expliquées par l’obsession d’être à la bonne place. Il n’y a aucune certitude quant à cela : à chaque cérémonie, il faut jouer des coudes. La progression dans la hiérarchie de la préséance est lente mais l’accumulation de victoires permet d’avancer, ce qui est condamné par les parties perdantes. La place la plus convoitée demeure toujours celle à côté du chef de cérémonie, dans le cas de Rohan et Laval : le roi Henri ou le gouverneur de Bretagne.

Les querelles vont jusqu’à contrarier Henri III de Navarre. Ce dernier dénonce la question de préséance comme principale cause du conflit entre les deux hommes et souhaite une réconciliation des deux familles le plus rapidement possible. Plusieurs lettres sont adressées à cet effet au vicomte de Rohan.

 

« Mon oncle, j’ay esté bien ayse d’avoyr entandu de vos nouvelles par ce porteur, mays d’autrepart très marry de ce que le dyférant que vous avés avec monsieur de Laval n’a peu estre ancores composé, lequel dure trop. Je ne veux point penetrer trop avant au fons des partycularytés qu’il y peut avoyr aussy que pour le regard du droyt de préséance cela se vuyde par titres et ansegnemant […] »36

Henri fait ici état de son mécontentement mais ne souhaite pas plus parler de préséance car, il le sait, elle est particulière et changeante dans chaque assemblée. Il reprend la rhétorique, et la confirme en parlant du «droyt de preseance ». Les «titres et ansegnemant » vont peser dans la balance. Le vicomte devrait donc primer sur le comte. Cependant l’enseignement, qui se traduit ici par l’ancienneté, est à l’avantage de Laval. Henri ne se prononce pas en faveur de l’un ou de l’autre afin de ne pas fâcher celui qui se sentirait lésé. Le « sir de Beauvays37, présent porteur comme aussy du fayt du droit et partage dont il m’a ouvert le propos surquoy il nous fauct voyr parceque cela ne se peut vuyder autremant ne bien a prepos »38 . Henri évoque le partage de la préséance, ce qui laisse penser qu’il milite pour un équilibre entre les deux hommes. Le roi de Navarre semble donc jongler entre les deux chefs de famille, « J’escry a monsieur de Laval d’en fayre de mesmes »39, afin de contenter tout le monde et ainsi pouvoir garder deux grands chefs protestants dans le giron du mouvement huguenot40. Il se place donc comme un premier médiateur entre Guy de Laval et René de Rohan.

La cour de Navarre : un organe de médiation dans la désunion bretonne

Henri III de Navarre, un premier médiateur protestant face à une division néfaste au sein du mouvement huguenot : une «désunion […] de grand scandale »41

Comme constaté à plusieurs reprises, Rohan et Laval occupent une place importante dans la noblesse protestante de l’ouest du pays. Leur division apparaît comme néfaste dans un mouvement huguenot en pleine guerre de Religion et où « L’espace des réformés se rétrécit et leur nombre global diminue »42 . Le roi de Navarre va alors émerger comme un médiateur essayant de trouver des solutions à la querelle : « mal à propos an ce tams »43 et « de grand scandale […] »44.

BmN, CL, 680.44. Henri, roi de Navarre, au vicomte René II de Rohan, Nérac, 8 mars 1579

L’éternelle querelle familiale occupe une grande place dans la correspondance d’Henri de Navarre et de René II de Rohan dans les années 1578-1579. Navarre adresse à René II « deus ou troys letres »45 dans lesquelles il évoque la division46, lettres auxquelles le vicomte semble répondre (« Mon oncle, jay este bien ayse davoyr entandu de vos nouvelles par ce porteur  »). Il est possible de placer chronologiquement ces trois lettres. La première lettre du 8 mars 1579 (680.44), puis une seconde lettre évoque Condé (680.43). Dans la lettre du 8, Henri envoie le sieur de Ségur47 régler le problème. Dans la suivante, Henri appuie l’initiative de Condé qui s’improvise médiateur afin de mettre fin au conflit. D’après M.Walsby, Henri Ier de Condé (et les autres princes de Condé après lui) va jouer un rôle important dans la réconciliation des familles. La lettre avec Ségur est alors forcément la première : « À quoy je vous prye et conjure au nom de Dieu de vous disposer selon les ouvertures et moyens que j’ay donné charge au sieur de Ségur »48. La dernière missive reçue par le vicomte de Rohan est celle où Henri évoque les quelques lettres envoyées à René qui sont sûrement celles évoquées plus haut (680.41). Cependant, M.Walsby explique49 que Vaurigaud, dans son Essai sur l’histoire des églises réformées de Bretagne (1535-1808)50, cite la lettre 680.41, qu’il place en 1577. Cela peut sembler étrange quand on sait que la question de préséance pose vraiment problème lors des États de 1578. (De plus M.Walsby précise trouver cette information page 222 de l’ouvrage de B.Vaurigaud, cependant la phrase « amies et craignes dieu. le bien de ses eglises. votre reputatyon et vous mesmes » n’apparaît pas à cette page.) Guy XIX reçoit lui aussi des remontrances de la part de Navarre : « J’an ay escryt de mesmes à mondyt cousyn. »51 Il serait intéressant de savoir si Laval réceptionne, à l’instar de Rohan, des lettres écrites de la main d’Henri. Ensuite, le roi de Navarre considère que la désunion intervient à un moment peu propice, il l’évoque à plusieurs reprises : « désunyon qui est si prejudiciable en ce temps et advenue si mal à propos entre vous et mon cousin monsieur de Laval »52. En effet, si pareille discorde continue de sévir dans le camp protestant, le conflit contre les catholiques ne sera pas aisé. De plus, la septième guerre civile est sur le point de commencer : Condé prend la Fère le 29 novembre 1579. Dans un premier temps, Henri de Navarre ne souhaite pas entrer en guerre, il se joindra à son allié suite à de multiples provocations de Charles de Gontaut, duc de Biron (1562-1602)53, notamment lorsque des soldats en armes sont levés sur les terres du lieutenant général de Guyenne54

Sur les trois lettres envoyées à René II de la part de Navarre, deux sont écrites de sa main. Quant à la troisième, Henri prend le temps d’écrire lui-même un post scriptum55 afin de préciser une énième fois que la querelle doit cesser. Il prend, le plus souvent, le temps de « se moucher »56, soit d’écrire de sa main à son cousin breton.

 

« Mon oncle, d’autant que vous m’aymés je vous prye vous rendre facile a ce que dessus, car ceste désunion importe estrememant et est de grand scandale »57.

Il précise que cette désunion lui importe « estrememant », ce qui accentue son implication personnelle dans l’affaire. Il évoque aussi l’idée que Rohan l’aime, du fait qu’ils partagent la même famille et, par conséquent, qu’il doit écouter ses conseils. René le suit aussi en matière de politique. Le roi de Navarre utilise le terme « aimer » une autre fois, « Je remettray le reste au dyt sieur de Beauvays et vous priray de m’aymer tousjours »58. Sur les vingt-et-une lettres du fonds Labouchère envoyées par Henri, seulement trois contiennent le mot « aimer » et deux d’entre elles sont liées au conflit Rohan/Laval. Cela ne semble pas pour autant étonnant, durant les guerres de Religion les seigneurs ont très souvent recours au registre de l’amour, on suit le chef du parti car on « l’aime ». Son implication est renforcée par des lettres écrites de sa propre main, il prend vraiment le temps de régler le conflit sans passer par un secrétaire. Pour ces mêmes raisons, de son côté, René doit aussi comprendre que l’affaire est importante pour Navarre.

Il s’avère qu’une dispute, du même ordre que celle qui touche Rohan et Laval, s’est déclenchée dans le Dauphiné. Dispute qui concerne, elle aussi, des chefs protestants.

 

« Il y avoyt presques de samblables divysions antre les principaus de la noblesse, [entre les lignes] de Daufyné ; ancores qu’els ne soient pas de votre qualyté, ce a esté à quy commanceroyt a quyter ses ofanses, à dieu, à la patrie, à l’églyse et à son devoyr »59

En effet, la situation dans la partie sud-est du pays semble être, elle aussi, conflictuelle. Le chef des huguenots, François de Bonne de Lesdiguières (1543-1626)60, se trouvait dans la province avec quelques autres nobles et seigneurs protestants mais il refusait de rencontrer Catherine de Médicis61 à l’été 157962, alors que des gentilshommes se livrent à des excès sur la population. Les artisans de Romans se liguent et s’attaquent à un gentilhomme huguenot retranché dans son château. Ils parviennent à dérouter les seigneurs en les menaçant de « refuser de payer les droits, les dîmes et les impôts »63. Henri aborde ces tensions dans plusieurs lettres, notamment une à Monsieur Forget le 5 mars 1579, dans laquelle il évoque les « precedens troubles, qui ont esté imposés et levés par ceulx de la Religion, ou provenant des fermes ecclésiastiques au pays de Daulphiné, tout ainsy que je les ay euz en Guyenne et Languedoc »64, ou encore le 7 mai 1578 au maréchal Damville (1534-1614), gouverneur du Languedoc, en ces mots :

 

« Charge expresse de s’employer à l’establissement de la paix en ceste province et en celles de Languedoc et Daulphiné, portant pour cest effect tout ce qui se peut d’asseurances, promesses et bonnes paroles du Roy mon seigneur ; et que premier que passer en Languedoc il a commandement de mettre peine de lever tous les obstacles et empeschemens qu’on donne à la paix en ce pays »65

Mais le roi de Navarre n’évoque pas le cas de la Bretagne et le conflit Rohan/Laval. Henri précise cependant que la noblesse n’est « pas de votre qualyté  ». Il ménage Rohan et Laval en montrant l’estime qu’il a pour eux. On retrouve cette idée de ménagement à plusieurs reprises, notamment lorsqu’il flatte son cousin de Rohan en lui demandant de prendre son conseil, conseil que le vicomte aurait pu donner aussi si une telle dissension s’était produite ailleurs dans le camp protestant. « Vous priant prendre le conseil qui vous scauriez si prudemment donner à autry en tels cas»66. De cette façon, Rohan peut se mettre à la place de Navarre et voir, avec un peu de recul, la désunion, cette formulation permet en outre à Henri de prouver une fois encore son implication en le priant d’écouter son conseil. En avril 158367, une note d’un ambassadeur anglais montre que le roi de Navarre s’appuie sur trois conseils pour la gestion des affaires. Des conseils tout d’abord dans les provinces pour les affaires locales, un pour ses affaires privées et un dernier pour les affaires de la Religion. Dans ce dernier, on retrouve René de Rohan et huit autres seigneurs68, Henri fait donc confiance à son cousin de Rohan pour lui confier des tâches religieuses importantes, ce qui démontre aussi une pratique dévouée de la religion protestante de la part de René. Par sa place dans une telle assemblée, il semble évident qu’Henri et Rohan partagent des conseils sur les affaires de la religion huguenote.

Henri ne pouvant se déplacer en Bretagne, (« sy je pouroy et quil ny eyst des ocasyons grandes quy me returnent »69 ), il décide d’envoyer un ami commun aux deux familles, Henri Ier de Bourbon Condé. « J’ay pryé monsieur le prince qu’il fase l’ofyce que je désyre fayre […] » Tout comme la lettre datée du 8 mars 1579, Henri ne peut pas se rendre en Bretagne puisque Catherine de Médicis ainsi que Marguerite de Valois sont présentes afin de négocier ce qui sera le traité de Nérac (28 février 1579). D’un autre côté, cette lettre (640.43) est écrite de la main d’Henri, ce qui montre que la division est vraiment une préoccupation pour lui. En effet, si aucun accord n’arrivait à être trouvé entre la reine mère et le roi de Navarre et qu’une nouvelle guerre devait se présenter, ce qui arrivera peu de temps après (novembre 1579), Henri se doit de rester en bons termes avec ses seigneurs protestants dans toutes les provinces françaises et donc en Bretagne avec René II et Guy XIX. Condé intervient afin de réconcilier Rohan et Laval. Sans lui, il est possible que les deux familles en soient venues aux mains70. Le prince de Condé est appuyé par Navarre car « il est propre pour telle chose tant pour sa qualyté que parce qu’il est amy commun ». En effet, Guy XIX est connecté, depuis son accession au comté, à la famille de Condé. Du côté de René, Condé71 et lui se sont échangé au moins une lettre en 157672 et tous trois combattent d’ailleurs ensemble en 1585. 

Du côté catholique, Henri III, roi de France, s’inquiète lui aussi de la désunion de ses sujets de l’Ouest. Afin de faire cesser la querelle, il envoie une lettre au gouverneur de Bretagne, le duc Louis II de Montpensier (1512-1582)73, afin que ce dernier intervienne pour trouver rapidement une solution. Henri III se déplace finalement en personne pour demander aux deux familles rivales d’envoyer quelqu’un pour expliquer leur dispute afin qu’il puisse donner son jugement.74 

Le traité de Nérac est évoqué à plusieurs reprises dans les trois lettres, une première fois pour justifier l’incapacité d’Henri à se déplacer en Bretagne. Une deuxième fois en argument pour apporter la paix entre les deux familles : 

 

« Or maintenant que dieu en a donné si bon succès et heureuse yssue que nous sommes tombez d’accord de toutes choses, ce qui doibt vous disposer à faire le semblable, j’ay bien voullu vous en tenir incontinent adverty, ensemble regarder de terminer aussy vos divisions et simultez, lesquelles l’ennemy de toute concorde et de l’union de l’Église de Dieu a faict naistre entre vous. »75

Un peu plus tôt dans la lettre, Henri parle cependant de négociations qui ont pris plus de temps que prévu : « mais j’actendray tousjours la fin de ceste conférence qui a pris plus long traict que je n’estimois. » La paix générale arrivant dans le royaume de France, il est maintenant temps que les deux maisons fassent de même dans l’Ouest. Dans ce même paragraphe, Henri évoque les ennemis de « l’union de l’Église et de Dieu », ces ennemis sont mentionnés à plusieurs reprises. Parmi ces adversaires, il est certain que l’on peut compter des seigneurs rivaux ou encore des institutions catholiques. Henri les mentionne à nouveau ici : 

 

« Mais ne scay bien que, atandu vos qualités, et la professyon de religyon que vous faytes, et veu l’état des afayres et le tams, il nest pas besoin quil contynue, et ay bien cogneu que vous donnés tous deus joye et contantemant pour ce regardt à beaucoup quy ne vous ayment ne lun ne lautre, auxquels il faut acourcyr ceste joye et est bien plus raysonable que vos amys vous ajointent que ceus quy s’an veulent empecher et m’y aportent l’afectyon qu’ils démontrent »76

 

L’évoquation des « qualités » des deux hommes montre une fois de plus l’estime que le roi de Navarre a pour ses cousins bretons. Cependant Laval et Rohan donnent, par leur conflit de préséance, raison à ceux qui ne les aiment ni l’un ni l’autre, c’est-à -dire les catholiques les plus intransigeants. En effet, lors de leur présence aux États de Bretagne de 1578, ou de l’envoi de René d’Avaugour en 1576, les deux hommes ne parviennent pas à s’entendre. De ce fait, l’un puis l’autre siègent à l’assemblée. Ils sont alors affaiblis car l’opposition se retrouve face à un seul homme au lieu de deux. La querelle entraîne donc une perte de pouvoir pour les protestants dans l’assemblée. De cette même manière, des nobles rivaux vont pouvoir profiter de l’absence de Rohan ou de Laval pour se rapprocher de celui qui dirige la cérémonie et gagner en honneur à travers leur inscription dans l’espace cérémoniel77. Leur distance par rapport à celle du gouverneur de Bretagne va diminuer et la qualité de ces individus va alors augmenter. Le conflit de préséance est tout à fait bénéfique pour ces hommes qui profitent d’une querelle dans un même camp pour monter petit à petit dans la hiérarchie. Au sein du mouvement protestant, le conflit amène une perte de représentation au sein d’assemblées comme les États de Bretagne. Il n’est cependant pas étrange de voir ces deux hommes préférer ne pas se présenter à l’assemblée plutôt que de perdre leur rang. De cette manière ils ne seront pas représentés, dans les écrits du greffe des États, dans un rang inférieur à celui espéré78. De plus, en 1576, c’est 115 nobles qui se présentent aux États de Bretagne afin d’élire leurs représentants aux États généraux. Toutes les grandes familles sont donc présentes79. Chaque ordre a voté pour six hommes à envoyer aux États de Blois, États qui se termineront avec l’annulation de l’édit de Poitiers par Henri III et par le retour à la guerre à la fin de l’année 1576. La non-présence de Rohan et Laval, ou du moins leur représentation par un homme commun, provoque donc une perte de pouvoir dans le parti protestant et un manque de représentation de ces derniers en assemblée et aux états généraux. Quoi qu’il en soit, les deux hommes n’auraient pas remporté l’élection en Bretagne car les protestants y sont trop faibles. Ce qui peut expliquer qu’ils lâchent l’affaire aussi facilement. On peut aussi se demander pourquoi le roi de Navarre s’adresse aux deux chefs protestants en 1579 alors que la querelle dure depuis quelques années maintenant. Dans tous les cas, Henri souhaite donc que René et Laval fassent front en se présentant tous les deux aux assemblées afin de défendre la cause protestante. La querelle doit maintenant cesser et le roi de Navarre n’hésite pas à user d’autorité.

L’autorité d’Henri de Navarre : «nous an ferons plus an un jour de ceste facon quan des ans autremant »80

Afin de se faire obéir de son cousin Rohan, le roi de Navarre ne se prive pas d’imposer ses exigences dans ses lettres. Bien qu’il estime ses cousins, René et Guy, comme il le manifeste à plusieurs reprises, Henri se doit de garder Rohan dans son giron afin d’avoir une Bretagne soudée sous son contrôle. Par ses remontrances il estime qu’ils « an ferons plus an un jour de ceste facon qu’an des ans autremant. »81

Lorsqu’Henri décide d’évoquer la noblesse protestante du Dauphiné, ce n’est pas sans raison. Dans la même lettre, il explique comment le problème a été réglé, et prouve par la même occasion que René et Guy peuvent en faire de même.

 

« et a quy se reurcheroyt apres quelques remontrances quy leur furent faytes an partyculier, cest la plus belle victoire de se vanure soy mesmes et quy comance un bon oeuvre le premyer an amporte le prys et l’honneur. »82

 

Par des remontrances faites à chacun des seigneurs, Henri parvient à reprendre les choses en main du côté protestant dans le Dauphiné. Il n’hésite pas dans un même temps à s’en féliciter. Il invite aussi les deux hommes à en faire de même en expliquant que celui qui œuvrera le premier à la réconciliation des deux familles en emportera le prix et l’honneur. Il réitère cette idée dans une autre lettre adressée au vicomte : «  De ma part j’estimeray davantage celuy quy sy randra plus facile, m’assurant qu’il ne tiendra à vous »83. Henri entend qu’il aura une préférence pour celui qui exécutera ses demandes. Le prince doit donc s’assurer « que vous an aurés contantemant et qu’il vous rande bons amys »84. Navarre souhaite la réunification mais aussi faire en sorte qu’aucune des deux partis ne se sente lésé. Cette idée entre en collision avec sa préférence pour celui qui se rendra plus facile à ses demandes. Il serait, dans cette optique, intéressant de consulter la lettre adressée à Laval afin de savoir s’il évoque la même idée ou s’il reste sur une égalité entre les deux hommes.

Le roi de Navarre donne plusieurs ordres à René, premièrement de se rendre chez Condé à Saint-Jean-d’Angély « et que vous prenés la peyne d’aller a St Jan D’Angély »85 afin d’aller à la rencontre de Condé86 et de Laval. On remarque cependant que si Henri avait pu faire le voyage pour aller à la rencontre des familles, il n’aurait pas choisi d’envoyer Henri de Bourbon : «Sy je pouroy et qu’il n’y eust des ocasyons grandes quy me returment il fasse alle ensques an Bretagne pour un sy bon euvre »87. La situation méritait donc le déplacement du roi de Navarre, ce qui, une fois de plus, démontre l’importance qu’il manifeste dans la réconciliation des deux hommes. Cependant, il parle tout de même « des autres ocasyons quy se presantent par delà »88. Il faut aussi constater que Navarre redirige Laval et Rohan vers son cousin Condé dans une période où les deux hommes ne s’apprécient guère. 

Navarre leur ordonne d’aimer et craindre « Dieu, le bien de ses églises, votre reputatyon et vous mesmes »89. La crainte de Dieu90, et du bien de ses églises, est une préoccupation ordinaire dans la noblesse protestante, et plus généralement dans le monde chrétien de l’époque, qui se bat pour la conservation de ses églises sur tout le territoire français. Leur réputation, leur vie même semblent menacées selon Henri. En effet, comme observé précédemment, les catholiques les plus farouches profitent de cette mésentente dans le camp protestant. 

 

« Considéré combien cela apporte de scandale en l’Église de dieu et est peu digne de ceulx qui font profession de le congnoistre, l’aymer91 et craindre, puis doncques que ce sont choses qui vous sont assez congneues, vous les debvez mettre en pratique et gecter à dieu, à son eglise, à votre debvoir et au désir de tous les gens de bien vos offenses et les occasion d’inimityé et malveillance que vous pensez avoir. »92

La désunion, apportant son lot de scandales dans l’Église, est peu digne de ceux qui font profession de connaître Dieu, de l’aimer et craindre. Laval et Rohan doivent pourtant mettre en pratique ces idées. Henri souligne qu’il n’est pas le seul à souhaiter cela mais que tous les « gens de bien » le désirent aussi. 

 

« À quoy je vous prye et conjure, au nom de Dieu, de vous disposer selon les ouvertures et moyens que j’ay donné charge au sieur de Ségur de rechercher et vous proposer pour cest effect, lequel, sur ce, je vous prye croire comme moymesmes, l’ayant choisy pour estre vertueux et digne de s’employer en ce bon oeuvre, et me faire paroistre que la prière juste et tres affectionnée que je vous en fais aict eu quelque puissance envers vous et sur ce me faire response et me mander bientost de voz nouvelles. »93

 

Le choix de Ségur ne semble pas anodin. C’est un proche du roi, nommé gentilhomme de la chambre de Navarre le 14 août 1576. De plus il semble qu’Henri l’ait employé dans des négociations importantes94. Il le cite lui-même en homme « vertueux et digne de s’employer en bon œuvre ». Une raison supplémentaire qui prouve qu’Henri accorde beaucoup d’importance dans la réconciliation des deux familles.

Le roi de Navarre n’est pas la seule personne inquiétée par le conflit, outre le roi de France et les protestants anglais, Catherine de Navarre, sœur du roi, cherche elle aussi à pousser René et Guy à trouver une entente. Elle va alors user de moyens différents de ceux utilisés par son frère.

Catherine de Bourbon et le parrainage des enfants de René

Parmi les personnages influents de la cour de Navarre qui se préoccupent de la division Rohan/Laval, on retrouve la sœur d’Henri, Catherine de Bourbon-Navarre (1559-1604)95. Cette fervente huguenote, marquée par l’implication de sa mère dans la cause protestante, s’implique à son tour dans la tentative de paix entre les deux maisons bretonnes. 

Elle prend connaissance de la désunion par une « lettre par le sieur de Bauvois96 Monfermier et entendu par luy ce qui c’et passé entre vous et Monsieur de Laval »97. Catherine était donc sûrement présente à Nérac98 lorsque le sieur de Beauvais a apporté la missive de Rohan à Henri. La lettre est alors datable d’après celles reçues par Henri, donc à partir de mars 1579. Comme son frère le roi de Navarre, elle désapprouve complètement la situation, (« j’ay esté fort marie »). Cependant, elle ne se permet pas de donner plus ample observation : « Parce que le roy mon frere vous escrit sur cela sa volonté, je ne en importuneray en cette lettre ». Toutefois, Catherine évoque dans sa réponse une affaire de 1578 lorsqu’elle demande au vicomte d’être la marraine de sa fille nouveau-née99 et, dans un même temps, que Laval en soit le parrain. Le vicomte de Rohan refuse cette éventualité100. Elle lui répond alors : 

 

« Seulement je vous diray que touchant ce que vous me prayiés de prendre un autre comper, je me remés à votre chois et ne connoysant nul jentilhomme du pays vous prendrés donc, s’yl vous plait, celuy que vous aurés de plus agréable »101

 

Elle ne remet pas en question son choix et lui demande de se prononcer pour un autre parrain « de plus agréable » comme il le souhaitera parmi les gentilshommes bretons102. Tout comme le roi de Navarre, le roi de France ou encore Condé, Catherine de Navarre fait partie des personnes qui tentent de réconcilier les deux hommes. Néanmoins, n’ayant pas le même poids politique que son frère, ou que les autres princes, elle utilise des stratagèmes à sa portée afin d’influencer son cousin breton. Le choix du parrain de sa fille, un acte hautement symbolique, est une idée qui n’est pas neuve pour réconcilier les deux familles. Au milieu du xve siècle, Alain IX de Rohan avait déjà souhaité être le parrain d’Hélène de Laval. Un choix politique dans le rapprochement des deux familles qui n’aboutira pas. Dans le cas de René II et Guy XIX, le parrainage ne fonctionne pas non plus puisque Rohan refuse. On ne sait pas ce qu’il en est de l’avis de Guy XIX, toutefois la tentative de réconciliation politique de Catherine échoue.

BmN, CL, 680.50. Catherine de Navarre au vicomte René II de Rohan, 1578

Malgré les dissensions et mésententes entre les deux hommes, ils sont parfois amenés à devoir communiquer afin de préserver leurs biens, leur famille et leur vie, durant cette deuxième moitié du xvie siècle qui voient se multiplier les conflits. 

Rohan et Laval sont donc deux familles protestantes bretonnes qui devraient s’entendre sur la défense, pour leur bien commun, de la foi protestante. Une entraide calculée afin de s’allier lors des conflits religieux qui mettent à feu et à sang la France de la deuxième moitié du xvisiècle. Pourtant les Laval connaissent différentes difficultés internes qui déstabilisent la famille. Outre les dangers intrinsèques à l’époque étudiée, ou la difficulté d’avoir des héritiers mâles, le passage au protestantisme par Guyonne de Laval pousse ses héritiers au centre des guerres de Religion. Paul de Coligny, dix-neuvième comte de Laval, apparaît comme un allié de choix. Ce dernier est amené à combattre pour Monsieur aux Pays-Bas ou à servir Henri de Navarre dans sa lutte contre les catholiques les plus acharnés. Dans un même temps, Guy entretient la querelle que se livrent Rohan et Laval. Le conflit de préséance que se livrent les deux hommes entraîne alors la médiation d’Henri de Navarre qui souhaite mettre un terme à cette vieille histoire qui nuit au mouvement protestant.  Dans un premier temps, le roi de Navarre exprime son mécontentement pour cette « desunion […] de grand scandale »103. Dans la correspondance de 1579, la querelle familiale occupe une grande partie des lettres. Henri, qui est pleinement impliqué dans son envie de réconcilier les deux hommes, demande à René et Guy de prendre en compte ses remarques. Dans ses lettres, Henri évoque aussi la division survenue en Dauphiné, le traité de Nérac tout juste signé, les problèmes que peuvent apporter la désunion, ou encore le contentement que peuvent avoir les ennemis de Rohan et Laval à les voir incapables de s’allier. Dans un second temps, Henri les admoneste. Il appuie par exemple l’initiative de Condé de réunir les deux hommes à Saint-Jean-d’Angély. Enfin, Henri n’est pas le seul membre de la cour de Navarre à essayer de régler le conflit. Sa sœur Catherine de Bourbon-Navarre tâche elle aussi, par le biais d’un parrainage, de rapprocher les deux hommes. Sa manœuvre va pourtant échouer tout comme celles de Navarre. Les deux hommes continueront, jusqu’à leur mort, de se quereller, ce qui ne les empêchera pas de servir le même chef. D’après les contemporains, la mort de Guy va affecter René, qui meurt quelques mois après.104

 



Citer ce billet
Tom DANIEL (2023, 8 novembre). Rohan, Laval et le roi de Navarre (1576-1579). Master civilisations, cultures et sociétés. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r9r8

  1. BmN, CL, 680.31. Henri III de Navarre au vicomte René II de Rohan, 1578. []
  2.  BmN, CL, 680.41. Henri III de Navarre au vicomte René II de Rohan, 1579. []
  3. Titre du chapitre V du livre de Malcolm WALSBY, The Counts of Laval, p. 151. []
  4. L’ouvrage de Malcolm WALSBY, The Counts of Laval, Culture, Patronage and Religion in Fifteenth-and Sixteenth-Century France, Ashgate, 2007, est incontournable, et, est la principale source de cette partie. []
  5. Antoine RIVAULT, Etampes et la Bretagne, le métier de gouverneur de province à la Renaissance (1543-1565), Université Rennes 2, 2017. Carte 2 : Les quatre grands fiefs bretons au xvie siècle : Laval, Penthièvre, Rieux, Rohan, p. 99. []
  6. Malcolm WALSBY, op. cit., p. 113. []
  7. James COLLINS, La Bretagne dans l’État royal, classes sociales, États provinciaux et ordre public de l’Édit d’Union à la révolte des Bonnets rouges, traduit par André Rannou et publié sous la direction de Gauthier Aubert et Philippe Hamon, PUR, 2006, p. 182. []
  8.  Nicolas BRETON, Je les espeuvre tous, itinéraires politiques et engagements religieux des Coligny-Châtillon (mi-xve – mi-xviie siècle), DROZ, 2020. p. 148. []
  9. Nicolas BRETON, op. cit., p. 370. []
  10. Malcolm WALSBY, op. cit., p. 132. []
  11.  Ibid., p. 134. []
  12. Cité par Malcolm WALSBY, op. cit., p. 130. []
  13. Martin MALIA, Histoire des révolutions, Tallandier, 2008. p. 171. []
  14. Arlette JOUANNA, Histoire et dictionnaire des guerres de religion, Bouquins Édition, 1998. p. 292. []
  15.  Ibid., p. 292. []
  16.  « Le 17 janvier 1583, il tente follement de s’emparer d’Anvers par surprise. », Arlette JOUANNA, op. cit., p. 293. []
  17.  Berger DE XIVREY, Recueil des lettres missives de Henri IV, Tome 1, Paris, imprimerie Royale, 1843. Henri III de Navarre à Catherine de Médicis, octobre 1584, p. 684. []
  18. Ibid., Henri III de Navarre à Catherine de Médicis, fin d’année 1584. p. 694. []
  19. Bnf, NAF 22898, f° 33. Guy XIX de Laval à Nicolas d’Angennes, marquis de Rambouillet, lieutenant général du roi au Maine, Vitré, 20 février 1577. []
  20.  Malcolm WALSBY, op. cit., p. 144. []
  21. Antoine RIVAULT, Correspondance des vicomtes de Rohan, seigneurs de Blain, au xvie siècle. Un lignage entre service du roi et engagement huguenot. op. cit. []
  22.  Berger DE XIVREY, op. cit. Henri III de Navarre à Anne d’Alègre, mi-avril 1586. p. 206-207. []
  23. Malcolm WALSBY, op. cit., p. 138. []
  24. Nicolas BRETON, op. cit., p. 408. []
  25. Fanny COSANDEY, Le rang, préséance et hiérarchies dans la France d’Ancien Régime, Gallimard, 2016. p. 167. []
  26. Ibid., p. 171 []
  27. Ibid., p. 173. []
  28. Ibid., p. 173. []
  29. Malcolm WALSBY, op. cit., p. 151. []
  30.  Ibid., p. 151. []
  31.  James COLLINS, op. cit., p. 182. []
  32. Ce dernier est connu pour être un député huguenot. Alain CROIX, L’âge d’or de la Bretagne (1532-1675), éditions Ouest-France, Rennes, 1593. p. 393. []
  33. Fanny COSANDEY, op. cit., p. 195. []
  34.  Ibid., p. 200. []
  35. Fanny COSANDEY, op. cit., p. 375. []
  36.  BmN, CL, 680.43. Henri III de Navarre au Vicomte de Rohan René II, 1579. []
  37.  Sûrement Prégent de La Fin, seigneur de Beauvois-La-Nocle, vidame de Chartres. Berger de XIVREY, op. cit., p. 631. Sûrement Prégent de La Fin, seigneur de Beauvois-La-Nocle, vidame de Chartres. Berger de XIVREY, op. cit., p. 631. []
  38. BmN, CL, 680.41. op. cit. []
  39.  BmN, CL, 680.43. op. cit. []
  40. Malcolm WALSBY confirme l’envoie de lettres à Guy XIX de la part d’Henri III de Navarre afin d’encourager à trouver un accord. op. cit., p. 173. []
  41. BmN, CL, 680.44. Henri, roi de Navarre, au vicomte René II de Rohan, Nérac, 8 mars 1579. []
  42. Arlette JOUANNA, op. cit., p. 288. []
  43. BmN, CL, 680.41. op. cit. []
  44.  BmN, CL, 680.44, op. cit. []
  45. BmN, CL, 680.41. op. cit. []
  46.  BmN, CL, 680.41.43.44. Henri, roi de Navarre, au vicomte René II de Rohan. Ces trois lettres seront utilisées à plusieurs reprises lors de cette partie. []
  47. François de Ségur. Il est nommé gentilhomme de la chambre du roi de Navarre à partir de 1576. Berger de XIVREY, op. cit., p. 134-135. []
  48.  BmN, CL, 680.44, op. cit. []
  49.  Malcolm WALSBY, op. cit., p. 173. []
  50.  Benjamin VAURIGAUD, Essai sur l’histoire des églises réformées en Bretagne (1535-1808), Paris, 1870. []
  51. BmN, CL, 680.41. op. cit. []
  52.  BmN, CL, 680.44, op. cit. []
  53.  Arlette JOUANNA, op. cit., p. 290. []
  54.  BmN, CL, 680.31. Henri, roi de Navarre, au vicomte René II de Rohan, Nérac, 20 août 1579. []
  55. La lettre datée du 8 mars 1579 est écrite quelques jours après la signature du traité de Nérac, 28 février 1579, ce qui peut expliquer le fait qu’il n’y est que le post-scriptum écrit de la main du roi de Navarre. []
  56.  Berger de XIVREY, op. cit., p. 20. []
  57. BmN, CL, 680.43, op. cit. []
  58. BmN, CL, 680.41, op. cit. []
  59. Ibid. []
  60.  Ce dernier obtient le rôle de commandant général des armées en Dauphiné à partir de la sixième guerre de Religion. Arlette JOUANNA, op. cit., p. 1035. []
  61.  Catherine de Médicis part de Nérac à la fin du mois de mars 1579, elle passe alors par Castelnaudary. BmN, CL, 680.47. Henri, roi de Navarre, au vicomte René II de Rohan, Nérac, 20 mars 1579. []
  62.  Arlette JOUANNA, op. cit., p. 289. []
  63. Ibid., p. 289. []
  64. Berger de XIVREY, op. cit., p. 216. []
  65. Ibid., p. 193 []
  66. BmN, CL, 680.44, op. cit. []
  67. Nicolas BRETON, op. cit., p. 394. []
  68. Philippe Duplessis-Mornay ou Jacques de Ségur participent à cedit conseil, ce sont eux aussi des hommes proches du roi de Navarre, la confiance qui règne entre Rohan et son cousin Henri se retrouve donc aussi par sa présence dans ce conseil. Nicolas BRETON, op. cit., p. 39 []
  69. BmN, CL, 680.43, op. cit. []
  70.  Malcolm WALSBY, op. cit., p. 173. []
  71.  Ibid. p. 130. []
  72. BmN, CL, 680.24. Henri Ier de Bourbon Condé, au vicomte de Rohan, La Rochelle, 22 décembre 1576. []
  73.  Louis II de Montpensier est aussi impliqué dans une affaire de préséance lors du sacre du roi de France (février 1575), il est alors en concurrence avec son beau-frère le duc de Guise. Il n’obtient pas le droit de préséance. Arlette JOUANNA, op. cit., p. 1129. []
  74.  Malcolm WALSBY, op. cit., p. 173. []
  75.  BmN, CL, 680.44, op. cit. []
  76. BmN, CL, 680.43, op. cit. []
  77. Fanny COSANDEY, op. cit., p. 173. []
  78. Ibid., p. 375. []
  79. COLLINS James B, op. cit., p. 182. []
  80.  BmN, CL, 680.41. op. cit. []
  81.  Ibid. []
  82.  Ibid. []
  83.  BmN, CL, 680.43, op. cit. []
  84.  Ibid. []
  85.  Ibid. []
  86. Saint-Jean-d’Angély devient le principal lieu de résidence de Condé après 1577. Arlette JOUANNA, op. cit., p. 815. []
  87. BmN, CL, 680.43, op. cit. []
  88.  BmN, CL, 680.41, op. cit. []
  89. Ibid []
  90. La crainte de Dieu se retrouve dans un être qui semble « lointain et terrifiant », la Réforme apparaît comme une « réponse à une angoisse spirituelle ». Arlette JOUANNA, op. cit., p. 33. []
  91.  « L’amour que peuvent porter les Hommes à l’encontre de Dieu rentre dans une logique d’une “intense soif de Dieu” qui amène à un besoin chez certains fidèles de réformer l’Église romaine. » (Arlette JOUANNA, op. cit., p. 32.). []
  92.  BmN, CL, 680.44, op. cit. []
  93.  Ibid. []
  94. Berger de XIVREY. op. cit., p. 134-135. []
  95.  Cette dernière est alors elle aussi une cousine du vicomte de Rohan []
  96. Il s’agit sûrement, ici aussi, de Prégent de La Fin, cependant les écritures des noms évoluent et changent entre les différentes lettres. Berger de XIVREY, op. cit., p. 631. []
  97. BmN, CL, 680.50. Catherine de Navarre, au vicomte René II de Rohan, 1578. []
  98. Jean-Claude CUIGNET, op. cit., p. 68. []
  99.  Catherine de Rohan (1578-1607). []
  100. Malcolm WALSBY, op. cit., p. 172. []
  101.  BmN, CL, 680.50, op. cit. []
  102.  Aucune source, à ce jour, n’évoque l’identité du parrain choisi par René II. []
  103.  BmN, CL, 680.44, op. cit. []
  104.  Malcolm WALSBY, op. cit., p. 174. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search