L’administration du port de Brest au début du règne de Louis XIV : Une affaire de famille ?

L’ambition d’ériger Brest en port majeur de la façade Atlantique et de créer une flotte royale capable de tenir tête aux flottes anglaises et hollandaises ne résulte pas uniquement de la volonté de Louis XIV, mais tient davantage à celle de son ministre Jean-Baptiste Colbert. En effet, le jeune roi, complètement étranger aux affaires de marine, n’y montre aucune compétence ni intérêt particulier. Il reste toutefois le décideur final des entreprises de son ministre et reste la figure d’autorité suprême pour les agents royaux brestois. C’est donc Colbert, par son statut de contrôleur général des finances et secrétaire d’État à la Marine, qui mène les opérations depuis Paris où il envoie aux agents royaux détachés à Brest les ordres, mémoires et fonds dont ils ont besoin pour suivre sa politique. Il est aidé en cela par sa famille, et en particulier par son fils aîné, le marquis de Seignelay.

Colbert et Seignelay, les absents omniprésents

Le roi supervise et surveille les décisions relevant de la marine et de Brest, mais ce n’est pas lui qui les prend. Colbert est le chef d’orchestre de la symphonie brestoise, décidant de tout ce qui concerne la mer et Brest lui-même dès son arrivée aux affaires en 1661, alors qu’il n’était pas encore nominalement secrétaire d’État à la Marine. Cette nomination confirme l’état de fait qui s’était imposé : la Marine est le pré-carré du ministre qui sert de point d’appui à sa politique économique mercantiliste.

Portrait de Jean-Baptiste Colbert par Philippe de Champaigne (1655). Source : Wikipédia.

Mais même avant d’être secrétaire d’État à la Marine, Colbert dirigeait officiellement la Marine depuis le 31 décembre 1665, comme le témoigne une lettre de Louis XIV au duc de Beaufort1 :

« Mon cousin, ayant ordonné au sieur Colbert de continuer à prendre soin de toutes les affaires de marine, je vous fais cette lettre pour vous dire que mon intention est que vous luy donniez dorénavant entière créance sur tout ce qu’il vous écrira de ma part sur cette matière »2 .

Portrait de Louis XIV en constume de sacre par Hyacinthe Rigaud (1701). Source : Wikipédia.

Cet extrait, offre toute la latitude à Colbert et octroie de facto au ministre la préséance sur le grand-maître de la navigation pour tout ce qui concerne la Marine. Si Beaufort garde ses prérogatives, il est désormais amarré à Colbert et ne peut plus s’y soustraire, l’autorité royale ayant consacré le Rémois. 

Pour pouvoir développer le commerce et maîtriser les flux commerciaux, le ministre a compris la nécessité de doter la France d’une flotte de guerre capable de contrôler les mers et les océans. Il s’attèle au projet dès son arrivée aux affaires, en 1661, année où la correspondance brestoise prend forme. La plus ancienne lettre du corpus est celle que lui a envoyée Abraham Duquesne (1610-1688), alors capitaine de vaisseau, le 15 octobre 16613 . Cette missive concerne les vaisseaux que ce dernier doit saisir pour la flotte royale et qui appartiennent à Nicolas Fouquet, rival malheureux de Colbert : 

« Ce quy donne lieu à celle ycy est une lettre que je resois de monsieur le comte de Brienne par ordre de Sa Majesté quy désire êstre informé par moy ce qui cert des vaiseaux quy déspendoient sy devant de monsieur Fouquet le surintendant et pour cela que je me transpporte de Concarnau, Belle-Îsle et Bourneuf […] Il me semble monsieur qu’il seroict bon puisque Sa Majesté veut disposer de ses dits vaiseaux de prendre une pronte résolution ce que je croict que vous auriez faict résoudre sur les avis que je vous en ay donner »4 .

Ces vaisseaux se trouvent en divers endroits, comme à Concarneau, mais surtout à Belle-Île qui constitue le joyau maritime du domaine que s’était constitué le surintendant déchu. Que le premier document envoyé à Colbert depuis Brest concerne Fouquet n’est pas étonnant, la disgrâce du surintendant et l’avènement de Colbert datant du 5 septembre. En un mois, Colbert prend ainsi possession pour le roi par l’intermédiaire de Duquesne du domaine maritime de Fouquet et de ses vaisseaux.

Si suite à la chute de Fouquet et sa propre élévation, Colbert a les mains libres sur les affaires maritimes, la création du secrétariat de la Marine le 7 mars 1669 et sa nomination à sa tête par Louis XIV est capitale. S’il siège depuis 1661 au Conseil d’en Haut (conseil étroit dont les membres sont choisis par le Roi), ce secrétariat offre au ministre un cadre non seulement officiel pour exercer ses fonctions, mais également des moyens plus concrets. L’institution étant créée, elle dispose désormais de bureaux qui sont indépendants de ceux du département de la Maison du roi, également contrôlée par Colbert5.

Portrait de Nicolas Fouquet par Charles le Brun. Source : Wikipédia.

Le ministre, véritable bête de travail, ne peut cependant pas tout à lui seul. Pour lui venir en aide, Colbert dispose dans les bureaux de la marine d’agents fidèles qui lui doivent leur carrière : les commis.

Les commis sont les créatures les plus proches de Colbert. Ils sont choisis directement par lui et ne reçoivent ni de brevet ni de titre officiel de la part du roi. Le ministre leur impose une charge de travail équivalente à celle qu’il fournit et peut leur accorder en toute confiance la gestion de ses affaires, et parmi elles, celle de la Marine. Ils n’ont cependant pas de pouvoir décisionnel et leur tâche est de faciliter les missions du ministre et de lui éviter de s’occuper du superflu.

Dans les premières années, le nombre de commis n’est pas conséquent. Colbert n’en a ainsi que sept à la fin de l’année 1670, dont un en particulier qui suit les activités maritimes du ministre : François Le Fouyn, secrétaire général de la Marine. À partir de 1671, Colbert s’attache les services de François Belluchau dont il fait son premier commis et donc principal commis. Celui-ci est chargé par le ministre de transcrire toutes les minutes et dépêches du secrétaire d’État. Colbert décrit lui-même en détail les fonctions de son premier commis qui englobent une large partie de la Marine6

« Il peut prendre soin de tous les enregistremens, mais il faut que mon fils les cote tous de sa main. Il a tous les inventaires des magasins, les mémoires de tous les prix des marchandises partout, les traités de toutes les marchandises, ceux des compagnies du Nord et des Pyrénées, en un mot, tous les papiers de marine, dont il me rend assez bon compte. » 7 .

Belluchau se révèle ainsi être un acteur majeur du secrétariat d’État à la Marine, ayant accès à tous les documents du département desquels il doit faire des rapports au ministre. Ce paragraphe introduit en outre un autre individu qui vient se mêler des affaires de Marine, désigné sous l’appellation de « mon fils ».

Cet autre personnage qui émerge et vient assister le ministre dans la gestion des affaires maritimes est donc son fils aîné, Jean-Baptiste Antoine Colbert (1651-1690), marquis de Seignelay; communément appelé Seignelay. Cette aide est précieuse pour Colbert père, car il est soumis à une charge de travail conséquente par l’étendue même de ses attributions qui s’étendent de la Marine, aux finances, aux Beaux-Arts jusqu’à la gestion des bois et des forêts du royaume. En outre, Seignelay se révèle être un jeune homme compétent qui montre des dispositions dans la gestion des affaires, permettant ainsi de soulager un peu le labeur paternel.

Portrait de Jean-Baptiste Antoine Colbert, marquis de Seignelay par Marc Nattier. Source : Wikipédia.

Colbert a assuré à son fils une éducation poussée mêlée à de nombreux stages effectués sur le terrain dans le domaine maritime afin de préparer sa succession. Il a ainsi obtenu la survivance de sa charge pour son fils en février 1669. Seignelay, destiné à succéder à son père, se voit confier assez tôt des responsabilités au sein du ministère. Une lettre du 4 juillet 1672 envoyée par le duc de Chaulnes révèle déjà son implication alors qu’il n’est âgé que de 21 ans : 

« J’ay creu monsieur qu’il éstoit de mon devoir de randre conte au roy une fois de l’exécution de ses ordres et adresse à monsieur le marquis de Senelay un mémoire le plus en abrégé que j’ay peu sur ce sujet, en cas que vous le régler à propos »8 .

En vérité, Seignelay est habilité à suivre les affaires de la marine depuis le 23 mars 1672. Colbert précise d’ailleurs ses prérogatives dans les instructions qu’il lui prodigue : 

« Mon fils doit faire ma première commission, c’est-à-dire se charger de tout le travail, minuter toutes les dépesches et expéditions du Roy et de moy; faire les extraits de toutes les lettres que je reçois, et y répondre; en un mot, faire tout ce qui dépend de ma charge, que je luy renverray avec soin. »9 .

Seignelay y est ici chargé d’établir des « extraits » qui peuvent être définis comme étant les résumés des lettres des correspondants de Colbert. Ces extraits sont présents dans notre corpus et sont indiqués comme tels, pour les différencier des lettres écrites de la main propre de leurs expéditeurs.

Le premier extrait qui apparaît dans notre corpus est d’après une lettre de Le Roy, commissaire ordinaire à Brest, le 26 novembre 166510 , soit bien avant la fondation du secrétariat d’État à la Marine et la maturité de Seignelay. Cet extrait montre que le ministre disposait déjà à l’époque d’une aide dans la gestion de sa correspondance dont l’identité reste cependant inconnue. 

Ce travail d’assistance au secrétaire d’État dans la gestion de son courrier est nécessaire par l’envergure du nombre de lettres annuelles reçues par Colbert qui se chiffrent en centaines. Cela se vérifie par la multiplication des extraits dans notre corpus à partir de 1672, soit l’année de l’arrivée de Seignelay au secrétariat d’État à la Marine et peu après la nomination d’un premier commis. Il y a donc un délai de sept ans entre le premier extrait de notre corpus et le second, issu d’une lettre du duc de Chaulnes qui date du 13 juin 167211 . Au total, ce sont près de 39 extraits qui sont présents dans notre corpus à partir de 1672, pour un total de 40 en englobant celui de Le Roy. Cette abondance d’extraits de marine qui représente une partie conséquente de notre corpus de documents (20% de l’ensemble) résulte du travail de Seignelay, qui se forme au service de son père, ainsi que du développement des bureaux de la marine des années au cours des années 1670. Bien que Colbert ait mandé à Seignelay de faire un extrait de toutes les lettres qu’il reçoit, il est vraisemblable que le jeune homme ait été accompagné dans sa tâche par Belluchau, le premier commis et par d’autres commis au service de Colbert. Pour les extraits qui sont à notre disposition, il est impossible de savoir quels extraits ont été écrits de la main de Seignelay, lui-même ou d’autres commis, ceux-ci ne signant pas sur les lettres qu’ils retranscrivent, ce qui rend l’identification des copistes impossible.

Si l’on exclut les extraits, il faut cependant attendre le 14 mai 1674 pour avoir une trace d’une lettre directement écrite au marquis de Seignelay, envoyée par Chaulnes, depuis Morlaix. Le gouverneur de Bretagne constitue d’ailleurs le seul correspondant du corpus à écrire au jeune assistant, pour un total de 31 lettres sur une période datée du 14 mai 167412 au 27 juillet 167713 .

Quand Chaulnes interagit avec Seignelay, il le fait en employant la même courtoisie que lorsqu’il s’adresse à Colbert, assurant à chaque fois à la fin de ses lettres d’être pleinement à sa disposition comme le témoigne la formule : « Je suis entièrement à vous » 14 . Cette phrase que l’on peut retrouver dans la lettre du 14 mai 1674 est déclinée souvent de façon différente selon les missives, mais l’idée est toujours la même : faire preuve de politesse envers un supérieur et rappeler également sa soumission à ce dernier. Les mêmes formules sont employées à l’égard du ministre, dénotant que Chaulnes à bien conscience du rang qu’occupe Seignelay par ce qu’il représente en tant qu’héritier de Colbert, ce qui le pousse à le traiter de la même façon, comme si Seignelay n’était qu’une continuation de son père.

Le népotisme, une constante d’Ancien Régime : Terron et Seuil à Brest

Colbert ne s’appuie pas uniquement sur son fils pour administrer les affaires de Brest et de la marine, mais également sur sa famille élargie. Ayant pu accéder aux offices les plus prestigieux de la monarchie grâce à ses soutiens familiaux, Colbert, une fois au pouvoir, nomme aux postes qui comptent pour contrôler pleinement l’État et son administration des membres de sa famille, des alliés, des amis et ses créatures. Les proches de Colbert ainsi que Colbert lui-même forment ainsi un parti puissant, que les historiens nomment le « Clan Colbert » car centré autour de la personnalité du ministre. La Chambre de Justice le démontre. Fondée sous l’impulsion de Colbert en novembre 1661 par édit royal, elle a pour mission principale de traiter du cas Fouquet et est complètement phagocytée par des colbertistes dans sa composition.

Le ministre agit de même dans tous les secteurs sous son influence et la Marine n’y échappe pas. Deux individus en particulier, membres du clan Colbert, agissent à Brest et gèrent sur le terrain les dossiers relevant de la politique navale : Charles Colbert de Terron (1628-1684) et Pierre Chertemps de Seuil (1636-1717). Ils sont tous deux liés par le sang au ministre. Terron, est le cousin germain de Colbert et officie en tant qu’intendant de marine à Rochefort et à La Rochelle de 1661 à 1674, mais il se rend ponctuellement à Brest pour administrer les affaires au cours des années 1660. Pierre Chertemps de Seuil est, lui, le fils de Marie Colbert, sœur de Colbert de Terron et donc le neveu de ce dernier. Seuil est d’abord simple commissaire de marine à Brest et collabore avec Terron lorsque ce dernier est présent à Brest avant de devenir pleinement intendant de marine de Brest en 1674 par les lettres du roi du 17 mars 1674 pour le rester jusqu’en 1683, année de sa disgrâce suite à la mort de Colbert 15 . La famille Colbert dirige ainsi trois ports majeurs du royaume de France, dont deux ports-arsenaux (Brest, Rochefort) par le contrôle des intendances.

La présence de liens familiaux entre ces trois personnages établit d’emblée un lien de confiance, voire d’estime en ce qui concerne Terron et Colbert16 et offre également aux arsenaux de Brest et de Rochefort des gestionnaires quasi immuables dans le temps qui interagissent facilement ensemble. 

Malgré le fait que de Seuil n’occupe que le simple rang de commissaire de la marine jusqu’en 1674 et non celui d’intendant, il agit dans les faits peu ou prou comme un véritable intendant dès lors que ni Terron, ni Beaufort, ni Chaulnes ne sont présents pour imposer leur autorité sur le port brestois.

De plus, il existe des rapports privilégiés entre les ports de La Rochelle et de Rochefort avec celui de Brest, le port breton manquant régulièrement de tout, que ce soit en termes de matériels ou de vivres. En particulier, une lettre de Seuil montre la correspondance directe qu’il entretient avec son oncle : « Il ne me reste que deux grosses anclumes que j’ay prié monsieur de Terron de m’envoyer et de faire venir et de l’Angoumois. »17

Le choix de Colbert de nommer dans ces ports des membres proches de sa famille s’inscrit donc dans une pratique népotique du pouvoir qui est habituelle dans la société d’Ancien Régime. Non seulement le clan familial en sort renforcé par l’attribution de charges supplémentaires qui lui sont confiées, mais la monarchie y trouve également son compte et les laisse naître et prospérer. Ce phénomène permet au roi de disposer de familiers avec qui il opère la gestion de son royaume et de disposer de dynasties ministérielles qui se forment et aiguisent leurs compétences de génération en génération. Un autre avantage qui en ressort est la stabilité : comme le fils du roi devient roi à son tour, le fils de ministre devient très souvent ministre par le biais de la survivance de la charge de son père, comme c’est le cas pour Seignelay.

  1. Jörg ULBERT, Sylviane LLINARES (dir.), La liasse et la plume : les bureaux du secrétariat d’État à la Marine, Presses universitaires de Rennes, Histoire, Rennes, 2017. pp. 17-31. []
  2. Pierre CLÉMENT, Lettres et instructions et mémoires de Colbert tome III, 1ère partie : marine et galères, imprimerie impériale, Paris, M. DCCC. I.X.IV. p. 28. []
  3. Ibid. []
  4. BnF, Mél. de Colb., vol. 103, f°  642, Duquesne à Colbert, Brest, 15 octobre 1661. []
  5. Claude QUÉTEL, Isabelle DUMIELLE, Histoire de la France en 365 dates, Perrin, coll. Pour l’histoire, Paris, 2018. p. 85. []
  6. Jörg ULBERT, Sylviane LLINARES (dir.), La liasse et la plume : les bureaux du secrétariat d’État à la Marine, Presses universitaires de Rennes, Histoire, Rennes, 2017. pp. 17-31. []
  7. Pierre CLÉMENT, Lettres et instructions et mémoires de Colbert tome III 2ème partie : instructions au marquis de Seignelay colonies, imprimerie impériale, Paris, M. DCCC. I.X.IV. p. 64. []
  8. BnF, Mél. de Colb., vol. 160, f° 714 : Chaulnes à Colbert, Brest, 4 juillet 1672. []
  9. Pierre CLÉMENT, Lettres et instructions et mémoires de Colbert tome III 2ème partie : instructions au marquis de Seignelay colonies, imprimerie impériale, Paris, M. DCCC. I.X.IV. p. 63. []
  10. BnF, Mél. de Colb., vol. 134, f° 231, Le Roy à Colbert, Brest, 26 novembre 1665. []
  11. BnF, Mél. de Colb., vol. 160, f° 352, Chaulnes à Colbert, Brest, 13 juin 1672. []
  12. BnF, Mél. de Colb., vol. 168, f° 145, Chaulnes à Seignelay, Morlaix, 14 mai 1674. []
  13. BnF, Mél. de Colb., vol. 174bis, f° 469, Chaulnes à Seignelay, Brest, 27 juillet 1677. []
  14. BnF, Mél. de Colb., vol. 168, f° 145, Chaulnes à Seignelay, Morlaix, 14 mai 1674. []
  15. Frédéric SAULNIER, Le Parlement de Bretagne, 1554-1790, Imprimerie de la Manutention, Mayenne, 1991. []
  16. Jörg ULBERT et Sylviane LLINARES (dir.), La liasse et la plume : les bureaux du secrétariat d’État à la Marine, Presses universitaires de Rennes, Histoire, Rennes, 2017. pp. 33-46. []
  17. BnF, Mél. de Colb., vol. 138bis, f° 769, Seuil à Colbert, Brest, 27 juin 1666. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Jérémy Baptiste (26 septembre 2023). L’administration du port de Brest au début du règne de Louis XIV : Une affaire de famille ? Master civilisations, cultures et sociétés. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/r9r2


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search