La création en 1945 du Centre d’Études Saint-Louis de France par Jacques Maritain.

Jacques Maritain, ambassadeur de France près le Saint-Siège de 1945 à 1948,

prend la décision de créer, en 1945, le Centre d’Études Saint-Louis de France.

La nomination de Jacques Maritain à ce poste est porteuses de grandes promesses pour

l’avenir des relations entre l’Église et sa Fille Ainée.

Selon ses vœux, cette fondation permet de doter l’ambassade d’un centre intellectuel et

de proposer un service culturel français au cœur de la Rome catholique.

Le Centre est installé tout d’abord au Palais Taverna, au sein même de l’ambassade de France près le Saint-Siège, puis, rapidement, dans une aile du Palais Saint-Louis. Il est composé, à l’origine, d’une bibliothèque, d’un salon de lecture et d’un bureau de propagande. Le centre a eu plusieurs directeurs dont le premier est le père Felix Darsy, directeur de 1945 à 1967, dominicain et recteur de l’Institut pontifical d’archéologie chrétienne.Le Centre d’Études a accueilli, durant des décennies, les conférences toute l’élite intellectuelle française (Léon Massignon, Paul Ricœur, les papes Jean XXIII, Paul VI, Jean-Paul II et encore Charles de Gaulle). La diplomatie culturelle de la France fonctionne par réseaux avec une forte présence de ses institutions culturelles. Cette diplomatie consiste, pour un État, à interagir avec un autre État par la force de la pensée et non plus par celle des armes. C’est est un outil d’influence. De fait, la culture a toujours constitué une porte d’entrée dans le monde.

En 1945, au sortir de la guerre, tout est à reconstruire en Europe. Force est de constater que la France et la Grande Bretagne, malgré leur statut de vainqueurs, ne sont plus des très grandes puissances. La culture devient donc l’arme des puissances européennes moyennes qui ne peuvent plus rivaliser avec les suprématies américaines et soviétiques. Pour Jacques Maritain, la reconstruction de la France et le renouvellement de relations entre la France et le Saint-Siège doivent passer par la culture. Il faut montrer à la Rome catholique que la France produit encore des penseurs chrétiens, des intellectuels et des scientifiques de qualité, qui ne se sont pas compromis avec le régime de Vichy et qui participent au prestige de la nation. La culture devient ainsi un outil de pouvoir et de force pour tout État qui souhaite l’utiliser. Dans le cadre de la réorganisation du monde lors de l’après-guerre, Jacques Maritain prend la décision de doter la France d’une vitrine de sa Culture au cœur de Rome : Le Centre d’Études Saint-Louis de France. Cette vitrine devient un outil diplomatique pour la France depuis sa fondation jusqu’à aujourd’hui.

Collection Bibliothèque nationale universitaire (BNU) de Strasbourg. Cote : PHOT.Maritain.0716.

L’ambassadeur Jacques Maritain entouré de ses principaux collaborateurs lors de sa remise des lettres de créances. 10 mai 1945. Une mise en scène digne d’une pièce de théâtre ou simple vestige d’un protocole désuet ? Voyez le sourire du Garde suisse à gauche … Voyez la tenue de l’ambassadeur, comme épuisé.

La fondation du Centre en 1945-1946.

Pourquoi ?

Pour Jacques Maritain, il faut, à Rome et pour la France, un haut foyer culturel de catholiques Français pour que les valeurs et la culture de la République rayonnent plus intensément au sein de la Ville éternelle. Et, pour cela, les moyens d’action qui sont du domaine de l’esprit ne sont pas négligeables. Le fait qu’un gouvernement n’ait pas de politique d’action culturelle à l’étranger relève du non-sens pour l’ambassadeur, car la diplomatie culturelle est une nouvelle façon de faire de la politique. C’est inédit. Et c’est la raison pour laquelle Jacques Maritain pointe l’importance pour la France de se doter d’une image culturelle de tout premier plan.

Le but d’une telle ambition est de contribuer au prestige de la République française encore fragile et tout juste délivrée des affres de la Seconde Guerre mondiale. Cette grandeur de la France passe par la promotion de ses œuvres d’art, de sa littérature et de ses penseurs. Ce grand projet de restauration de la grandeur doit passer par la capacité de la France à utiliser la diplomatie culturelle pour transmettre les trésors de sa culture. L’objectif est de diffuser la culture française dans toutes les couches de la société romaine et dans une ville marquée par l’histoire.

Développer une diplomatie culturelle, c’est gagner en puissance par le pouvoir de l’influence, notamment auprès de la cité de l’État du Vatican. Ainsi, la culture demeure une priorité d’État pour le philosophe ambassadeur Jacques Maritain. Le Centre d’Études Saint-Louis de France est ce tremplin qui permettra à la France de prouver aux hommes du Vatican qu’elle reste une grande nation, non pas par ses armes mais bien par ses penseurs. La culture est l’ingrédient principal de l’image de la France à l’étranger. Pour Jacques Maritain, la diplomatie culturelle doit être une priorité de l’État et implique des moyens budgétaires et humains conséquents.

Comment ?

Lors de sa fondation, le Centre avait comme tâche de suppléer aux carences en livres francophones des bibliothèques pontificales. La bibliothèque du centre Saint-Louis de France permet aux chercheurs en sciences religieuses de consulter, d’accéder à des ouvrages en langues françaises parus depuis 1945 et de suivre ainsi la riche actualité éditoriale parisienne. Les bibliothèques d’universités locales ne possèdent pas toujours ce type d’ouvrages. Aussi, le centre fait l’acquisition d’encyclopédies et de dictionnaires. On trouve également des ouvrages d’archéologie du Proche et Moyen-Orient ancien et chrétien, des ouvrages de patrologie, de droit canonique et de théologie. Mais aussi une discothèque avec des disques de chants folkloriques des provinces françaises, des récitals de poésies, des enregistrements de chants grégoriens et des musiques classiques, religieuses ainsi que des opéras. Il y a aussi une photothèque regroupant des boîtes de diapositives avec des prises de vues de cours et de conférences. La promotion de la langue française dans la Ville Éternelle fait partie de la diplomatie culturelle de la France. Des manifestations cinématographiques avec des films, des courts métrages (Les Anges du Péché, le 18 juin 1946, Monsieur Vincent, le 8 mars 1948, La Bataille de l’eau lourde, le 17 juin 1948), ou des documentaires artistiques, archéologiques, sociologiques, historiques sont proposés aux différents publics. Mais ce sont surtout les conférences qui s’imposent comme le temps fort du calendrier culturel proposé aux Romains et à la colonie française. Ces conférences ont lieu initialement deux fois par mois. Une centaine de personnes sont présentes lors de ces rendez-vous. L’auditoire est composé pour une large partie de francophones. Le carton d’archives portant la côte 578/PO/31 du Centre des archives diplomatiques de Nantes permet d’avoir une vue d’ensemble sur le nombre de personnalités invitées. Est conservé, de plus, un grand livre d’or1 avec les titres de chaque conférence et les signatures des personnes présentes ainsi que, pour certaines, leurs adresses et leurs fonctions. Malgré l’écriture parfois illisible, certaines signatures de figures intellectuelles, politiques et religieuses sont reconnaissables.

Signatures sur le Livre d’Or.578PO/31. Centre des Archives Diplomatiques de Nantes.

Les archives de Nantes permettent ainsi d’entrer dans toute l’organisation des conférences, jusqu’au prix des taxis utilisés. Les conférenciers sont payés de 1 000 à 5 000 Lires. Par exemple, le père Festugières est payé 5 000 lires et le professeur Irénée Marrou 1 000 lires. Parmi les conférenciers, il y a beaucoup de dominicains, de religieux en général, d’intellectuels (professeurs), mais peu d’académiciens ou d’évêques. Les sujets contemporains sont privilégiés comme la question de l’existentialisme ou la peinture de Picasso, avec une ouverture sur le monde comme l’Inde et l’islam. Les conférences de Saint-Louis se distinguent nettement des autres conférences romaines, comme celles organisées par l’ambassade de France près la République italienne. Sartre y est reçu en 1947. Durant une audience à la Secrétairerie d’État, Mgr Montini déplore devant Mgr Grente cette invitation et l’oppose aux conférences organisées à Saint-Louis des Français1 qui le satisfont, sans toutefois y assister. Durant cette période, les cercles plus conservateurs continuent de se réunir au Séminaire français de Rome. L’académicien Georges Grente, évêque du Mans, proche de l’ambassadeur académicien et vichyste Léon Bérard en résidence à Sainte-Marthe y prononce une conférence classique sur Bossuet le 25 novembre 1947.

Le Centre s’impose comme le cœur névralgique du rayonnement de la culture française à Rome et en Italie. Des étudiants venant de plusieurs pays (USA en particulier) étudient au centre la théologie, l’histoire, la philosophie, l’histoire de l’Église et le droit canonique. Les conférences permettent aux intellectuels français de se faire entendre à Rome. Ces conférenciers (grands professeurs, cardinaux, ambassadeurs, religieux et hommes politiques) sont invités par l’ambassadeur. Jacques Maritain vient fréquemment au centre pour assister à un maximum de conférences. La multitude de conférenciers et de professeurs qui viennent au centre permet un échange de savoirs et de connaissances entre penseurs venant de Rome et de Paris, autour de l’ambassadeur. Les interventions de spécialistes font l’objet de réactions dans la presse comme dans L’Osservatore Romano et dans La Croix.

Les finalités

En prenant place dans l’aile du palais Saint-Louis des Français en 1945, le centre avait deux objectifs. Le premier est de représenter et de diffuser la pensée et la culture chrétiennes d’origine française auprès des personnes de toutes les nationalités résidant à Rome. Le second est de faire connaître la culture et la pensée profane et intellectuelle de la France aux clercs et religieux de tous les horizons. La mission culturelle a pour but de combattre les positions que les nations ennemies ont pu acquérir au Vatican et, en premier lieu, les idées véhiculées par les idéologies nazies et fascistes. Cette lutte contre les totalitarismes qui prônaient l’antisémitisme passe par une nouvelle guerre, celle des mots et de l’esprit, avec pour objectif de créer, au sien de l’Église catholique apostolique et romaine, un solide réseau d’influence française afin de promouvoir les valeurs, les principes et la culture de la République.

Jacques Maritain vers ses 30 ans. BNU de Strasbourg.

Les activités et l’essor du Centre

Les activités entre 1945 à 1946

Pour le public et afin de faire un compte rendu par la suite au ministère des Affaires étrangères, une biographie présentant chaque conférencier est rédigée par le Centre d’Études1. Le texte est préparé et lu, avant chaque conférence, par le révérend père Darsy, directeur du Centre. Son discours, toujours élogieux, retrace la vie et l’œuvre du conférencier. Ces derniers font partie du cercle rapproché de Jacques Maritain et certains connaissent l’ambassadeur depuis de longues années (notamment Louis Massignon et Étienne Gilson) et étaient présents avec les Maritain lors de la période de Meudon, dans la première moitié du xxe siècle. Ce cercle autour de Jacques Maritain remplace l’ancien cercle de l’ambassadeur vichyste Léon Bérard. jacques maritain procède donc à une forme d’épuration des anciens collaborateurs vichyste de l’ambassade.

La première conférence manifeste un souci d’ouverture et d’inscription dans le paysage contemporain. Celle-ci a lieu le 20 décembre 1945 et est prononcée par le père Arnou, doyen de la faculté de philosophie de l’université grégorienne. Le jésuite choisit de traiter : « Soren Kierkegaard et les origines de l’existentialisme ». Une semaine, plus tard, le 28 décembre 1945, c’est un concert hommage au pianiste Gabriel Fauré2 (décédé en 1924), qui est organisé, en collaboration avec l’Académie Sainte-Cécile. Jean Bourdeillette, conseiller de l’ambassade de France près du Saint-Siège, représentant de Jacques Maritain, rédige le compte rendu écrit de la cérémonie. Le 11 avril 1946, le père Couturier tient une conférence sur « L’explication de la peinture moderne : de Raphaël à Picasso ». C’est une conférence audacieuse car le conférencier dominicain présente un peintre communiste devant un public qui, majoritairement, ne l’est pas. Le 2 mai 19463, Louis Massignon, Professeur au Collège de France, tient une conférence sur « Comment le problème musulman s’est posé pour Charles de Foucault ? ». Notons la présence des cardinaux Tappouni et Tisserant, du général Couteulx de Caumont, de M. Balay chargé d’affaires de France au Quirinal et de Mgr de Courreges, recteur de Saint-Louis-des Français. Dans son discours de préambule à la conférence, Félix Darsy souligne l’importance du rôle des colonies dites islamisées dans la Libération de la France en 1944. Pour le premier anniversaire du Centre, Jacques Maritain tient lui-même une conférence sur le thème : « Éducation et civisme ». Les signatures révèlent la présence de 99 personnes. Dans un article de presse du 17 mai 1946, le quotidien La Croix fait part de ses réactions à la suite de la conférence de Louis Massignon portant sur Charles de Foucault et son approche de l’islam. L’article est emphatique et parle « d’une heure de haute jouissance intellectuelle et spirituelle ». Le journaliste précise que lors de son arrivée à Rome, il est reçu en audience privée auprès du pape Pie XII et qu’un fastueux banquet est organisé en son honneur au Palais Taverna le lendemain de son arrivée.

Les activités de 1947 à 1948

Le 10 avril 19471, Étienne Gilson, membre de l’Académie française et Professeur au collège de France, tient une conférence sur « L’existence de l’être » dans le cadre de la semaine sur l’existentialisme organisée par l’académie de Saint-Thomas. Gilson est présenté comme un architecte de la pensée moderne. Il a fondé l’institut d’études médiévales de Toronto. La conférence est un succès, elle réunit 148 personnes dont des hommes d’Église, des abbés, des membres d’institutions comme le séminaire français. Le doyen de la Rote, Mgr Jullien y participe également, ainsi que l’ambassadeur d’Équateur. Pour une fois, la présence d’un évêque est signalée. Il s’agit de Mgr Petit, évêque de Verdun, accompagné de son vicaire général. Pour accompagner l’élection académique de Claudel, une conférence de Henri Guillemin sur « L’esthétique de Paul Claudel », est organisée le 24 avril 1947. La séance réunit 76 personnes dont René Follet, l’ambassadeur d’Équateur, Jacques Maritain, Véra Omancoff, Raïssa Maritain et le résistant Jacques Lécuyer.

Carton d’invitation pour la conférence de Jean Desy le 20 mai 1948.
578PO/35. CADN.

Un copieux article de La Croix datant du 6 juin 19472 fait une critique très élogieuse de la conférence de Gabriel Le Bras, juriste et sociologue. Ce dernier tient une conférence le 22 mai 1947 sur « La part du droit de l’Église dans l’histoire de la civilisation ». Le conférencier, d’après l’article, rend hommage à l’action éducatrice et pacificatrice de l’Église à travers les siècles. Il étudie l’influence du droit canon sur la civilisation européenne. Le lecteur qui lit que le charme de sa parole a convaincu un auditoire d’élite composé notamment de Jacques Maritain, du cardinal Giuseppe Pizzardo et du cardinal Valerio Valeri, ancien nonce en France de 1936 à 1944, ainsi que des professeurs de droit, français et italiens, est loin de se douter des difficultés de relation entre Le Bras et l’ambassadeur, de même que des positions gallicanes du conférencier. Son séjour romain, marqué par une audience pontificale, gagnerait à être étudié.

Dans un courrier de Jacques Maritain du 20 mai 1948, adressé à Georges Bidault, l’ambassadeur fait un compte rendu de la mission culturelle de l’Ambassade de France près le Saint-Siège, au moment de son départ. Une mission laborieuse, explique l’ambassadeur (notamment à cause du manque d’argent). Dans un courrier du 15 avril 19483 au même Georges Bidault, l’ambassadeur justifie l’existence du Centre par les côtés qualitatifs et quantitatifs de ses activités. Qualitatif, car les intervenants sont prestigieux et quantitatifs, car les conférences drainent énormément de monde. Un cercle d’habitués fréquente le centre mais viennent aussi des personnes de divers milieux.

C’est l’ambassadeur du Canada en Italie, Jean Désy, qui clôt les conférences de la période Maritain. Il traite du « Folklore français du Canada ». La séance débute par un chœur de chanteurs composé de séminaristes du collège canadien et un soliste, M. Turgeon. Tout le corps diplomatique de la colonie canadienne est présent avec des membres du monde religieux. Le but de la conférence est de redécouvrir des chansons françaises du xviiie siècle reprises dans le folklore canadien. Le public semble apprécier la conférence, laquelle a démontré l’étroitesse des relations entre la France et le Canada en matières culturelles et spirituelles. Cela sonne déjà un adieu pour Jacques Maritain qui s’apprête à regagner le nouveau monde. Le correspondant de La Croix renchérit en concluant son article sur une citation de Jean Désy : « Si nous avons la France aux lèvres, c’est que nous l’avons toute dans le cœur. » Et les chants folkloriques des étudiants canadiens du séminaire canadien de Mgr Léger, via delle Quattro Fontane, de retentir comme un dernier adieu romain.

Carton d’invitation pour la conférence de Jean Desy le 20 mai 1948.
578PO/35. CADN.

Conclusion

Le Centre d’Études Saint-Louis de France a donc rempli tous les objectifs conçus par Jacques Maritain : constituer un établissement permettant la valorisation et le rayonnement de la Culture française. Le Centre est aujourd’hui l’un des Instituts qui représentent le rayonnement de la France à Rome et en Italie. Cet établissement constitue un héritage de Jacques Maritain, il met en relations des étudiants, des professeurs, des hommes d’Église et de sciences dans le cadre de la diffusion de la culture française. Nul doute que l’héritage de l’ambassadeur vaut d’être rappelé et perdure à travers son institution.

L’ensemble des traits distinctifs spirituels et matériels, intellectuels et affectifs qui caractérisent une société ou un groupe social ; elle englobe, outre les arts et les lettres, les modes de vie, les façons de vivre ensemble, les systèmes de valeurs, les traditions et les croyances.

Définition de l’UNESCO de la Culture.

1.578PO/31 CADN

2578PO/81 CADN.

3578PO/31 CADN.

1578PO/32 CADN.

2578PO/01 CADN.

3578PO/31 CADN.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
gmoreau (3 octobre 2023). La création en 1945 du Centre d’Études Saint-Louis de France par Jacques Maritain. Master civilisations, cultures et sociétés. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/r9r5


gmoreau

Master 2 spécialité histoire contemporaine. Histoire religieuse, diplomatique et culturelle. Jacques Maritain. Pie XII.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search