Le voyage du duc d’Aumont, ambassadeur du Royaume de France, un périple entre Boulogne et Londres (1712-1713)

Lire la suite : Le voyage du duc d’Aumont, ambassadeur du Royaume de France, un périple entre Boulogne et Londres (1712-1713)
« Madame de Ventadour avec Louis XIV et ses héritiers », Nicolas de Largillière, vers 1710, Wallace Collection, Londres. 

En décembre 1712, le duc d’Aumont, pair de France et gouverneur du Boulonnais, est nommé ambassadeur du Roi de France auprès de la Reine de Grande-Bretagne et d’Irlande, Anne Stuart (1702-1714). Il est donc envoyé à Londres pour tenter de réaliser la paix entre le royaume de France et celui de Grande-Bretagne, en parallèle du Congrès d’Utrecht qui regroupe l’ensemble des représentants des États d’Europe occidentale. Le duc d’Aumont est envoyé à Londres dans le but d’assurer un accord de paix bilatéral entre la France et la Grande-Bretagne, dans le cas où la conclusion d’une paix générale en Europe s’avérerait impossible. Du fait du renouement des relations diplomatiques entre la France et la Grande-Bretagne, le voyage du duc d’Aumont en Grande-Bretagne acquiert une portée symbolique forte, pour laquelle le faste et la démonstration de puissance du Roi de France n’est pas à négliger, comme l’évoque Lucien Bély[1]. Ayant quitté Versailles à la mi-décembre, il débute sa correspondance avec le secrétaire d’État aux affaires étrangères et avec le Roi, son maître, le 20 décembre 1712, une fois arrivé à Boulogne-sur-Mer.

Partie I

  1. Une traversée retardée seulement par un temps peu propice au voyage ?

Dans sa première missive adressée à Monsieur de Torcy, le duc d’Aumont évoque certaines difficultés rencontrées en vue de traverser le Pas-de-Calais pour se rendre en Grande-Bretagne[2]. En effet, la traversée est compliquée par le mauvais temps : à la fin du mois de décembre, au début de l’hiver, le détroit qui sépare la Manche et la Mer du Nord, n’est pas un passage très clément pour les navires. Dans le détroit du Pas-de-Calais, le Dover Strait pour les Anglais, les courants et les vents peuvent être forts et peuvent empêcher les « yächts » de traverser le détroit à la voile en toute sécurité, ajoutant à cela les potentielles tempêtes hivernales, et les éventuels mouvements des bancs de sable aux abords de Calais ou de Douvres ; la traversée présente des risques non négligeables si les conditions météorologiques ne sont pas optimales. Il serait par ailleurs dommageable de voir périr l’ambassadeur de France dans un naufrage avant même qu’il n’ait atteint l’Angleterre.

De plus, le duc d’Aumont attend la traversée du duc de Shrewsbury[3], pour pouvoir utiliser le même navire dans le sens inverse pour gagner Douvres. « Le ÿacht […] qui doit amener M(onsieur) le duc de Shrewsbury n’étant point encore arrive à Calais et le temps étant absolument contraire au passage, j’ay pris le party d’attendre », dit-il à M. de Torcy[4]. Il semblerait ainsi que le mauvais temps retarde également Shrewsbury, qui n’est pas encore arrivé en France.

Le duc d’Aumont prend aussi le parti de rester à Boulogne pour attendre de plus amples informations et des précisions quant à ses instructions. On peut ainsi constater que la quatrième lettre du fonds qui est signée de la main de Louis XIV et datée du 29 décembre 1712, répond précisément à cette demande en énonçant clairement les conditions de la construction d’une paix entre la France et la Grande-Bretagne[5]. Ainsi on pourrait supposer qu’un courrier met environ neuf jours pour se rendre de Boulogne-sur-Mer à Versailles. Si l’on part du postulat que le courrier du duc d’Aumont est bien parti le 20 décembre de Boulogne, et que Louis XIV ne l’a reçu à Versailles que le 29 décembre, date à laquelle la réponse à la première lettre est écrite, alors on déduit qu’un courrier met neuf jours pour aller de Boulogne à Versailles. Seulement, si on considère la suite de la correspondance, dans la cinquième lettre du fonds d’archives (adressée au duc d’Aumont par le secrétaire d’État aux affaires étrangères, le marquis de Torcy et datée du 29 décembre 1712), on constate que Monsieur de Torcy répond aux trois premières lettres du duc d’Aumont en une seule lettre : « J’ay à répondre, Monsieur, a trois lettres que vous m’avez fait l’honneur de m’écrire depuis votre départ dattées du 21. du 25. et du 26. de ce mois »[6]. Par cette précision, on comprend que la réponse au courrier du 20 décembre n’a pas été immédiate, ce qui remet en cause le postulat précédemment mentionné, le temps de trajet d’une lettre entre Boulogne-sur-Mer et Versailles n’est pas de neuf jours, mais bien de trois jours, entre la lettre écrite le 26 décembre et la réponse à cette même lettre écrite le 29 décembre. On peut ainsi en conclure que le temps minimal d’attente entre l’envoi d’une lettre et la réception de la réponse entre Versailles et Boulogne-sur-Mer, est de six jours lorsque les correspondants se répondent rapidement. Ce temps de battement entre l’envoi d’une lettre et la réception de la réponse à celle-ci constitue un temps social qui n’appartient pas aux individus mais qui s’inscrit dans la société dans laquelle ils évoluent[7], aussi il apparaît normal dans la société européenne du début du XVIIIe siècle d’attendre plusieurs jours, voire souvent une semaine, pour obtenir une réponse à une question donnée. La perception du temps et de l’urgence à l’époque moderne peut ainsi déstabiliser le lecteur contemporain, plus habitué à une certaine vitesse dans la communication. Dans cette optique d’une perception différenciée du temps, ce qui peut nous apparaître comme un départ pour la Grande-Bretagne lent et qui se prolonge durant plusieurs semaines, peut en fait être considéré comme tout à fait normal dans la perception temporelle de l’année 1712.

2. De Versailles à Boulogne-sur-Mer : les premiers pas du duc d’Aumont vers la Grande-Bretagne

Une fois arrivé à Boulogne, le duc d’Aumont détaille de façon succincte son voyage depuis Versailles. Il fait part à Monsieur de Torcy des quelques incidents qu’il a pu rencontrer sur la route qui l’a mené dans son fief du Boulonnais : « malgré toutes mes précautions il m’a fallu cinq jours pour gagner Boulogne. Quelq(ues) timons rompus et quelques volées brizées ont été les seuls incidens qui m’ayent retardé.[8] » Le convoi du duc a, comme il l’écrit ci-devant, mis « cinq jours pour gagner Boulogne », tandis qu’on l’a vu précédemment, il ne faut que trois jours à un courrier pour faire le trajet inverse. Et bien que le duc d’Aumont ait été retardé par les incidents qui ont ralenti son trajet, on peut aussi supposer que l’allure à laquelle voyage un duc diffère sensiblement de celle d’un simple messager qui se voit plus pressé par le temps pour porter son message. Par ailleurs, le messager voyage de façon plus légère qu’un duc qui emporte une partie de sa maisonnée avec lui[9]. Ces multiples raisons expliquent pourquoi le duc d’Aumont a mis deux jours de plus qu’un simple coursier à faire le voyage de Versailles à Boulogne-sur-Mer. Il est donc possible de déduire que le duc d’Aumont est parti de Versailles le 15 décembre au plus tard, puisqu’il écrit sa première lettre depuis Boulogne le 20 décembre[10].

            Dans la même missive adressée à Monsieur de Torcy, le gouverneur du Boulonnais écrit à propos des témoignages d’enthousiasme qu’il a reçu sur la route de Boulogne : « Je crois devoi(r) vous dire que dans les villages et dans les villes ou on étoit prévenu de mon passage et de ma missio(n) j’ay essuyé les acclamations et les bénédictions du Peuple tant le désir de la paix est vif et universel » [11]. Il convient de se demander à quel point ce que le duc d’Aumont avance est vrai, a-t-il réellement été béni et acclamé par le « Peuple » ? La perspective de la conclusion prochaine d’une paix entre la France et la Grande-Bretagne peut-elle susciter un élan populaire tel qu’il mobilise villes et villages au passage de l’ambassadeur de France ? Plusieurs hypothèses s’offrent à nous, la première étant que tout ce que dit le duc d’Aumont est littéralement vrai, qu’il rend un compte rendu uniquement factuel de son voyage. Cette explication n’apparaît pas comme très convaincante, du fait de la subjectivité de l’auteur, qui s’entendant être acclamé, fait nécessairement intervenir même inconsciemment ses propres sentiments dans ses écrits. La deuxième hypothèse qui peut être élaborée, met en avant un peuple certes acclamatif à l’égard du serviteur du Roi et de sa mission, mais un peuple contraint ou entraîné par un meneur[12], probablement représentant de l’autorité royale dans la ville ou le village. Le meneur du peuple, ou de la foule, venue acclamer et bénir le passage du duc d’Aumont peut même avoir été prévenu directement par le pouvoir royal du passage d’un illustre visiteur de passage dans la ville, afin de lui réserver le meilleur accueil possible. Ou alors, dernière hypothèse qui justifierait également la présence de ce passage dans la lettre, il pourrait s’agir d’une formule rhétorique de la part du duc d’Aumont pour exprimer son propre enthousiasme à l’égard de la mission qui lui a été confiée. Il insérerait ses propres paroles dans la voix du peuple, dans le but de montrer l’importance de sa mission au secrétaire d’État aux affaires étrangères et au Roi, par le biais de son ministre. Le plus vraisemblable étant que chacune de ces trois hypothèses comporte une part de vérité, à savoir que le peuple a probablement acclamé et béni, le passage du duc d’Aumont, mais qu’il y a été entraîné par un meneur, et que le duc d’Aumont exagère, consciemment ou non, l’ampleur de cet évènement dans le but d’être jugé digne de la confiance royale.

            Par ailleurs, il convient de noter que l’enthousiasme du duc d’Aumont semble profond et sincère, ou du moins essaye-t-il de le montrer. Il évoque en effet à plusieurs reprises son « impatience » de servir Louis XIV, de s’acquitter de sa mission, de sa hâte d’arriver en Angleterre et de conclure la paix au nom du roi, son maître, comme c’est le cas dans ses deux premières lettres adressées à Torcy :

« l’impatience que j’ay de me rendre à Londres pour y justifier la bonne opinion que vous avez eue de moy et mériter la confiance à Sa Ma(jes)té »[13], ou encore : « Je meurs d’impatience d’entamer la négociation dont je suis chargé et d’entrer avec vous dans un commerce plus sérieux où je me flatte que l’amitié sera de la partie, ce qui certainement ne gastera rien au service de Sa Ma(jes)té »[14].

 Ces envolées presque lyriques du duc d’Aumont témoignent de la reconnaissance qu’il a envers Louis XIV et Torcy de le distinguer en lui confiant une mission d’importance. Si on peut considérer, d’un certain point de vue, que ces élans de reconnaissance sont excessivement laudatifs et enjoués, ils mettent en avant l’importance de la galanterie alors que se meurt peu à peu le « Grand siècle ». Cette galanterie qui peut paraître surjouée pour le lecteur contemporain, mais qui participe à ce que le philosophe allemand Herder appelle le Zeitgeist[15], « l’esprit du temps », qui constitue un système de pensée et d’action dans lequel les individus appartenant à une société sont inconsciemment immergés.

3. En attendant le bateau : se préparer, s’informer et recevoir l’ambassadeur britannique

Dans l’expectative impatiente de l’arrivée du duc de Shrewsbury, ambassadeur de Grande-Bretagne, le duc d’Aumont se doit d’accomplir certaines tâches, notamment se préparer lui-même au voyage qui l’attend, son départ pour Londres pouvant se faire une fois le navire de l’ambassadeur britannique arrivé à Calais, il doit donc se tenir près à passer outre-Manche. De plus, l’une des prérogatives les plus importantes d’un ambassadeur est de relayer les informations importantes à son souverain, pour se faire il doit d’abord être averti en détail des objectifs de sa mission, il doit s’informer auprès du roi et du secrétaire d’État aux affaires étrangères avant de partir pour l’Angleterre. Par ailleurs, avant de quitter le royaume de France, le duc d’Aumont se doit également de recevoir le duc de Shrewsbury avec les honneurs dus à son rang.

Le duc d’Aumont témoigne assez peu à Torcy, et moins encore à Louis XIV, de ses préparatifs de voyage dans sa correspondance avec Versailles. Il ne le mentionne à Torcy qu’en écrivant : « J’avoüe Monsieur que j’ay fait passer en Angleterre tout ce qui a été à ma disposition pou(r) soûtenir extérieurement et avec quelque dignit(é) le caractère dont je suis revestu »[16]. On peut ainsi comprendre que le duc s’est fait précéder en Angleterre par ses bagages les plus encombrants. Lucien Bély évoque de manière plus précise les bagages emportés par le duc d’Aumont à Londres dans son ouvrage Espions et ambassadeurs au temps de Louis XIV[17]. Ainsi il évoque la vaisselle en argent emportée par le duc comme « comprise dans les 200 ballots que l’ambassadeur emportait à Londres avec ses meubles, ses hardes, ses provisions de bouche », outre ces 200 ballots qui sont emportés en Grande-Bretagne par le duc d’Aumont, Lucien Bély met aussi en avant que « le duc prenait aussi avec lui 4 carrosses, 50 tonneaux de vin […], 18 chevaux de carrosse et 4 chevaux de selle. » On peut le voir, l’ambassadeur de Louis XIV ne voyage pas légèrement, cette profusion de meubles et bagages transportés en Angleterre souligne d’autant plus le caractère très officiel de la mission confiée au duc d’Aumont. De plus, Lucien Bély évoque aussi le nombre de personnes qui accompagne l’ambassadeur de France, il mentionne « 40 personnes de sa maison et 30 personnes de sa suite ». Le duc d’Aumont voyage ainsi en grande compagnie et effectue un voyage diplomatique propre au XVIIe siècle, comme le montre Lucien Bély, le siècle des Lumières mettant d’avantage l’accent sur l’incognito du voyage de l’ambassadeur, plutôt que sur la pompe et le prestige de l’ambassade.

Portrait de Louis XIV en costume de sacre, Hyacinthe Rigaud, Musée du Louvre, Paris, 1701.

La seconde mission de préparation du duc d’Aumont est de s’informer, il répond à la lettre de Louis XIV[18] qui lui explique en détail les conditions de paix qu’il entend proposer à la reine Anne, par la formule suivante : « J’ay vu dans la pluspart des chefs qu’elle contient, la différence des propositions par raport aux conditions énoncées dans les premières instructions qui m’ont été remises »[19]. Et il ajoute par la suite :

« J’ose me flatter, Sire, que votre Ma(jes)té est bien persuadé du zêle ardent que j’ay pour son Service, mais je la suplie de croire qu(e) mon aplication répondra parfaitement a la Confiance dont elle a bien voulu m’honorer, que je ne néglig(e) aucun des observations contenües dans sa depesche, et qu’en examinant de plus près la situation de ces choses et la disposition des esprits, j’en tireray tout le party qui me sera possible, sans jamais perdre de vüe la gloire et la satisfaction particulière de votre Ma(jes)té »[20].

Outre le zèle dont le duc d’Aumont entend faire preuve, cet extrait met en avant l’importance de l’information dans la négociation diplomatique et la bonne circulation de cette dernière, sans instructions précises le diplomate ne peut pas servir son maître à bon escient. Le philosophe anglais, Francis Bacon (1561-1626), écrit en 1597, la maxime suivante : « Knowledge is power »[21], c’est-à-dire, « le savoir c’est le pouvoir ». Ce qui montre bien que pour avoir le pouvoir d’agir au mieux pour représenter le roi de France, le duc d’Aumont doit impérativement se tenir informé des décisions et des vues du roi et des ses ministres, ne serait-ce que pour afficher une cohérence dans les revendications françaises pour conclure la paix, puisque le maréchal d’Huxelles et le cardinal de Polignac sont chargés de négocier la paix de manière multilatérale au Congrès d’Utrecht, comme l’écrit le duc d’Aumont à Torcy :

« Je suis chargé par la lettre de sa Ma(jes)té d’appuyer conjointement avec les Plenip(otentiai)res d’Utrecht sur les demandes en faveur de l’Electeur de Bavière. Je sens bien que je ne me relacheray qu’à l’extrémité, mais si on a plus de complaisance que moy à Utrecht, ces contradictions ne paroistro(nt) elles point étranges ? »[22].

Cette double négociation d’une part à Utrecht et d’autre part à Londres de manière bilatérale met presque en concurrence les diplomates entre eux. La communication et la coordination des diplomates s’avèrent absolument indispensables pour mener à bien les négociations de paix. Ainsi la détention et le partage des informations apparaît comme primordial pour le diplomate, pour qui savoir c’est avoir le pouvoir d’agir sur les évènements.

            Enfin la dernière mission du duc d’Aumont avant son passage en Grande-Bretagne doit être d’accueillir l’ambassadeur britannique, le duc de Shrewsbury. Son arrivée à Calais est attendue avec la plus grande impatience par le pouvoir royal, en témoigne l’empressement de Monsieur de Torcy à espérer trop précipitamment en l’arrivée du Britannique :

« Je crois que vous avez présentement fait les honneurs de la France à M(onsieu)r le duc de Shrewsbury et je crains que vous ne vous en soyez trop bien acquitté, il ne trouvera pas dans la suite de son voyage ce qu’il aura trouvé dans le commencement, et je ne serois pas étonné s’il croyoit que toute la magnificence du Royaume est passée avec vous en Angleterre »[23].

Torcy n’est pas le seul à témoigner d’une certaine impatience devant l’attente prolongée de Shrewsbury, le duc d’Aumont évoque également cet état de fait : « Le temps commenc(e) à changer, et j’espere qu’enfin M(onsieu)r le duc de Shrewsbury arrivera incessament à Calais. »[24] Mais plus important encore, le roi de France, Louis XIV, manifeste, lui aussi, son impatience grandissante de réaliser la paix au plus vite en procédant dès que possible à l’échange des ambassadeurs, afin de mener cette affaire à bien : « J’attend d’apprendre qu’il [le duc de Shrewsbury] soit débarqué à Calais et en même temps votre passage en Angleterre. »[25] Cette situation d’attente ne manque pas de créer du côté français un certain agacement, une irritation même face au manque de réactivité des Britanniques quant à la conclusion de la paix, irritation que le secrétaire d’État aux affaires étrangères ne cache pas dans le courrier qu’il envoie au gouverneur du Boulonnais :

« J’ay reçu Monsieur la lettre que vous m’avez fait l’honneur de m’écrire le 2. de ce mois, et j’espèr(e) que celle du Roy que je vous envoye aujourd’huy ne vous sera rendüe qu’à Londres. Je voudrois bien un peu plus de vivacité de la part des Ministres de la Grande Bretagne, car il me semble qu’ils ont trop d’indulgence pour le flegme artificieux des Hollandais »[26].

            Dans sa lettre du 9 janvier, le duc d’Aumont peut finalement annoncer à Versailles que l’ambassadeur de la Reine Anne est bien arrivé à Calais le 8 janvier vers trois heures : « M(onsieu)r Le duc de Shrewsbury, Monsieur arriva hier icy sur les trois heures. J’avois à Calais six gentilshommes de ma maison dont l’un étoit chargé de luy faire des complimens de ma part au sortir du yacht et de recevoir ses ordres. »[27] On constate donc que le duc d’Aumont a fait envoyer à Calais un comité de réception de gentilhommes pour accueillir avec les honneurs le duc de Shrewsbury, en lui adressant ses compliments, c’est-à-dire en le saluant avec le respect qui lui est dû en raison de son rang, comme il est de coutume de le faire. Il peut s’agir pour le lecteur contemporain d’une étrangeté d’adresser « des complimens » à quelqu’un lors de son arrivée sans raison, cela correspond cependant à l’esprit de la galanterie qui imprègne le « Grand siècle », pour comprendre au mieux les rapports sociaux qui régissent les individus, il faut adopter ce que Lucien Febvre appelle l’outillage mental[28].

Le gouverneur du Boulonnais a également chargé une escorte relativement importante d’accompagner le duc de Shrewsbury, d’une part pour mettre en avant le prestige de son ambassade, mais également pour assurer sa sécurité qui n’est pas assurée. Le duc d’Aumont reçoit également l’ambassadeur de Grande-Bretagne à Boulogne-sur-Mer, avec un comité d’accueil plus que conséquent afin de marquer l’honneur, qui est fait à la ville de recevoir un prestigieux personnage, mais aussi probablement pour prouver au Britannique qu’il sait recevoir, et sans doute également pour l’impressionner par le faste et la pompe de l’accueil. Ainsi le duc d’Aumont peut, si toutefois c’est son but, faire savoir à la Grande-Bretagne que si la France entend négocier une paix juste avec la Reine Anne, elle ne compte pas la mendier et qu’elle peut encore tenir de grandes réceptions fastueuses malgré les revers militaires qu’elle a subis. Cette interprétation peut être tirée de la lettre que le gouverneur du Boulonnais adresse à Torcy et dans laquelle il fait état de l’arrivée du duc de Shrewsbury, en insistant bien sur le nombre de gentilhommes et de notables qu’il a pu réunir pour son accueil :

« Ils se joignirent tous à l’escorte de cavalerie, qui les conduisit jusqu’à Marquise, où il trouva une autre escorte de cent grenadiers et de cent fusiliers. J’estimay ne pouvoir prendre trop de précautions sur le bruit qui s’étoit répandu, que le party de Baptiste avoit attaqué à Luguillier un détachement suisse qui escortoit un habillement. J’avois envoy(é) au-devant de ce duc jusqu’à Wimille, 60 gentilho(mmes) bien équipés et bien montés, et je le receus à l’entrée de ma maison au milieu de plus de deux cent personnes tant gentilshommes qu’officiers av(ec) grande affluence de peuple, la garnison étant sous les armes à laquelle j’avois joint une bourgeoisie fort leste de plus de huit cent hommes tant de haute que de la basse ville »[29].  

Une fois l’ambassadeur de la Reine reçu dans la maison du duc d’Aumont, ce dernier le fait rencontrer les notables de la ville de Boulogne-sur-Mer, le chapitre et le présidial qui lui présentent leurs honneurs et lui adressent des harangues pour lui souhaiter la bienvenue à Boulogne-sur-Mer : « Je ne crûs pas devoir luy sauver les honneurs du corps de la ville et l(es) harangues du Chapitre et du Présidial », dit Aumont à Torcy[30]. Le duc de Shrewsbury fait halte à Boulogne sur sa route vers Versailles, où il s’en va représenter la Reine de Grande-Bretagne et ses ministres. Dans sa mission il est accompagné par la duchesse de Shrewsbury, son épouse, et par l’une de ses nièces qui sont toutes deux reçues par le duc d’Aumont à la sortie de leur carrosse. Après les avoir présentés aux membres éminents de la ville, le pair de France fait participer l’ambassadeur britannique et sa famille à un concert et à un souper donnés en leur honneur. Le duc d’Aumont dresse grâce à ce souper, un bilan et un portrait de ce qu’il a pu apprendre du duc de Shrewsbury, notamment du fait des propos rapportés par son épouse, et par ses propres impressions :

« Nos étrangers firent assez d’honne(ur) au repas, la conversation devint plus libre et plus güaye et insensiblement je vis se dégourdir (si j’os(e) ainsy parler) le caractère froid et sérieux de l’ambassadeur. M(ada)me sa femme se livra assez d’abord, elle a le propos vif, les mouvemens légers et rit volontiers. Il m’a paru qu’elle avoit beaucoup d’empire sur l’esprit de son mary, il est jaloux de la considération qu’il croit qu’elle mérite, c’est peut être ce qui a contribué à la rendre glorieuse, et elle l’est en effet, quoy qu’au travers de beaucoup de politesse et de prévenance. J’ay trouvé à la nièce de la vivacité et de l’esprit, (on) dit que le duc en est amoureux, mais n’y a t il point de malignité à ce propos »[31].

On peut penser que le duc d’Aumont fait part de ses impressions sur le couple ducal et leur nièce à Torcy pour que ce dernier puisse appréhender l’ambassadeur britannique, avoir une idée de la façon dont il peut l’aborder, pour pouvoir négocier la paix le plus rapidement possible, et en emportant le plus grand nombre d’avantages pour le royaume de France. Le duc d’Aumont témoigne aussi dans sa missive au secrétaire d’État aux affaires étrangères des diverses conversations qu’il a pu avoir avec l’ambassadeur que ce soit sur l’Angleterre, les questions économiques, ou même sur le marquis de Torcy lui-même : 

« Ses principales questions ont roulé sur Vous votre sérieux sur le pied qu’on luy en avoit parlé l’intrigüoit un peu, et comme il avoüe luy même avoir quelque peine à se tirer de son premier froid, il craignait que l’uniformité de ce caractère extérieur ne vint a l’embarrasser avec vous j’ay aisément dissipé ses inquiétudes, il m’a paru fort touché de tout ce que je luy annonçois à votre sujet, aussy bien que du soin q(ue) vous avez bien voulu prendre de luy arrester u(ne) maison » [32].

            Une fois le duc de Shrewsbury reçu à Boulogne-sur-Mer par le duc d’Aumont, ce dernier envoie une escorte en reconnaissance pour ouvrir la route vers Paris, soulignant que quelques dangers peuvent guetter l’ambassadeur de Grande-Bretagne, sur le chemin qui le mène jusqu’à Paris :

« Nos gens sont partis ce matin avec une escorte convenable, j’ay envoyé fouiller les bois de la forest d’Ardres sur des bruits que quelques bandes de voleurs ou de partis bleu s’y sont glissés. J’ay écrit à M(onsieur) de Morlani à Montreuil et luy ay donné l’avis de leur marche, je ne crois pas qu’ils arrivent avant vendrdy à Paris, je ne répons plus des traitemens qui leur seront faits sur la route, hors à Abbeville où je suis bien persuadé que les soins de Vanrobais à qui j’écris sur cela, leur feront trouver toutes les comodités désirables »[33].

 Cela nous permet de réfléchir aux dangers des routes à l’époque moderne, et de relativiser la soi-disant toute puissance de l’État moderne, et de la monarchie absolue, qui n’a pas prise sur tout ce qui se passe dans le royaume.

            Près d’un mois après son départ de Versailles, le duc d’Aumont envoie dans sa lettre adressée à Torcy ses intentions de quitter la France pour l’Angleterre, enfin pourrait-on dire, dans son post-scriptum :

« P.S. Je viens de donner ordre au capitaine du yächt à qui la Reyne a ordonné de m’attendre et qui est un de ses meilleurs batiem(ents) de s’en retourner à Calais, ou je me rendray demain avec intention de passer sans aucun retardement et d’être mercredy à Douvres et vendredy ou samedy à Londres »[34].

Jean-Baptiste Colbert (1655-1746), marquis de Torcy, secrétaire d’État en grand costume de chancelier de l’ordre du Saint Esprit, près d’un portrait de Jean-Baptiste Colbert (1665-1746), présenté par un serviteur coiffé à la polonaise, Robert Tournières (1667–1752) (attribué à François de Troy, vers 1701-1706, Musée de l’Histoire de France, Versailles.

Partie II

  1. Les étapes du voyage et l’accueil réservé à l’ambassadeur de France

Dans sa lettre du 18 janvier adressée au roi[35], le duc d’Aumont fait savoir à Versailles qu’il est bien arrivé à Londres et évoque en détail les étapes de son voyage depuis Boulogne-sur-Mer. Selon toute vraisemblance le duc d’Aumont semble avoir traversé le détroit du Pas-de-Calais de nuit entre le 11 et le 12 janvier, étant « débarqué à cinq heures du matin » à Douvres le 12 janvier. À l’instar du duc de Shrewsbury en France, il a été reçu avec les compliments « du corps de la ville » de Douvres, et il a été escorté dans son périple vers Londres par des soldats britanniques, à la fois, peut-on supposer, pour sa protection et par mesure de surveillance des Britanniques, la France et la Grande-Bretagne étant toujours en guerre malgré l’échange des ambassadeurs. Il semblerait que le duc d’Aumont ait quitté Douvres le jour même de son arrivée, il met une journée pour atteindre le village de Settinburn, actuelle ville de Sittingbourne, sur son trajet il s’arrête dîner à Canterbury, où l’ambassadeur de France reçoit les compliments des « officiers de la ville ». Le deuxième jour du duc d’Aumont en Angleterre le fait traverser Rochester, et passer la nuit à Wollen. Le bourg de Wollen n’apparaissant sur aucune carte de l’actuelle Angleterre, on peut émettre plusieurs hypothèses sur son devenir. La première étant que la localité n’existe plus, ce qui apparaît comme peu probable, le Sud de l’Angleterre étant une région à forte densité de population. La seconde étant que le bourg de Wollen a pu être happé par la ville de Dartford, qui constitue une étape pertinente entre Rochester et Londres. La dernière étant que le bourg de Wollen a pu changer de nom depuis le passage du duc d’Aumont en 1713, il se peut même que ce changement se soit opéré durant la Première Guerre Mondiale, le nom de Wollen ayant pu être considéré comme trop germanique à l’instar des noms de la famille royale britannique, qui change leur nom Saxe-Coburg-Gotha en Windsor, selon la volonté du roi George V (1910-1936). Ne passant que la nuit au bourg de Wollen, il apparaît que le duc d’Aumont soit arrivé aux abords de Londres dès le lendemain, soit le troisième jour après son départ de Douvres, puisqu’il semble n’avoir passé que deux nuits sur la route.

 « J’ay l’honneur de rendre compte à Votre Majesté de mon arrivée dans ce pays cy. Je partis de Douvre(s) le 12. du mois, j’y avois débarqué à cinq heures du matin et reçu les complimens du corps de la ville dez la poineté du jour au bruit de toute l’artillerie du château, qui avoit arboré ses drapeaux. Une compagnie des Invalides étoit sous les armes à la porte de la maison où je descendis. Je fus reçu à Canterbury, où je disnay, par un détachement de six compagnies des gardes de la Reyne et complimenté par les officiers de la ville. Je couchay au village de Settinburn, je ne m’arrestay point à Rochester, où j’étois attendu par un détachement de plus de trois cent hommes de la Marine, le commandant étoit indisposé et me fit faire ses excuses, sur ce qu’il n’avoit pû se trouver à la teste de sa troupe. À l’entrée de la nuit je trouvay au bourg de Wollen quantité de feux allumés et une affluence de Peuple qui buvoit et dansoit autour, m(e) reçut avec les cris de la Nation. Il s’y étoit rendu trente ou quarante personnes de Londres tant de l(a) noblesse que de la bourgeoisie que la joye et curios(ité) y avoient attiré et qui s’étant mesler dans la joy(e) du Peuple et joints aux gens de ma suite, m’acompag(noit) jusqu’à Londres »[36].

Partout sur son chemin, le duc d’Aumont est escorté par de nombreuses compagnies de gardes issus de différents corps d’armée, il peut s’agir d’une manière, pour les dirigeants britanniques, de distinguer ou d’honorer chaque corps d’armée, mais aussi de faire voir la variété, le nombre et la puissance des forces militaires de la nation à un représentant étranger, ennemi d’hier, et peut-être de demain. L’envoyé de Torcy est aussi accueilli avec une grande ferveur populaire en Grande-Bretagne, il témoigne de « la joye du Peuple » qui l’acclame lors de son passage. Les démonstrations de joie et la fête qui en résulte peuvent apparaître étranges pour célébrer l’arrivée du représentant d’un roi, Louis XIV, qui semble honni par la nation toute entière, comme en témoigne l’historiographie britannique. Il faut, peut-être, voir ici une diabolisation excessive de la figure de Louis XIV et de la France dans l’historiographie britannique[37], qui ne retient de la Guerre de Succession d’Espagne que la figure héroïque du duc de Marlborough, et qui méprise a posteriori la paix issue des traités d’Utrecht. Ainsi, si on peut supposer une certaine exagération de la part du duc d’Aumont dans sa description d’un peuple britannique en liesse sur son passage et scandant presque le nom du roi de France, « le peuple ne parloit que de votre Majesté, de la Reyne et de la Paix »[38], on peut tout de même considérer que la perspective de la concrétisation d’une paix, après une douzaine d’années de conflit, entre la France et la Grande-Bretagne soit un motif de réjouissance important pour l’opinion publique britannique : « Un Peuple amateur des nouveautés et las de la guerre regarde avec complaisan(ce) surtout dans ce temps cy, un Ministre de votre Ma(jes)té »[39].

L’ambassadeur de Louis XIV est donc arrivé dans la soirée du 14 janvier dans la capitale britannique, il est reçu à quelques kilomètres de l’entrée de la ville de Londres, dans le faubourg de Blackheath, par un gentilhomme au service de Lord Dartmouth et par l’abbé Gaultier, envoyé du roi de France à Londres : « Je trouvay à Blackheath qui est à quatre ou cinq mil de la ville, un gentilhomme de Milord Dartmouth[40] et l’abbé Gaultier[41] »[42]. La ville de Londres devient à la fin du XVIIe siècle et au début du XVIIIe siècle, la ville la plus peuplée d’Europe, en dépassant les 500 000 habitants vers 1690[43]. On peut penser que, c’est par le biais de cette population londonienne fort importante que le duc d’Aumont perçoit la ville et le peuple britannique, et prend conscience de son importance, et c’est pourquoi il écrit à Louis XIV : « J’entray dans Londres sur les huit heures du soir, et depuis le commencement du faubourg de Southwark jusqu(‘à) ma maison, c’est-à-dire d’un bout de la ville à l’au(tre) le concours du Peuple fut si grand et si tumultu(eux) que je crus n’y arriver jamais »[44]. On peut cependant relativiser la foule que constitue le peuple britannique, qui en plein mois de janvier au cœur de l’hiver ; avec des températures moyennes assez basses comprises entre 1°C et 7°C, en se fiant aux relevés météorologiques les plus anciens[45] ; ne s’est pas forcément déplacé en masse, on le sait les hivers du début du XVIIIe siècle sont particulièrement difficiles, on pense notamment au « Grand hyver » de 1709-1710, où les températures étaient si basses que le vin gelait dans les carafes à Versailles[46]. Ainsi, à moins que les Londoniens n’aient été fortement incités à sortir accueillir avec force et enthousiasme, l’ambassadeur de France pour son arrivée en Grande-Bretagne, ce qui est tout à fait possible, il semble qu’il faille relativiser la scène de liesse que nous dépeint le duc d’Aumont. Il se peut très bien que dans son rapport à Louis XIV, le duc d’Aumont mette en avant la popularité du roi de France, dans le but possiblement de gagner ses faveurs :

« J’avoüe, Sire, que je fus ravy de l’embaras, dans tous les mouvements et les cris, le peuple ne parloit que de votre Majesté, de la Reyne et de la Paix. Oserais-je dire que j’y entrois pour quelque chose ? Un Peuple amateur des nouveautés et las de la guerre regarde avec complaisan(ce) surtout dans ce temps cy, un Ministre de votre Ma(jes)té »[47].

Il semblerait cependant que la présence importante des Londoniens ne soit pas nécessairement une exagération puisqu’il en fait part aussi à Monsieur de Torcy, dans sa lettre datée du 18 janvier, où il évoque aussi l’atmosphère de Londres, de ses fumées et de ses brouillards, le célèbre fog londonien :

« Je ne seais pas si vous avez compté que je serois exposé a de si longues et de si furieuses acclamatio(ns) je vous avoüe cependant que je ne m’en ennuyer point et que j’ayme autant ces premiers cris du Peuple que ma musique, tout ce que je désirerois, ce seroit que le broüillard, l’air, et la fumée du charbon ne me prissent pas si fort à la gorge »[48].

On constate par cette évocation que la ville de Londres est très tôt industrialisée, avec une industrialisation précoce qu’on peut remarquer avec l’utilisation du charbon, dans le chauffage des foyers par exemple.

2. Londres et la Cour de Saint-James, les premières impressions du duc d’Aumont et sa rencontre avec la « Reyne de la Grande-Bretagne et ses Ministres »

Une fois arrivé à Londres, le duc d’Aumont s’installe dans la demeure londonienne du duc de Powis[49], que ce dernier met à sa disposition. À peine est-il arrivé que l’ambassadeur de France est assailli par les ministres de la reine de Grande-Bretagne, ce qui peut être considéré comme une distinction de l’importance diplomatique et géopolitique du royaume de France, en Europe. Il y a fort à parier que l’envoyé du duc de Parme ou celui du margrave de Bade ne soit pas reçu avec autant de considération que le duc d’Aumont, qui est de fait le représentant d’un État plus puissant, que le territoire d’un prince italien ou allemand. Toujours est-il que dès son arrivée dans la capitale britannique, l’envoyé de Torcy est visité par lord Dartmouth, et se trouve convié à souper chez le ministre en charge des affaires étrangères britannique, lord Bolingbroke[50] :

« J’étois à peine arrivé chez moy, que Milord D’armouth me rendit sa visite et ensuite m’amena souper chez luy avec Milord Bolingbroke. Ces deux Ministres qui avoient vu avec une extrême satisfaction la façon dont le peuple m’avoit reçu me témoignèrent à leur tour leur joye et leur respectue(ux) dévoüement à votre Majesté. On ne seauroit trop dire de bien de ce dernier. Personne ne me paroist si capable, si vray, ny plus accrédité que luy »[51].

Dès le soir même de son arrivée, la mission du duc d’Aumont débute sans qu’il n’ait eu le temps de se reposer de son voyage, il entre ainsi en contact direct avec l’un de ses interlocuteurs principaux, le vicomte Bolingbroke, dont il donne à Versailles ses impressions dans un registre très laudatif en évoquant qu’on ne saurait « trop dire de bien » de Bolingbroke, et qu’il apparaît comme « capable » et « vray » comme personne.

Le lendemain de son arrivée, à savoir le 15 janvier, l’ambassadeur de France se met rapidement à la tâche qui lui incombe, à savoir négocier la paix entre les deux nations qui bordent la Manche. Pour ce faire, le duc d’Aumont prend le parti de rencontrer un autre envoyé étranger, son homologue espagnol, le marquis de Monteleon[52], envoyé par Philippe V d’Espagne pour tenter de détacher la Grande-Bretagne de l’alliance autrichienne. Le représentant du roi d’Espagne, présent à Londres depuis plus longtemps que le duc d’Aumont se charge de l’informer et de le mettre en garde quant à la situation politique et aux dispositions des ministres de la Grande-Bretagne : « Le lendemain de mon arrivée je vis M(onsieu)r de Monteleon pour commencer à entrer en matière et tirer de luy les éclaircissemens que le séjour qu’il avoit fait à Londres le mettoit à portée de me donner » [53]. Plus tard dans la journée du 15 janvier, l’envoyé de Louis XIV se rend chez le principal ministre de la reine Anne, le comte d’Oxford, Robert Harley[54], que le duc d’Aumont désigne par sa fonction principale, « Milord Grand Trésaurier ». L’ambassadeur de France rend ainsi visite au Grand Trésorier de la Reine, seulement ce dernier se trouve indisposé et ne peut pas le recevoir : « Ce même jour j’allay chez Milord Grand Trésaurier, il avoit depuis quelques jours une fluxion sur la poitrine qui allarmoit ses amis et qui ne luy permit pas de recevoir ma visite »[55]. Néanmoins le duc d’Aumont a pu rencontrer le comte d’Oxford, sous trois jours, puis que dans sa lettre du 18 janvier indique qu’il a pu faire sa connaissance, et il en donne ses premières impressions :

« je l’ay vu depuis et il m’est ve(nu) voir aussytôt qu’il l’a pû. Il m’a toujours témoig(ner) avec les expressions les plus vives et les plus respectue(uses) qu’il n’avoit point de passion plus ardente que ce(la) de mériter l’estime et la confiance de votre Ma(jesté) et de concevoir à sa Satisfaction dans tout ce q(ui) dépendroit de luy »[56].

Lorsque le duc d’Aumont rencontre un gentilhomme d’un rang similaire au sien, comme c’est le cas de « Milord Grand Trésaurier », il lui témoigne un profond respect et une galanterie de rigueur, qui est, on l’a démontré plus avant, le reflet d’une époque et d’un certain ordre social, celui de la noblesse. Mais en tant que représentant du roi de France, le duc d’Aumont doit également témoigner de ces sentiments au nom de son maître, il est la voix de Louis XIV à Londres et auprès des dirigeants britanniques, ainsi on peut déduire des courriers écrits par le pair de France, que le roi, son maître, entend établir une « entente cordiale » avec les dirigeants de la nation britannique.

« Je l’ay fort assuré de la considéra(tion) que votre Ma(jes)té avoit pour luy personellement, persuadée de ses bonnes intentions et touchée infini(ment) de tout ce qu’il avoit fait jusqu’icy pour l’avancement d’une Paix qui étoit en quelque sorte son ouvrage »[57].

Ainsi, en seulement quelques jours dans le royaume de Grande-Bretagne, l’ambassadeur de Louis XIV a pu faire la connaissance de ses principaux interlocuteurs, qui comptent parmi les personnages les plus importants de la nation britannique, dont notamment le principal ministre et grand trésorier, Harley, et le ministre en charge des relations étrangères et de la guerre, Saint-John. Le duc d’Aumont évoque également ses rencontres avec divers membres du Conseil de la Reine, dont « M(iste)r Coock vice Chambellan[58] de la Reyne » ou encore « le duc de Buckingham[59] qui m’a accablé des fausses politesses d’un vieux courtisan tel que luy », dont il rend un portrait plus ou moins détaillé, et parfois peu flatteur à Louis XIV, comme c’est le cas du duc de Buckingham, presque décrit comme un vieux manipulateur hypocrite. Il lui reste cependant à être introduit de manière officielle auprès du plus illustre personnage du royaume, « sa Majesté Britannique », la reine Anne.

Doucement, l’ambassadeur de France tisse sa toile fil après fil, au fur et à mesure des rencontres qu’il fait en appliquant le précepte suivant, qu’il écrit lui-même dans une lettre adressée au roi de France, « il s’agit de bien traitter les gens que l’on veut gagner »[60] ; ainsi le duc d’Aumont applique par ces quelques mots les principes politiques du cardinal Mazarin, qu’il met en avant dans son Bréviaire des politiciens[61]. Dans la citation précédente on peut constater que sur les cinq grands principes politiques de Mazarin (1-simule, 2-dissimule, 3-ne te fie à personne, 4-dis du bien de tout le monde, 5-prévois avant d’agir), l’ambassadeur de France utilise notamment le quatrième principe en disant du bien de tous ou presque, mais également le premier en simulant, de façon consciente ou non, une entente parfaite avec les ministres de Grande-Bretagne. Il s’agit là du jeu de la diplomatie, un jeu de dupes, où les plumes sont parfois plus acérées que les épées, où un mot possède une force de destruction plus importante qu’une salve de canons.

Après un premier échec dans sa demande d’audience à la Reine Anne, du fait d’une indisposition de la reine à recevoir « parce qu’elle étoit incomodée ayant eû la goutte qu’elle a mesme encore à la main »[62], le duc d’Aumont se voit accorder une audience particulière, qui d’après lui possède des allures d’audience publique, par l’importance de sa suite : « Je me rendis chez la Reyne avec une nombreuse suite de français qui donnoient à l’audience particulière que j’attendois, l’air et l’appareil d’une audiance publique »[63]. Dans son rapport pour Versailles, l’envoyé de Torcy relate ainsi son audience avec la reine :

« Sa Ma(jes)té Britannique habite un Palais qui n’imp(ose) point et n’est respectable que par sa présence. Je trouvay dans l’antichambre Mylord D’armouth qui m’y attendoit il alla avertir la Reyne et après m’avoir introduit dans son Cabinet, il e(st) sortit et me laissa seul avec elle, elle étoit dans un fauteuil dont elle se leva pour recevoir le compliment et la lettre dont j’avois l’honneur d’être chargé, elle répondit de la façon que je le désirois pour votre Ma(jes)té après luy avoir levé l’embaras d’un compliment arangé, la conversation devint plus facile, elle me demanda des nouvelles de la Santé de votre Ma(jes)té et de celle de M(onsieu)r le Dauphin[64]. Je l’assuray que votre Ma(jes)té se portoit bien, et que tous les voëux des Français étoient pour votre conservation et la sienne. Elle me répéta plusieurs fois, Sire, que vous n’aviez point d’amie ny de parente qui eust pour votre Ma(jes)té plus de considérat(ion) ny plus de respect, qu’elle avoit un véritable désir d’en mériter l’amitié sur laquelle elle avoit tant de raison de compter, je pris alors la liberté de luy parler des avantages réciproques qui naissoie(nt) de l’intelligence entre deux Couronnes si respectabl(es) et la nécessité de cette réunion pour le bien des deux Nations. […]  La Reyne m’ayant donné occasion elle même d’avoir une audiance plus longue qu’à l’ordinaire, je pris la liberté de la suplier de trouver bon que les Français qui étoient à ma suite, eussent la satisfaction de la voir et l’honneur de luy faire la révérence, je l’assuray qu’ils ne me pardoneroient jamais si je n’abusois pas jusques là de sa bonté elle se porta avec joye à cette complaisance et j’en fis entrer quelques-uns.
Je restay encore un moment seul avec elle, je luy demanday la permission de luy faire ma cour comm(e) le plus zélé des Anglais, sa réponse fut extrêmement flatteuse pour moy, après quoy je me retiray ».[65]

Queen Anne adressing the House of Lords, Peter Tillemans, Royal Collection, Londres, v.1708.

Au travers de ce récit fait de l’audience accordée à l’ambassadeur de France par la reine de la Grande-Bretagne, il convient de constater que ces audiences obéissent à un cérémonial très strict et réglé sur mesure, où l’ambassadeur étranger remet au souverain, les compliments et lettres que son maître lui ordonné de transmettre pour débuter sa représentation. Parmi cet échange de politesses, la reine de Grande-Bretagne s’enquiert de la santé du roi de France et de son Dauphin. Cela peut sembler anecdotique et être vu comme une simple formule de politesse, mais Louis XIV est un monarque très âgé en 1713, il a 75 ans et règne depuis sept décennies sur le royaume de France. Par ailleurs son seul héritier direct, le Dauphin, est un enfant d’à peine trois ans, à une époque où la mortalité infantile est extrêmement élevée, 35 à 40 enfants pour mille[66]. L’hiver de 1711-1712, qui précéda l’ambassade du duc d’Aumont a tué trois héritiers du roi en seulement quelques mois, un terrible hiver pour la maison de France, surnommé « l’année des quatre Dauphins »[67]. Le quatrième et dernier Dauphin (le futur Louis XV), n’est donc vraiment pas assuré de le rester bien longtemps, et cela suscite une réelle inquiétude pour les Britanniques, d’autant que ce décès placerait le roi d’Espagne, Philippe V, en héritier direct de la couronne de son grand-père.  Il ne s’agit donc pas là d’une marque d’attention polie et désintéressée mais véritablement d’une préoccupation pour l’Europe entière.

Le duc d’Aumont présente une image d’une souveraine bienveillante et extrêmement cordiale, néanmoins il insiste sur le fait que la reine de Grande-Bretagne demeure dans un palais qui n’est pas digne d’elle : « Sa Ma(jes)té Britannique habite un Palais qui n’imp(ose) point et n’est respectable que par sa présence ». Il est vrai que le palais Saint-James, où est établie la Cour royale, dans lequel la reine Anne donne des audiences publiques et privées, où elle reçoit ses conseillers, les pairs du royaume et les ambassadeurs étrangers, comme c’est le cas du duc d’Aumont ; ne ressemble pas à Versailles et que son faste et sa magnificence impressionne moins que le palais du roi de France. C’est sans doute avec cette comparaison en tête que le duc d’Aumont considère que le palais Saint-James « n’impose point » le respect qu’il devrait. Il convient de noter que le palais de Whitehall, qui abritait le pouvoir royal jusqu’en 1698, a été victime d’un incendie, il s’agissait là d’un des palais les plus imposants d’Europe, mais il n’a pas été reconstruit.

[1] BÉLY Lucien, Espions et ambassadeurs au temps de Louis XIV, Paris, Fayard, 1990, p. 905. (Chapitre III : Les voyageurs du Prince, p. 351-372).

[2] BnF, Ms. Fr. 10714, f°1 : le duc d’Aumont à M. de Torcy, Boulogne-sur-Mer, 20 décembre 1712.

[3] Charles Talbot, duc de Shrewsbury (1660-1718), ambassadeur de la reine Anne en France, durant la négociation bilatérale de la paix d’Utrecht, à l’issue de la Guerre de Succession d’Espagne.

[4] BnF, Ms. Fr. 10714, f°1 : le duc d’Aumont à M. de Torcy, Boulogne-sur-Mer, 20 décembre 1712.

[5] BnF, Ms. Fr. 10714, f°4 : Louis XIV au duc d’Aumont, Versailles, 29 décembre 1712.

[6] BnF, Ms. Fr. 10714, f°5 : Torcy au duc d’Aumont, Versailles, 29 décembre 1712.

[7] ELIAS Norbert, Du temps, Paris, Fayard, 1984, p. 223.

[8] BnF, Ms. Fr. 10714, f°2 : le duc d’Aumont à M. de Torcy, Boulogne-sur-Mer, 21 décembre 1712.

[9] BnF, Ms. Fr. 10714, f°3 : le duc d’Aumont à M. de Torcy, Boulogne-sur-Mer, 26 décembre 1712.

[10] BnF, Ms. Fr. 10714, f°1 : le duc d’Aumont à M. de Torcy, Boulogne-sur-Mer, 20 décembre 1712.

[11] BnF, Ms. Fr. 10714, f°2 : le duc d’Aumont à M. de Torcy, Boulogne-sur-Mer, 21 décembre 1712.

[12] LE BON Gustave, Psychologie des foules, Paris, PUF, 1895, p. 144.

[13] BnF, Ms. Fr. 10714, f°1 : le duc d’Aumont à M. de Torcy, Boulogne-sur-Mer, 20 décembre 1712.

[14] BnF, Ms. Fr. 10714, f°2 : le duc d’Aumont à M. de Torcy, Boulogne-sur-Mer, 21 décembre 1712.

[15] HERDER Johann Gottfried (von), Une autre philosophie de l’histoire pour contribuer à l’éducation de l’humanité : contribution à beaucoup de contributions du siècle, Paris, Aubier, 1774, p. 369.

[16] BnF, Ms. Fr. 10714, f°7 : le duc d’Aumont à M. de Torcy, Boulogne-sur-Mer, 2 janvier 1713.

[17] BÉLY Lucien, Espions et ambassadeurs au temps de Louis XIV, Paris, Fayard, 1990, p. 905. (p. 634)

[18] BnF, Ms. Fr. 10714, f°4 : Louis XIV au duc d’Aumont, Versailles, 29 décembre 1712.

[19] BnF, Ms. Fr. 10714, f°6 : le duc d’Aumont à Louis XIV, Boulogne-sur-Mer, 2 janvier 1713.

[20] Ibid.

[21] BACON Francis, Meditationes Sacrae, New York, R. Worthington, 1597.

[22] BnF, Ms. Fr. 10714, f°7 : le duc d’Aumont à M. de Torcy, Boulogne-sur-Mer, 2 janvier 1713.

[23] BnF, Ms. Fr. 10714, f°5 : Torcy au duc d’Aumont, Versailles, 29 décembre 1712.

[24] BnF, Ms. Fr. 10714, f°7 : le duc d’Aumont à M. de Torcy, Boulogne-sur-Mer, 2 janvier 1713.

[25] BnF, Ms. Fr. 10714, f°8 : Louis XIV au duc d’Aumont, Versailles, 9 janvier 1713.

[26] BnF, Ms. Fr. 10714, f°9 : Torcy au duc d’Aumont, Versailles, 9 janvier 1713.

[27] BnF, Ms. Fr. 10714, f°10 : le duc d’Aumont à M. de Torcy, Boulogne-sur-Mer, 9 janvier 1713.

[28] FEBVRE Lucien, Le problème de l’incroyance au XVIe siècle. La religion de Rabelais, Paris, Albin Michel, 1942, p. 547.

[29] BnF, Ms. Fr. 10714, f°10 : le duc d’Aumont à M. de Torcy, Boulogne-sur-Mer, 9 janvier 1713.

[30] Ibid.

[31] BnF, Ms. Fr. 10714, f°10 : le duc d’Aumont à M. de Torcy, Boulogne-sur-Mer, 9 janvier 1713.

[32] Ibid.

[33] BnF, Ms. Fr. 10714, f°10 : le duc d’Aumont à M. de Torcy, Boulogne-sur-Mer, 9 janvier 1713.

[34] Ibid.

[35] BnF, Ms. Fr. 10714, f°12 : le duc d’Aumont à Louis XIV, Londres, 18 janvier 1713.

[36] BnF, Ms. Fr. 10714, f°12 : le duc d’Aumont à Louis XIV, Londres, 18 janvier 1713.

[37] CHURCHILL Winston, Marlborough, his Life and Times, Londres, George G. Harrap, 1933-1938, 4 tomes.

[38] BnF, Ms. Fr. 10714, f°12 : le duc d’Aumont à Louis XIV, Londres, 18 janvier 1713.

[39] Ibid.

[40] William Legge (1672-1750), comte de Dartmouth, homme d’État britannique, secrétaire d’État pour le Sud (Secretary of State for the South) et garde des sceaux pour l’Écosse (Joint Keeper of the Signet for Scotland) entre 1710 et 1713, puis en 1713, Lord du sceau privé de la Reine Anne (Lord Keeper of the Privy Seal).

[41] L’abbé Gaultier est un envoyé officieux de France à Londres, chargé d’établir les préliminaires de paix en 1712 avec la Grande-Bretagne, il seconde le duc d’Aumont dans les négociations de paix.

[42] BnF, Ms. Fr. 10714, f°12 : le duc d’Aumont à Louis XIV, Londres, 18 janvier 1713.

[43] BAIROCH Paul, De Jéricho à Mexico : Villes et économie dans l’histoire, Paris, Gallimard, 1985, p. 708.

[44] BnF, Ms. Fr. 10714, f°12 : le duc d’Aumont à Louis XIV, Londres, 18 janvier 1713.

[45] Données du Met Office, institut de météorologie britannique, période 1961-1990, Kew Gardens.

[46] OURY Clément, La Guerre de Succession d’Espagne, La fin tragique du Grand Siècle (1701-1714), Paris, Tallandier, 2020, p. 518.

[47] BnF, Ms. Fr. 10714, f°12 : le duc d’Aumont à Louis XIV, Londres, 18 janvier 1713.

[48] BnF, Ms. Fr. 10714, f°13 : le duc d’Aumont à M. de Torcy, Londres, 18 janvier 1713.

[49] William Herbert (1660-1745), marquis de Powis, homme d’État britannique, proche du parti jacobite. Dans sa correspondance le duc d’Aumont le qualifie de « Duc de Powis », bien qu’il ne soit pas confirmé que Powis possède un titre ducal, c’est par ce prédicat qu’il sera désigné ici.

[50] Henry Saint John (1678-1751), vicomte de Bolingbroke, homme d’État britannique, membre du parti Tory, il fut secrétaire d’État à la guerre et secrétaire d’État aux affaires étrangères durant la Guerre de Succession d’Espagne. Il est l’un des principaux ministres de la Reine Anne.

[51] BnF, Ms. Fr. 10714, f°12 : le duc d’Aumont à Louis XIV, Londres, 18 janvier 1713.

[52] Isidro Casado de Acevedo y Rosales (1667-1739), marquis de Monteleon, représentant de Philippe V d’Espagne à Londres.

[53] BnF, Ms. Fr. 10714, f°12 : le duc d’Aumont à Louis XIV, Londres, 18 janvier 1713.

[54] Robert Harley (1661-1724), comte d’Oxford, homme d’Etat britannique, membre du parti Whig puis membre du parti Tory à partir de 1701, chef du gouvernement, principal ministre de la Reine Anne et Lord Grand Trésorier entre 1710 et 1714.

[55] BnF, Ms. Fr. 10714, f°12 : le duc d’Aumont à Louis XIV, Londres, 18 janvier 1713.

[56] Ibid.

[57] BnF, Ms. Fr. 10714, f°12 : le duc d’Aumont à Louis XIV, Londres, 18 janvier 1713.

[58] Thomas Coke (1674-1727), homme d’Etat britannique et conseiller privé de la Reine Anne en tant que Vice-Chambellan.

[59] John Sheffield (1649-1720), duc de Buckingham, homme d’Etat britannique. Il est fait duc de Buckingham et Lord du conseil privé par la Reine Anne en 1703, et devient Lord Président du Conseil privé en 1710.

[60] BnF, Ms. Fr. 10714, f°12 : le duc d’Aumont à Louis XIV, Londres, 18 janvier 1713.

[61] MAZARIN Jules, Bréviaire des politiciens, éd. d’Umberto Eco, Paris, Arléa, 1997, p. 138.

[62] BnF, Ms. Fr. 10714, f°12 : le duc d’Aumont à Louis XIV, Londres, 18 janvier 1713.

[63] Ibid.

[64] Le 18 janvier 1713, le Dauphin de France est Louis, duc d’Anjou, futur Louis XV, arrière-petit-fils de Louis XIV, il occupe ce titre depuis les morts successives de son grand-père (Louis Le Grand Dauphin) en 1711, de son père (Louis, duc de Bourgogne) en 1712 et de son frère aîné (Louis, duc de Bretagne) la même année.

[65] BnF, Ms. Fr. 10714, f°12 : le duc d’Aumont à Louis XIV, Londres, 18 janvier 1713.

[66] MINVIELLE Stéphane, La famille en France à l’époque moderne, XVIe-XVIIIe siècle, Paris, Armand Colin, 2010, p. 304.

[67] CHALINE Olivier, L’année des quatre Dauphins, Paris, Flammarion, 2009, p. 218.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Thomas QUEFFELEC (22 novembre 2023). Le voyage du duc d’Aumont, ambassadeur du Royaume de France, un périple entre Boulogne et Londres (1712-1713). Master civilisations, cultures et sociétés. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/r9ra


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search