Illustrer l’historiographie érudite du début du XIXe siècle, par l’exemple des illustrations de l’Histoire de la petite Bretagne, de l’abbé F.G.P.B. Manet en 1834.

Portrait de l’abbé F.G.P.B. Manet, « Prêtre, ancien chef de l’Institution de St Malo », Histoire de la petite Bretagne, tome 1, p. II

L’illustration au sens de figure ornant un texte imprimé naît au XIXe siècle. Jusqu’alors, les ouvrages imagés étaient des « livres à figures », ou « livres ornés », pouvant contenir diverses planches de gravures. En même temps se développent les recherches linguistiques, archéologiques et historiques, grâce à la fondation de sociétés savantes à travers l’ensemble du territoire. Parallèlement, l’intérêt porté au patrimoine et aux monuments historiques prend son essor dans les années 1830. Cet intérêt peut se retrouver dans les illustrations de certaines productions érudites du début de siècle, dont l’ouvrage de Manet.

Après la Révolution, le contexte historiographique connaît un renouveau, notamment dû à la création de sociétés savantes rassemblant des érudits s’intéressant à divers domaines. Les études linguistiques, archéologiques et historiques se multiplient à travers l’Europe, où les nations se forment et cherchent à exhumer leurs origines. Dès lors, la France ne fait plus remonter le commencement de son histoire à Clovis mais aux Gaulois, et s’intéresse à son passé celtique et ses vestiges. Parmi ceux-ci, les sites mégalithiques sont associés à cet héritage des Celtes, et la Bretagne devient le premier champ de recherche en cette matière.

Ainsi sont publiés nombre d’ouvrages et de comptes-rendus sur l’histoire de la Bretagne par des érudits, historiens, archéologues, prêtres ou écrivains, dont Edouard Richer1, Pierre Daru2, Prudence-Guillaume de Roujoux3, et l’abbé Pierre Brouster4, pour qui les travaux des mauristes restent les principales références. Leurs ouvrages et ceux de leurs contemporains sont peu imagés. La majorité des illustrations sont des généalogies ou des listes, qui se font par la mise en page, tandis que bandeaux, fleurons et culs-de-lampes abstraits ornent les chapitres, n’ayant pour seule représentation d’éléments historiques que les armes des ducs de Bretagne. D’autres contiennent cependant des planches en hors texte, dont le contenu, parfois singulier, cherche à montrer la vraisemblance d’un passé connu par diverses sources matérielles. C’est le cas d’un ouvrage de l’abbé Manet en deux volumes.

François Manet (1764-1844), prêtre et géographe malouin, est l’auteur de l’Histoire de la petite Bretagne, appelée aussi Bretagne armorique5, en deux volumes publiés en 1834. Ce sont les premiers ouvrages illustrés du corpus concernant la période. Chacun contient une planche imagée pliée au début du livre, ces planches étant constituées en strates suivant un déroulement chronologique. Les signatures indiquent que l’abbé Manet lui-même les a dessinées, et que la lithographie fut réalisée par l’imprimerie Benderitter à Saint Malo. 

La planche du premier volume, L’Armorique sous les Gaulois et sous les Romains (voir Figure 1), superpose quatre scènes :

  • « Pierres druidiques répandues en divers lieux de la Bretagne »
  • « Vue d’une partie du monument de Carnac »
  • « Lieu où la flotte de Jules César, sortie de la Loire, vint attaquer et mettre en déroute celle des Vénètes »
  • « Conquête de l’Armorique par Maxime et Conan Mériadec

La première scène montre diverses structures mégalithiques types, ainsi que des « Alphabets présumés celtiques », le tout étant légendé6

La deuxième case montre quant à elle un paysage dessiné, résumé aux grandes lignes composant le lieu représenté, où un alignement de mégalithes se tient devant une butte surmontée d’un bâtiment (« Mont St Michel »), et un village (« Carnac Bourg »). Une flèche indique l’orientation du paysage.

La troisième est une représentation cartographique allant de la presqu’île de Quiberon à l’embouchure de la Loire, des navires occupant tout l’espace maritime. 

La dernière scène est un paysage où se dresse un fort en arrière-plan, et la mer où se trouvent des navires et des barques pleines d’hommes semblant se diriger vers le rivage. Au premier plan, deux rangées d’hommes en armure se font face.

Le passé représenté par ces planches se focalise uniquement sur l’Antiquité celte puis romaine. Les Celtes sont montrés par leurs monuments dits « druidiques », d’abord de manière générale en présentant leur diversité, puis en s’intéressant au site de Carnac, sans donner davantage de détails sur les alignements de mégalithes.

À cette antiquité celtique succède l’époque romaine par la conquête de Jules César, symbolisée ici par l’épisode de la bataille navale entre la flotte romaine et celle de la tribu des Vénètes. Seule la légende et la présence des petits navires permettent d’assimiler cette partie de la planche à ladite bataille, d’autant que les noms des localités sont contemporains de Manet. 

Enfin, la dernière case représente le combat de Maxime et de Conan Mériadec contre les Armoricains. Le personnage de Conan Mériadec apparaît pour la première fois dans les écrits de Geoffroy de Monmouth puis chez des historiens médiévaux, dont Pierre Le Baud, qui en font le premier roi de la Bretagne armoricaine. Avec Maxime, général romain devenu usurpateur par ses troupes bretonnes qui le font empereur en 383, ils rassemblent une flotte depuis la Bretagne insulaire et débarquent en Armorique. Ils y affrontent les armées locales et ravagent la région. La vignette reprend le bandeau du premier livre de l’Histoire de Bretagne de Dom Morice7, avec le château en fond, les navires placés sur la droite, et les deux armées de part et d’autre d’une plaine. 

Cet événement marquerait la naissance du royaume de Bretagne, dans la continuité d’une certaine historiographie attachée au personnage de Conan Mériadec, s’inscrivant dans un débat quant aux origines de la Bretagne et à l’existence du personnage. La question oppose ainsi les érudits8, qui préfèrent suivre les écrits de Dom Morice favorisant les débuts de la Bretagne sous Conan Mériadec, ou ceux de Dom Lobineau qui lui préfèrent la thèse des migrations des Bretons insulaires jusqu’en Armorique, y implantant le christianisme.

Figure 1 – Manet F.-G.-P.-B., « Planche II », Histoire de la Petite Bretagne, tome 1, n.p.

La planche du second volume, L’Armorique sous les Grands-Bretons et sous les Français (voir Figure 2), montre trois cartes de l’Armorique : 

  • « L’Armorique sous les Gaulois ou Celtes, et sous les Romains »
  • « L’Armorique à l’époque de 1789 »
  • « L’Armorique actuelle, dont chaque Département forme un Diocèse sous la Métropole de Tours »

Les contours des cartes sont approximatifs, changeant de l’une à l’autre, tandis que l’on retrouve cette stratification chronologique. Ce sont d’abord les noms des tribus gauloises qui y sont inscrits, puis ceux des évêchés, et finalement des départements. Si quelques villes, cours d’eau et points de reliefs sont dessinés, les éléments géographiques sont plutôt négligés, de manière à insister sur une conception politique ou administrative du territoire et de son histoire.

Cette idée de segmentation de l’histoire en phases successives d’occupations se retrouve dans les titres des deux ouvrages, ainsi que dans la première planche où les représentations de batailles indiquent une rupture, et le passage de la péninsule sous une nouvelle domination. Les Celtes seraient ainsi les premiers habitants de la région, remplacés par les Romains, puis par Conan Mériadec qui en fait un royaume. Ce royaume est l’origine de la Bretagne armoricaine, divisée en diocèses qui disparaissent avec la Révolution pour être remplacés par des départements. Cette succession des temps est également religieuse, d’abord païenne, chrétienne, puis laïque.

Figure 2 – Manet F.-G.-P.-B., « Planche I », Histoire de la Petite Bretagne, tome 2, n.p.

Par cette conception de l’histoire suivant une succession linéaire de phases, il ne serait pas inintéressant de rapprocher ces planches illustrées des taolennou9, ou tableaux de mission, utilisés depuis l’époque moderne par les prédicateurs de la région pour évangéliser les populations, parfois sous forme de cartes métaphoriques. Les dessins de Manet n’ont pas cette fonction, mais auraient pu être inspirés par la composition de certains taolennou, de même qu’ils le furent par l’ouvrage de Dom Morice, et potentiellement les diverses gravures représentant le site de Carnac par des voyageurs et érudits en ce début de siècle, comme Cambry et ses Monumens celtiques et recherche sur le culte des pierres10 (voir Figure 3).

Ces deux planches montrent également la proximité qu’aurait pu avoir François Manet avec la celtomanie, les sociétés savantes et l’archéologie, par la volonté de montrer les monuments anciens selon une certaine typologie, et même de proposer une reconstitution d’alphabets celtiques et de la prononciation des caractères. Enfin, un apport singulier à ces illustrations pourrait être l’intérêt personnel de Manet pour la géographie11, celles-ci se focalisant davantage sur les sites et éléments de paysage que sur les événements.

Dans un style unique, ces illustrations de Manet présentent une conception particulière de l’histoire de la Bretagne qu’auraient pu partager d’autres érudits et ecclésiastiques de cette période. On retrouve en effet des planches similaires, généralement placées en fin d’ouvrage, par exemple chez Jacques Cambry12 ou chez Joseph Mahé13, le président de la Société polymathique du Morbihan, dans dans son Essai sur les antiquités du département du Morbihan, qui présentent tous les deux des dessins explicatifs de monuments mégalithiques.

Figure 3 – S.n., « Planche 5 », Monuments celtiques et recherche sur le culte des pierres, n.p.

L’historiographie du début du siècle, héritée des ouvrages des bénédictins, est relativement peu imagée. Les gravures que l’on y trouve s’inspirent autant de ces derniers que de l’imagerie des milieux érudits. Plus que des périodes dans leur ensemble, les représentations se concentrent sur des éléments précis du passé, notamment des sources matérielles, et se veulent vraisemblables. Cela renforce la vision d’une recherche d’un passé objectif et la quête de sa connaissance totale en suivant la méthode de l’École des Chartes, loin de l’imaginaire romantique qui commence alors à se développer. On retrouve également des planches similaires chez le chevalier de Fréminville14, chez René Kerviler15, ou chez Jules Henri Geslin de Bourgogne et Anatole de Barthélémy16.

  1. Richer Edouard, Précis d’Histoire de Bretagne, Nantes, Mellinet-Malassis, 1821. []
  2. Daru Pierre, Histoire de Bretagne (3 vol.), Paris, F. Didot père et fils, 1826. []
  3. Roujoux Guillaume-Prudence de, Histoire des rois et des ducs de Bretagne (4 vol.), Paris, Ladvocat et Dufey, 1828. []
  4. Brouster, Histoire de Bretagne, Saint-Brieuc, Prud’homme, 1833. []
  5. Manet François-Gilles-Pierre-Barnabé, Histoire de la petite Bretagne, appelée aussi Bretagne armorique (2 vol.), Saint-Malo, E. Caruel, 1834. []
  6. Pour les monuments : « 1. Chêne sacré  2. Sanctuaire  3. Crom-lech  4. Parvis du Temple  5. Cist ou Kist-véar  6. Grotte ou Roche aux Fées, ou Cabinet Druidique  6. Lic’haven, sorte de Dol-men  7. Dol-men ou Table & Autel de Sacrifice  8. Vernemet ou Mall [?]  9. Peulvan, Mann-hir ou Pierre du Tout Puissant  10. Barrow, ou cippe mortuaire  11. Autre tombeau ou Galgal ». 

    Pour les alphabets :  « [Symbole] Répond… [illisible] notre KH ou K, se prononçant du fond du gosier, & [symbole] à nos deux ZZ, se prononçant en sifflant ». []

  7. La Borderie indique dans son Histoire de Bretagne, tome second, Paris, A. Picard / Rennes, J. Plihon et L. Hommay 1898, p.60, que la gravure en bandeau de l’ouvrage de Dom Morice reprend une peinture de la première version manuscrite de l’Histoire de Bretagne de Pierre Le Baud, vers 1480. []
  8. Voir Guiomar J.-Y., Le bretonisme, les historiens bretons au XIXe siècle, Mayenne, Société d’Histoire et d’Archéologie de Bretagne, 1987, p. 28. []
  9. Ces taolennou peuvent se lire à la façon de « bandes dessinées » en plusieurs scénettes, tandis que d’autres, en « cartes itinéraires », se présentent comme des portulans. Voir Roudaut F., Les chemins du paradis, Douarnenez, Le Chasse Marée, 1988, p.73 et p. 88. []
  10. Cambry J., Monumens celtiques et recherche sur le culte des pierres, Paris, Johanneau, 1805. []
  11. Voir la lettre archivée à la Bibliothèque Nationale de France, notice FRBNF 38796945, de Manet à la Société de géographie de Saint-Malo, 14 janvier 1828. Manet écrit pour demander à entrer gratuitement dans la Société. []
  12. Cambry J., Monumens celtiques et recherche sur le culte des pierres, op. cit. []
  13. Mahé J., Essai sur les antiquités du département du Morbihan, Vannes, Galles Aîné, 1825. []
  14. La Poix de Fréminville C.-P., Antiquités de la Bretagne, Brest, Lefournier, 1837. []
  15. Kerviler René, Armorique et Bretagne (3 vol.), Vannes, Lafolye, 1893. []
  16. Barthélémy Anatole de, Geslin de Bourgogne Jules Henri, Anciens évêchés de Bretagne, histoire et monuments (6 vol.), Paris, Dumoulin, 1855-1879. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
mboubeker (3 octobre 2023). Illustrer l’historiographie érudite du début du XIXe siècle, par l’exemple des illustrations de l’Histoire de la petite Bretagne, de l’abbé F.G.P.B. Manet en 1834. Master civilisations, cultures et sociétés. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/r9r4


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search