La création du commissariat à l’énergie atomique : une ambition française.

L’équipe scientifique du CEA en 1946. Assis de gauche à droite : Pierre Auger, Irène Curie, Frédéric Joliot, Francis Perrin, Lew Kowarski, debout de gauche à droite : Bertrand Goldschmidt, Pierre Bicquard, Léon Denivelle, Jean Langevin. © Otto et Pirou

Le début du programme nucléaire français survient avec l’ordonnance du 18 octobre 1945, ayant pour mission de poursuivre les recherches scientifiques et techniques consacrées à l’énergie nucléaire. Cependant l’enjeu est géopolitique, il s’agit d’assurer l’indépendance énergétique de la France. Le CEA est chargée d’entretenir la puissance française à l’international.  La décision est prise par le général de Gaulle, président du Gouvernement provisoire de la République française. Son objectif est de moderniser la France.

L’ordonnance du 18 octobre 1945 crée le Commissariat à l’Énergie Atomique. Il a pour mission de poursuivre les recherches scientifiques et techniques consacrées à l’énergie nucléaire nouvellement découverte. 

Ordonnance du 18 octobre 1945 instituant un Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives, https://www.cea.fr/Pages/le-cea/histoire-creation-CEA.aspx

Avant-guerre, la France était un des pays les plus avancés du monde, notamment dans le domaine des sciences. Irène1 et Frédéric Joliot-Curie2 reçoivent le Prix Nobel pour leur découverte sur la fission de l’atome en 1935. À partir de 1939, plusieurs percées scientifiques concernent l’élaboration d’un explosif nucléaire. Frédéric Joliot-Curie, avec Hans Halban3 et Lew Kowarski4 , démontrent le phénomène de réaction en chaîne à partir de la rupture d’un noyau d’uranium. Des brevets secrets sont déposés par les scientifiques français pour préserver l’exploitation future des recherches, dont l’un d’entre eux concerne « le perfectionnement aux charges explosives.5 » A partir de là, on pourrait donc lier à l’emploi d’une réaction nucléaire explosive à la constitution d’engins à objectif militaire. 

Quand la guerre éclate et que la France est envahie par le Troisième Reich, les scientifiques français expédient vers l’Angleterre les documents scientifiques de leurs découvertes. Durant toute la guerre, ces spécialistes français de la recherche atomique participent à l’effort de guerre des Alliés. Joliot-Curie organise la poursuite de ses recherches dans la clandestinité. Certains de ses associés participent d’ailleurs au projet Manhattan6. Malgré le secret stipulé par le contrat qu’ils ont signé avec leurs équivalents anglo-saxons sur les travaux atomiques, les scientifiques français rencontrent le général de Gaulle à Ottawa en juillet 1944. Bertrand Goldschmidt, chimiste français expose les avancées effectuées :

« Il était impératif à notre avis que le Général fût mis au courant de l’importance de l’affaire… Nous souhaitions qu’il put à la fois tenir compte de l’avantage considérable que représenterait l’arme pour les États-Unis l’éventuelle possession de l’arme nouvelle, prendre en France les mesures nécessaires à une reprise rapide des recherches atomiques et enfin connaître l’existence de ressources d’uranium de Madagascar7. »

L’échange des scientifiques français avec le général de Gaulle peut être envisagé comme une chaînon initial qui amène à la création du CEA, un an plus tard. 

Cela s’inscrit également dans la volonté du renouveau, du redressement ressentie après la défaite de 1940. Comme le signale déjà l’Organisation Civile et Militaire (OCM) dans un article clandestin écrit dès mai 1942 : « Et ce qui est important, c’est que cette unité est durable. Parce que le but de la résistance est, au-delà de la libération et du rétablissement de l’intégrité territoriale de la France, une volonté de grandeur8 »

De plus, le 15 mars 1944, le programme d’action de la Résistance, adopté par le Conseil National de la Résistance (CNR) valide cette ambition. Le Gouvernement provisoire a pour mission de « défendre l’indépendance politique et économique de la nation, rétablir la France dans sa puissance, dans sa grandeur et dans sa mission universelle9. »

Ce même mois de mars 1945, le général de Gaulle reçoit trois textes signés de Raoul Dautry10, alors ministre de la Reconstruction et de l’Urbanisme dans le Gouvernement provisoire de la République française (GPRF). Le ministre attire l’attention du chef du Gouvernement provisoire sur le rôle de l’énergie nucléaire dans la reconstruction du pays. En effet, Raoul Dautry veut que la France se replace dans le circuit des recherches en formant une équipe de travailleurs qui serait placée à la disposition de Frédéric Joliot-Curie.

Concernant les doutes des Alliés sur la politique indépendantiste choisie par la France sur la recherche nucléaire, la conférence de presse du général de Gaulle du 12 octobre 1945 rappelle l’importance pour la France de l’élaboration de la bombe atomique :

« Vous me demandez si nous avons une position quant au fait que la bombe atomique a été élaborée et est gardée en commun par les Américains, les Anglais, les Canadiens. Je vous rappelle que [la bombe atomique] a été, à l’origine, élaborée un peu par des Français. Vous savez qu’au moment où le conflit a éclaté, nos savants, monsieur Joliot-Curie et d’autres, avaient déblayé le problème. Puis, des circonstances tragiques les ont empêchés de poursuivre leurs travaux. Néanmoins, ce qu’ils ont pu faire et ce que le Gouvernement français, auquel j’avais l’honneur d’appartenir en 1940, a pu faire pour procurer aux Alliés les moyens qu’ils avaient en main, n’a pas été inutile dans leurs recherches11. »

Cela conduit donc la France à se doter de son propre organisme national. Après avis du conseil d’État, le chef du gouvernement provisoire signe l’ordonnance du 18 octobre 1945 marquant la création du Commissariat à l’Énergie Atomique. Le texte identifie clairement le rôle du CEA avec les buts à atteindre. Le CEA mène :

« les recherches scientifiques et techniques en vue de l’utilisation de l’énergie atomique dans divers domaines de la science, de l’industrie et de la défense nationale. Il étudie les mesures propres à assurer la protection des personnes et des biens contre les effets destructifs de l’énergie atomique. Il organise et contrôle la prospection et l’exploitation des gisements de matières premières nécessaires. Il réalise, à l’échelle industrielle, les dispositifs générateurs d’énergie d’origine atomique. Il fournit au gouvernement toutes les informations concernant l’énergie atomique et ses applications et, notamment, l’éclaire dans la négociation des accords internationaux. Et en général, il prend toutes les mesures utiles pour mettre la France en état de bénéficier du développement de cette branche de la science12. »

Le CEA est alors le premier organisme civil créé au monde dans le domaine de l’énergie nucléaire. Il entre en service en janvier 1946 et est doté d’une autonomie administrative et financière. Un haut-commissaire à l’énergie atomique, Frédéric Joliot, est chargé de la politique scientifique. Raoul Dautry est, lui, nommé administrateur général délégué du Gouvernement et conduit la politique administrative et financière de ce commissariat. Le personnel, 236 membres fin 1946, atteint 1625 personnes dès 1950. Par ailleurs le budget initial, 500 millions en 1945, atteint 4 milliards en 195013. Le CEA est le seul en France à s’imposer par ses compétences en matière d’atome. La haute technicité de son domaine lui confère une autorité décisionnelle.

Le général de Gaulle accueillit par Robert Galley à Pierrelatte, le 24 septembre 1963 (Photo G. Ménager/ Paris Match).

La France annonce en juin 1946 aux Nations Unies que les recherches françaises sont « purement pacifiques »14. Pourtant, l’ordonnance de 1945 précise que le CEA a la charge de l’utilisation de l’énergie atomique « dans les divers domaines de la science, de l’industrie et de la défense nationale 15. » Si ambiguïté il y a, elle n’est pas dans cette ordonnance. La politique nucléaire française civile et militaire a démarré. 

Le CEA souscrit aux objectifs de la politique de modernisation, de grandeur nationale et de hauteur de rang international. Il parle à l’intérieur comme à l’extérieur. À l’intérieur, il doit accompagner l’industrialisation française qui a besoin d’énergie. À l’extérieur, il doit permettre de démontrer l’indépendance stratégique. L’un ne va surtout pas empêcher l’autre.

Après des guerres qui ont vu la France envahie à trois reprises en 70 ans, l’argument principal de l’arme nucléaire consiste à ne plus connaître d’humiliation, ni d’occupation du territoire national. On peut constater que l’outil qu’est le CEA reflète de plus en plus le style (pré)-gaullien.

Chez les militaires, de nombreux officiers optimisent les recherches du CEA et donc de l’arme atomique. Le lieutenant Lissarrague16, en 1947, demande :  « Que faut-il penser de la bombe atomique ? Au moins ceci : il nous la faut posséder au plus vite ou admettre que notre armée sera toujours vassale d’un allié17. »

Le CEA, sous la direction de Dautry et de Joliot-Curie, est rapidement efficace. Grâce à l’uranium au Maroc, à l’eau lourde obtenue de la Norvège et avec les connaissances sur les piles atomiques18 rapportées du Canada, le CEA réussit à achever sa première pile atomique en un délai de trois ans. En 1948, la pile Z.O.É. (pour Zéro-Oxyde d’uranium-Eau lourde), est une première étape réussie de l’objectif que le général de Gaulle avait fixé à l’organisme. Le projet initial du CEA est d’application et d’essence industrielle tout autant qu’enjeu géopolitique : assurer l’indépendance énergétique de la France.

Visite du président de la république Vincent Auriol accompagné de Frédéric Joliot-Curie et Lew Kowarski – 21 décembre 1948. Inauguration de la pile ZOE, devant le tableau de commande de ZOE. Crédits photo : ©Archives historiques CEA

Le CEA a dès lors dépassé le stade des fondations et s’impose comme un véritable pilier maintenant incontournable de la politique française.

  1. Irène Joliot-Curie (1897-1956), chimiste, physicienne et femme politique française. []
  2. Frédéric Joliot-Curie (1900-1958), chimiste,  physicien, directeur de l’institut du radium et membre de l’Académie des Sciences. []
  3. Hans Halban (1908-1964), physicien français d’origine autrichienne. []
  4. Lew Kowarski (1907-1979), physicien et chimiste naturalisé français, participe au développement des premiers réacteurs français. []
  5. Dominique Mongin, La Directions des Applications Militaires au coeur de la dissuasion nucléaire française, 2020,https://www.cea.fr/presse/Documents/actualites/direction-applications-militaires-cea-dissuasion-nucleaire-france.pdf ( consulté le 28/02/2023 ). []
  6. Nom de code du projet de recherche américain qui produisit la première bombe atomique (1942-1945). []
  7. Aline Coutrot, « La création du Commissariat à l’énergie atomique », Revue française de science politique, n°2, 1981, p. 356. []
  8. Cité dans Robert Belot, « Les atomiciens, la guerre et l’émergence d’une conscience géopolitique des enjeux technoscientifiques » in Céline Jurgensen et Dominique Mongin (dir.), Résistance et Dissuasion, Paris, Odile Jacob, 2018, p. 99.. []
  9. Id []
  10. Raoul Dautry (1880-1951), ingénieur et homme politique français. []
  11.  Exposition Résistance et Dissuasion, archives historiques CEA : https://www.cea.fr/Documents/exposition-resistance-dissuasion-nucleaire ( consulté le 11/04/2023 ). []
  12. Ordonnance n° 45-2563 du 18 octobre 1945 instituant un Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives : https://www.legifrance.gouv.fr/loda/id/JORFTEXT000000521964 ( consulté le 06/03/2023 ). []
  13. Aline Coutrot, « La création du Commissariat à l’énergie atomique », art.Cit. p. 357. []
  14. Nicolas Roche, Pourquoi la dissuasion, Paris, Presses Universitaires de France, 2017, p. 90. []
  15. Ordonnance du 18 octobre 1945 : https://www.cea.fr/Pages/le-cea/histoire-creation-CEA.aspx (consulté le 13/03/2023 ). []
  16. Pierre Lissarrague (1920-2008) est un aviateur français et général de division aérienne. []
  17. Doise Jean et Vaïsse Maurice, Diplomatie et outil militaire en France 1871-2015, Paris, Le Seuil, 2015, p. 367. []
  18. Nom donné aux premiers réacteurs nucléaires. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Kerian BOUTHEMY (3 octobre 2023). La création du commissariat à l’énergie atomique : une ambition française. Master civilisations, cultures et sociétés. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/r9r3


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search