Henri de Rochegude : un officier de la Royale au temps des Lumières

Cette étude se base sur le fonds 94S des archives municipales de Brest. Ce sont des correspondances passives (envoyées à Rochegude). Elles traitent de sa vie de marin au XVIIIe siècle et permettent, en prenant l’exemple précis d’Henri de Rochegude de se faire une idée d’une carrière que l’on pouvait mener au siècle des Lumières.

« Le sujet de mon épître vous paroitra sûrement baroque, quoique très simple, un homme a la plus belle envie du monde de voir la mer, de voyager, de monter un vaisseau […] »1.

L’abbé d’Alais, ancienne forme du nom de la ville d’Alès, intercède ici en faveur d’un proche auprès de Rochegude pour que ce dernier l’embarque sur son navire, ou au moins lui trouve une place sur un autre bâtiment. Cette citation souligne une volonté assez présente chez les Occitans du XVIIIe siècle de travailler en lien avec la mer. Pour le cas présent, Alès n’est qu’à 77 km de la mer tandis qu’Albi, est à 138 km de la première plage, alors qu’elle se trouve être le berceau d’au moins deux personnalités liées à la mer. Jean-François de Galaup, plus connu par le nom de La Pérouse, est célèbre pour son expédition visant à compléter les recherches de James Cook2 dans l’océan Pacifique, recherches qu’il débuta en 1785 depuis Brest et qui disparut en 1788 au large des îles Vanikoro3. Rochegude reçoit d’ailleurs une lettre à ce propos : « M[onsieu]r de La Pérouze et de Langle qui vont faire le tour du monde sur les frégattes du Roy, la Boussole et l’Astrolabe cy devant nommées l’Autruche et le Portefaix sont partis de cette rade ce matin à 4 heures […] »4. Cette expédition est restée célèbre pour sa conclusion tragique, et on a même prêté à Louis XVI, avant qu’il monte sur l’échafaud, les mots suivants : « A-t-on des nouvelles de Monsieur de La Pérouse ? »5. Ces mots servants, entre autres, à montrer un intérêt du roi pour la navigation et les explorations, une passion pour la mer qui paraît assez commune au XVIIIe siècle, alors même que le roi n’a vu qu’une seule fois la mer de son vivant (à Cherbourg en 1786).

L’autre albigeois ayant entrepris une carrière dans la Royale est le sujet de ce mémoire : Henri Paschal de Rochegude. Commençons par en détailler le titre : Henri Paschal de Rochegude ou l’exemple de la vie d’un officier de la Royale au temps des Lumières à partir de sa correspondance. Le terme officier a été choisi ici, car si l’on se réfère à la chronologie de Rochegude, on saisit que tout au long de sa carrière, il a gravi les échelons, depuis son entrée au corps des gardes de la Marine en 1757 jusqu’à sa promotion au grade de contre-amiral sous la Révolution, en 1793. La Royale, quant à elle, est le surnom donné à la Marine Royale française, cette marine de guerre qui apparaît avec Richelieu en 1635 ou ce dernier obtient tous les pouvoirs liés à la marine ainsi que le titre de grand maître de la navigation. C’est en effet grâce à Richelieu que les rois se mettent à armer des navires continuellement. À l’origine les galères étaient les bâtiments les plus utilisés avec, à son époque, 20 000 hommes sur 40 galères. C’est au XVIIe siècle que les vaisseaux de lignes remplacent les galères, du fait de leurs plus grande maniabilité et de leur capacité à transporter plus d’artillerie. Un autre personnage très important dans l’histoire de la Royale est Colbert, qui va grandement s’impliquer dans l’évolution de la Marine Royale. Il est également l’instigateur d’un nouveau système de classes ayant pour but d’amener plus de matelots sur les bâtiments royaux. Enfin, il crée en 1673 une caisse des Invalides pour la Marine ainsi que des hôpitaux pour les marins à Rochefort et Toulon6. Le terme correspondance est choisi pour ce sujet étant donné que la source principale d’archives est un ensemble de correspondances, passives de surcroît, c’est-à-dire que toutes les lettres étudiées ne sont que des lettres reçues par Rochegude et non envoyées par lui.

Henri Paschal de Rochegude, héritier « des Lumières »7

Henri Paschal de Rochegude, plus communément appelé Rochegude dans ses correspondances, est né le 18 décembre 1741 à Albi dans une famille de petite noblesse. Sa vie peut être structurée en trois grandes périodes : la première, celle durant laquelle il officie dans la Marine Royale, il entre dans les gardes de la marine en 1757 à Rochefort. Il sert sur de nombreux navires et monte les échelons dans les commandements, en passant par les postes d’enseigne, de lieutenant et même de capitaine de vaisseau, il finit sa vie en tant que contre-amiral. C’est cette période de sa vie, allant de 1757 à 1789, qui va nous intéresser principalement dans cette étude. Les deux autres parties importantes de sa vie sont, tout d’abord sa carrière politique, durant laquelle il s’attache plus à la politique qu’à la marine, ou en tout cas l’une ressort plus que l’autre dans ses correspondances. Durant cette période, il est élu plusieurs fois député, une fois aux États-Généraux de 1789, une fois à la Convention en 1792 et une dernière fois au Conseil des Cinq-Cents en 1795. Il reçoit même une lettre en 1791 de la municipalité d’Albi disant ceci : « Les suffrages des citoyens actifs de notre commune vous ont appelé à la place de maire, vacante par démission de M. Espérou. »8. Ces exemples montrent bien que Rochegude a eu dans sa vie une véritable carrière politique, elle n’est pas celle qui nous intéressera le plus, bien que nous nous y intéresserons un peu malgré tout (une des lettres de notre corpus principal étant datée de 1804). La dernière phase de sa vie est celle qui est le plus souvent traitée dans les quelques ouvrages existants sur Rochegude. On peut établir qu’elle débute en 1800, au moment où il se retire de la vie publique, et qu’elle s’étend jusqu’à son décès en 1834. C’est à cette époque qu’il va étudier la langue et la littérature occitane ainsi que divers autres sujets tels les troubadours, dont il est un des premiers spécialistes. Il s’attache ainsi à montrer un lien de continuité entre la langue utilisée par les troubadours et la langue occitane. Pour cela, il étudie de nombreux manuscrits médiévaux écrits en langue occitane9. Il publie en tout deux ouvrages, les deux en 1819, le premier : son Parnasse Occitanien ou choix des poésies originales des troubadours, tirées des manuscrits nationaux qui se révèle être une étude de différentes poésies occitanes médiévales. Sa deuxième œuvre s’intitule L’Essai d’un glossaire occitanien pour servir à l’intelligence des poésies des troubadours, dans cet ouvrage-là, il s’attache à établir un lexique des mots employés dans les poésies occitanes10.

Le Parnasse Occitanien ou choix des poésies originales des troubadours, tiré des manuscrits de la médiathèque Pierre Amalric à Albi.

La période mise en avant dans ce travail est celle de la deuxième moitié du XVIIIe siècle, nous pouvons être encore plus précis en plaçant des bornes chronologiques. La première borne est celle de 1767, l’année où il devient enseigne de vaisseau, l’autre, est l’année 1804, à cette époque Rochegude a déjà cessé sa carrière politique et militaire depuis trois ans. Ces bornes sont imposées par les différents fonds d’archives disponibles, 1767 et 1804, qui est la date de la dernière lettre reçue par Rochegude dans le fonds 94S des archives municipales de Brest.

Ce temps, dit « des Lumières », prend généralement son origine à la fin du règne de Louis XIV et donc au début de la régence de Philippe d’Orléans. Il succède au « Grand Siècle », époque s’étendant sur l’ensemble du règne du Roi-Soleil (1661-1715), et à laquelle l’absolutisme monarchique atteint son apogée. Certains placent l’entrée dans le siècle éclairé, ou en tout cas ses fondements, en 1688 avec la « Glorieuse Révolution » ayant eu lieu en Angleterre, révolution inspirant les philosophes des Lumières, Voltaire, Montesquieu, Rousseau et Diderot sur la question du peuple souverain. On place la fin de cette époque à la Révolution française débutant en 1789, et conduisant à la fin de l’Ancien Régime dénoncé par les Lumières tout au long du siècle passé. Ces temps conduisent aussi à une évolution des sciences et des connaissances motivée par une sortie de l’obscurantisme dénoncé par l’époque. L’exemple le plus connu de cette volonté de connaissances est l’Encyclopédie de Diderot et D’Alembert parue entre 1751 et 1772 et à laquelle Rochegude souscrit11 : « Je sais que vous connoissies celle de Paris avant votre souscription […] ». Les Lumières ont beaucoup influencé la géopolitique du XVIIIe siècle, ce qui, en plus de la Révolution française, est visible avec la Guerre d’indépendance américaine (1775-1783). Cette guerre est déclenchée par les treize colonies suite à un manque de représentation de ces dernières au parlement anglais. La France de Louis XVI soutient les colons contre les Anglais et une des particularités de ce conflit est que c’est essentiellement la Marine Royale qui combat et influence la guerre.

Cette volonté d’apporter de nouvelles connaissances scientifiques amène également à plusieurs expéditions ayant pour but d’explorer des zones encore méconnues par la société contemporaine. Les deux plus célèbres expéditions sont les voyages de James Cook, au nombre de trois ils s’étalent de 1768 à 1779 et ont pour but d’explorer, respectivement, l’Océan Pacifique, les environs du pôle sud et la dernière encore une fois dans l’Océan Pacifique. Le deuxième voyage, français celui-là, est celui de La Pérouse parti de Brest en 178512 et disparu en mer en 1788, ce voyage avait pour but de compléter ceux de James Cook. Beaucoup de scientifiques ont participé à cette expédition que ce soit des astronomes, physiciens et même botanistes, un des passagers, Joseph Lepaute d’Agelet entretient même une correspondance avec Rochegude.

Une historiographie de la Marine Royale au XVIIIe siècle

En terme d’historiographie, on peut constater plusieurs écrits sur Rochegude même si la plupart sont centrés sur sa carrière littéraire. La ville d’Albi, étant donné son attachement au personnage de Rochegude, est assez prolifique à son sujet, la revue du Tarn lui confère plusieurs articles, le premier datant de 198913 , et même un numéro en Automne 201314). Le dernier article de cette revue date de 2018 et paraît se concentrer sur un aspect plus scientifique15. La cité albigeoise est aussi l’éditrice de plusieurs ouvrages sur Rochegude, notamment deux qui concordent assez bien avec ce sujet. Le premier Henri Paschal de Rochegude, fragments d’universel16 est un ouvrage collaboratif du Centre Occitan Rochegude revenant sur l’ensemble de la vie de Rochegude. L’ouvrage est assez complet en terme d’illustration, on y retrouve des archives, un arbre généalogique de sa famille, deux chronologies, une générale ainsi qu’une autre sur sa carrière dans la marine accompagnée d’une carte détaillant ses différents voyages. La partie la plus complète reste celle sur sa carrière littéraire, on y retrouve énormément d’archives de cette période, on peut néanmoins remarquer que la bibliographie n’est pas assez mise en évidence dans le cadre d’un travail universitaire. Le second L’Amiral de Rochegude : un homme des Lumières17 est, lui aussi, un ouvrage traitant de l’ensemble de la vie de Rochegude réalisé grâce aux archives personnelles des descendants de ce dernier18. Ce livre permet d’apporter d’autres sources à cette étude comme certains brevets disponibles en annexe, et il permet également d’apporter une aide non négligeable dans l’interprétation et dans la transcription du fonds 94S, fond principal de cette étude. En effet, il permet d’assurer l’orthographe de certains noms propres que ce soit de lieu ou de noms. Il amène aussi une véritable aide dans la temporalité de Rochegude, il permet de vérifier sa position à une époque précise. Bien que ce livre soit fourni en informations et en archives, on regrettera un récapitulatif général de la bibliographie à la fin de l’ouvrage. Des manuels généraux sont évidemment nécessaires pour un tel sujet, notamment des manuels sur la Marine royale française à l’époque moderne. Sur ce thème, des auteurs comme Patrick Villiers ou encore Olivier Chaline vont principalement nous intéresser. Ils vont nous permettre d’étudier les différents contextes et problématiques parsemant la Royale au XVIIIe et ayant forcément influencé le quotidien de Rochegude. Des articles sur des sujets plus particuliers seront aussi essentiels comme l’article de Patrick Geistdoerfer sur la formation des officiers de marine. Enfin, l’utilisation de dictionnaires se révèle utile. Des dictionnaires sur le lexique de la marine à voile, qui se trouve être plus complexe qu’il n’y paraît, ou même sur les marins français, pour identifier des différents personnages cités dans les lettres.

Un homme des Lumières : l’Amiral de Rochegude, de Catherine et Henri FLOCH, publié en 2007.

« Le fonds Rochegude, un fonds dispersé »

C’est le 11 janvier 2011, que le fonds Henri de Rochegude, entre aux archives municipales de Brest. Ce fonds est entré par voie extraordinaire et il est même précisé par achat. Il est organisé en neuf dossiers, le premier concerne l’avancement et les affectations de Rochegude, on peut notamment y retrouver certains de ses brevets (annexes) ; le deuxième traite des différentes demandes de commandements, recommandations, paiements, congés et même des mémoires. Le troisième est un simple état des troupes, il peut être utile pour l’identification de personnes mentionnées dans les correspondances. Le quatrième dossier est assez varié, on y retrouve des rapports, des projets de décret ou encore des mémoires à propos de l’artillerie sur les « vaisseaux du Roy ». Ce n’est pas le fonds le plus utile pour notre sujet, même s’il peut être assez révélateur du contexte de la Marine royale au XVIIIe siècle. Le suivant regroupe les entrées de Rochegude dans l’Académie de Marine. Le sixième dossier s’étend sur deux lettres à propos d’un procès auquel Rochegude doit participer en tant que membre du « Conseil de Guerre ». Dans l’antépénultième dossier, on retrouve trois pages ayant trait à l’expérience politique de Rochegude, une à propos d’une note relative à un décret de l’Assemblée en 1790 et les deux autres à propos d’une lettre datée de 1795 du ministre de la Guerre à Rochegude, qui est, à ce moment-là, membre du conseil des Cinq-Cents. Le dossier 94S8 s’intéresse à un aspect un peu plus intellectuel de la vie du contre-amiral. On y retrouve une demande d’un état des différents bâtiments en usage confié à l’Albigeois, ainsi qu’un autre courrier le priant de partager ses observations faites durant son expédition aux terres australes et à Madagascar. Enfin, la dernière de ces sous-séries est la source principale de cette étude, elle contient toutes les correspondances personnelles de Rochegude, allant de 1768 à 1804. La plupart, pour ne pas dire toutes, ont trait à son métier, aux dernières nouvelles de ses amis, souvent des marins ou des scientifiques, ou parfois même aux contextes géopolitiques secouant l’époque. Nous avons, par exemple, une lettre faisant mention de la capture de De Grasse en 1782, alors qu’il venait de remporter la victoire décisive de Chesapeake : « […]il n’est que trop vray que M[onsieur] de Grasse a été pris[…] ».

François Joseph Paul, marquis de Grasse Tilly, comte de Grasse. Photo prise par Jean-Baptiste Mauzaisse.

Un court article des archives municipales de Brest daté de 2015 nous informe sur le parcours mouvementé du fonds Rochegude. Le 9 avril 2010 un lot appelé « fonds Rochegude » est mis aux enchères à Brest. Le 6 juillet, deux nouveaux lots sont mis en adjudication. Les archives de Brest ont réussi à se procurer les lots du 6 juillet mais pas celui d’avril, qui est vendu pièce par pièce sur internet. Les archives de Brest ont donc réussi à récupérer 41 pièces grâce à l’aide du SIAF (Service interministériel des archives de France), un organisme servant, entre autre : « […] à la sauvegarde des archives privées qui présentent un intérêt pour l’histoire, en faisant classer certains fonds comme trésors nationaux, en subventionnant l’acquisition de document par des services d’archives publics […] ». Ce même article nous informe aussi que beaucoup des correspondances de Rochegude liées à son expédition aux îles Kerguelen de 1774 ou à la Guerre d’Indépendance américaine ont été vendues à l’étranger et sont donc beaucoup plus difficiles d’accès. Quant au fonds privé utilisé dans L’Amiral de Rochegude, un homme des Lumières, il semble avoir été déposé aux archives départementales du Tarn sous la côte 158 J, d’après l’ouvrage Henri Paschal de Rochegude, Fragments d’Universel, bien qu’à l’heure actuelle le fonds ne semble pas encore être classé. On trouve également un résumé de conférence portant sur « Kerguelen et les voyageurs des mers antarctiques ». Dans la bibliographie utilisée, on y remarque la source suivante « ROCHEGUDE, Henri de, Lettres sur son voyage au Bengale et sur la côte de Coromandel, 1770 », source disponible à la Bibliothèque nationale de France au département des manuscrits (selon cette source, même si après des recherches personnelles, aucun résultat n’a été trouvé). Ce n’est apparemment pas la seule archive disponible à la BnF, on peut aussi y trouver un carnet de bord. Un autre fonds est disponible dans sa ville natale, Albi, à la bibliothèque Pierre Amalric. Bien que les archives accessibles soient très centrées sur sa carrière littéraire, on y trouve cependant quelques pièces sur ces périodes antérieures, notamment un autre journal de bord du bâtiment La Fauvette des années 1785 à 1787.

Un paradoxe imposé par une correspondance passive

La bibliographie sur Rochegude existe, comme on vient de le voir, mais reste assez rare, ce qui montre une méconnaissance générale à propos du personnage. Il est évidemment très connu à Albi où l’on compte une rue, un parc, un hôtel particulier et une bibliothèque à son nom. Il est également ponctuellement connu à Brest, ayant été en poste dans cette ville durant la majorité de sa carrière et c’est d’ailleurs pourquoi les archives municipales de Brest ont acquis ce fonds. On s’y intéresse aussi lors de l’étude des expéditions du XVIIIe siècle étant donné sa participation à la seconde expédition aux îles Kerguelen de 1774. Il est d’ailleurs intéressant de noter qu’un lac et qu’une presqu’île portent son nom dans le nord des îles. Pour en revenir à l’analogie avec La Pérouse, confrère marin et albigeois que l’histoire a bien plus retenu, on peut se poser la question suivante : pourquoi l’histoire a-t-elle plus retenu l’un que l’autre ? La réponse peut se trouver dans leurs destinées : alors que l’un est resté dans les mémoires, en grande partie pour sa fin tragique ; l’autre a mené une longue carrière de quarante-trois années dans la Marine durant laquelle il eut le temps de monter les échelons hiérarchiques. L’histoire préfèrerait-elle les fins tragiques, aux fins classiques ?En termes de limites, on peut en placer une commune à toutes les études sur des manuscrits, la lisibilité. Elle est quelquefois assez mauvaise, dans ces cas-là, la compréhension du sens des phrases n’est pas le plus compliqué, mais c’est l’identification des noms propres qui pose le plus de problème. Pour pallier ce problème, un appui sur l’ouvrage de Catherine et Henri Floch, qui via leur fonds, différent de celui mis au centre de cette étude, ont rencontré dans leurs correspondances les mêmes noms de personnes et de lieux que dans le fonds 94S, peut débloquer des situations. La lecture d’ouvrage sur la marine royale permet aussi d’identifier des noms, par exemple avec Burgues de Missiessy qui est évoqué dans une lettre du fond brestois, si l’on ne connaît pas l’individu, et avec la graphie de l’auteur de la lettre, se trouve difficile à identifier. Les lettres peuvent parfois être dégradées (morceaux déchirés, encre qui a coulé), et dans ces cas-là, c’est assez complexe pour l’identification. Bien que dans notre cas la majorité des lettres soient en assez bon état. Voici un autre cas assez particulier rencontré, et pouvant constituer une limite au travail sur archives. Alors que le fonds principal de cette étude, le 94S9, est numérisé, il se trouve qu’en le consultant physiquement, on se rend compte que certains feuillets n’ont pas été numérisés, ce qui fait qu’arrivé à la fin de l’année quatre nouveaux feuillets viennent s’ajouter au fond. Donc il est toujours important de consulter le fonds d’archives en physique même s’il est déjà numérisé, cela permet de pallier d’hypothétiques oublis de numérisation de la part des archivistes.

Une autre des limites de ce sujet, fondamentale celle-ci, est partiellement visible dans le titre « […] via sa correspondance ». Ce qui n’est pas précisé, c’est qu’il s’agit d’une correspondance passive, c’est-à-dire que le fonds brestois ne comportent que des lettres reçues par Rochegude et non envoyées par ce dernier. C’est assez frustrant de ne pas pouvoir lire le protagoniste de ce sujet, de ne pas pouvoir saisir véritablement l’essence du personnage, bien que les ouvrages précédemment cités renseignent un peu mieux sur le personnage. Tout le paradoxe se trouve là, alors que le sujet semble et est biographique, il s’agit aussi d’une étude des relations d’un marin de la deuxième moitié du XVIIIe siècle nourrit par les idées des Lumières.



Citer ce billet
eprigent (2023, 17 octobre). Henri de Rochegude : un officier de la Royale au temps des Lumières. Master civilisations, cultures et sociétés. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r9r7

  1. AmB, 94S9, n°1 : lettre de l’abbé d’Alais (Alès), de Paris du 07 Juillet 1781 []
  2. AmB, 94S9, n°22 : lettre du comte de Langeron, Brest, 1er août 1785 : « Le vent est bon je le leur souhaitte pareil pour doubler le Cap Horn, et qu’ils reviennent tous en bonne santé, avec un suplement à ajouter aux voyages du Capitaine Cook. », navigateur britannique (1728-1779 []
  3. Groupe d’îles dans la partie orientale des îles Salomon en Océanie []
  4. AmB, 94S9, n°21 et 22 : lettre du comte de Langeron, Brest, 1er août 1785. Le Portefaix et l’Autruche sont les anciens noms de, respectivement, la Boussole et l’Astrolabe []
  5. Bien que dans PETITFILS Jean-Christian, Louis XVI, Paris, Perrin, 2005, ne fasse pas mention de tels mots de sa part dans le chapitre sur sa mort (935-951 []
  6. BARBICHE B., Les Institutions de la Monarchie française à l’époque moderne, Paris, PUF, 1999, pp. 209-222 []
  7. Pour ce titre j’ai repris l’idée des Lumières comme dans L’amiral de Rochegude, un homme des Lumières de Catherine et Henri FLOCH, Albi, Grand Sud, 2007 []
  8. Cette lettre est tirée d’Un Homme des Lumières : l’Amiral de Rochegude de FLOCH Catherine et Henri, page 119, mais plusieurs problèmes se posent. Tout d’abord, les auteurs ne semblent pas dire d’où provient l’archive, et le passage cité n’est pas visible dans la partie de la lettre disponible dans le livre. J’ai décidé de mettre ce passage car à la page 120 du livre, on peut voir une lettre de Rochegude dans laquelle il s’excuse car il ne peut pas accepter la place de maire []
  9. Tous ces manuscrits sont disponibles à la bibliothèque Pierre Amalric à Albi car Rochegude, à son décès, lègue toute sa bibliothèque à cette dernière []
  10. Catherine et Henri FLOCH et corroborées par le site de la mairie d’Albi []
  11. AmB, 94S9, f°42 : lettre de Lepaute d’Agelet, Paris, 10 novembre 1778. Des suppléments paraissent jusqu’en 1780 []
  12. AmB, 94S9, n°22 : lettre du comte de Langeron, Brest, le 1er août 1785 []
  13. FABRE Robert, Automne 1989, Henry Paschal de Rochegude : marin, révolutionnaire, savant (1741-1834), Revue du Tarn, n°135 []
  14. ROCHEGUDE Marin, homme politique, érudit occitaniste (n°231 []
  15. ROUMEC Gilbert, Printemps 2018, Dom Vaissète et Rochegude, le géographe et le marin, Revue du Tarn, n°249 []
  16. Ouvrage collectif, Henri Paschal de Rochegude : Fragments d’universel, Albi, Centre Occitan Rochegude, janvier 2013 []
  17. FLOCH C. et H., L’amiral de Rochegude : un homme des Lumières, Albi, Grand Sud, 2007 []
  18. Ces dernières semblent avoir été transmises aux archives départementales du Tarn depuis []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search