Les fêtes et célébrations paysannes et ouvrières dans la propagande nationale-socialiste (1933-1938)

Billet de 5 Reichsmark émis entre 1933 et 1939, avec un ouvrier à droite et un paysan à gauche, archives personnelles.

Le national-socialisme est, comme nombre de régimes totalitaires, un régime qui se met en scène lors de grandes cérémonies aux accents militaires, auxquelles toute la population est invitée à participer, en hissant fièrement le drapeau à croix gammée sur les balcons des maisons et en criant “Heil”, en signe de soutien au parti.

Tout comme dans le calendrier religieux catholique1, le régime nazi possède de nombreuses fêtes nationales, afin de célébrer les anniversaires d’évènements comme le putsch de 1923 et la naissance du Führer, des congrès annuels aux allures monumentales, incarnés par celui de Nuremberg portant sur un thème différent selon les années, mais également des fêtes qui revêtent un coté populaire, comme le sont der Tag der Arbeit (la fête du travail) le 1er mai, et la Reichserntedanksfest (fête des moissons) au cours du mois d’octobre sur le Bückeberg, à proximité de la ville de Goslar, endroit choisi par Darré pour être l’incarnation et le haut lieu de la culture paysanne allemande. Ces divers événements de la vie politique et sociale nationale-socialiste entraînent un marketing d’envergure : des broches, insignes, cartes postales, timbres, livres parfois collectors sont édités en nombre limité, afin d’être vendus aux participants, pour signifier leur implications lors des journées dédiées.

1. Der Tag der Arbeit, le 1er Mai (1933-1936).

Parmi les fêtes que le régime nazi met en scène, l’une des plus impressionnantes est celle de la Journée du Travail, le 1er Mai. Si, avant l’avènement de Hitler en tant que chancelier, cette célébration était un moment de vives tensions entre le prolétariat et le patronat sur la question de la dignité des ouvriers au travail, après la réappropriation de cette dernière, la célébration change de but. Hitler a en horreur cette idée de lutte des classes – sûrement parce qu’elle a été théorisée par un penseur juif (Karl Marx) – et surtout parce qu’il souhaite un peuple allemand fort et libéré de toute dissension interne pouvant provoquer des crises sociales. De même, il souhaite changer la définition du travail, afin de s’éloigner de celle de la Genèse2: le Travail ne doit plus être une activité dégradante, mais bien un honneur et une preuve de noblesse. Cette idée est clairement exprimée dans les divers ouvrages idéologiques et propagandistes du temps, devenant le slogan qui orne la lame des fendoirs des officiers de la Reichsarbeitsdienst (RAD ou le Service du Travail du Reich) : “Arbeit adelt”, traduisible par “Le travail ennoblit”.  

Le 1er mai 1933 est l’occasion pour le nouveau gouvernement de montrer qu’il est du côté des travailleurs, en organisant d’impressionnants défilés d’hommes dans les rues des grandes villes du Reich, notamment Berlin. Une description de cette première Journée du travail est donnée dans l’album propagandiste Deutschland Erwacht3, éditée pour l’occasion par Heinrich Hoffmann, le célèbre photographe d’Hitler, et qui décrit la métamorphose de la Journée du Travail passant d’une arène à ciel ouvert opposant les ouvriers aux forces de polices à une fastueuse célébration en l’honneur des travailleurs. D’après l’article, la fête du 1er mai se déroule simultanément dans les villes et les villages – principalement ouvriers d’Allemagne – mais il est question de celle de Berlin dans l’album. En décrivant le faste de la célébration, en s’attardant sur la mer de drapeaux à croix gammée, sur les hommes en uniforme défilant au cœur de la ville et sur l’arrivée de Hitler et Hindenburg à la tribune pour y prononcer un discours, certaines mentions dudit discours sont rapportées. Ainsi, Hitler affirme qu’il n’existe “qu’une noblesse, la noblesse du travail”, et que “les ouvriers allemands ne sont plus des prolétaires”. L’article du 1er mai est anonyme mais relate des faits – de façon sûrement édulcorée – et la place historique de ce jour dans l’histoire allemande. Tout d’abord, il a une volonté d’incriminer les communistes pour la place qu’ils ont occupée dans les violentes altercations et grèves qui avaient eu lieu lors des dernières années, visible par cette mention : “Les chefs de l’Internationale se réjouissaient de ce que l’ouvrier lui-même commençait à croire qu’il n’était pas un fils de son pays, de sa patrie, de son sang et de sa terre, mais un sans-patrie, un exclu, qui n’avait plus rien à perdre que ses chaînes.”4 ; L’arrivée du IIIème Reich et notamment, de l’Homme providentiel qu’incarne Hitler met un terme à ces agissements violents, marquant la fin des affrontements et le début d’une entente entre “le gouvernement, les fonctionnaires et les services de l’État [qui] marchaient avec eux, les ouvriers, et les bourgeois, qui devaient pourtant être l’ennemi“, sous le drapeau à croix gammée, symbole de l’unité et de l’égalité de tous les travailleurs allemands. Car, pour le régime, ce n’est pas le poste ou le rang qu’un homme ou une femme occupe dans la société qui importe, mais bien le fait qu’il ou elle travaille pour la communauté du peuple. Cette idée est affirmée par le slogan qui figure sur de “grandes banderoles blanches sur lesquelles on pouvait lire : Il n’y a plus qu’une seule noblesse, la noblesse du travail !”5.

Bien plus qu’une libération de l’influence communiste et juive, le national-socialisme offrait une nouvelle identité aux ouvriers : ils n’étaient plus des apatrides, “des ordures, des prolétaires, des inférieurs, et [qui] devaient d’abord tout détruire pour pouvoir se libérer”(( Ibid, page 94, lignes 56 à 58 de la seconde colonne.)) mais “(…) ils avaient une patrie, une Heimat et un peuple qui les acclamait, et remerciaient leur travail, l’honoraient (…) redevena(nt) des Allemands, des ouvriers allemands, fiers d’eux-mêmes, fiers de leur travail, fiers de leur pays…”6. Si l’article du 1er mai porte sur le travail quelque soit sa forme, on peut relever deux mentions uniquement de la paysannerie et de la vie à la campagne : la première porte sur la jeunesse, quand il est question d’affirmer l’égalité des jeunes Allemands et Allemandes. Peu importe le métier qu’exerce leur père  avec “Ce blondinet est-il d’un ouvrier ? Est-il le fils d’un professeur, d’un directeur, d’un comptable, d’un paysan, d’un officier, d’un chômeur, d’un fonctionnaire ?”(( Ibid, page 95, lignes 35 à 44, seconde colonne)). La seconde porte sur les origines de la célébration du 1er mai ; elle présente ainsi une vision allemande et détachée de celle voulue par les Américains et la IIème Internationale, avec cette portion du discours prononcé par Adolf Hitler à Tempelhof : “Pendant de nombreux siècles, ce jour n’était pas seulement le jour symbolique de l’arrivée du printemps dans les campagnes, c’était aussi le jour de la joie, de l’ambiance festive et de l’esprit.”((Ibid, page 97, lignes 9 à 12 de la seconde colonne)). Par ces brèves mentions, on comprend que cette première célébration de la Journée du Travail ne met pas à l’honneur le paysan, mais cela change à partir de l’année suivante comme on va le voir à présent.

Pour souligner l’importance de ces célébrations prenant place dans l’ensemble du Reich, le 1er mai est un jour férié. Ce rassemblement d’envergure au sein de Berlin et des autres grandes villes du nouveau Reich entraîne par ailleurs, un marketing d’insignes permettant d’identifier les participants à cette journée du travail, et la représentation des travailleurs n’y est pas vide de sens. Pour la première édition de la Journée du Travail National – Tag der nationalen Arbeit – de 1933, l’insigne est de forme rectangulaire, et est surmonté d’un poing qui tient une masse où apparaît une croix gammée, par devant un engrenage (voir annexe 1). Si ce n’est que le poing se trouve dans une position absolument irréalisable pour un Homme, ce symbole du Faust renvoie à celui de la force humaine, et rappelle, au passage, l’un des slogans utilisés par les Nazis lors des multiples élections qui était le suivant : “der Stirn und der Faust” – le front et le poing – qui voulait souligner l’importance des ouvriers dans la société allemande et la part qu’ils y occupent. Il est clair que, malgré que la journée soit intitulée la “Journée du Travail national”, le régime met en avant l’industrie, la force ouvrière anonyme, car ce poing pourrait être celui de n’importe quel Allemand, avec l’absence totale de représentation de la paysannerie ou encore, des fonctionnaires.

Annexe 1 : Insigne du Tag der nationalen Arbeit 1933, 40.3mm x 20.2mm, archives personnelles.

Pour l’année 1934, le nom de la journée change et devient la “Journée du Travail”. Pour ce qui est de l’insigne (voir annexe 2), il est de forme ronde et préfigure un visage – peut-être celui de Prométhée -, avec une masse à la gauche du visage, une faucille à sa droite, et l’aigle allemand tenant dans ses serres la couronne de lauriers avec la croix gammée. Il est clair que l’apparition de la faucille n’est pas vide de sens, puisqu’il est question de nourrir un peuple, et c’est l’outil agricole pour couper le blé, qui deviendra le pain. C’est une nouvelle fois, une référence à un slogan qui est inscrit sur de nombreuses affiches où le NSDAP promettait du Travail et du Pain s’ il arrivait au pouvoir. Pour ce qui est de la masse, c’est toujours l’allégorie du travail, de la forge et de l’industrie. Quant à l’aigle, il semble tenir chacun des outils dans ses ailes (ou bien, les protéger). Ces outils seront repris l’année suivante, mais ils seront tenus par des hommes, au nombre de trois : l’un incarnant la figure de l’ouvrier, reconnaissable à sa masse ; le deuxième, un ingénieur, avec son rouleau de parchemin ; et le troisième, un paysan, tenant dans ses bras une gerbe de blé.

Annexe 2 : Insigne Tag der Arbeit 1934, réalisé dans les ateliers de Richard Klein en 1934, en Allemagne.7

L’année 1934 marque donc l’entrée du travail aux champs dans la célébration du Travail, et il est visible que l’industrie et l’agriculture se trouvent sur un pied d’égalité. Alors que l’insigne de 1935 (voir annexe 3) avait été l’occasion de voir le travail incarné sous forme humaine, 1936 fait de nouveau disparaître les Hommes et ce ne sont plus qu’une charrue, une masse et un glaive qui se partagent l’espace avec l’aigle et la simple mention “1. Mai 1936” (voir annexe 4).

Annexe 3 : Insigne Tag der Arbeit 1935, Hauteur : 4.775 cm ; Largeur : 3.400 cm ; aluminium ; marquage fabricant M.O.S, archives personnelles.
Annexe 4 : Insigne “1. Mai 1936”, Hauteur : 3.500 cm ; Largeur : 3.500 cm ; aluminium ;
Karl Hensler Pforzheim, archives personnelles.

Enfin, un changement est à souligner à partir de l’année 1937, puisque la journée du 1er mai, qui mettait le travail fourni à l’honneur, devient la fête du peuple allemand, et que les représentations sur les insignes évoluent drastiquement, puisqu’il n’est plus question d’ouvriers, de paysans ou d’ingénieurs gravés mais des scènes de vie et de célébrations populaires. C’est le cas de l’insigne de journée produite à l’occasion du 1er mai 1938 (voir annexe 5), où est représenté un couple en tenue traditionnelle – une robe qui s’apparente au Dirndl de la région bavaroise pour la femme aux cheveux tréssés, et un ensemble chemise et pantalon pour l’homme – dansant devant le Maibaum (trad. L’arbre de mai). Au premier plan de l’insigne, on remarque l’aigle allemand, ailes déployées, la tête tournée vers la gauche et tenant dans ses serres une couronne de ce qui semble être du laurier, avec, en son centre, la  croix gammée. De part et d’autre de cette couronne apparaissent la date et l’année de l’événement. Afin de ne former plus qu’un peuple, où les métiers et spécialités occupées ne donnent plus lieu à des différences, et donc des inégalités, le ler mai n’est donc plus seulement pour les travailleurs mais pour l’ensemble des Allemands, ce qui entraîne l’effacement progressif de la figure de l’ouvrier et du paysan.

Annexe 5 :  Insigne du 1er mai 1938, Hauteur : 3.580 cm ; Largeur : 3.580 cm ; aluminium ; Paul Schulze C. Lübeck, archives personnelles.

Bien que présenté comme le centre de l’attention de la célébration nationale-socialiste du 1er mai 1933, l’ouvrier apparaît comme un enfant qui, perdu et se faisant ballotter du patronat capitaliste juif aux Rouges, s’est fait sauver par le régime en place8. Promettant monts et merveilles aux ouvriers – ainsi qu’à tous les travailleurs du pays -, Hitler et son gouvernement élèvent la figure de l’ouvrier comme celle de l’Homme allemand qui travaille au sein de la Volksgemeinschaft9, trouvant ainsi une justification à tous ses sacrifices. Mais cette facette du régime ne voulant que le bien-être de la communauté ouvrière masque les actions et décisions politiques des jours à suivre, qui réduisent l’influence et le poids des masses dans l’organisation des usines et leur représentation : dès le lendemain du Tag der Arbeit, les SA et les SS occupent les bureaux des syndicats ouvriers, aboutissant à leur interdiction, ainsi qu’à la confiscation de tous leurs biens ; et le 10 mai, une loi stipule que le seul et unique syndicat autorisé dans tout le Reich est le Deutsche Arbeitsfront (DAF)10

2. La Erntedankfest, La fête des récoltes du Reich à Bückeberg (1933 à 1937).

Si le 1er mai, entre les années 1933 et 1936, célèbre le Travail dans son ensemble et met à l’honneur le travailleur allemand, la Fête des Récoltes du Reich met à l’honneur la paysannerie et son apport à la communauté du Reich. C’est au cours de la semaine suivant la St-Michel, c’est-à-dire au début du mois d’octobre, qu’est organisée cette célébration, qui reprend les mêmes codes que les autres mises sur pied par le régime : une tribune où un ou plusieurs intervenants prononce un discours, un espace délimité par des drapeaux, des défilés militaires, des couronnes de fleurs et des jeux de lumière quand vient la nuit. Décidée par Joseph Goebbels, ministre de la Propagande et de l’Éducation du Peuple, cette célébration a besoin d’infrastructures et le ministre confie la tâche de bâtir les tribunes à Albert Speer, architecte prometteur, sur le Bückeberg, à proximité des villes de Goslar et de Hamelin. Au-delà des préoccupations architecturales, cette fête est un jour férié dans l’ensemble du Reich – tout comme le 1er mai – afin de souligner l’importance du travail effectué par les paysans et les agriculteurs pour nourrir le peuple allemand. En effet, le paysan est celui qui, à la sueur de son front, à la force de ses bras et malgré les saisons, continue de labourer son champ, assurant la production de blé qui donnera le pain nourricier11.

“ […] et plus souvent que d’autres
Il serre les poings en signe de malédiction et serre ses mains calleuses,[…]
Il […] donne la vie à la ferme, et le pain à la boulangère
Comme le champ des ancêtres, il rend la terre fertile,
Qu’il couvre de moissons.

Peu de mots et beaucoup de peine,
De la sueur, couronnée de perles,
Le paysan fait son travail avec ténacité et constance,
Crée le pain pour le peuple
Et lui donne des petits-enfants.”

J.Linkes, “Der Bauer”, dans Das Reich12

Ce rassemblement entraîne une importante production de timbres et de cartes postales, éditées par des peintres dont les sujets d’études sont la paysannerie et le monde rural. C’est le cas d’Adolf Reich pour la Deutscher Erntedankfest de l’année 1933 (voir annexe 6). La représentation de la paysanne répond aux stéréotypes de la période : une femme aux traits aryens – nez droit, mâchoire marquée, peau claire et cheveux blonds – portant une tenue traditionnelle allemande. Dans sa main gauche, elle tient une faucille et une gerbe de blé, et dans sa main droite, on voit un bouquet d’épis de blé et de fleurs rouges (sûrement des pavots ou des coquelicots), maintenu par un ruban rouge, noir et blanc flottant dans le vent. De sa main portant le bouquet, elle semble faire signe aux autres fermiers qui sont au second plan du dessin, sur une carriole tirée par des chevaux. Au loin, on peut apercevoir une ferme avec des bosquets. A droite et derrière la jeune paysanne se trouve une charrue, sur laquelle est posée le drapeau du Reich. Dans ce cas et dans de multiples exemples de cartes postales éditées pour l’occasion, il n’est jamais question de représentation de la modernité : on rejoint l’idée d’Ernst Jünger, selon laquelle « Le paysan qui commence à travailler non plus avec des chevaux mais avec des chevaux-vapeur n’appartient plus à aucun “état”. C’est un Travailleur dans des conditions particulières »13. Au contact de la technique industrielle, le Paysan (Bauer) devient un Agriculteur (Landwirt) et perd ainsi sa noblesse. Ainsi, c’est au nom du rejet de la modernité et de la décadence qui va de pair avec elle, d’après les dirigeants nationaux-socialistes que les paysans sont représentés avec les mêmes outils qu’au Moyen Âge, inscrivant l’Allemagne dans une Histoire plus longue.

Annexe 6 : Carte postale éditée à l’occasion de la première fête de remerciements des moissons du Reich (Erntedankfest) de 1933, peinture d’ Adolf Reich, Franz Eher Verlag, Munich.

Bien évidemment, la production d’images ne se limite pas uniquement à l’impression de cartes postales mais également à des films – de durée variable – afin de relater l’importance de l’événement et d’offrir une perception des costumes et des visages au cours de la célébration, et de compléter ainsi la description faite lors des émissions radiodiffusées14 dans tout le Reich. Certaines des pellicules nous sont parvenues et sont visionnables en ligne sur les sites des archives (Pathé Gaumont et USHMM, notamment). L’une des deux vidéos sélectionnées est issue des archives en ligne de British Pathé et s’intitule “A National Harvest Festival (1933)”15 dont le titre complet est A National Harvest Festival. Nearly half a million people – with peasants from all over the country, in traditional costumes – in picturesque Pageant. (trad. Une fête nationale de la moisson. Près d’un demi-million de personnes – des paysans de tout le pays, en costumes traditionnels – dans un spectacle pittoresque.).  La vidéo commence par un plan aérien du site du Bückeberg, où nous remarquons la foule qui s’amasse au sein de la carrière. S’ensuivent des plans sur les personnes et spectateurs qui arrivent, avec des SA, des personnes habillées en tenue de ville, et enfin, des groupes de paysans avec les tenues traditionnelles des différentes régions d’Allemagne, qui avancent . Ils sont munis de faux, de faucilles, de râteaux et de paniers. Certains font des saluts hitlériens en direction de la caméra16 Prenons un autre vidéogramme, intitulé Deutscher Erntedanktag 1933 auf dem Bückeberg bei Hameln. Das Fest der Arbeit und Ernte. II. Teil17,  pour compléter la description précédente : il relate l’arrivée des diplomates au défilé des paysans en tenue traditionnelle, avec les SA gravissant le chemin menant à la tribune avec les étendards, suivis par Hitler qui salue les spectateurs et les personnes présentes, avant de rejoindre la tribune. S’ensuit un plan sur Richard Walter Darré, ministre de l’Alimentation et de l’Agriculture du Reich, qui prononce un discours. Malheureusement, la vidéo n’est pas accompagnée de la bande son, donc nous n’avons pas idée de l’ampleur des acclamations ou des paroles prononcées par Darré ce jour.

Néanmoins, nous pouvons remarquer que la mise en scène répond aux codes définis par le régime, et que cette dernière ne se limite pas au terrain sur les pentes de Bückeberg, puisque les stéréotypes de la paysannerie sont également perceptibles dans la mise en scène dans les vitrines des magasins EDEKA18, comme nous le montre l’étude de Uwe Spiekermann, avec des hommes en tenue de travail, des faucilles au milieu de champs moissonnés, la couronne de fleurs avec un ruban qui semble flotter dans le vent. Cette journée, ainsi que les représentations qui en sont faites, est l’utopie paysanne fantasmée que le nazisme transmet au-travers de la propagande et des arts. Cette célébration est également l’occasion de rassembler ce que les Nazis nomment la “Communauté du Peuple”, en montrant que ce sont les ouvriers de la Reichsarbeitsdienst (RAD) qui ont permis la construction et l’aménagement du Bückeberg, pour en faire un lieu de fêtes en l’honneur des paysans et des forces armées (la Wehrmacht y défile). C’est en ce sens que la Erntedankfest permet de montrer la petite patrie à l’intérieur de la grande, avec les multiples costumes des régions, mais rassemblés en un endroit unique, en dessous du drapeau du Reich et sous l’obédience du Führer. Le paysan est toujours montré heureux, souriant, avec une charrue mais il est rare de trouver des représentations de réel travail dans les champs ou alors, comme nous le prouve le poème de Johannes Linkes, tous les sacrifices et les gouttes de sueur qui perlent sur son front doivent être utilisés pour et causés par le bien-être du peuple allemand rejoignant ainsi le slogan utilisé dans les deux célébrations : “Tu n’es rien – Ton peuple est tout”. 

Pour conclure sur les fêtes et célébrations nazies, nous pouvons dire que, si le 1er mai 1933 met à l’honneur l’ouvrier allemand, les années suivantes, cette journée devient la journée de tous les travailleurs manuels et intellectuels. De nouveau, l’ouvrier perd son individualité et son identité dans la masse du Volksgemeinschaft, là où son camarade paysan n’a de cesse d’être représenté et célébré lors d’une journée à son honneur. Pour ce qui est de la représentation de la Volksgemeinschaft, les deux fêtes mentionnées précédemment se veulent comme un moment de partage, où les travailleurs de la ville rencontrent ceux de la campagne et vice versa. D’un certain point de vue, nous pouvons constater que le temps de quelques jours par an, le peuple allemand se retrouve dans un lieu unique, sous un seul drapeau. Que ce soit l’ouvrier ou le paysan, ils doivent tous deux servir la Volksgemeinschaft et ce, malgré les sacrifices que cela implique.



Citer ce billet
eburel (2023, 21 novembre). Les fêtes et célébrations paysannes et ouvrières dans la propagande nationale-socialiste (1933-1938). Master civilisations, cultures et sociétés. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r9r9

  1. Réf. à Peter Reichel, dans La Fascination du Nazisme, Histoire, Odile Jacob Poches, Paris, 1993 (2011 pour la présente) : “ Ce calendrier reprenait sans doute les jours de fête du christianisme, mais il était destiné à l’écarter et, au bout du compte, à le remplacer totalement.”, p.225 []
  2. Genèse 3:19 : “C’est à la sueur de ton visage que tu mangeras du pain, jusqu’à ce que tu retournes dans la terre, d’où tu as été pris; car tu es poussière, et tu retourneras dans la poussière.” []
  3. L’Allemagne s’éveille []
  4.  “1.Mai”, in HOFFMANN H., Deutschland erwacht, Werden, Kampf und Sieg der NSDAP, Cigaretten-Bilderdienst, Hamburg, 1933, page 94, lignes 4 à 9. []
  5. Ibid, page 94, lignes 49 à  53 de la seconde colonne. []
  6. Ibid, page 95, lignes 1 à 10. []
  7. Cet insigne est conservé au Musée de la Libération de Paris – musée du Général Leclerc – musée Jean Moulin (2002.1561C2). []
  8. Ref. au chapitre intitulé “Die Rettung des deutschen Arbeiters” (p.197), in So ward das Reich, Volk und Führer, Deutsche Geschichte für Schulen, Ausgabe für Volksschulen, Klasse 6, 7 und 8, KLAGGES D., BLUME H., Verlag Moritz Diesterweg, Frankfurt am Main, 1943 []
  9. Communauté du peuple []
  10. Le Front du Travail allemand, unique syndicat autorisé après les lois de dissolutions des syndicats le 2 mai 1933. Il fût créé le 10 mai de la même année et est placé sous le contrôle du Reichsorganisationsleiter Dr. Robert Ley. []
  11. Rappelons ici le sous-titre du Völkischer Beobachter qui est “Freiheit und Brot” ou encore, les affiches électorales comme celle de la campagne politique pour les élections du Landtag de Prusse, le 24 avril 1932, où sont représentées trois cheminées fumantes surmontées de drapeaux à croix gammée et l’inscription”Arbeit ! Freiheit ! Brot !”. []
  12. Johannes Linkes, “Der Bauer”, in Das Reich, L.Staackmann Verlag, Leipzig, 1938, pages 38 et 39 []
  13. JÜNGER E, Le Travailleur, Christian Bourgois Éditeur, p.111 []
  14. FAVRE M., « Quand le « Führer parle » : Le public des cérémonies radiophoniques du nazisme », Le Temps des médias, vol. 3, no. 2, 2004, pp. 108-117. []
  15. British Pathé, Germany. A National Harvest Festival. Nearly half a million people – with peasants from all over the country, in traditional costumes – in picturesque Pageant., Youtube, 00:01:05, 13.04, 2014.URL : https://www.youtube.com/watch?v=ufVcQtktdpE []
  16. Site du USHMM, “Erntedankfest auf dem Bückeberg”, filmé en oct. 1937, Steven Spielberg Film and Video Archive, 00:04:04 , (Film | Accession Number: 1991.260.1 | RG Number: RG-60.0249 | Film ID: 200 ). URL : https://collections.ushmm.org/search/catalog/irn1001230. []
  17. Deutscher Erntedanktag 1933 auf dem Bückeberg bei Hameln. Das Fest der Arbeit und Ernte. II. Teil.”, filmé en oct. 1933, 00:14:39, AGFA (Aktien-Gesellschaft für Anilin-Fabrikation), Steven Spielberg Film and Video Archive (Film | RG Number: RG-60.1928 | Film ID: 4225 []
  18. Uwe Spiekermann.  « Vitrines du régime » – modèles économiques dans la publicité », L’approvisionnement dans la Communauté du peuple. Approches du commerce « allemand » pendant la période nationale-socialiste », Le Mouvement Social, vol. no 206, no. 1, 2004, pp. 79-114. https://www.cairn.info/revue-le-mouvement-social-2004-1-page-79.htm []

eburel

Titulaire d'une Licence d'Histoire, spécialité Sciences politiques et sociales, je suis actuellement en deuxième année de Master de recherche Cultures, Civilisations et Sociétés à l'Université de Bretagne Occidentale (UBO). Ma recherche porte sur la représentation des ouvriers et des paysans dans les arts et la propagande nazis entre 1923 et 1945.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search