L’antisémitisme dans la chronique philosophique d’Il Regime Fascista.

Il Regime Fascista, journal dirigé par Roberto Farinacci, un des hiérarques du régime fasciste, est un des organes de presse de l’Italie dans sa période fasciste. Si de nombreux journaux sont publiés sous le régime, Il R.F. est un des plus importants, et il participe a la diffusion des informations aux italiens, mais il est aussi le lieu de rencontre et de discussion de certains intellectuels du régime, participant ainsi de manière importante aux débats internes au fascisme. La tache d’organiser la chronique philosophique du régime échoit à Julius Evola, philosophe proche du Parti National Fasciste, qui organisera le Diorama Filosofico (la chronique philosophique du journal). Peu de temps avant les lois raciales, il engage le débat sur l’antisémitisme en Italie.

La bataille sémantique

La première chose notable, c’est la diversité des mots pour qualifier les juifs, Giudaismo (judaïsme), Ebraismo (hébraïsme) et leurs variantes. Le mot « stirpe », la lignée n’est jamais évoquée. Mais c’est Mussolini, le 25 octobre 1938 devant le Grand Conseil Fasciste qui évoque ces mots, ainsi que « genre humain » etc., qui semblent trop « évanescents ». Et c’est le mot « giudaismo » et son opposé « antigiudaismo » qui sont préférés, pour leur aspect plus clair. Le mot “Juif” correspond à une chose plus identifiable que “Hébraïsme”, qui revêt une idée plus vague, et plus impersonnelle1 . Les mots « sémite », « sémitisme », ou « antisémitisme », qui existent dans la langue italienne, ne sont pas mentionné une seule fois dans les articles antisémites du Diorama. En revanche, le Diorama s’attache aux mots « Ebraismo » et à son opposé, alors que le régime, par la voix de Mussolini, préconise de ne pas les employer.

Une race, un esprit

Dans l’Italie contemporaine, les juifs sont présents, comme presque partout en Europe. Mais, contrairement à de nombreux pays, les juifs sont presque parfaitement intégrés, et si des réactions antisémites sporadiques peuvent apparaître, les juifs n’ont jamais été un ennemi déclaré du régime italien, notamment grâce au soutien de la maison de Savoie. Les juifs italiens ont soutenu le Risorgimento, et font donc partie de l’histoire et du fond de la nation. Avec l’introduction des lois raciales, cette situation change, et le régime se tourne contre les juifs en ennemis de l’intérieur. Le 11 août 1938 est ordonné un grand recensement des juifs en Italie, sans que ne soit pris le temps de définir ce qu’est un juif avant le 20 août par une circulaire. En effet, définir ce qu’est un juif revient à se confronter à de nombreux concepts. Les juifs sont-ils un peuple ? sont-ils une race ? La judéité n’est-elle qu’une religion ? Un enfant d’un mariage dit métis est-il aussi juif ? La circulaire du 20 août tranche : est juif toute personne qui descend d’un seul parent juif. La définition n’est donc que raciale et tautologique, non profondément politique, comme les antisémites italiens comme Farinacci et Preziosi le souhaiterais, et cette définition ne sert qu’à l’établissement des critères du recensement2 . Cette définition ne satisfait pas tout le monde, et dans le Diorama filosofico, nombreux sont les auteurs qui cherchent à identifier les juifs, en donner une définition et des caractéristiques.

Roberto Farinacci, photographie de 1930. 
Source : https://www.lombardiabeniculturali.it/fotografie/schede/IMM-LOM60-0033748/
Roberto Farinacci.

Pour mieux discriminer les juifs, il faut déjà définir ce que sont, ou ne sont pas les juifs. Le premier élément notable, c’est la ferme croyance qu’il existe une race juive, mais dans un sens particulier. Le logiciel totalitaire, par essence, crois en des entités qui ferait bloc, or, les juifs sont définis comme un mix racial, à cause de leur histoire (la diaspora, et l’intégration aux populations locales). Les juifs peuvent être en Allemagne, en Italie, en France, aux USA, en Russie, et sont donc, logiquement divers, mais chez ces penseurs, l’âme juive est unie, et donc il existe bien une race juive, mais faite d’un mélange de différentes races. Or, en admettant la prémisse axiologique qui est que la race est un élément déterminant dans la construction d’un peuple, de son état d’esprit (on le voit chez Evola, qui parle d’un esprit de la race ou d’une race de l’esprit, la race servant de conditionnement spirituel), alors la race juive ne devrait pas exister, précisément parce qu’elle est diverse. Ajoutons à cela la guerre d’Abyssinie, ou les italiens ont découvert les juifs éthiopiens (Beta Israël), ajoutant ainsi un degré de mixité raciale, ici avec une population d’Afrique noir, qui ne fait que pousser plus loin le concept de mélange, de diversité raciale d’un peuple. Pour casser ce paradoxe, les auteurs du Diorama Filosofico trouvent des solutions.

Julius Evola photo de l.F. Clauss, 1940

Si les juifs ne peuvent être une race comme les autres, on module la sémantique, et on parle de peuple.

« On se souvient ici des affirmations de nombreux savants sur les origines de la race juive : entre autres, ils ont déclaré qu’il ne fallait pas parler d’une race juive, puisqu’elle est composée d’éléments de races différentes, mais d’un culte juif et d’un peuple juif »

Massimo Scaligero, Article du 15 mars 1939 “Les juifs, la terre et la patrie”, Diorama Filosofico, Il Regime Fascista

Il est évident que s’il y a une caractéristique commune entre toutes les diasporas juives, c’est la religion. La religion juive est vue comme le ciment de l’esprit juif. Mais cette religion, si elle est parfois désignée comme tel, est plus souvent prise sous l’angle de la loi. C’est la loi mosaïque qui structure, selon les auteurs, la judéité, et crée un esprit mondial juif.

Les juifs dans le D.F. sont donc à la fois une race, un mélange de races, un peuple, et une sorte d’entité tiers unie par la loi mosaïque3 .

Le juif, les juifs : catégoriser les juifs pour mieux articuler l’antisémitisme

Dans Il Regime Fascista, les juifs sont abhorrés comme un bloc, une entité commune, mais le D.F. fait une distinction, tous les juifs n’ont pas le même rôle. Il y a, dans certains articles, une explicitation d’une typologie des juifs en deux parties. Premièrement, les « sauveurs de Sion », soit les juifs qui ont pleine conscience de leur « fonction directive » ; c’est eux qui appliquent les protocoles des sages de Sion, et qui structurent une internationale juive, avec pour objectif final la domination du monde. En quelques sortes l’avant-garde éclairé de la judéité. La seconde, les juifs « dégénérés », ceux disposant d’une faible ou inexistante conscience de groupe. Cette vision est explicitée dans l’article du 2 mai 1939 de Carlo Rossi di Lauriano. « Éclaircissements de la question hébraïque / racisme et antiracisme d’Israël »4 . Ici l’auteur essaie de se justifier par rapport à une critique :

Mais comment ? Vous faites des juifs l’anti-race et l’ennemi de toutes les races, alors qu’eux-mêmes, dans l’histoire, nous ont donné l’exemple d’une conscience et d’une obstination raciste plus que typique ?

Carlo Rossi di Lauriano, Article du 2 mai 1939 “Chiaraimenti della questione ebraica / Razzismo e antirazzismo d’Israele”, Diorama Filosofico, Il Regime Fascista

Ici, c’est un débat interne à l’antisémitisme. Comment justifier la volonté de ségréger les juifs, en se réclamant antisémite, alors que les juifs eux-mêmes voudrait ségréger le « peuple élu » des non-juifs ? Ne serait-ce pas jouer le jeu de ceux dont on se proclame ennemi ? C.-R. di Lauriano répond en affirmant qu’il existe deux types de juifs, ceux mentionnées ci-dessus. Les premiers, aux commandes, sont racistes et défendaient l’idée d’une race juive isolée en son palais des autres races. Mais le second, le juif dit « dégénéré » serait un agitateur qui n’aurait comme seule but, inconscient, d’agiter les autres races, de les souiller et de provoquer des remous révolutionnaires en leur sein. Ici, l’auteur mentionne Léon Trotski, qui serait un juif dégénéré, agitateur né, révolutionnant les âmes slaves, et le premier type de juifs serait les armuriers de ces agitateurs, la « haute finance américaine », finançant cette révolution bolchévique. L’auteur se justifie en utilisant les arguments de Werner Sombart, définissant le capitalisme américain comme un « mosaïsme distillé ». Ici, le ciment est plus la « loi mosaïque », que le sang. Mais ce n’est pas qu’une conception de l’esprit : la dialectique raciste reste à l’oeuvre, justifiant l’esprit révolutionnaire et agité des juifs « dégénérés » comme une conséquence de leur sang, un « mélange de races ». Cet argumentaire justifie donc à la fois la ségrégation des juifs, et l’antisémitisme fasciste, mais en se dédouanant de l’accusation de jouer le jeu des juifs eux-mêmes, qui veulent, à en croire di Lauriano établir un mur impénétrable entre juifs et goyims5 .

L’antisémitisme comme outil de totalitarisation ?

L’objectif principal du fascisme italien est la formation de l’homme nouveau et la renaissance de l’Italie, la méthode étant totalitaire. Or, le totalitarisme est, par essence, le contrôle de tout par l’État. Pour les fascistes, l’italien est modelable, un minerai à façonner.

Le peuple italien est en ce moment une masse de minerai précieux. Il faut le fondre, le nettoyer de ses impuretés, le travailler. Une œuvre d’art est encore possible. Il faut un gouvernement. Un homme. Un homme qui aura le toucher délicat de l’artiste et le poing de fer du guerrier. Un homme qui connaît le peuple, le guide et le soumet – y compris par la violence

Benito Mussolini, Novembre 1917, Il Popolo d’Italia6

Or, pour fonder cet Homme Nouveau tant attendu, il faut maitriser le « minerai ». Et c’est ici que la science – en particulier la science raciale – interviens en politique. Connaitre la race, et définir ses caractéristiques, permet de mieux intervenir sur un peuple. Ici encore les deux visions de la race s’opposent. Si c’est le critère biologique qui prime, si la race n’est que de sang, alors il ne suffit que de définir biologiquement les critères de sélection ou d’exclusion. Si la race est aussi un esprit, alors il faut aussi inclure une part de politique, de spirituel dans la construction de cet homme nouveau. C’est évidemment la seconde position, celle de Evola, qui prime dans le Diorama.

Supériorité de la loi fasciste sur la loi mosaïque

Dans le D.F., cet antisémitisme par totalitarisme transparait dans une obsession pour la loi mosaïque. C’est aussi l’objet de la une de Difessa della Razza du 20 octobre 1938, où la loi fasciste se superpose au Talmud et à la Thora, imposant la supériorité de la loi fasciste, éteignant par ce mouvement une menorah, symbole classique du judaïsme

Une de Difessa della Razza, 20 octobre 1938

Cette obsession pour la loi juive figure dans au moins quatre articles du D.F. traduisant, semble-t-il, la crainte d’une allégeance pour la loi judaïque, et non italienne et fasciste. Pour s’assurer que l’Italie se totalitarise, il est nécessaire d’avoir des citoyens qui n’ont d’allégeance qu’à l’Italie, et, dans la perspective raciale, qu’ils soient de sang italien ou au moins italo-compatible. Or, les juifs, comme il a déjà été mentionné plus haut, sont d’un mix racial, qui, à cause de ce mélange des sangs, sont plus prompt à l’agitation, et ne peuvent (à en croire la doctrine evolaïste de la race), obtenir l’esprit, ou l’état d’esprit nécessaire à la formation d’un bon citoyen. Donc une menace pour l’Etat totalitaire.

Contre le Pape, contre le Roi.

Cette politique raciale peut aussi être vue comme une attaque contre deux institutions qui limitent le pouvoir fasciste : la monarchie et l’Église. Le roi, affirmant une « pitié infinie » pour les juifs, dut quand même ratifier les lois raciales. Pie XI, qui avait, dans l’encyclique Mit Brennender Sorge7 pris soin d’éviter la question des lois antisémites allemand, mais tentais, implicitement, d’opérer une remise en cause de l’antisémitisme, bien cette question demeurais absente, ou au moins très discrète de l’encyclique8 . En revanche, le pape préparait une autre encyclique qui affirmerait une condamnation de l’antisémitisme, texte qui fut enterré avec la mort du Pie XI. Mais les agitations autour du trône de Saint Pierre ne débouchent sur aucune ferme condamnation, et aucune crise avec le régime mussolinien. Ici il faut mentionner la diplomatie vaticane, qui n’est pas toujours prompte à relayer les avis pontificaux. C’est Ciano, dans son journal à la date du 30 juillet 1938 qui rapporte un rendez-vous avec le nonce pontifical au sujet du discours « violement antiraciste » du pape, et ajoute que Borgongini est « apparu assez convaincu et j’ajouterais qu’il s’est révélé personnellement très antisémite »9 . Ajoutons à cela que la presse italienne a passé sous silence le discours du Pie XI du 6 septembre 1938, affirmant que « nous sommes tous spirituellement des sémites ».

Si l’opposition au Saint Siège n’est pas le seul motif de cette loi, c’est encore une fois une manière de tester les limites de l’Eglise. C’est aussi durant cette période que les fascistes, y compris Farinacci, se prétendaient presque plus catholiques que le Pape, en remettant en question la doctrine pontificale à l’égard des juifs10 . Il est difficile de ne pas voir dans la lutte contre l’Eglise une continuation du Risorgimento, qui fut sous de nombreux aspects anticlérical, et anticatholique11 . Le Risorgimento rejetant le catholicisme comme élément constitutif de l’Etat italien, et rejetant par la même occasion l’importance de l’Eglise, faisait une place aux non-catholiques, et à fortiori les juifs, qui trouvait une place dans ce nouvel Etat unitaire. Le fascisme, en opérant le tournant antisémite, poursuit cette lutte contre le catholicisme, mais rejette l’inclusion des juifs dans ce nouvel Etat, pourtant voué à réduire l’influence de la religion, pour imposer une nouvelle religion, religion fasciste.

Le ballon d’essai totalitaire, des juifs trop intégrés ?

La perspective d’un antisémitisme d’Etat, non pas par haine des juifs, mais par objectif totalitaire n’est pas si incohérent qu’il parait. En effet, la position de Mussolini sur la question est chancelante, et donc une volonté mussolinienne de persécuter les juifs par haine de ces derniers est difficile à avancer. Mais, la possibilité cynique de cibler les juifs pour huiler la machine totalitaire est possible. En effet, cibler une population, habituer les administrations à enquêter, à discriminer, à se prononcer sur la vie ou la mort sociale d’un individu sur simple ordre de l’État, qui décide que tel ou tel élément n’est maintenant plus accepté et acceptable (ici être juif), c’est aussi un conditionnement des italiens eux-mêmes, qui se trouvent à surveiller les activités de leurs voisins, amis, familles. Et les directives à la presse du Minculpop transmettent les volontés de l’État vers le peuple. On peut aussi suivre cette analyse dans la création de l’EGLI (Ente di Gestione e di Liquidazione Immobiliare), établissant un contrôle, et de fait une suspension du droit de propriété pour une catégorie de population arbitrairement décidée par l’État. On peut aussi y voir une ingérence du PNF dans de nombreuses strates de l’État et de l’administration. Placer le contrôle des juifs entre les mains de commissions dirigées par des fascistes offre une première expérience, et un précédent pour d’éventuels futurs contrôles. Aussi, le mépris de la situation économique, entrainé par les saisies des biens des juifs et leur revente (ralentissement des activités des entreprises et dévaluation du prix de l’immobilier), témoigne du primat de la politique sur l’économie.

La réduction du droit de propriété et la nouvelle strate administrative voué au contrôle racial n’est pas la seule dimension ce renforcement totalitaire. Sur le plan social, cette loi à, bien sûr, des impacts. Par exemple, un juif turinois fut emprisonné pour avoir épousé une femme de « race italienne », et la commune fut engagé dans une procédure pénale pour ne pas avoir effectué les contrôles nécessaires12 . C’est aussi une généralisation des écoutes téléphoniques pour traquer ceux qui émettent des critiques au sujet des nouvelles lois raciales13 .

La politique antisémite, la renaissance de l’empire et la politique antibourgeoise forment un triptyque qui, dans la politique fasciste de la toute fin des années trente, doit relancer la révolution fasciste14. A ce sujet, Galeazzo Ciano cite Mussolini, dans son journal à la date du 25 octobre 1938 :

« Et c’est contre cette dégoûtante et vile bourgeoisie que je lancerai la troisième vague »

Benito Mussolini15

La bataille pour le symbole

Cette volonté d’amener l’Italie vers plus d’uniformité passe aussi par une forme de Damnatio memoriae des juifs italiens. Des rues de villes furent renommées, une discrimination au nom de famille fut instaurée, une exclusion des juifs et de leurs entreprises des annuaires téléphoniques, le tout pour donner l’illusion d’une disparition des juifs de l’Italie. C’était, pour certains, une bonne chose, car elle permettrait de faire disparaître une habitude de cohabitation, et donc faire taire une sorte de soft power juif. Mais d’autres, condamnent cette volonté. C’est le cas de Giovanni Preziosi dans son article en date du 26 juin 1942, « pour la solution intégrale du problème hébraïque »16 , dans lequel l’auteur estime q’« ici en Italie [le judaïsme] était invisible et les Italiens ne faisait aucune distinction entre juifs et non juifs », arguant d’une forte « pénétration » juive en Italie, et donc d’une nécessité de discriminer visiblement les juifs. Il soutient aussi une politique de recensement, avec un accent particulier sur l’aristocratie, voulant établir des tableaux généalogiques. S’assurant par ce fait que l’aristocratie Italienne fut de race pure, nécessitée absolue pour Preziosi puis ce que l’aristocratie, par ce qu’elle est aristocratie, garde une grande influence dans l’armée et les administrations de l’Etat.



Citer ce billet
achougny (2023, 3 décembre). L’antisémitisme dans la chronique philosophique d’Il Regime Fascista. Master civilisations, cultures et sociétés. Consulté le 13 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r9rd

  1. Marie-Anne Matard-Bonucci, L’Italie fasciste et la persécution des juifs, Perrin, 2007, p. 21 []
  2. Marie-Anne Matard-Bonucci, Op. Cit., p. 25-26-27 []
  3. Comprendre ici les lois donnés par Moïse au peuple juifs, insinuant la Torah et le Talmud []
  4. « Chiaraimenti della questione ebraica / Razzismo e antirazzismo d’Israele » []
  5. Les non-juifs []
  6. Cité dans Marie-Anne Matard-Bonnucci et Pierre Milza, L’homme nouveau dans l’Europe fasciste (1922 -1945), Paris, Fayard, 2004, p. 7. []
  7. Publié le 10 mars 1937, mais daté du 14 mars []
  8. Sous la direction de Fabrice Bouthillon et Marie Levant, Pie XI un pape contre le nazisme ?, éditions dialogues, 2016, p. 175-182 []
  9. Galeazzo Ciano, Journal, Presses universitaires du Midi, 2015 p. 214 []
  10. Voir « la chiesa e gli ebrei » (l’église et les juifs), discours du Farinacci à l’institut de culture fasciste de milan du 7 novembre 1938. []
  11. 30 Pour s’en convaincre, écouter « Se il Papa è andato via », une chanson anti pontificale (et républicaine) du Risorgimento []
  12. Marie-Anne Matard-Bonucci, Op. Cit., p. 207 []
  13. Marie-Anne Matard-Bonucci, Op. Cit., p. 207 []
  14. Renzo De Felice, Le fascisme un totalitarisme à l’italienne ? , Edition originale en italien par Giulio Einaudi Editore, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1988 []
  15. Galeazzo Ciano, Op. Cit., P. 258 []
  16. Per la soluzione integrale del problema ebraico []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search