La dictature de Sylla dans les Guerres Civiles d’Appien : les ambiguïtés de la « τυραννίδα ὁμολογοῦσαν »

Dans les derniers paragraphes du livre I des Guerres Civiles, Appien d’Alexandrie (95?-161?) traite de la fin du régime mis en place par Lucius Cornelius Sylla en 82 avant notre ère à Rome. L’historien décrit comment, de manière abrupte, l’ancien maître de Rome avait finalement quitté la scène politique en 79 pour redevenir simple particulier. Alors qu’il résidait désormais dans sa villa, Sylla laissait un goût inachevé à l’historien et aux lecteurs. Quelles sont les hypothèses d’Appien sur les raisons de l’abdication de Sylla et quelles leçons l’historien semble tirer des ambiguïtés de la nature de sa « tyrannie » ?

Buste de Sylla, copie d’époque augustéenne
Munich, Carole Raddato (CC BY-SA)

L’instauration de la dictature

Pour commencer il est impératif de rappeler ici la chronologie entre la fin de l’année 82 et l’année 79. Sylla prend le pouvoir à Rome en 82, il est désigné dictateur par un interrex pour une durée illimitée à la fin de l’année. A la mi-année 81 il abdique de ses pouvoirs dictatoriaux et se présente aux élections pour le consulat de l’année 80. Après avoir été élu et avoir exercé son consulat pendant l’année 80 il ne se représente pas l’année suivante et se retire de la vie politique en 79.

Le gouvernement de Sylla débute donc au paragraphe 450 du livre I des Guerres Civiles. Metellus, collègue de Sylla est envoyé en Ibérie combattre Sertorius et les derniers marianistes, laissant le champ libre à Sylla pour réaliser ses plans à Rome1. On verra ici que la dictature de Sylla, du moins la manière dont elle est racontée par Appien, pose de nombreux problèmes lorsqu’il s’agit de suivre la chronologie du récit. Appien laisse entendre que Metellus était un obstacle à Sylla mais on a du mal à se convaincre que cet allié loyal ait pu représenter une menace pour lui. Selon Appien Metellus fut envoyé en Ibérie au moment où Sylla fut nommé dictateur. Mais celui-ci n’a été désigné proconsul de l’Ibérie qu’en 79, après avoir exercé le consulat en 80, où il était le collègue de Sylla ! Concernant la période de la dictature de Sylla et son consulat nous allons voir qu’Appien déforme la réalité pour que les faits concordent avec sa thèse.

« Il n’était plus question de loi, d’élection ou de tirage au sort : tous tremblaient de peur et se cachaient ou gardaient le silence. »2, Appien commence ici son argumentation sur la dictature en montrant au lecteur la vision d’un despote. Pour l’historien, le fonctionnement électoral de la République était à ce moment irrémédiablement endommagé. Pour souligner le despotisme de Sylla, l’historien évoque les surnoms de Felix et d’Epaphrodite3 que le peuple lui avait attribué et gravés sur une statue en bronze exposée sur le Forum. L’historien ajoute également « je pense qu’ils se moquaient doucement de lui ou qu’ils cherchaient à l’amadouer avec leur inscription »4: on peut supposer qu’il s’agit d’une tentative d’Appien pour discréditer Sylla en dénonçant sa vanité.

Les paragraphes suivants résument quasiment à eux seuls la vision que donne Appien de Sylla à ce moment, « Sylla était pratiquement roi ou tyran, sans avoir été élu, mais par l’effet de sa puissance et l’usage de la force. »5. En le qualifiant de βασιλεὺς et de τύραννος, l’historien exprime clairement les intentions de Sylla et la nature de son pouvoir. Appien veut montrer que Sylla avait été un monarque de facto, qui détenait son pouvoir de la violence et de la terreur, et non de la légitimité républicaine. Pourtant, plusieurs points dans cette argumentation posent problème. Appien présente ici la désignation d’un interroi comme un  artifice pour donner l’illusion d’une élection6.

Les consuls Marius et Carbo ayant été tués pendant la guerre, il était normal que la procédure soit la désignation d’un interroi par le Sénat.7 Appien décrit la désignation de l’interroi comme le seul fait de Sylla qui aurait « ordonné » aux sénateurs de lui obéir8. La procédure étant conforme à la coutume on a du mal à comprendre pourquoi Sylla aurait dû forcer la main au Sénat. Lorqu’Appien évoque ensuite l’élection de Valerius Flaccus par le Sénat comme interroi, l’historien affirme que les Romains s’attendaient à ce qu’il propose l’élection de consuls. Compte tenu de la situation dans laquelle la République se trouvait et la guerre civile que Rome avait traversée on peut avoir des doutes. Après avoir adressé une lettre à Flaccus lui proposant de le désigner comme dictateur, Sylla est ensuite institué des pouvoirs dictatoriaux.

Appien résume ainsi la situation dans un passage contradictoire, « Non certes de leur plein gré –ils ne votaient plus rien selon la procédure légale et, en un mot, ils pensaient même que l’affaire n’était absolument pas de leur compétence– mais parce qu’ils étaient totalement désemparés, les Romains accueillirent avec satisfaction ce simulacre de scrutin comme une image et une apparence de la liberté et ils élurent Sylla tyran, avec les pleins pouvoirs, pour aussi longtemps qu’il voudrait. »9. S’ils jugeaient que ces affaires n’étaient plus de leur compétence, et qui plus est illégales, alors pourquoi les Romains auraient ils voté la loi ? Comment peut-on accueillir avec satisfaction un simulacre que l’on désapprouve ?

On peut noter également que là où dans sa préface aux §9-10 Appien évoquait une dictature « à vie », il est maintenant question d’une dictature à durée indéterminée et par conséquent révocable. Au paragraphe suivant l’historien insiste sur l’habituelle courte durée des dictatures qui avaient été exercées par le passé. Selon lui, à partir du moment où la dictature de Sylla ne fût pas explicitement limitée dans le temps elle était devenue une tyrannie complète. Appien évoque également la titulature de Sylla « dictateur pour établir des lois pour restaurer les institutions »10 qui pour lui était une expression servant d’euphémisme pour qualifier la tyrannie. En réalité, cette titulature correspond précisément à la mission que le Sénat avait demandé à Sylla d’accomplir et ne fait pas ici office d’excuse au pouvoir tyrannique mais définit bien un cadre limité à l’exercice de cette magistrature.

Finalement Appien fait le bilan de la situation politique à Rome à la fin de l’année 82 : « Ce fut ainsi que les Romains, qui avaient été gouvernés par des rois pendants plus de soixante olympiades […] firent de nouveau l’expérience de la royauté »11. La dictature de Sylla passe ainsi pour une βασιλείας déguisée. Pour appuyer ses propos Appien ajoute que Sylla était accompagné de vingt-quatre licteurs « à la manière des rois », en réalité il était de coutume que le dictateur soit précédé de vingt-quatre faisceaux.

L’historien englobe ainsi cette image de Sylla dans l’expression de βασιλεύων δικτάτωρ, le « dictateur investi du pouvoir royal ». Pourtant deux consuls furent élus pour l’année 81, Marcus Tullius et Cornelius Dolabella. Si Sylla était effectivement devenu basileus alors pourquoi se serait-il donné la peine de conserver les élections ? Pour Appien il s’agissait de « sauver les apparences de la constitution ancestrale »12.

Appien veut ainsi montrer que Sylla avait usurpé le pouvoir et avait trompé les Romains sous la menace de la violence en devenant dictateur. Il aurait forcé le Sénat à lui octroyer des pouvoirs illimités et cela de manière abusive et illégale, dans le but d’asseoir sa tyrannie. Premièrement, la désignation d’un dictateur n’avait rien d’anormal dans cette situation, la République avait traversé une terrible guerre civile et son système politique en avait fait les frais. On peut donc affirmer que le Sénat approuvait la désignation d’un dictateur. Ensuite l’argument de la dictature abusive car sans limite de temps ne tient pas ; la mission de Sylla en tant que dictateur était explicite et impliquait bien un début et une fin : la restauration des institutions. Et donc, après avoir accompli sa mission, c’est à dire « établir les lois qu’il jugerait bon, en toute indépendance, et pour restaurer les institutions » Sylla a mis fin à la dictature et a rendu ses pouvoirs.

La question de la durée de la dictature est ici au cœur du problème : Appien désigne la dictature comme une magistrature exceptionnelle dont le pouvoir, certes illimité, était freiné par sa durée limitée, c’est à dire six mois. Par conséquent, Sylla aurait été dans l’illégalité en allant au-delà de cette limite. En réalité la durée de la dictature n’était pas nécessairement associée à une durée fixe de six mois. Pour preuve, certains dictateurs avaient exercé cette charge pendant des durées très courtes. Le problème vient ici de la nature de cette magistrature exceptionnelle. Là où Appien insiste sur sa durée limitée, le cadre de la dictature se définit plus par rapport à la mission visée que par la durée nécessaire à sa réalisation.

Fondamentalement Appien ne comprend pas, ou ne veut pas comprendre, la nature de la dictature de Sylla. Compte tenu de l’importance de la tâche qui fut de restaurer les institutions républicaines, il ne semble pas anormal qu’une dictature excédant une durée conventionnelle ait été décrétée, proportionnellement à la tâche à accomplir : on y avait associé un cadre temporel proportionnel. La dictature de Sylla apparaît alors comme une magistrature doublement exceptionnelle : en raison de sa rareté, Appien souligne que la dernière dictature remontait à quatre siècles, ce qui est une erreur puisque la dernière datait de 20213, et par sa durée qui, il est vrai, fut plus longue qu’une dictature conventionnelle généralement fixée à six mois. Finalement, la dictature qui était progressivement tombée en désuétude fut redécouverte et réinventée par les Romains pour répondre à la crise institutionnelle de la République14.

La restauration de Sylla

Pour comprendre la dictature de Sylla il faut évoquer les réformes qu’il a entreprises. Premièrement Appien décrit comment le dictateur a réformé le cursus honorum ; après cette réforme il devenait impossible pour un citoyen d’exercer la préture s’il n’avait pas préalablement été questeur ; il ne lui était pas non plus possible d’être élu au consulat sans avoir été préalablement préteur. Sylla instaure également un minimum de dix années d’intervalle entre deux même magistratures15. Il diminue également les prérogatives du tribunat de la plèbe16 et empêche qu’un tribun puisse exercer une autre magistrature par la suite17.

Ces quatre mesures sont fondamentales pour comprendre les projets de réforme de Sylla, l’objectif étant de se prémunir qu’un seul homme monopolise le consulat, comme l’avait fait Marius lors de ses sept magistratures. Rendre obligatoire la poursuite rigoureuse de la carrière des honneurs permettait également de limiter l’ascension trop rapide de certains ambitieux. Enfin, la réforme du tribunat fixait des bornes au pouvoir des tribuns qui avaient été à l’origine d’abus et obstruaient le fonctionnement de la République ; le souvenir du tribunat de Sulpicius en 88 envahissait probablement l’esprit de Sylla. Marius avait également été tribun de la plèbe en 119 et cette fonction permettait d’accéder plus facilement aux magistratures supérieures. En cloisonnant ainsi les magistratures, Sylla souhaitait empêcher que ces homo novus n’entrent en concurrence avec l’aristocratie sénatoriale18.

Le dictateur avait également réformé le Sénat. Au paragraphe 468 Appien évoque de quelle manière Sylla avait « recruté » trois cents chevaliers, tout en permettant aux comices tributes de voter sur chacun des candidats19. À nouveau on note un paradoxe dans le récit d’Appien : si Sylla était bel et bien tout puissant à Rome pour quelle raison aurait-il laissé les élections se dérouler au risque qu’un de ses candidats soit rejeté ? L’historien semble mélanger ici deux évènements, il amalgame la désignation de nouveaux sénateurs par élection et la réforme de la structure du Sénat. Le nombre de places avait été doublé par le dictateur, passant de trois cents à six cents. De plus la guerre avait saigné la classe sénatoriale et il fallait par conséquent renouveler l’effectif des Sénateurs20. On comprend donc qu’après le doublement des sénateurs des élections se sont tenues, conformément à la coutume, et qu’Appien a interprété cela comme Sylla intégrant au Sénat trois cents chevaliers qui lui étaient fidèles. S’il est certain qu’une partie de ces nouveaux sénateurs étaient effectivement favorables à Sylla il faut donc nuancer la lecture d’Appien et supposer que les élections avaient ici une réelle importance et ne servaient pas d’artifices.

Sylla avait également fait affranchir dix mille esclaves et les avait intégrés dans la gens Cornelia21. Cette mesure était une conséquence indirecte des proscriptions puisque Sylla s’était engagé à faire affranchir les esclaves qui livreraient leurs maîtres. Ayant également eu l’appui de vingt-trois légions Sylla les avait également récompensés en distribuant des terres confisquées aux citées qui lui avaient été hostiles (voir p. 23). Appien évoque le fait qu’une partie des terres distribuées à ses vétérans « était encore indivise »22, on peut supposer qu’il désigne ici des terres de l’ager publicus. Sylla se retrouvait ainsi avec dix mille affranchis intégrés à sa clientèle et des vétérans fidèles implantés dans toute l’Italie. Ces alliés se retrouvaient ainsi directement tributaires du pouvoir de Sylla puisque leur nouvelle situation dépendait dorénavant du devenir des réformes du dictateur. Si pour Appien ces décisions n’étaient jamais plus que des manœuvres de Sylla pour placer ses pions, et de disposer de facto d’une armée privée si besoin, ces dons deviendraient la source de disputes à Rome après la fin de la dictature.

Quelles seraient alors les répercussions de ces réformes et comment Sylla allait il garantir leur respect ? Au paragraphe 471 Appien décrit un incident qui s’était produit avant les élections pour le consulat de l’année 81. Sylla avait fait tuer Quintus Lucretius Ofella, le prétexte rapporté par Appien étant le non-respect de la réforme du cursus honorum, Ofella n’ayant pas exercé la questure ni la préture en aval de sa candidature. Si Appien semble insister sur l’irascibilité de Sylla propre à la tyrannie « c’était à tous égards un homme redoutable et d’une irascibilité extrême »23, on peut y voir plutôt une volonté de Sylla de faire ici un exemple. L’intransigeance de Sylla qui, investi des pouvoirs dictatoriaux, était dans la légalité, sert d’argument à l’historien pour souligner son caractère despotique. Dans tous les cas il était clair que Sylla ferait appliquer ces réformes coûte que coûte.

Pour donner un aperçu du ressenti de la population vis-à-vis du pouvoir de Sylla, Appien évoque ensuite les surnoms que les Romains auraient donné à son gouvernement : « Certains, par raillerie, qualifiaient son gouvernement de monarchie inavouée, parce que le titre de roi était la seule chose qu’il tenait cachée. » L’historien utilise également l’expression de « tyrannie avouée »24. À nouveau il revient sur la réalité ambiguë de la dictature de Sylla, mais la reconstitution des faits par Appien pose problème. Au paragraphe 478 Appien évoque le consulat de Sylla lors de l’année 80 avec pour collègue Metellus Pius. Selon lui, Sylla était à ce moment là encore dictateur25 et avait décidé d’exercer le consulat par soucis des apparences républicaines26. Erreur du fait des sources qu’utilise Appien ou volonté de déformer les faits, le résultat est que l’historien augmente d’au moins une année et demi la dictature de Sylla27. Le règne de Sylla en tant que monarque inavoué n’a-t-il pas été amplifié ?

Une abdication improbable ?

L’année suivante, en 79, Sylla n’a pas renouvelé son consulat. Selon Appien, abdiquant la dictature, il avait ensuite « désigné » les deux nouveaux consuls, Servilius Isauricus et Claudius Pulcher28. Appien voit dans cette désignation une preuve du despotisme de Sylla qui passait outre les élections en choisissant lui-même les nouveaux consuls. Pourtant Sylla avait bien remporté les élections pour le consulat de 79 mais n’avait pas souhaité exercer la magistrature. Peut-on parler de popularité du consul sortant ? Si l’on peut relever l’entêtement d’Appien dans son erreur lorsqu’il évoque l’abdication du « pouvoir suprême », désignant ici la dictature, on peut également percevoir la volonté de Sylla de montrer l’exemple puisque la réforme sur la limite consécutive des mandats devait l’empêcher d’exercer le consulat à nouveau.

Appien sur l’abdication de Sylla, extrait des Guerres Civiles, Livre I , CIV, éditions CUF, établi et traduit par P. Goukowsky

L’historien juge ensuite du caractère absurde de l’abdication de Sylla. Rome avait payé si cher l’arrivée au pouvoir du dictateur pour que finalement, contre toute attente, il rende ses pouvoirs. Se déclarant simple citoyen, Appien explique comment Sylla était passé du jour au lendemain du pouvoir monarchique à celui d’un citoyen parmi d’autres29. En réalité Sylla avait rendu progressivement ses pouvoirs, passant de la dictature au consulat, ne le renouvelant pas l’année suivante, il n’avait pas quitté la politique de manière si abrupte. Ainsi, le consulat semble avoir été une période de transition dans la carrière de Sylla. Puisque lorsqu’il était dictateur il se plaçait au-dessus des consuls, il était descendu d’une marche et avait partagé ses pouvoirs avec un collègue.

L’historien décrit ensuite de quelle manière Sylla, après avoir rendu ses faisceaux30, était rentré chez lui devant une foule qu’il terrifiait encore. De manière romanesque Appien décrit le départ de Sylla, marchant parmi la population dans un silence de mort. Dans une anecdote, que l’on ne retrouve dans aucune autre source31, l’historien décrit Sylla répondant à un jeune homme qui l’invectivait sur le retour : un jour ce même jeune homme empêcherait un « autre dictateur » de rendre ses pouvoirs, anticipant ainsi la dictature de César32. C’est le premier parallèle qu’Appien établit entre Sylla et César dans les Guerres Civiles. Cette volonté de rapprocher les deux hommes montre peut-être que la vision de la carrière politique de Sylla, ou du moins le récit qu’en faisait Appien, avait été contaminée par la postérité plus importante de César. Pour faire coller la dictature de Sylla à celle de César l’historien n’a-t-il pas amplifié l’ambition du premier ?

Tandis que Sylla se retire dans sa villa Appien s’interroge sur ses motivations, relevant le fait qu’il disposait encore d’un grand nombre d’alliés qui lui auraient aisément permis de conserver le pouvoir. Les campagnes militaires victorieuses avaient considérablement renforcé sa légitimité et Sylla aurait pu maintenir ce statut indéfiniment s’il en avait eu l’envie33. L’historien résume les raisons selon lui de l’abdication de Sylla en un paragraphe révélateur de son analyse : « Mais je crois qu’il avait été saisi par le dégoût des guerres, le dégoût du pouvoir, le dégoût de la Ville, et qu’il avait fini par se prendre de passion pour la vie à la campagne. »34.

Conclusion

Appien est mis face à ses propres contradictions lorsque Sylla abdique. Le paradoxe est évident ; son récit explique à longueur d’arguments pourquoi Sylla voulait mettre en place une monarchie. Comment peut-il alors justifier le fait que le dictateur, investi de fait des pouvoirs monarchiques, s’abstienne finalement d’abolir la République. Les hypothèses d’Appien sont les suivantes : premièrement il n’aurait pas osé aller jusqu’à mettre en place un régime personnel permanent, peut-être par peur. Autre possibilité, là simple erreur politique, une sorte d’accident de parcours de Sylla qu’Appien n’explique pas. Enfin comme dernière hypothèse, et celle-ci est le plus gros aveu d’échec de la démonstration d’Appien, Sylla aurait tout simplement été lassé du pouvoir monarchique ! Comment après une telle conclusion le récit d’Appien sur l’ascension de Sylla vers la monarchie et son projet politique peut-il encore tenir ? Appien semble reprocher à Sylla son abdication, peut-être parce que celle-ci fait voler en éclats sa propre démonstration ?

Alors que l’historien expliquait pourquoi Sylla avait mis en place une monarchie de fait, son retrait (bien qu’aucune réelle menace contre son pouvoir n’existait) allait à contre-sens de la démonstration de l’historien. Le problème est qu’Appien a voulu transposer des réalités propres au monde grec à Rome à une époque bien différente de la sienne. Il mit cette retraite inattendue sur le compte de la lassitude : Sylla avait fini de jouer au monarque et voulait laisser l’image d’un Romain prenant sa retraite après avoir accompli sa mission, comme Cincinnatus en son temps. Pour Appien, Sylla, en mettant en place une monarchie, à l’image des Lagides ou des Séleucides, aurait pu éviter la reprise des luttes pour le pouvoir. Le projet historique d’Appien était de montrer pourquoi la mise en place du principat, qu’il désigne sans détours comme une monarchie, avait mis fin aux guerres civiles. Plutôt que de reconnaître le fait que Sylla ne désirait peut-être pas plus le pouvoir monarchique que de mener une réforme de la République en faveur de l’aristocratie, Appien préfère s’entêter dans sa lecture biaisée des évènements.

Le conflit entre Marius et Sylla prédisait, selon l’historien, celui de César et Pompée, qui lui-même plantait les bases de l’opposition finale entre Octavien et Antoine. Sylla devient alors un outil servant malgré tout la destinée de Rome. Portant pour la première fois la main sur Rome, il créait ainsi un précédent dont s’inspireraient ses successeurs. En jugement final, Appien fait passer Sylla pour un monarque non-accompli, un tyran ayant hésité au dernier moment, qui après avoir goûté au pouvoir suprême s’efface devant l’histoire et ne fait jamais figure que de prélude à une chute de la République, selon lui, écrite d’avance.



Citer ce billet
Julien Roignant (2023, 4 décembre). La dictature de Sylla dans les Guerres Civiles d’Appien : les ambiguïtés de la « τυραννίδα ὁμολογοῦσαν ». Master civilisations, cultures et sociétés. Consulté le 13 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r9rg

  1. App. B.C. I, XCVII, 450 « Σερτωρίου […] Μέτελλον μὲν ἐπι τοῦτον ἐξέπεμπεν ἐς Ἰβηρίαν, τὰ δʹ ἐν τῇ πόλει καθίστατο ἅπαντα ἐϕʹ ἑαυτοῦ, καθʹ ὃν ἐϐούλετο τρόπον. » []
  2. App. B.C. I, XCVII, 451 []
  3. App. B.C. I, XCVII, 452 []
  4. App. B.C. I, XCVII, 453 []
  5. App. B.C. I, XCVIII, 456 []
  6. «  δεόμενος δʹ ἄρα καὶ τοῦ προσοιήματος αἱρετὸς εἶναι δοκεῖν, ὧδε καὶ τόδε ἐμηχανήσατο. » []
  7. Sur l’évolution du Sénat : M. Bonnefond-Coudry [1989], Le Sénat de la République romaine. De la guerre d’Hannibal à Auguste []
  8. App. B.C. I, XCVIII, 458 « αὐτὸς μέν που τῆς πόλεως ὑπεξῆλθε, τῇ δὲ βουλῇ προσέταξεν ἑλέσθαι τὸν καλούμενον μεταξὺ βασιλέα. » []
  9. App. B.C. I, XCIX, 461 []
  10. App. B.C. I, XCIX, 462 []
  11. App. B.C. I, XCIX, 463 « Οὕτω μὲν δὴ ʹΡωμαῖοι βασιλεῦσιν ὑπὲρ τὰς ἑξήκοντα ὀλυμπιάδας χρησάμενοι […] αὖθις ἐπειρῶντο βασιλείας » []
  12. App. B.C. I, C, 465 « Ὃ δʹ ἐς μὲν πρόσχημα τῆς πατρίου πολιτείας ὑπάτους αὐτοῖς ἐπέτρεψεν ἀποϕῆναι, καὶ ἐγένοντο Μᾶρκος Τύλλιος καὶ Κορνήλιος Δολαϐέλλας » []
  13. F. Hinard, [2008], pp. 49-55 []
  14. Sur la réinvention de la dictature à l’époque de Sylla : A. Pierré-Caps [2016], « L’État d’exception dans la Rome antique », Civitas Europa 2016/2 (N°37), pp. 339-349 []
  15. App. B.C. I, C, 466 []
  16. Privé de la sacro-sainteté tribunitienne et du droit d’intercessio le tribunat de la plèbe était alors vidé de son contenu et ne représentait plus une menace majeure pour le Sénat. []
  17. App. B.C. I, C, 467 []
  18. Sur l’opposition entre le pouvoir des tribuns et le pouvoir consulaire : M. Youni [2019], « Violence et pouvoir sous la Rome républicaine : imperium, tribunicia potestas, patria potestas », Dialogues d’histoire ancienne 2019/1 (45/1), pp. 37-64 []
  19. App. B.C. I, C, 468 []
  20. Sur l’incorporation des chevaliers au Sénat lors de la dictature de Sylla : C. Nicolet [1966], L’ordre équestre à l’époque républicaine (312-43 av. J.-C.), pp. 581-591 []
  21. App. B.C. I, C, 469 []
  22. App. B.C. I, C, 470 « τὴν μὲν ἔτι οὖσαν ἀνέμητον » []
  23. App. B.C. I, CI, 471 « ἐς ἅπαντα δʹ ἦν οὕτω φοϐερὸς καὶ ἄκρος ὀργήν » []
  24. App. B.C. I, CI, 473 « Καί τινες αὐτοῦ τὴν ἀρχὴν ἀρνουμένην βασιλείαν ἐπισκώπτοντες ἐκάλουν, ὅτι τὸ τοῦ βασιλέως ὄνομα μόνον ἐπικρύπτοι· […] τυραννίδα ὁμολογοῦσαν ». []
  25. App. B.C. I, CIII, 478 []
  26. Appien parle des « apparences démocratiques » en utilisant le mot « δημοκρατικῆς » que l’historien utilise très rarement au cours des Guerres Civiles.). Appien affirme donc que lors de l’année 80 Sylla était à la fois dictateur et consul. Mais comme le répète François Hinard, Sylla n’était déjà plus dictateur en 80 ((F. Hinard, [2008], pp. 59-60 []
  27. Pour rappel la dictature de Sylla prend fin à l’été 81. []
  28. App. B.C. I, CIII, 480 []
  29. App. B.C. I, CIII, 481, 482, 483 []
  30. App. B.C. I, CIV, 484 []
  31. F. Hinard [2008], Appien, Guerres Civiles Livre I, notes complémentaires, p. 199, CUF []
  32. App. B.C. I, CIV, 485, 486, 487 []
  33. Sur le lien étroit entre campagnes militaires et carrière politique : N. Barrandon [2021], « Du champs de bataille au champ de Mars : les sorties de guerre des généraux romains aux deux derniers siècle de la République », Revue historique 2021/3 (n°699), pp. 749-763 []
  34. App. B.C. I, CIV, 490 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search