La restructuration des études urbaines autour d’un champ disciplinaire qui se veut pluridisciplinaire et professionnalisant : le cas de l’institut de géoarchitecture de Brest :

Introduction

La genèse du mot « urbanisme », fruit d’une volonté de certains théoriciens du champ urbain à vouloir créer une discipline propre à leur savoir et à leur savoir-faire au début du XXème siècle, apparait comme le point de départ de la structuration des études urbaines en tant que champ disciplinaire.

La création de l’ Ecole des Hautes Etudes Urbaines à Paris, par Marcel Poëte1 en 1924 marque le point d’ancrage de l’urbanisme comme discipline d’enseignement. La création de cette école fait suite à la Loi Cornudet2 en 19193 qui promulgue la mise en place de documents d’urbanisme tel que le plan d’aménagement, d’embellissement et d’extension de la ville . Il est donc, suite à cette loi, nécessaire de former des professionnels capable de rédiger ces documents et c’est pour cet objectif principal que, malgré quelques remous, l’EHEU est créé. 

L’urbanisme de cette époque est marqué par un caractère d’utilité publique. Les urbanistes ont, en effet, vocations à rentrer dans la fonction publique et à rédiger des documents d’urbanismes pour les grandes villes de France qui sont soumises à la Loi Cornudet et non, à travailler, comme aujourd’hui dans des cabinets privés

C’est bien plus tard, à la fin des années 60 que l’on remarque une certaine effervescence intellectuelle autour de la notion de ville comme objet d’étude (Comme le montre l’ouvrage d’Henri Lefevre “Le droit à la ville” paru en 1968) qui s’accélère après les événements de Mai 68. On observe, après cette date une certaine critique de la part des étudiants en ce qui concerne l’urbanisme fonctionnaliste qui est de mise à cette époque. Ainsi, les étudiants vont critiquer les savoirs qui leurs sont enseignés et réfléchir à un nouveau paradigme permettant à l’urbanisme de s’ouvrir à la société.

Outre cela, le ministère de l’équipement va soutenir financièrement un nouvel engagement pédagogique passant par la constitution d’instituts d’urbanisme au sein des universités et des grandes écoles et ayant pour vocation de constituer un champ disciplinaire propre à l’urbanisme en formant de nouveaux profesionnels

Dans quelle mesure l’urbanisme s’intègre -t-elle, par diverses stratégies, à l’institution universitaire ? 

Comment la création des Instituts d’urbanisme induit-elle l’autonomisation d’un champ disciplinaire ? 

La création des Instituts d’Urbanisme

Le champ de l’urbanisme est appuyé par certains services étatiques, et principalement par le Ministère de l’Equipement dont l’objectif va être de réinventer le métier d’urbaniste pour faire face aux nouveaux besoins et enjeux. Plusieurs instituts d’urbanisme vont être créés en province (l’institut d’urbanisme de Paris qui existe depuis la première moitié du XXème siècle et rejoint par plusieurs autres institutions tels que l’Institut d’urbanisme de Lyon en 1973 ou encore l’Institut de géoarchitecture de Brest en 1976) afin de former de nouveaux professionnels mais également impulser la création d’un savoir scientifique.

L’objet d’étude de ce mémoire va donc porter sur la création des instituts d’urbanisme et leur rôle dans la restructuration des études urbaines dans les années 60-80.


L’autonomisation du champ des études urbaines et la restructuration de la discipline de l’urbanisme

Avec de grandes figures, tel que Pierre Merlin, portant les projets de créations d’instituts, l’urbanisme va se remodeler en un savoir et en un champ de recherche dont l’objet d’étude se veut unificateur d’un ensemble de savoirs scientifiques instituant un caractère d’appartenance à la discipline de l’urbanisme. 

L’appartenance à une discipline légitimée par un cycle universitaire induit également un besoin de reconnaissance des urbanistes à travers des associations afin de pouvoir faire face à la concurrence des architectes et des géographes (principalement), qui prétendent également à exercer le métier d’urbaniste. Le rôle de l’APERAU va, par exemple, être essentiel dans la structuration des études d’urbanisme et la reconnaissance de ses diplômés.

De surcroit, les instituts s’autonomisent progressivement dans le cadre universitaire à mesure qu’ils se développent et se structurent sur le territoire métropolitain. 

Cependant, ce savoir singulier, dans un contexte d’augmentation des effectifs au sein des formations4 , institut une jalousie complexe avec le monde universitaire qui redoute l’arrivée d’une formation professionnalisante au sein d’une institution vouée, selon eux, à la fabrique d’un savoir scientifique. La méfiance est donc d’abord de mise bien que les instituts reçoivent des soutiens de la part de certaines disciplines qui leurs permettent d’abord de survivre, puis de se renforcer aux fils des années.

Ainsi, anciennement « esclave » de la géographie, sous-champs disciplinaire au CNU, l’urbanisme devient une discipline dispensant aux étudiants un savoir pluridisciplinaire et professionnalisant.

L’étude de l’Institut de Géoarchitecture

Ce travail porte sur une étude laborieuse d’un Institut d’urbanisme en particulier : l’Institut de Géoarchitecture situé à la Faculté de science de Brest, au 6 rue Le Gorgeu. Comme précisé sur son site : “L’institut de Géoarchitecture forme depuis 1976 les cadres professionnels de l’urbanisme, de l’aménagement et de l’environnement.”5 . Cependant l’Institut dispose également d’une unité de recherche reconnue par le ministère depuis 1986, composé de la quasi totalité des enseignants de l’Institut mais comptant également dans ses membres des chercheurs de d’autres universités et de d’autres écoles6 . De surcroît, il est également possible de continuer ses études au sein d’un doctorat, rattaché à la grande école doctorale “sciences humaines et sociales” de la région Bretagne.

Logo Institut de Géoarchitecture
logo de l’institut de Géoarchitecture

L’institut de Géoarchitecture permet, en outre, d’examiner un cursus de 3 ans (Licence 3 et Master) qui se veut professionnalisant à travers la mise en place d’ateliers professionnels portant sur la mise en oeuvre de projet portée par les étudiants, avec l’aide de professeurs référent, lié à une commande venant du public ou du privé se déroulant en M1 puis en M2. Un stage est également demandé aux étudiant de L3 et de M2. De surcroit, la recherche prends également une place importante au sein de cette formation à travers la réalisation de 2 mémoires (L3 et M1). Le nombre considérable d’intervenants au cours de la formation répond également au rôle essentiel du lien avec les professionnels des métiers de l’urbanisme.

De plus, les Instituts d’urbanismes sont, pour la plupart, portés par un homme, qui crée un modèle pédagogique variable propre à son propre parcours, à ses valeurs et à sa manière d”aborder l’urbanisme . Daniel Le Couédic, le directeur, pendant plusieurs années, de l’Institut de Géoarchitecture à former celui-ci sur une base pédagogique portant sur la recherche, les ateliers professionnels, les stages dans le milieu professionnel et les interventions extérieures de professionnels. C’est par sa personne que l’Institut c’est créé et à pérennisé dans le temps.

Daniel Le Couédic - Ti Ar Vro Kemper.jpg
Daniel Le Couédic, fondateur de l’Institut de Géoarchitecture de Brest


Le rôle des archives dans la lecture de la création de l’Institut

En outre, à travers les archives dont nous disposons au sein de l’Institut, nous allons tenter de rendre compte de la difficile installation de celui-ci au sein de la Faculté de Science de Brest mais également de la difficulté de sa pérennisation. En effet, nous pouvons remarqué une volonté de la part de d’autres formations scientifiques à faire fermer cette formation du fait que celle-ci se positionne en dehors des schémas classiques des parcours universitaire, en faisant rentrer un savoir professionnalisant au sein de l’Université. Or, cette volonté de professionnalisation des étudiants au sein de l’Université est difficilement envisageable dans l’esprit de la plupart des universitaires de l’époque car le rôle de l’Université doit se cloisonner, selon eux, en la transmission d’un savoir disciplinaire et non en la formation à un métier. Ainsi, l’installation de l’Institut d’urbanisme va introduire de nombreuses controverses au sein de l’Université Bretagne Occidentale. L’intervention de personnes venant du monde professionnel va notamment poser la question de leurs intervention dans la formation des étudiants sans reconnaissance ni légitimité promulgué par les institutions universitaires elle-même. 

La formation proposé au sein de l’institut de Géoarchitecture promeut donc la volonté d’autonomisation portée par le l’urbanisme en tant que champ disciplinaire professionnalisant et pluridisciplinaire, et instituer par la création des instituts d’urbanisme. Ainsi, l’institut de Géoarchitecture dispose également d’une reconnaissance au sein de l’APERAU permettant à ses étudiants, après 5 ans (dont 3 passées au sein de l’institut) de demandé la reconnaissance d’urbaniste. La promotion de l’urbanisme en tant que champ disciplinaire passe par les formation en urbanisme qui dispose d’ne reconnaissance institutionnelle et qui forme des étudiants au différents métiers de l’urbanisme par la constitution d’une équipe pédagogique permettant une professionnalisation et une pluridiciplinarisation des étudiants.


Conclusion

L’institut de géoarchitecture de Brest est donc un très bon exemple de la reconstitution du champ disciplinaire de l’urbanisme à travers la formation d’institution propre à leur discipline permettant une autonomisation et une diciplinarisation du champ d’étude de l’urbain et une reconnaissance de celui- ci à travers des institutions qui leurs sont propres.

  1. Marcel Poëte est d’abord bibliothécaire puis conservateur de la bibliothèque des travaux historiques de Paris []
  2. les villes de plus de 10 000 habitants et les communes du départements de la Seine principalement []
  3. puis augmenté en 1924 []
  4. lié une augmentation démographique et à une démocratisation de l’enseignement supérieur, hérité de Mai 68 []
  5. http://www.geoarchi.net/actu/accueil []
  6. école d’architecture, Université Bretagne Sud []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
creach (10 novembre 2018). La restructuration des études urbaines autour d’un champ disciplinaire qui se veut pluridisciplinaire et professionnalisant : le cas de l’institut de géoarchitecture de Brest : Master civilisations, cultures et sociétés. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/r9of


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search