LA RÉVOLTE PARISIENNE DE 1306 : analyse de deux extraits de chroniques.

Lorsque l’on parle d’insurrections parisiennes, c’est d’avantage vers l’époque contemporaine que l’on se tourne. Il est vrai que la ville a connu son lot de révoltes au XIXe siècle, notamment celle de la Commune en 1871.  Toutefois, le Paris médiéval a lui aussi connu un nombre important d’insurrections : au XVe siècle, au temps de la guerre civile entre Armagnacs et Bourguignons ; à l’époque d’Etienne Marcel, au milieu du XIVe siècle ; ou encore dès 1306, sous  Philippe le Bel.  L’analyse fine de ces révoltes montre par ailleurs l’existence d’une solide alliance,  entre l’élite bourgeoise de la ville et le souverain1. Alliance qui se remarque notamment lors de la révolte de 1306. La compréhension des insurrections Parisiennes du Bas Moyen-Âge, exige donc que l’on s’attarde sur cette révolte de 1306. Plus précisément l’objet de notre étude, se base sur la comparaison de deux documents d’époque.  
Avant toute-chose, il est néanmoins nécessaire de présenter la situation de Paris, qui est originale dans l’occident médiéval.

La situation de Paris au début du XIVe Siècle

Paris et ses environs au XVe siècle, Bnf, ms. français 6465, fol. 57, Grandes Chroniques de France, Jean Fouquet, enlumineur, vers 1455.  
Une capitale originale, tardivement sous tutelle royale

Selon Claude Gauvard “Paris réussit l’exploit d’être la plus grande ville d’Occident dans un royaume faiblement urbanisé”2. En effet, il s’agit de la ville la plus peuplée d’Europe, avec au moins 200 000 habitants au début du XIVe siècle3. En outre le cas de Paris est aussi particulier du fait de son statut de capitale du royaume, qu’elle acquiert sous le règne de Philippe Auguste (1180-1223). C’est lui qui décide d’y déposer les archives de la monarchie. A la mort de ce dernier, Paris cumule des fonctions économiques, religieuses, intellectuelles, curiales et politiques ; ce qui est unique en Occident4. Les rois de France investissent donc Paris au XIIIe siècle, mais ne cherchent pas encore à la soumettre à un contrôle total. Cependant, à mesure que Paris devient la capitale politique du royaume, il convient de lui imposer une certaine obéissance et de lui conférer un certain prestige.  De ce fait, les pouvoirs traditionnels sont restés dans la ville exceptionnellement forts, du fait que le roi de France y est seigneur. Ce dernier par ailleurs, veilla à ne jamais accorder d’autonomie municipale, à la différence de ce qui s’est passé dans les villes du Nord, sous la forme de charte de commune. Les bourgeois de la capitale n’ont donc jamais songé à obtenir de commune par la force, et celle-ci est longtemps restée une ville de prévôté 5.

La formation d’un patriciat : les bourgeois de Paris   

La croissance de la ville implique cependant une réforme de son administration et le roi a besoin d’interlocuteurs capables de représenter ses habitants lorsqu’il faut négocier l’impôt. Saint-Louis, qui souhaite s’appuyer sur l’élite bourgeoise de la ville, érige donc en municipalité, vers 1260, la Hanse des marchands de l’eau qui gère le commerce fluvial, d’où le nom de prévôté des marchands6. Néanmoins cette municipalité a des attributions limitées. En effet, Saint-Louis cantonna le prévôt des marchands et ses échevins dans des attributions commerciales.  Il s’agit toutefois de l’acte de naissance d’une bourgeoisie échevinale : un groupe social dont la puissance provient du cumul du pouvoir économique et municipal ; formant dès le début du XIVe siècle un milieu étroit et fermé. Celle-ci partage une intimité relative avec le pouvoir royal lui donnant une influence politique certaine7.
Ce lien entre notables bourgeois et royauté se perçoit notamment dans les récits de la révolte qui secoua Paris en 1306, en plein règne de Philippe IV le Bel (1285-1314).

La révolte de 1306 vue par deux chroniqueurs 

Afin de faciliter la compréhension au  lecteur, il nous faut résumer la révolte de 1306, avant d’aborder deux des principales sources de l’événement et de les comparer. 

Les grandes lignes de l’événement de 1306

Aujourd’hui les historiens sont plutôt unanimes autour des grandes lignes de l’événement.  Une foule de locataires parisiens ruinés par une réévaluation monétaire vint assiéger Philippe le Bel au Temple. Les insurgés avaient auparavant saccagé la courtille de son voyer Etienne Barbette, un bourgeois  dont on disait qu’il avait suggéré au roi de faire libeller les loyers en monnaie forte8. Une nouvelle fois, les historiens s’accordent à voir ici une alliance  transparente de la bourgeoisie et de la monarchie9.
Les grandes lignes de l’événement étant établies, passons à l’étude de deux documents en particulier, tous deux extraits de chroniques.

Présentation des documents

annexe 1

Continuation de Géraud de Frachet, dans Recueil des historiens de France, XXI, p. 27. Traductions du latin. Jean de Saint-Victor, dans Recueil des historiens de France, XXI, p.647. Traductions du latin.
La continuation de Géraud de Frachet : entre problème d’identification et prise de position 

Le premier extrait (annexe 1 ci-dessus), provient d’une chronique initiée par Géraud de Frachet. Né en 1205, celui-ci entama une carrière chez les dominicains à partir de 1226, jusqu’à sa mort en 1271. Aquitain d’origine, Géraud de Frachet a passé la plus grande partie de sa vie dans la moitié sud du royaume, dans des provinces de langue d’oc. Vers 1248 il entame une chronique universelle, qu’il décide de diffuser largement à partir de 1266. Il apparaîtra avec cette dernière, selon Regis Rech, comme “l’historien officiel des Dominicains au milieu du XIIIe siècle”10.
Géraud de Frachet a été jusqu’à sa mort en 1271, un partisan inconditionnel du roi de France et de la famille capétienne. Il fait partie de ces hommes d’une France méridionale, qui approuva et soutint le rattachement des provinces du Midi au pouvoir du roi capétien11.
Cette chronique fut amplifiée et continuée par d’autres. La continuation dont est extrait le document  n’est pas aujourd’hui clairement identifiée. En effet, le passage dont nous disposons provient du XXIe tome du Recueil des historiens de France, composé au XIXe siècle. Ce qui nous y est présenté comme une Continuation de Géraud de Frachet  est très vraisemblablement une compilation de  différents manuscrits. En effet, à l’époque, il était courant de compléter les différentes versions sans tenir compte de leur contexte de rédaction, de leur provenance et de leur transmission (questionnements apparus principalement dans la seconde moitié du XXe siècle). Toutefois, nous pouvons affirmer que l’auteur de l’extrait semble être un partisan du roi de France à l’instar de Géraud de Frachet.

Jean de Saint-Victor et le Memoriale historiarum

Le document 2 (annexe 1 ci-dessus) , quant à lui  est extrait du Memoriale historiarum rédigé par Jean de Saint-Victor entre 1302 et 1326. Ce chroniqueur est un homme de la génération de Philippe le Bel, entré à Saint-Victor au moment de l’avènement de ce roi en 128512.  
Il a aussi reçu une formation universitaire, sans doute en théologie, ce qui ne l’empêche pas d’avoir certaines connaissances en droit. Né peut-être en Normandie, une fois sous l’habit victorin, il n’a vraisemblablement jamais quitté l’île de France. C’est à cet universitaire d’âge mûr que les victorins ont confié l’élaboration d’une oeuvre destinée à la formation de leurs étudiants et à l’affirmation de leur rayonnement : le memoriale historiarum. Oeuvre qu’il conçut comme une histoire universelle13.

Concordance et divergence de point de vue

Si l’on compare ces deux textes, on constate qu’ils sont tous deux fractionnables en parties distinctes s’enchaînant dans l’ordre chronologique (voir annexe 2 ci-dessous). Tout d’abord la réévaluation monétaire et l’augmentation des loyers à l’origine de la révolte ; puis  le retranchement du roi au temple bloqué par les révoltés ; ensuite la présentation d’Etienne Barbette, et le saccage de ses propriétés parisiennes ; vient après, essentiellement pour le texte de Jean de Saint-Victor, la présentation du roi et des siens en position de faiblesse face aux révoltés ; et enfin pour les deux textes, la répression violente du roi.

annexe 2 


Continuation de Géraud de Frachet, dans Recueil des historiens de France, XXI, p. 27. Traductions du latin. Jean de Saint-Victor, dans Recueil des historiens de France, XXI, p.647. Traductions du latin. Élaboration et distinction des parties effectuées  par
TEXIER. (P.). 
Des récits en accord sur les origines, visées et résultats de la Révolte  

L’attribution des mêmes origines, visées  et résultats de la révolte, constituent l’un des premier aspects résultant de la comparaison de ces deux documents.  Effectivement, les deux  extraits nous donnent à voir l’origine des émeutes de 1306 à Paris dans la réévaluation  monétaire, promulguée par le roi la même année. Celle-ci a pour conséquence le triplement des loyers de la population parisienne, alors que les locataires sont essentiellement des populations modestes, voire pauvres. Cette mesure empire leur situation, au point que ces derniers se révoltent. En outre, les deux textes nous démontrent aussi que les révoltés, et plus largement les contemporains de l’évènement, avaient conscience du lien de proximité qui subsistait entre le patriciat parisien et son seigneur-roi. En effet, le saccage des propriétés de l’un des membres de ce patriciat – Etienne Barbette – en représailles du triplement des loyers, est sur ce point révélateur. Il l’est tout autant pour l’aspect géographique de la ville au début du XIVe siècle. La comparaison des deux textes nous permet d’appréhender, avec  l’emplacement des demeures d’Etienne Barbette, la domination qu’avait la bourgeoisie échevinale de la rive droite de la ville. Enfin, les deux chroniqueurs sont aussi en accord quant à l’aspect violent que prit la répression qui suivit la révolte. Celle-ci trouve son aboutissement dans le sort réservé  à ceux étant désignés comme meneurs. Cependant, les deux textes ne nous mentionnent pas la concession que prit le roi : celui-ci remit les loyers au niveau de la monnaie faible.

Des divergences de point de vue révélatrices de la pensée des chroniqueurs

Il subsiste néanmoins, au travers de ces textes, une appréciation différente de l’événement de 1306.  Tout d’abord au sujet des acteurs de la révolte ainsi que sur l’aspect que prit cette dernière.  S’agit-il d’une révolte populaire ? D’après Jean de Saint-Victor, cela semble bien être le cas. A l’inverse, la continuation nous met en exergue que la classe aisée y a pris part.  De même,  il y a une autre différence de présentation des révoltés, selon le chroniqueur, dans la description de leur attaque des possessions de Barbette.  Alors que le premier extrait ne nous parle que d’une seule foule, le deuxième en évoque la pluralité. 
Un autre désaccord entre les deux extraits réside dans la manière de présenter Philippe le Bel et son action. Effectivement,  comme le découpement  (voir annexe 2 ci-dessus) permet de le constater, un silence est de mise dans la continuation de Géraud de Frachet, quant à la situation délicate qu’a connue le roi.  On peut de ce fait  comprendre, que l’extrait de la continuation minimise les difficultés que rencontre la royauté. Ce qui nous met en lumière, un certain soutien au roi de France. L’extrait de Jean de Saint-Victor quant à lui, bien qu’affichant une certaine tiédeur vis à vis du monarque,  se veut plus neutre.  Nous pouvons aussi ajouter  que la narration de l’évènement , constitue  une différence non négligeable entre ces deux extraits. En effet, la comparaison de ces deux documents, nous permet d’apercevoir que Jean de Saint-Victor apporte de plus amples précisions ; mais aussi  qu’ il existe un désaccord quant à la chronologie de l’évènement.

Bilan 

Au final, nous pouvons d’avantage employer le pluriel et parler de “Révoltes parisiennes”. Cela peut autant nous indiquer que l’évènement de 1306,  fut incarné par plusieurs mouvements de révoltes et non un seul, mais aussi nous renvoyer au fait que ces deux textes nous donnent à voir en quelque sorte  une même révolte, mais de deux façons différentes. Reste encore à élargir ce travail de comparaison avec d’autres documents nous comptant l’événement de 1306. 

  1. BOVE. (B.), “Les bourgeois de Paris”, Le Paris du Moyen Age, sous la direction de BOVE. (B.), GAUVARD. (C.), Paris, Belin, 2014, p. 118-135. []
  2. BOVE. (B.), GAUVARD. (C.), “Les mystères de Paris”, Le Paris du Moyen Age, sous la direction de BOVE. (B.), GAUVARD. (C.), Paris, Belin, 2014, p. 7-31. []
  3. BOVE. (B.), Dominer la Ville : Prévôts des marchands et échevins parisiens de 1260 à 1350, Editions du CTHS, Paris, 2004. []
  4. BOVE. (B.), GAUVARD. (C.), “Les mystères de Paris”, opcit. []
  5. BOVE. (B.), “Y a-t-il un patriciat à Paris sous le règne de Philippe Le Bel (1285-1314) ?”, Construction, reproduction et représentation des patriciats urbains de l’Antiquité au XXe siècle, Presses universitaires François-Rabelais, Tours, 1999,  p. 47-63. []
  6. BOVE. (B.), GAUVARD. (C.), “Les mystères de Paris”, opcit. []
  7. BOVE. (B.), “Y a-t-il un patriciat à Paris sous le règne de Philippe Le Bel (1285-1314) ?”, opcit. []
  8. BOVE. (B.), “Alliance ou défiance ? Les ambiguïtés de la politique des Capétiens envers leur Capitale entre le XIIe et le XVIIe siècle”,  in  Les villes capitales au Moyen Age, actes du 36e congrès de la Société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public, Istanbul, 1er-6 juin 2005,  sous la direction de BOUCHERON. (P.), Paris, Publications de la Sorbonne, 2006, p. 131-154. []
  9. BOVE. (B.), “Y a-t-il un patriciat à Paris sous le règne de Philippe Le Bel (1285-1314) ?”, opcit.  Voir aussi BOMPAIRE. (M.), “ La question monétaire : Avis et consultation  à l’époque de Philippe le bel et de ses fils”, in Monnaie, fiscalité et finances au temps de Philippe le Bel, Journée d’études du 14  mai 2004, sous la direction de CONTAMINE. (P.), KERHERVE. (J.), RIGAUDIERE. (A.), Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2007, p. 105-140. []
  10. RECH. (R.), “ la diffusion de la Chronique universelle de Géraud de Frachet”, in Eglise et culture en France méridional, actes du  35e colloque de Fanjeaux, sous la direction de BIGET (J-L.), Toulouse, Edition Privat, 2000, p. 391-422. []
  11. RECH. (R.), “Géraud de Frachet, l’Aquitaine et le roi de France”, Saint-Denis et la Royauté – mélanges offerts à  Bernard Genée, Publications de la Sorbonne, Paris, 1999, p. 421-437. []
  12. GUYOT-BACHY. (I), Le Memoriale historiarum de Jean de Saint-Victor : un historien et sa communauté au début du XIVe siècle, Brepols, Turnhout, 2000. []
  13. GUYOT-BACHY (I), opcit. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search