Les sinologues français au XVIIIe siècle


Introduction

Les études des missionnaires des XVIe et XVIIe siècles en Chine ne constituaient qu’une forme d’introduction au public. Mais elles ontoccupé une place importante puisqu’elles sont devenues la base du développement de la sinologie aux XVIIIe et XIXe siècles. Au XVIIIsiècle, les connaissances autour du sujet de la Chine comme l’histoire, la culture et la langue chinoises ont plus approfondi et stimulent les recherches. Au XIXe siècle, cette étude s’est constituée comme une discipline répondue dans le monde entier. Concernant l’étude de la langue chinoise au XVIIIe siècle, les contributions de plusieurs savants durant cette période étaient particulièrement appréciables, lesquelles sont discutées ci-après.


1. L’émergence de la « sinologie »

Selon le dictionnaire Larousse, le terme «sinologie », est « l’étude de l’histoire, de la langue et de la civilisation chinoises » et le sinologue est un « spécialiste de la langue et de la civilisation chinoise ». La racine de ce mot « sino », provient du « Sin », la première dynastie impériale de la Chine, durant entre 221 et 206 avant J.-C. La sinologie donc recouvre les études relatives à la Chine, qui entendues au sens large et ne selimitant pas aux quatre domaines classiques : religion et spiritualité (outextes canoniques), histoire, philosophie et littérature. On y inclut aussi la science et la médecine, les récits de voyage, les textes destinés à la diffusion du christianisme en Chine ainsi que des ouvrages de linguistique, notamment les premières publications importantes sur la langue chinoise. 

La culture chinoise est splendide et diversifiée, de sorte qu’elle a toujours attiré des chercheurs pour mener leurs recherches. Avant le XIXe siècle, il n’y avait toujours pas de pénurie de personnes menant des études de sinologie. Comme mentionné précédemment, les pionniers des échanges culturels occidentaux et orientaux étaient les nombreux missionnaires venus entre les XVIe et XVIIIe siècle. Onpeut le voir par les lettres édifiantes et curieuses, ainsi que les traductions des livres chinois qu’ils ont rapportés de Chine. Nous pouvons voir que durant cette période, ils sont fascinés par la Chine au travers de jugements suivants ;

« Les écrits jésuites constituent la partie la plus intéressante et la plus importante dessources sur la Chine avant l’avènement de la sinologie. L’étude de la Chine que feront les premiers sociologues doit beaucoup à leurs travaux. Mais les premiers sociologues à s’occuper de la Chine le feront aussi en marge de l’étude érudite de la Chine[1] qui se développa en Europe dès après la percée jésuite. »[2]

Le XVIIIe siècle est un processus cumulatif, parce qu’à ce moment-là, les études des sinologues se sont détournées des présentations pour passer aux véritables commentaires ou aux analyses. Édouard Chavannes, un sinologue célèbre à la fin du XIXe siècle le grand successeur des sinologues des deux premiers siècles, a hautement apprécié les sinologues du XVIIIe siècle et leurs contributions :

« […] on reste émerveillé du labeur énorme qui fut alors accompli par quelques religieux français ; placés devant une civilisation formidable par son ancienneté, savariété et son étendue, ces pionniers ont su frayer les grandes avenues qui ont permis à leurs successeurs de jeter un coup d’œil d’ensemble sur ce domaine immense et d’orienter leurs investigations. »[3]

De plus, ce ne fût que le 11 décembre 1814, que le Collège de France eut le premier séminaire sur la sinologie et invita Jean-Pierre Abel-Rémusat (1788-1832), un sinologue le plus notable au XIXe siècle, à donner des cours de chinois. En 1824, la Royal Asiatic Society of Great Britain and Ireland a été établie avec sa revue le Journal of the Royal Asiatic Society. Ensuite, de nombreuses institutions et publications sont successivement entrées en scène à propos d’étude sur la sinologie dans les pays européens.

« À partir du milieu du XIXe siècle, elles furent systématiquement attaquées en France même et furent finalement entièrement remplacées par la sinologie naissante. Cette nouvelle manière d’étudier la Chine au XIXe siècle, que l’on appelle la sinologie, se développa d’abord en France, ensuite en Angleterre et enfin en Allemagne. »[4]

Par conséquent,nous pouvons considérer le XIXe siècle comme le début de la formation de la discipline de la sinologie.


2. Les sinologues principaux

 L’étude scientifique de la Chine date du XVIIIe siècle et a eu pour promoteurs des jésuites français. Dès 1728, le Père Joseph-Henri Marie de Prémare (1666-1736) avait rédigé une œuvre en latin sous le titre de Notitia Lingua Sinicae, comme étant la première description systématique de la langue chinoise à destination des Européens.Bien qu’elle n’ait été publiée qu’un siècle plus tard, elle fut connue de bonne heure en tant que manuscrit et révéla à l’Europe le mécanisme de l’écriture et de la langue chinoise.[5] Ensuite, nous verrons quatre sinologues réputés pourleurs réalisations principales pendant cette époque : Étienne Fourmont (1683-1745), Joseph Amiot (1718-1793), Michel-Ange-André Le Roux Deshauterayes(1724-1795) et Joseph de Guignes (1721-1800).


a)Étienne Fourmont

Étienne Fourmont naquit le 23 juin 1683 à Herbelay dans un village proche de Saint Denis, près de Paris. Il acquit de très bonne heure une connaissance des langues, presque de toutes les langues de l’Europe et de l’Asie, comme lelatin, le grec, l’anglais, l’allemand, l’espagnol, l’hébreu, l’arabe, lesyriaque, le chaldéen, le samaritain, le rabbinique, l’éthiopien et le chinois. Il eut une teinture assez grande du turc, du persan, du tibétain et de l’indien.[6] Delà on sait qu’il a des connaissances étendues et qu’il est doué en langues. Avant Fourmont, c’est Arcade Huang (1679-1716), catholique chinois, qui est l’interprète chinois du roi Louis XIV. Il s’engage dans des travaux sur la langue chinoise. Néanmoins, ses premiers travaux ne sont pas populaires comme les lecteurs ne sont pas instruits sur la manière d’étudier, par exemple la grammaire chinoise. De ce fait, il s’amuse d’abord à dresser de petits vocabulaires et à traduire des romans chinois afin de bien véhiculer la connaissance de la langue chinoise.[7] Jusqu’à ce que Fourmont l’engage à composer une grammaire et un dictionnaire de la langue chinoise. Mais ce dictionnaire même ne monte qu’à un très petit nombre de caractères et cette tâche a échoué avec la mort d’Arcade Huang. Et plus tard, Fourmont fait une inspection de tous ses papiers par l’ordre du Roi, afin d’estimer s’il y a une quelconque espérance à pouvoir continuer cette entreprise. En effet, après un examen sérieux, il croit qu’avecun travail assidu, il est possible de tirer quelque avantage de ces fragments. Après, il se donne tout entier à cette étude et devient l’un des premiers orientalistes français qui ont attaqué l’étude spécialisée du chinois.

En 1719, Foumont commença à mettre au jour les premiers fruits de ses travaux sur cette Langue. C’est l’introduction de 214 clefs chinoises du Dictionnaire Kang-xi, qui est présenté comme un exemplaire à M. le Duc d’Orléans Régent du Royaume. Il s’appliqua ensuite à composer une Grammaire et différents Dictionnaires chinois. Et il le donna au public en 1742 la Grammatica Sinica, fruit de vingt ans de travail.[8]


FOURMONT, Etienne. Linguae Sinarum Mandarinicae hieroglyphicae grammatica  duplex, latinè, & cum characteribus Sinensium. Paris, Hippolyte-Louis Guérin, Rollin fils, Joseph Bullot, 1742.

Cependant, le fait qu’il n’ait pas résidé en Chine éleva quelques suspicions sur les ouvrages chinois de Fourmont :

« Faute d’avoir fait ces réflexions, le Public regarda l’entreprise de M. Fourmont, comme unprojet chimérique : la prévention générale où l’on est, qu’on n’entend parfaitement une Langue, qu’autant qu’on a vécu dans le pays, où elle se parle, ne contribua pas peu à fortifier cette idée. »[9]

Il se rend compteque pour changer les opinions envers l’étude de la langue chinoise, il faut à priori, accroître les reconnaissances de l’origine de cette nation et sa propre culture ainsi que histoire. Il a donc décidé d’abandonner son étude sur le dictionnaire, et s’est appliqué à revoir différentes notes. Ensuite, il acomposé un ouvrage complet, qu’il a publié ensuite en deux volumes, sous letitre de Réflexion critiques sur leshistoires des anciens peuples[10]. La publication de cet ouvrage de Fourmont a rendu le public plus conscient et plus juste envers la Chine.

L’étudede la langue chinoise permet à Fourmont d’être en relation avec plusieurs missionnaires de l’Inde et de la Chine, surtout avec le Père de Prémare. Il existe une comparaison de la grammaire chinoise du Père de Prémare, et de cellede Fourmont ; Dictionnaire chinois-latin, par tons et par clefs ; Dictionnaire latin-chinois ; Dictionnaire français-chinois ;Dictionnaire historique, chronologique et géographique de l’Empire de la Chine ; Réfutation de plusieurs mémoire concernant la littérature chinoise.[11] On peut confirmer que les travaux littéraires de Fourmont lui permettent d’acquérir une estime générale de tous les savants de l’Europe et des Académies étrangères.

Fourmont a pour élève de Michel-Ange-André Le Roux Deshauterayes (1724-1795) et Josephde Guignes (1721-1800). Ils ont succédé à l’entreprise de leur professeur, etse sont plongés dans les études chinoises. Cependant, certains d’académiciens du temps, tel que Fourmont, considèrent que les Chinois primitifs étaient des descendants de Noé, qu’ils étaient donc originaires d’Égypte et du Moyen-Orient, et que le langage chinois était une évolution de l’hébreu ancien. Mais, Deshauterayes et de Guignes n’avaient pas une compréhension cohérente de ce problème. De Guignes se rangea à l’avis de Monsieur de Mairan, de l’Académieroyale des Sciences, qui avait soutenu l’opinion que la Chine n’est qu’une colonie d’Égypte dès l’année 1734. Cependant, Deshauterayes se déclara d’un avis opposé. Cela donc abouti à une vaste discussion académique par eux plus tard.


b) Joseph Marie Amiot (1718-1793)

Joseph-Marie Amiot, missionnaire à Pékin pendant quarante-trois ans, est connu surtout du monde savant. Il est parti pour la Chine le 21 novembre 1749 et il a abordé à Macao l’année suivante. Les Européens lui doivent les renseignements les plus étendus et les plus curieux sur les antiquités, l’histoire, la religion, lalangue, les sciences et les arts des Chinois. Il maîtrise bien la connaissance des langues chinoise et tartare, de l’histoire et des antiquités du pays après huit ans de séjours à Pékin.

Généralement, les résultats de ses travaux sont montrés dans deux ouvrages. Premièrement, ily a les correspondances avec ses amis Monsieur Bertin, L’Abbé Batteux, etle savant Bréquigny, ainsi que celles avec le Ministre d’État, sont aussi instructives que ses ouvrages. On retrouve les pièces dans son ouvrage intitulé Mémoires concernant l’histoire, lessciences, les arts, les mœurs et les usages des Chinois, par les missionnaires de Pékin[12], publié de 1776 à 1791 toute une longue série de travaux comme le plus remarquable travail du Père Amiot.

Les lettres du Père Amiot, nous démontrent son objectif des missions, qui sontégalement les motivations des missionnaires de la même époque. Exactement, le but du Père Amiot est uniquement religieux, selon ce qu’il exprime dans son écriture : « La gloire de Dieu et lesalut des âmes sont les motifs qui l’ont engagé à passer les mers ». Et plus tard, dans les lettres à sonfrère, il encore souligne sa motivation :

« J’aitravaillé ici conformément aux vues qu’on avait sur moi en m’y envoyant ; j’y ai annoncé l’Évangile, j’y ai cultivé les sciences, la littérature et les arts, et je m’y suis fait tout à tous pour les gagner tous à Jésus-Christ. Il serait superflu d’ajouter que la récompense de mes travaux n’a pas été comme celles qu’on se propose d’obtenir quand on travaille pour les hommes, c’est tout autre chose quand on travaille pour Dieu, n’ayant en vue que la gloire de Dieu. »[13] 

Son enthousiasme et sa contribution pour l’Évangile sont évidentes. Mais comme les jugements de son ami Bertin, dans une lettre du 8 octobre 1785, il affirme non seulement la place essentielle de la religion hors des missions en Chine, mais aussi manifeste son admiration pour les efforts du Père Amiot pour les études de la science et de l’art.

« Envoyé en Chine pour y porter l’Évangile, M. Amiot ne s’est point borné à ce pointessentiel. Pour se rendre doublement utile, Il a cru devoir partager ses travaux entre la religion, les sciences et les arts. Après avoir rempli ses devoirs de la première, M. Amiot n’a rien épargné pour nous donner des détailset nous procurer des lumières sur les sciences et les arts. » [14]

Il est digne defixer attentions et l’intérêt sur les dévotions et les zélés de son travail pour la religion ainsi que pour son pays.

Deuxièmement, il a traduit les ouvrages classiques de Sun Tzu et plusieurs livres importants sur la guerre chinoise, la tactique et la philosophie. Dans ces œuvres, ils s’agissent aussi les illustrations de divers exercices de troupes militaires, armements,uniformes, costumes, etc. Ces sont celles de Sun-tse, Ou-tse, Se-ma-fa,Lou-tao, Leao-tse, Tai-tsoung et Li-ouei-kong.[15] On peut les retrouver dans la collection intitulé Art militaire des Chinois, ou, Recueil d’anciens traités sur la guerre : composés avant l’ère chrétienne, par différents généraux chinois, publié à Paris en 1772. De plus, il y a des travaux ayantété adressés à Bertin par le Père Amiot et entourant sur l’art militaire des Chinois et sur la conservation des grains, ainsi que un éloge de la ville de Moukden, poème chinois qu’il traduisit en français. Ces œuvres sont publiées à Paris entre 1770 et 1772 sous l’inspiration du ministre d’État et de l’Académiedes Science.[16]

Pour finir, le Père Amiot a également accumulé des mérites au titre de l’étude de la langue chinoise avec un talent linguistique. Il rédige un Dictionnaire tartare-mantchou-français en deux volumes, qui est fait paraître en 1789. Alors qu’il tente de se passer du secours de traductions de livres classiques chinois, lui et nombreux de savants français sont empêchés par la traduction entre le mandchou et le français, comme à ce moment-là, presque tous les livres sont traduits en mandchou. De plus, malgré qu’il ait undictionnaire universel, il est d’un usage moins facile pour les étrangères comme il est par ordre des matières ou par classes. Cela lui mène à composer un dictionnaire trilingue par ordre alphabétique et il termine son travail en 1784. C’est un dictionnaire complet parce qu’il « contient tous les mots de la langue tartare-mandchou jusqu’à la douzième année (du règne) de Kien-long[17]

c) Michel-Ange-André Le Roux Deshauterayes (1724-1795) et Joseph de Guignes (1721-1800)

Michel-Ange-AndréLe Roux Deshauterayes, neveu d’Étienne Fourmont, commence à étudier les langues orientales dès son plus jeune âge. Il est le premier en Europe à dessiner un « alphabet mandchou » pour l’Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers. Il aussi dirigea la publication en douze volumes de l’Histoire générale de la Chine, compilée à Pékin par le Père Moyriac de Mailla et publiée à Paris par l’Abbé Grosier entre 1777 et 1783. Il n’a jamais été en Chine toute sa vie, mais il a hérité du travail de son enseignant Fourmont avec son camarade Joseph de Guignes.

Joseph de Guignes est un orientaliste français du XVIIIe siècle, un membre de l’Académie Royale des Inscriptions et Belles-Lettres et de la Société Royale de Londres. Il publie son ouvrage intitulé : Histoire générale des Huns, des Turcs, des Mogols, et des autres Tartares occidentaux (1756-1758). Celui-ci a une influence énorme au public sur la connaissance du développement du nationalisme du Turc à l’époque de moderne. En outre, il étudie aussi l’histoire et la culture de la Chine, en particulier la langue chinoise. Sous son influence, son fils Chrétien-Louis-Joseph de Guignes[18] (1759-1845) se passionne pour le chinois.

Cependant, de Guignes père et Deshauterayes soutiennent un point de vue opposé sur l’origine de la langue chinoise. Cela donc déclenche un débat par article en 1759. L’enjeu de leur débat se situe dans la relation de l’origine entre les deux langues chinoise et égyptienne. Après la rédaction de de Guignes père, d’un Mémoire dans lequel on prouve que les Chinois sont une Colonie Egyptienne, Deshauterayes conteste ce mémoire en proposant trois questions :

 « 1° Que les caractères Chinois ne sont que des espèces de monogrammes formés de trois lettres Phéniciennes, & quela lecture qui en résulte produit des sons Phéniciens ou Egyptiens.

2°. Que les deux premiers Dynasties Chinoises sont composées de Princes qui ont régné, nonà la Chine, mais en Egypte ; et que les Empereurs Yù, Khì, Thái-khang & Tchong-khang ne sont point différents de Ménès, Athoès, Diabiès & Penphos. 

3°. Enfin, M. de Guignes prétend encore prouver qu’une Colonie Egyptienne alla s’établir dans la Chine, et il fixe l’époque de son entrée dans cet Empire à l’an 1122. Cette époque est celle où Vouvang jetta les fondementsde la Dynastie Impériale des Tcheou, la troisième des Dynasties Chinoises. »[19]

Deshauterayes trouve que dans son mémoire, de Guignes a tant de preuves de l’identité des Hiéroglyphes Chinois et Égyptiens, et il a rassemblé assez grand nombre de caractères pour en composer son Dictionnaire Sinico-Egypto-Phénicien. Il confirme ses pensées que la langue Chinoise et celle Égyptienne sont identiques. Mais Deshauterayes émet plusieurs doutes envers de Guignes, particulièrement sur la discussion sur la relation entre les deux langues. Deshauterayes emploie quelques contre-exemples pour démontrer que de Guignes père a biaisé. Il pense que de Guignes père ne cite qu’un seul exemplepour témoigner leurs similarités. Par exemple, de Guignes pèredit : « Un cercle, avec unpetit animal au milieu, étoit le Symbole du Soleil chez les Egyptiens & chez les Chinois. »[20] Conformément aux démonstrations de Deshauterayes, le soleil et la lune sont composés d’un air souverain et éternel, qui renferme l’unet l’autre sexe, et qui est l’origine de toutes choses.[21]

Dans la réponse aux doutes posés par Deshauterayes, de Guignes père essaye de prouver deux points principaux : premièrement, il pense que les Égyptien sont communiqué leur écriture entière aux Chinois d’après qu’une partie des caractères chinois sont des hiéroglyphes et les autres des lettres alphabétiques.[22] Deuxièmement, il tente d’expliquer comment les Égyptiensse sont conduits avec les Chinois. Il croit que ce n’est que peu de succès dansson travail mais, il affirme encore le fait que les lettres égyptiennes ont à l’originedes caractères chinois.[23] Bien que de Guignes se soit efforcé de démontrer sonopinion, la plupart d’académiciens estime toujours qu’elles ne sont pas justes : La Chine n’est pas une colonie égyptienne et la langue chinoise provient de son antiquité et de sa propre histoire. 

Il reste quelques mérites cependant dans ses recherches. Par exemple, de Guignespense que la langue chinoise n’est pas composée d’un seul alphabet mais d’un certain nombre de lettres, ou caractères. Tout y est monosyllabique, et chaquemot y forme un caractère particulier. De ce fait, cette langue enferme des mot sou d’idées différentes avec des lettres ou des figures. Il s’ensuit, qu’après une étude pendant toute sa vie, même un Chinois ne parvient pas à lire sa langue, « soit par le grande nombre de ces figures, soit parce qu’elles n’ont aucun rapport aux sons qui y font attachés. »[24].

Quece soit la recherche de de Guignes sur la langue chinoise ou le débat entre de Guignes et Deshauterayes, cela nous révèle le fait que certains sinologues se sont concentrés sur cette étude spécialisée, même si leurs reconnaissances nesont pas complètes ou correctes. Il est indéniable que l’étude de l’histoire,de la culture et de la langue chinoises allant des missionnaires primitifs des XVIe et XVIIe siècles par les savants spécialisés précédents, pose la fondation du développement des travaux des érudits français et européens. Les sinologues plus tard comme de Guignes fils et Abel Rémusat ainsi que leurs confrères sinologues sont très brillants. L’un d’entre eux est à l’originede la publication de Dictionnaire chinois-français-latin, publié par ordre de Napoléon 1er en 1813. Il y rassemble les efforts des trois générations d’Arcade Huang, Fourmont et de Guignes fils. Nous pouvons le présenter et l’analyser en détail dans la prochaine partie.


[1] Selon la définition de la sinologie que donne Paul Demiéville dans « Aperçu historique des études sinologiques en France », pp. 56-110 in DEMIEVILLE, Paul, Choix d’études sinologique (1921-1970), Leiden, Brill, 1973.

[2] SCHMUTZ, Georges-Marie, La sociologie de la Chine: matériaux pour une histoire 1748-1989, Berne, Peter Lang Gmbh, 1993, p. 39-40.

[3] CHAVANNES, Édouard, La sinologie, Paris, Larousse, 1915, p. 5.

[4] SCHMUTZ, Georges-Marie, La sociologie de la Chine: matériaux pour une histoire 1748-1989, Berne, Peter Lang Gmbh, 1993, p. 40.

[5] CHAVANNES, Édouard, La sinologie, Paris, Larousse, 1915, p. 5.

[6] FOURMONT, Étienne, Réflexion sur l’origine, histoire et la succession des anciens peuples, Paris, De Brue l’aîné, 1747, p. 15.

[7] Ibid., p. 12.

[8] FOURMONT, Étienne, Réflexion sur l’origine, histoire et la succession des anciens peuples, Paris, De Brue l’aîné, 1747, p. 12.

[9] Ibid., p. 13.

[10] FOURMONT, Étienne, Réflexion critiques sur les histoires desanciens peuples, Paris, Musier, Jombert, Briasson, Bulot, 1735. Nouvelle édition en 1747, à Paris, chez de Bure l’aîné.

[11] FOURMONT, Étienne, Réflexion sur l’origine, histoire et la succession des anciens peuples, Paris, De Brue l’aîné, 1747, p. 20.

[12] AMIOT, Joseph-Marie, Mémoires concernant l’histoire, les sciences, les arts, les mœurs et les usages des Chinois, par les missionnaires de Pékin, Paris, Nyon aîné, 1776-1789.

[13] ROCHEMONTEIX, Camillede, Joseph Amiot et les derniers suivants de la Mission française à Pékin (1750-1795), Paris, Librairie Alphonse Picard et fils, 1915, p. 88-89.

[14] Ibid., p. 5.

[15]Bachmann, Jean Joseph Marie Amiot Introuduces “The Art of War” to the West, http://blogs.harvard.edu/preserving/2014/01/28/jean-joseph-marie-amiot-introduces-the-art-of-war-to-the-west/, 2014.

[16] ROCHEMONTEIX, Camillede, Joseph Amiot et les derniers suivants de la Mission française à Pékin (1750-1795), Paris, Librairie Alphonse Picard et fils, 1915, p. 111-112.

[17] AMOIT, Joseph-Marie, Dictionnaire tatare-mantchou-français (2 vol.), Paris, Dito l’ainé, 1789, p. vj.

[18] Afin de distinguer le père et le fils, nous pouvons utiliser « de Guignes père » et« de Guignes fils » pour les indiquer précisément.

[19] LES ROUX DESHAUTERAYES, Michel-Ange-André, Doutes sur la dissertation de M. de Guignes qui a pour titre : Mémoire, dans lequel on prouve que les Chinois sont une colonie égyptienne, Paris, Laurent Praultet Duchesne, 1759, p. 5-7.

[20]Ibid., p. 55.

[21]Ibid., p. 55.

[22] GUIGNES, Joseph-Marie de, Réponse de M. de Guignes aux doutes proposés par M. Deshauterayes sur la dissertation qui a pour titre : ‘Mémoire dans lequel on prouve que les Chinois sont une Colonie Egyptienne, Paris, Michel Lambert, 1759, p. 8.

[23] Ibid., p. 9.

[24] FOURMONT, Étienne, Réflexion sur l’origine, histoire et la succession des anciens peuples, Paris, De Brue l’aîné, 1747, p. 12.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.