Le voyage de Jean-Paul à Sainte-Anne d’Auray le 20 septembre 1996

Introduction

Caroline Ford écrit dans son ouvrage De la province à la nation, Religion et identité politique en Bretagne que la Bretagne est l’une des dernières régions à être incorporés dans l’État français : elle avait donc conservé ses traditions culturelles autochtones, dont un attachement marqué à la foi catholique »1.
Ainsi, la Bretagne fait l’objet d’une tradition catholique forte de par sa culture et de son histoire. La venue de Jean-Paul II en France, et plus particulièrement à Sainte-Anne d’Auray dans le Morbihan, constitue un événement majeur dans l’histoire du catholicisme breton. En effet, on assiste pour la première fois à la venue d’un souverain pontife en Bretagne. 

C’est pourquoi nous pouvons nous demander quelle est la relation entre le culte catholique et la culture bretonne à travers un événement telle que la visite de Jean-Paul II à Sainte-Anne d’Auray le 20 septembre 1996.

Nous étudierons dans une première partie le contexte dans lequel s’ancre cet événement. Puis dans une seconde partie nous nous intéresserons sur la place de la culture bretonne dans la préparation de la venue du pape. Nous verrons également les opposition au sein des groupes bretonnant. Enfin, nous verrons la place de la culture bretonne dans le déroulement de l’événement. 

Jean-Paul II devant la foule de fidèles lors de la messe à Sainte-Anne d’Auray le 20 septembre 1996.
Source : Archives diocésaines de Vannes, A 7-7 Visite du Pape – 20 septembre 1996 – Photographies, A 7-7-08 Foule – Personnes présentant des cadeaux.

Contextualisation

Cette visite pastorale entre dans un contexte de crise de l’Église en France. Yvon Tranvouez découpe l’histoire du catholicisme breton en trois périodes. La première, de 1800 à 1850, est celle des “reconstructions après les secousses révolutionnaires”. La seconde période, de 1850 à 1950, est celle du “siècle d’or du catholicisme breton contemporain”. Enfin la troisième période, de 1950 à nos jours, est celle “des effondrements”. Mais l’auteur précise qu’il ne faut pas voir ici “un déclin religieux qui ne tiendrait pas compte des mutations générales de la société […]”2.

En effet, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, il y a un recul des vocations sacerdotales, une diminution de la pratique dominicale, une remise en question des formes classiques de la vie religieuse, un rejet des positions traditionnelles en matière de morale sexuelle. Un phénomène qui commence à prendre de plus en plus d’importance vers la fin des années 19603. C’est donc dans cette troisième période que le 15 décembre 1995, lors d’un discours adressé aux catholiques de France, le souverain pontife annonce sa venue en France :

Au mois de septembre 1996, j’aurai la joie de venir à nouveau rencontrer l’Eglise qui est en France. Pour la première fois, je me rendrai dans l’Ouest, à Sainte-Anne d’Auray, où les fidèles de Bretagne aiment à se rassembler pour vénérer la mère de la Vierge Sainte. Je poursuivrai mon pèlerinage à Tours, pour prendre part au seizième centenaire de saint Martin, moine et évêque dont la prédication a contribué à enraciner l’Evangile dans les bourgs et les campagnes de la Gaule. J’achèverai à Reims ma visite pastorale par la célébration du quinzième centenaire du baptême de Clovis, le roi franc venu à la foi chrétienne après une conversion longuement mûrie. Ce baptême a resserré fortement les liens de votre nation avec l’Eglise de Jésus-Christ”. 4 

Cette venue est historique pour les Bretons puisque, comme cela est déjà cité, c’est la première fois qu’un pape se rend en Bretagne. C’est pourquoi il y a un véritable enjeu pour certains protagonistes de mettre en valeur cette culture bretonne. La venue du pape devient pour certains un moyen de reconnaissance d’un peuple breton, d’une minorité ayant sa culture propre, qui ne serait pas française.

Le breton, enjeu majeur dans la préparation de l’événement

Ce voyage est une visite pastorale entre un chef religieux et ses fidèles. Cette visite a donc un caractère privé et non officiel. C’est à dire que ce n’est pas le gouvernement français qui invite le Pape à venir en 1996, mais que ce sont les évêques de la RAO5 qui sollicitent sa venue. Ces évêques préparent de leur côté l’aspect spirituel et l’organisation du séjour, mais coopèrent avec les autorités civiles et militaires pour ce qui est de la sécurité. Cette visite pastorale dure quatre jours, du 19 au 22 septembre 1996. La première journée se caractérise par l’accueil du Souverain Pontife par le Président de la République Jacques Chirac en début de journée, puis par des Vêpres et un discours de Jean-Paul II à une foule uniquement composée de religieux et de religieuse de l’ouest de la France à la basilique de Saint-Laurent-sur-Sèvres en Vendée. La seconde journée est celle qui nous intéresse dans ce mémoire, la venue de Jean-Paul II à Sainte-Anne d’Auray. La troisième journée est le pèlerinage du Souverain Pontife à la basilique Saint-Martin à Tours. Enfin, le voyage se termine par une journée à Reims à l’occasion du 1500ème anniversaire du baptême de Clovis à la basilique Saint-Rémi.

La personne qui met en place l’organisation du pèlerinage dans le Morbihan est Monseigneur François-Mathurin Gourvès, évêque de Vannes, diocèse où se trouve le sanctuaire de Sainte-Anne d’Auray. Cet évêque originaire de Plougastel-Daoulas accorde une grande importance à ce sanctuaire. C’est un homme de terrain et de terroir qui, pendant son épiscopat, privilégie la culture bretonne. Il rédige d’ailleurs en 2003 une lettre pastorale intitulée Le renouveau de la culture bretonne : un défi pour l’Eglise qui le fait nommer “Breton de l’année” par Armor magazine6. Cette lettre pastorale traduit une volonté de l’évêque de rappeler et de renouveler le lien étroit la culture bretonne et la tradition catholique. 

L’annonce de la venue de Jean-Paul II à Sainte-Anne d’Auray aboutit à la création d’un Comité pour la Visite du Pape. Mais très vite, la commémoration du baptême de Clovis à Reims prévu pour le quatrième jour de la visite pastorale prend de l’importance dans les médias et la venue du pape en Bretagne est mise de côté.
Cela est d’ailleurs souligné par Yann Talbot, recteur de Rostrenen qui écrit en 1995 : “Comme vous le savez, le pape sera présent à Sainte-Anne d’Auray en 1996. Il semblerait qu’on ne parlera pas de la Bretagne à Sainte-Anne d’Auray, ni de son peuple, ni de sa langue, ni de sa culture et ni de sa civilisation. Cependant, ce ne sera pas en français, ni en langue du “grand-ouest” que Sainte Anne a parlé à Nicolazig, mais en breton. Yannig Baron, de Vannes, vient tout juste d’écrire aux cinq évêques bretons de cette affaire-là pour demander que le pape soit reçu par les Bretons à Sainte-Anne d’Auray mais pas avec les gens du “grand-ouest”. Peut-être que le pape vient aux Etats-Unis jusqu’à un certain far west.”7. Un nouveau comité voit alors le jour de façon indépendante, le Comité pour la Visite du Pape “en Bretagne”, composé pour la majorité de bretonnants et avec comme secrétaire Yannig Baron, défenseur de la culture et du patrimoine bretons. En fin d’année 1995, ce comité organise une campagne de signature pour son texte de référence :

“Nous, Bretons, agissant à titre personnel ou après concertation au nom des associations que nous présentons, protestons contre le projet de la Conférence épiscopale Française de détournement de la visite du pape en Bretagne, prévue en septembre 1996, pour en faire un rassemblement des ” Eglises du Grand Ouest”, ce que nous ne pouvons admettre.
En effet, le pape désire depuis longtemps, nous le savons, rendre visite aux Bretons. Une lettre de la secrétairerie d’Etat  du Vatican, datée du 31 mai 1995 et adressé à Mgr Fruchaud, évêque de Saint-Brieuc, le confirme bien : “Le pape se réjouit déjà de pouvoir rencontrer les Bretons dans un sanctuaires qui est particulièrement cher à leur cœur et au sien, Sainte-Anne d’Auray”. De son côté, le cardinal Poupard, président du Conseil pontifical, déclarait lors du pardon de Saint-Nicodème, à Pluméliau, qu’il présidait cet été, que le pape voulait rencontrer les Bretons si célèbre jadis pour leur foi et désirait vénérer le sanctuaire de la mère de la Vierge dont les Bretons ont répandu le culte dans le monde entier. Durant l’été 1995 encore, le pape adressa son soutien “aux pèlerins du Tro-Breizh qui marchent sur les traces des sept évêques fondateurs de la Bretagne”.
L’épiscopat français et ses représentants en Bretagne sont en train d’organiser ce voyage d’une façon inacceptable pour les Bretons. En effet, au lieu de rassembler les Bretons à Sainte-Anne d’Auray, les chrétiens de l’Ouest de la France à Tours et qui le veut à Reims, ils convoquent les chrétiens de “tout l’Ouest” à Sainte-Anne et commencent, sur les ondes et dans la presse un battage médiatique autour du baptême de Clovis, événement qui ne concerne nullement la Bretagne.
Nous ne pour accepter qu’à l’occasion de la venue de Jean-Paul II en Bretagne, on nous impose un cadre sans âme, sans consistance historique, la “Région Apostolique de l’Ouest” façonnée sur le modèle du découpage administratif français, chaque jour plus contesté, et ceci pour des raisons qui n’ont rien de religieuses !
Nous rappelons qu’en 1954, à l’occasion de la consécration de la Bretagne à la Vierge, les cinq évêques de Bretagne réunissaient “chacun des nos cinq diocèses au cours d’une cérémonie réfléchie, consciente, jaillissant des entrailles de notre peuple, où l’unité de notre Bretagne va s’affirmer encore”. Et le pape adressait un message radiophonique, en partie en bretons, au pèlerins présents. 
Les évêques refusant de nous rencontrer pour évoquer cette question, nous invitons tous les Bretons qui se sentent concernés par la première visite d’un pape en Bretagne, à se rassembler en prenant contact avec le Comité pour une Visite du Pape “en Bretagne”, ou encore COVIPAP, afin qu’il soit reçu en Bretagne, par les Bretons, pour les Bretons”.

Ainsi, des personnalités bretonnes, telle que Yannig Baron, cherchent à mettre en valeur le caractère inédit de la venue du pape en Bretagne. Ces personnes, pour la plupart bretonnantes, se désolent de l’effacement de l’identité bretonne au profit d’une identité uniquement française présentée par les évêques de France avec le baptême de Clovis pour lequel le souverain pontife vient également. Une collaboration se fait entre le COVIPAP et les évêques de la RAO par le biais de Mgr Gourvès, afin de ne pas gommer l’aspect culturel de la visite de Saint-Père à Sainte-Anne d’Auray. 

Cependant, la venue du pape n’enthousiasme pas tout le monde et très vite des oppositions apparaissent en Bretagne. 

Des oppositions chez les Bretons

La venue d’un chef religieux dans un pays qui se définit comme une République indivisible, laïque, démocratique et sociale selon l’article 1er de la Constitution de 1958, suscite de nombreuses contestations en France mais aussi à une échelle plus locale, en Bretagne. D’autant plus que certains de ses propos et de ses discours font l’objet de débats. Chez les groupes bretonnants, le débat est présent. Si le Comité pour la Visite du Pape “en Bretagne” est créée, d’autres groupes bretonnants manifestent leur désaccord et leur volonté de ne pas voir le pape venir dans la région. Il y a par exemple la question de la séparation de l’Eglise et de l’Etat depuis 1905 et la question du caractère officiel qui serait donné à la visite d’un chef religieux en Bretagne. Nous pouvons prendre comme exemple cet article du n°119 de Combat Breton rédigé par Yann Puillandre, nationaliste breton d’extrême gauche, où il est écrit :

“En lisant Ouest-France du 5 octobre et en écoutant RBO, j’ai appris qu’un “Comité pour la visite du pape en Bretagne” venait d’être formé sur les cinq départements bretons !!!  Et ce n’était hélas pas le poisson d’avril d’octobre !!! 
Ainsi, non content d’avoir à supporter les sermons du plus réactionnaire des hommes de pouvoir actuel, des Bretons bretonnants en rajoutent pour lui demander de sortir ses inepties dans notre langue !!! 

Ah la belle consécration ! Elle en eut une autre en 1914, pour les ordres de mobilisation à la grande boucherie de la guerre. Nul doute que nos rescapés de 14-18 en aient gardé un souvenir impérissable. 
“Nous désirons accueillir en la personne de Jean-Paul II le responsable spirituel, mais aussi l’ardent défenseur des peuples sans Etat et des minorités”, fin de citation. Il fait avoir de l’imagination et un sacré culot pour sortir de telles conneries. Qu’elles viennent de quelqu’un comme Pierre Le Moine ne surprend qu’à moitié. Mais de voir Yann Baron, défenseur l’école publique bilingue dans le Morbihan, ou d’un Tugdual Kalvez, ancien président de l’UGB ‘Unvaniezh ar Gelennerien Brezhoneg) dépasse de tout entendement. Je frémis à l’idée d’en découvrir d’autres. 
Ce “pape” condamnant l’avortement, même en cas de viol, la contraception féminine, le préservatif, refusant de prendre en compte les immenses problèmes de surpopulation d’Amérique Latine, ne faisant aucun cas des hécatombes du sida en Afrique Noire, où la maladie décime chaque année des dizaines de milliers de personnes, faisant des centaines de milliers d’orphelins livrés à eux-même, voués à la famine et à la misère.
Ce “pape” qui ne mérite absolument pas le titre de chef de la chrétienté, de par son obscurantisme et sa manière ignoble de manipuler le consciences de populations “croyantes”, sera, en réalité, à la fin de son règne (que je souhaite proche) responsable indirect de la mort de centaines de milliers de personnes. Bel acte d’amour et de charité !
Pour moi ce “pape” intégriste et semeur de d’angoisse et de misère est indésirable en Bretagne. J’appelle donc à la création d’un comité national breton  contre la visite du “pape” en Bretagne. Bretagne, terre catholique certes (et je respecte mes compatriotes croyants), mais aussi heureusement, terre d’humanisme et de tolérance, peuple très majoritairement respectueux du droit des femmes de décider librement du nombre d’enfants qu’elles désirent avoir et que le couple souhaite élever. […]
Avatar de l’Histoire, rétrograde et pourfendeur d’amour, ce “pape” n’a pas à venir semer le trouble dans les consciences bretonnes, ni en latin, ni en français, ni en breton.” 

L’annonce de la venue du pape fait débat chez les Bretons. Des groupes et associations se forment contre cet événement. C’est le cas de la Fédération nationale de la libre pensée ou de la Fédération anarchiste qui organisent une manifestation et des conférences à Lorient le samedi 14 septembre 1996 sous l’appellation “Souhaitons la malvenue au Pape”. Une manifestation qui rassembla entre 1 500 et 3 000 personnes selon les sources8. Partout en Bretagne se forme des collectifs contre la venue du souverain pontife dans la région. A Brest, le groupe “les Temps Nouveaux” attaché à la Fédération Anarchiste, crée avec la Libre Pensée 29, un groupe anticlérical contre cette visite pastorale et lance une campagne de débaptisation9. Ce phénomène de débaptisation prend d’ailleurs de l’ampleur partout en France comme le souligne Libération le 10 août 1996 dans un article intitulé “Les papophobes déchirent leur carte. Des centaines de catholiques exigent d’êtres radiés des registres de baptême”. Ainsi la venue du pape entraînerait une vague de débaptisation en France à cause de ses propos entre autre sur l’abstinence et le sida ou encore la comparaison entre un génocide et l’avortement10.

D’autre part, il y a également des conflits internes chez les catholiques bretons. En effet, l’association Chrétiens Et Libre En Morbihan (CELEM) est créée en 1996 après la destitution en 1995 de Monseigneur Gaillot, ancien évêque d’Evreux, pour ses propos en désaccord avec ceux de l’Eglise catholique, notamment sur l’ordination des hommes mariés et sur l’ouverture du mariage catholique aux homosexuels. Cette association n’est pas antipape mais se place contre les subventions pour sa venue. En effet, elle dépose le 8 juillet 1996 au tribunal administratif de Rennes un recours contre la demande de subventions des évêques de la RAO au Conseil Général du Morbihan qui doivent aider à financer la venue du souverain pontife à Sainte-Anne d’Auray. 

Culte catholique et culture bretonne à Sainte-Anne d’Auray

La journée du 20 septembre 1996 réunit environ 150 000 personnes au sanctuaire de Sainte-Anne d’Auray11. Cette journée est marquée par la place considérable laissée à la culture bretonne lors de la célébration du culte. En effet, pour illustrer cette union on peut donner comme exemple le fait que l’orgue joué par Hervé Rivière est accompagné de la bombarde d’André le Meut pendant la messe.

On distribue à la foule de fidèles un dépliant montrant le déroulé de la cérémonie. Dans ce dépliant on peut voir qu’il y a avant le début de la messe une procession des bannières comme cela se fait lors des pardons bretons. Ces pardons comportent un certain nombre de rites religieux. Par exemple, il n’y a pas de pardon sans procession12. Bernard Rio explique dans son livre Sur les chemins des pardons et pèlerinages en Bretagne que “le pardon n’a pas d’équivalent en France. A la foi religieux et profane, chrétien et païen, acte de piété individuelle et manifestation communautaire”13. Ainsi on trouve des éléments traditionnellement breton dans le déroulé de la messe.

On trouve pendant celle-ci trois cantiques bretons, O rouanéz karet en Arvor (Ô reine aimée de la Bretagne), Kalon sakret Jézuz (Cœur sacré de Jésus) et Da Feiz on Tadou koz (A la foi de nos vieux pères). Les lectures sont écrites dans ce dépliant en français mais aussi en breton. La prière universelle est également parlé en breton sans traduction française. La place de la culture bretonne prend de son importance lorsque le pape lui-même s’exprime en breton pendant son homélie. En effet, pour parler de l’histoire de ce sanctuaire dont Sainte-Anne serait apparu devant un paysan du nom d’Yves Nicolazic, Jean-Paul II décide de prendre la parole en breton comme l’aurait fait Sainte Anne à Nicolazic : “Mezo Anna, mamm Mari. An Aotrou Doue e fall dehon ma vein-me inouret aman” (“Je suis Anne, mère de Marie. Dieu veut que je soit honorée en ce lieu”)14. Cette prise de parole en breton suscite de vifs applaudissements dans la foule selon Yannig Baron à la fois co-organisateur et témoin de l’événement ainsi qu’auteur du livre Le message de Jean-Paul II aux Bretons. La prière universelle est également parlée en breton sans traduction française15. Après la bénédiction finale, la cérémonie se termine sur une note particulièrement bretonne avec des danses et de la musique traditionnelles. Une douzaine de couples en costumes traditionnels dansaient sur le podium16. Le final est composé de l’hymne européen de Beethoven, du Broioù ar Mor (hymne des pays celtiques), du Bro Gozh ma Zadoù (hymne breton) et d’une chanson écrite par Maxime Piolot pour Jean-Paul II, An den Estrañj,“Mais qui donc est cet hommes étrange”. 

Ainsi pendant toute la liturgie, la culture et la tradition catholique et bretonne est mise en avant. C’est une étape importante pour les Bretons et bretonnants qui souhaitent que la visite du pape en Bretagne soit une reconnaissance du peuple breton. Un peuple qui a sa propre culture, ses propres traditions et ses particularités. Des Bretons, comme Yannig Baron, font d’ailleurs référence au discours de Jean-Paul II la cinquantième assemblée générale de l’organisation des Nations Unies le 5 octobre 1995 au sujet de la définit de la nation. En effet, dans ce discours, le pape s’exprime en faveur des “particularismes ethniques et culturels”. Il ajoute que “ce droit fondamental à l’existence ne suppose par nécessairement une souveraineté étatique” et que cela implique à la nation “le droit de garder sa propre langue et sa culture, par lesquelles un peuple exprime et défend ce que j’appellerai sa “souveraineté” spirituelle originelle”17. Ses propos peuvent s’accorder à la volonté de certains Bretons d’une reconnaissance même d’une nation bretonne avec une culture propre à celle-ci et qui n’est pas celle de la nation française.

Conclusion

Pour conclure, nous avons vu que la relation entre culture catholique et culture bretonne est d’abord une relation de tradition. En effet, des cantiques bretons sont chantés pendant cet événement comme cela se faisait auparavant et comme cela se fait toujours aujourd’hui. De ce fait, on peut parler de catholicisme breton. Cela se caractérise par des coutumes et des traditions qui se perpétuent encore aujourd’hui. Les pardons bretons sont un des exemples les plus marquants où on assiste à une procession de bannières montrant les saints bretons, comme Saint Malo ou encore Saint Yves. C’est aussi un événement où les personnes sortent en habit traditionnel. Ici, on associe culte catholique et culture bretonne.

Cependant, même si le catholicisme breton fait partie d’une tradition, la venue du pape soulève la colère de certains Bretons qui ne souhaite pas la venue du chef religieux pour ses propos qui font polémiques au sein d’une société qui évolue. Pour eux, le souverain pontife est rétrograde, représentant des pensées révolues qui ne s’accordent plus avec les changements de la société. Il y a là une volonté de montrer ses opinions et de manifester contre un mode de pensée jugé dépassé. De cela s’oppose d’autres Bretons qui voient justement en la venue de Jean-Paul II un moyen de faire évoluer le statut du peuple breton comme une nation à part entière avec sa culture et ses traditions. La visite de Jean-Paul II a été pour certains une preuve de la reconnaissance d’une nation bretonne. Monseigneur Gourvès écrivait en 2003 que Jean-Paul II “a donné une place à la culture et à l’identité bretonnes. Il m’a semblé percevoir en cette occasion le signe que quelque chose bougeait dans les relations entre l’Eglise et le réveil breton”18. Ainsi, l’évêque montre la volonté du diocèse de Vannes de voir se maintenir et s’enrichir la culture bretonne au travers du culte catholique. C’est pourquoi on peut parler d’un véritable catholicisme breton qui se distingue du catholicisme français sur certains points notamment dans la mise en pratique de traditions propres à la Bretagne. 

  1. Caroline FORD, De la province à la nation,religion et identité politique en Bretagne, PUR, Rennes, 2018, p. 20 []
  2. Yvon TRANVOUEZ, Requiem pour un catholicisme breton ?, Centre de Recherche Bretonne et Celtique, Brest, 2011, pp. 24-26 []
  3. Jean-Marie MAYEUR (dir.), Histoire du christianisme des origines à nos jours, vol. 13 : Crise et renouveau de 1958 à nos jours, Paris, Desclée-Fayard, 2000, p. 117 []
  4. Jean-Paul II, Annonce du Saint-Père Jean-Paul II du voyage apostolique en France, Vatican, 15 décembre 1995, consulté le 30 novembre 2018, https://w2.vatican.va/content/john-paul-ii/fr/speeches/1995/december/documents/hf_jp-ii_spe_19951215_annuncio-viaggio-francia.html []
  5. Région Apostolique de l’Ouest créée en 1961 et arrêtée 2003. Elle regroupait douze diocèses de Bretagne (Vannes, Quimper et Léon, Saint-Brieuc-Tréguier, Rennes-Dol-Saint-Malo), des Pays de la Loire (Nantes, Luçon, Angers, Laval, Le Mans), et de Basse-Normandie (Contances, Bayeux, Sées-ALençon). Diocèse de Nantes, http://nantes.cef.fr/wp-content/uploads/2012/01/B_relations_inter-diocesaines.pdf []
  6. Dominique-Marie DAUZET, Françoise KHEDINE, Frédéric LE MOIGNE, Dictionnaire des évêques de France au XXème siècle, coll. Dictionnaires, Cerf, Paris, 2010 []
  7. Yannig BARON, Le message de Jean-Paul II aux Bretons, Coop Breizh, Spézet, 2005, p. 8. Traduction de Mona Guillemot []
  8. Yannig BARON, Le message de Jean-Paul II aux Bretons, Coop Breizh, Spézet, 2005, p.59 []
  9. Fédération Anarchiste de Rennes, Groupe La Commune, Historique de la Fédération Anarchiste de Rennes, http://farennes.free.fr/introduction_expo.htm []
  10. François DEVINAT,  “Les papophobes déchirent leur carte. Des centaines de catholiques exigent d’êtres radiés des registres de baptême”, Libération, 10 août 1996, consulté le 25/11/2018, https://www.liberation.fr/france-archive/1996/08/10/les-papophobes-dechirent-leur-carte-des-centaines-de-catholiques-exigent-d-etre-radies-des-registres_179975 []
  11. Stéphanie HANCQ, “Sainte-Anne se souvient de la venue de Jean-Paul II”, Ouest-France, 16 septembre 2016, consulté le 23 novembre 2018, https://www.ouest-france.fr/bretagne/sainte-anne-se-souvient-de-la-venue-de-jean-paul-ii-4499669 []
  12.  Christiane PRIGENT, « Les pardons en Bretagne : célébrations religieuses et réjouissances profanes », Cahiers Kubaba, numéro spécial : Rites et célébrations,2002, vol. 4, n°2, p.119 []
  13. Bernard RIO, Sur les chemins des pardons et pèlerinages en Bretagne, coll. Chemins de pèlerinage, Le Passeur, Paris, 2015 []
  14. Archives diocésaines de Vannes, A-7-2-C Visite du Pape – 20 septembre 1996 – Préparation, A 7-2-12 Homélies, “Héritiers et bâtisseurs” []
  15. Yannig BARON, Le message de Jean-Paul II aux Bretons, Coop Breizh, Spézet, 2005,p.82 []
  16. Annick COJEAN, “Les Bretons ont chanté la foi de leurs vieux pères””, Le Monde, 22 septembre 1996 []
  17. Jean-Paul II, Discours de sa Sainteté le Pape Jean-Paul II à la cinquantième assemblée générale de l’Organisation des Nations Unies, New-York, 5 octobre 1995, https://w2.vatican.va/content/john-paul-ii/fr/speeches/1995/october/documents/hf_jp-ii_spe_05101995_address-to-uno.html []
  18. Mgr François-Mathurin GOURVES, Le Renouveau de la culture bretonne : un défi pour l’Eglise, Vannes, évêché, septembre 2003 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.