Les folkloristes français au carrefour de la modernité : à la recherche du « peuple » (1880-1890).


« Ma Mère l’Oye », réunissant sous son égide des dîners mensuels où se retrouvent les principaux folkloristes français et étrangers, et ce dès 1882.

Introduction



Le mouvement folkloriste français prend véritablement naissance et se développe dans la seconde moitié du XIXème siècle, en parallèle du nouveau régime politique républicain.1
Son ambition ? S’intéresser aux croyances et savoirs paysans et en faire la rigoureuse collecte à l’échelle nationale et internationale dans une véritable ruée se voulant salvatrice par bien des égards. Car en effet, cette identité culturelle du monde paysan est vue et pensée par une certaine frange de notables français de l’époque comme en voie de disparation, écrasée sous les rouages de la modernité2
Forts de ce défi à relever, les folkloristes s’arment de tout un arsenal disciplinaire : sociétés, revues, protocoles, méthodes, colloques internationaux et réseaux sont ainsi mis en place dès les années 1880. Bien que l’intention de fonder une nouvelle discipline échoue par manque d’une réflexion plus poussée que celle s’arrêtant à la collecte de traditions populaires, il n’en demeure pas moins que ce mouvement s’inscrit comme ascendant dans l’arbre généalogique de l’ethnologie3
Aussi il est question ici d’aborder l’idée selon laquelle les folkloristes français de cette seconde moitié du XIXème siècle se pensent (consciemment ou non) comme une réaction immunitaire face à certains aspects de cette modernité contaminant la société française.

Le chaos de la modernité 

Il est question ici tout d’abord de montrer et de décrire les différentes facettes modernes semblant menaçantes pour l’ordre social traditionnel et étant sources de nombreuses inquiétudes au sein de la « République des notables »4.

L’esprit « fin de siècle »

Pour les moralistes français de la période étudiée, l’expression « fin de siècle » rime tout bonnement avec « dégénérescence ». Le pays leur semble agressé par un ensemble de signes incontestables de décadence, si bien que certains pensent alors assister aux dernières heures agonisantes de la fille Aînée de l’Eglise. Maladies comme la tuberculose ou la syphilis ; esprits faibles pervertis par la boisson, la drogue, la pornographie ; corps souillés par des pratiques sexuelles immorales ou la prostitution ; criminalité barbare omniprésente ; nouvelles idéologies portées par des foules abruties, etc…5
On l’aura bien compris c’est là pour les notables la vision d’un peuple qui s’ensauvage, notables composant le noyau dur des folkloristes. A ceci près que les populations ciblées par cette perte de toute forme d’esprit moral et de dignité se concentrent dans un environnement précis : le monde urbain. Les villes sont ainsi assimilées à des foyers conflictogènes, là où par opposition les mœurs de l’univers rural semblent inchangées depuis des temps immémoriaux.6

La saignée des campagnes

Seul bémol à cette unique éclaircie dans ce ciel couvert de valeurs en décrépitude : le monde paysan subit une importante hémorragie démographique. L’appel des grandes villes pompe les campagnes de leurs ressources humaines, désormais nécessaires pour nourrir une industrialisation galopante.7 Pour l’écrasante majorité des folkloristes français, cette vision apocalyptique d’un exode rural massif et sans retour signifie la perte irrémédiable d’une culture dont ne peut se passer la nation, et donc par extension la République. Le problème réside dans le fait que ces savoirs et croyances ne reposent pas sur des sources écrites, mais se perpétuent par le biais de la tradition orale. La double figure du passeur de mémoire et de l’individu-monde8 incarne à elle seule l’essence-même de l’identité paysanne, et démontre aussi par là son extrême fébrilité9 face aux transformations de la société française.

L’explosion sociale 

La question que l’on peut dès lors se poser concerne la raison de cette obsession constante envers cette catégorie de population. Bien que les revues dédiées à la collecte et à la diffusion du folklore se définissent comme traitant du peuple, force est de constater l’absence totale du monde ouvrier et plus généralement urbain. Pourquoi ?
La réponse à cette interrogation se trouve en partie liée au processus fondamental s’opérant tout au long du siècle. Ce processus, c’est celui du passage d’une société ordonnée à une société organisée10 . L’ordre social qui s’imposait de lui-même n’a plus lieu d’être depuis la Révolution Française, et de ce fait il n’a cessé de se déliter au cours du XIXème siècle. Les ordres ont fait place aux classes, des groupes ayant pleinement conscience d’eux-mêmes et étant capables de se rendre compte de la compétition sociale à l’oeuvre, et donc d’y participer. Face à ce qui est désormais vu comme une cacophonie sociale, s’impose donc le réaménagement d’une harmonie  dans la société.11 Et cette harmonie, les folkloristes veulent la retrouver chez des communautés rurales perçues comme des ancres immuables de stabilité. 
Le folkloriste propose donc par omission une vision de ce qu’est et de ce que doit être le peuple. Il propose à travers cette description biaisée de celui-ci un modèle sélectif auquel se référer afin de réaliser ce déplacement sur l’échiquier social. 

« La République sera la République des paysans ou elle ne sera pas. »
        -Jules Ferry, 1884

L’ordre immuable du peuple

Cette seconde partie sera le lieu d’une analyse davantage basée sur les différentes revues folkloristes fleurissant durant la décennie 1880 et de montrer de quelle manière est caractérisé le « peuple » selon les auteurs et contributeurs. 

Un groupe homogène

Le peuple est tout d’abord implicitement décrit comme un et indivisible dans les publications folkloristes, uni dans sa primitivité. Les croyances et les traditions populaires sont coulées dans des catégories englobantes, des thématiques très larges permettant d’intégrer la majorité des groupes ciblés : le folklore de la mer, de la faune, etc…
Cette vision véhiculée ici par les textes étudiés ne dénote cependant pas de la réalité des choses. Il n’existe pas une grande communauté paysanne ayant conscience d’elle-même (à cette échelle) et rassemblée sous une seule et même bannière, c’est en fait l’exact contraire. Le paysan du XIXème siècle n’a qu’un horizon extrêmement limité vis à vis de la nation, voire même de la région.12 Il est admis que sa compréhension et son intérêt du monde ne dépassent presque jamais la frontière du canton, et qu’il existe une profonde animosité entre les groupes à l’échelle intercommunale.13

Un groupe sans âge 

Une seconde remarque concerne l’absence quasi totale de marqueurs temporels, de chronologie, dans les descriptions et les études du folklore. Cette absence criante semble entourer les croyances d’une aura d’éternité et d’immuabilité. Elles sont là depuis des temps immémoriaux et demeurent inchangées dans leur authenticité, ce qui évidemment renvoie à un signe clair de stabilité. L’organisation sociale et la culture paysannes ne seraient alors aucunement affectées par les mutations bouleversant les rapports de pouvoirs ayant cours au XIXème siècle. 

Le folkloriste breton Paul Sébillot, fondateur de la Société des Traditions Populaires en 1885.

Un groupe entre local et national

L’étude du folklore faite par certains notables et publiée dans les revues attenantes est éminemment basée sur la dimension locale. Les diverses croyances et traditions sont localisées par le biais des communes, des départements, ou des régions. La première impression consisterait alors à penser que le mouvement folkloriste évoluerait avec une optique particulariste. On peut citer à titre d’exemple le folkloriste breton Paul Sébillot s’étant spécifiquement concentré sur le folklore de sa terre natale. Cependant, on peut légitimement en douter pour deux principales raisons. Tout d’abord, on trouve dans les archives une quasi obsession pour le comparatisme. Les contes, chansons, coutumes, sont souvent décortiqués et les folkloristes y cherchent des ressemblances, des redondances partout dans le pays. Les différentes portions du territoire sont ainsi mises en lien par ce biais, et le nombre exponentiel des matériaux à étudier permet à terme de tisser une immense et épaisse toile à travers la nation. 
En outre, l’Etat était fondamentalement pour cette étude et mise en valeur de local, dans le sens où il était largement admis que faire la promotion de la petite patrie servait la cause de la grande.14 Le local et le national ne sont pas antagonistes, ils sont complémentaires. Par cela, les folkloristes participent donc au processus de nationalisation de la paysannerie en désenclavant intellectuellement et médiatiquement ses traditions.15

  1. Paul Sébillot (1843-1918) : un républicain promoteur des traditions populaires : actes du Colloque de Fougères, 9-11 octobre 2008 / sous la direction de Fañch Postic ; [édité par le] Centre de recherche bretonne et celtique ; Laboratoire d’anthropologie et d’histoire de l’institution de la culture ; Association La Granjagoul []
  2. ibid. []
  3. Denis-Michel Boëll, Jacqueline Christophe et Régis Meyran (dir.), Du folklore à l’ethnologie, Editions de la maison des sciences de l’homme, Paris, 2009. []
  4. Daniel Halévy, La fin des notables tome 1, Pluriel, Paris, 1995. []
  5. Eugen Weber, Fin de siècle : la France à la fin du XIXème siècle, Fayard, Paris, 1986. []
  6. Robet Belot (dir.), Tous Républicains ! : origine et modernité des valeurs républicaines, Armand Colin, Paris, 2011. []
  7. Georges Duby et Armand Wallon (dir.), Histoire de la France rurale Tome 3 :  De 1789 à 1914, Points, Paris, 1992. []
  8.  Daniel Fabre « Chinoiserie des Lumières », L’Homme [En ligne], 185-186 | 2008, mis en ligne le 01 janvier 2010, consulté le 05 décembre 2018. []
  9. Louis-Jean Calvais, La tradition orale, PUF, Paris, 1997. []
  10. Marcel Gauchet, L’avènement de la démocratie en France ; Tome 2 : la crise du libéralisme, Gallimard, Paris 2007. []
  11. Ibid. []
  12. Eugen Weber, La fin de terroirs, Fayard, Paris, 1976. []
  13. Ibid/ []
  14. Anne-Marie Thiesse, La création des identités nationales, Seuil, Paris, 1999 []
  15. Anne-Marie Thiesse, Ils apprenaient la France, Editions de la maison des sciences de l’homme, Paris, 1997. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search