Les femmes dans les sources écrites médiévales (Ve-XVe siècles)

On définit traditionnellement que la période médiévale s’étend du Ve siècle au XVe siècle, soit de 500 à 1500, ce qui fait donc 1 000 ans de Moyen Âge. Il s’agit bien sûr d’une convention contemporaine, puisque les médiévaux ne savaient pas qu’ils vivaient au Moyen Âge. Traditionnellement encore une fois on découpe le Moyen Âge en trois périodes différentes : il y aurait eu un Haut Moyen Âge, qui irait du Ve siècle à l’an mille, puis un Moyen-Âge central ou classique, qui va du XIe siècle jusqu’au XIIIe siècle, (le mot classique vient du fait que c’est au cours de cette période que le Moyen-Âge est pleinement Moyen-Âge par rapport à notre imaginaire), et enfin un Moyen Âge tardif ou Bas Moyen Âge, qui couvre les XIVe et XVe siècles.

D’autres découpages sont possibles, mais nous avons beau découper l’Histoire en tranches, force est de constater que le Moyen Âge est perçu comme une période d’immobilité où rien n’aurait vraiment changé du début à la fin. Deux visions du Moyen-Âge se distinguent alors : il y a d’un côté la vision d’un Moyen-Âge doré, avec ses beaux chevaliers, ses belles cathédrales, ses gentils moines, etc. Et de l’autre, une vision qui domine aujourd’hui en Europe et en France en particulier : celle d’un Moyen-Âge noir, obscurantiste, ignorant, sale, violent, cruel, pauvre, idiot, etc.

Bref, nous sommes pétris d’archétypes pour définir cette période, des archétypes qui sont presque systématiquement faux, ou du moins à nuancer. Si nous n’avons pas une vision très positive des hommes du Moyen Âge, nous n’avons pas non plus une bonne image des femmes au cours de cette période.

Quand on se représente la femme médiévale, nous avons d’un côté l’image dorée, héritée du XIXe siècle, de la belle princesse qui est retenue dans une tour et qui file sa laine en attendant que son preux chevalier viennent la secourir. D’un autre côté, quand les films, les séries ou les jeux-vidéos veulent montrer un Moyen Âge plus réaliste, on voit des paysannes sale, aux habits déchirés, qui sont cloîtrées chez elles avec pour seule mission de s’occuper du ménage et de faire les enfants tout en étant battues régulièrement par leurs maris.

Sans défense, constamment en détresse, la femme médiévale est devenue l’archétype de la femme passive.

Cependant, est-ce que cette image de la femme passive se retrouve-t-elle dans les sources ? Quelle vision de la femme se dégage des sources écrites médiévales qui sont parvenues jusqu’à nous ?

L’Histoire des femmes est une discipline relativement nouvelle qui s’inscrit dans le mouvement des « Gender Studies », venues des Etats-Unis. Ce sont des études qui portent sur les spécificités de tel ou tel groupe ethnique, politique, sexuel, etc. Le problème est que, généralement, ces études ne prenaient pas vraiment en compte le contexte dans lequel évoluent ces « genres ».

Pour le cas des femmes médiévales, le problème est que les sociétés médiévales – y compris les femmes elles-mêmes– ne percevaient pas l’élément féminin comme un genre particulier, mais plutôt, pour reprendre l’expression de l’historien Franco Cardini, comme « une partie de la société envisagée dans ses articulations infinies ».1

L’humain à l’époque était d’abord définit par le rôle social et familial qu’il occupait. Cela ne signifie pas pour autant qu’il n’y a pas d’individualité au Moyen Âge, mais celle-ci est différente de la nôtre. Toutes les femmes médiévales ne se ressemblent pas, elles n’occupent pas la même place hiérarchique,elles n’ont pas les mêmes activités, et ces activités vont varier selon les régions ou les époques, puisqu’en 1 000 ans, une société a le temps d’évoluer. Tout cela fait qu’on ne peut pas définir une condition féminine uniforme pour toute la période médiévale. Du fait de ces «articulations infinies », nous ne pourrons approcher qu’une partie de la question des femmes au Moyen Âge ici.

Les historiens qui étudient les femmes rencontrent plusieurs difficultés lorsqu’ils sont confrontés aux sources.

Première difficulté : les sources parlent d’abord des hommes et moins des femmes, donc les historiens ont moins d’outils pour parler des femmes.

Deuxième difficulté : les historiens n’ont pas accès à la même quantité de sources selon la période ou les catégories sociales qu’ils étudient. On connaît mieux les élites que les personnes plus modestes, on a plus d’informations sur le Bas Moyen Âge, ou même sur le Moyen Âge central, que sur le Haut Moyen Âge, mais ce n’est pas propre aux femmes, ce problème s’applique à plein d’autres sujets d’études.

Troisième difficulté : souvent ce sont les hommes qui écrivent sur les femmes, et beaucoup moins souvent des femmes qui écrivent sur elles-mêmes ; nous avons donc davantage une vision masculine des femmes qu’une vision globale.

Dernière difficulté : ces sources sont généralement écrites par des hommes d’Eglise, ce qui fait qu’on retrouve les même éléments d’un même discours.

Il faut donc prendre conscience de ces dangers pour pouvoir démêler le vrai du faux et essayer d’esquisser un portrait plus ou moins précis de ces femmes médiévales.

Ce qui ressort d’abord à la lecture des sources, c’est que le clergé est assez misogyne dans son ensemble.2 Les femmes sont souvent considérées comme de grandes enfants, qui seraient très changeantes, très fragile, aussi bien physiquement que moralement, et qui doivent toujours être sous la domination d’un homme, que ce soit son père,son frère puis son mari et même ses fils. Dans le pire des cas, on les considèrent comme des tentatrices et des partisanes du Diable.

Mais qu’est-ce qui explique un comportement aussi hostile à leur égard ?Tertullien, un théologien carthaginois des IIe et IIIe siècles, va fournir une explication qui va être reprise par le clergé médiéval :


« Femme, tu es la porte du diable. C’est toi qui as touché l’arbre de Satan et qui, la première, a violé la loi divine. ».3

Ce qu’on reproche aux femmes c’est donc que, selon la Genèse, c’est Eve, la première femme créée par Dieu, qui aurait manger le fruit de la connaissance et qui aurait entraînée la Chute de l’Humanité. On reproche aussi aux femmes leur sexualité prétendue débridée. Non pas qu’il y ait quelque chose de mal à la reproduction ; après tout, dans la Bible il est écrit : « Croissez et multipliez ». Le problème est que les gens avaient tendance à apprécier cela.4 Même dans le cadre du mariage, la sexualité pouvait être contestée par les religieux. St Jérôme par exemple,qui aurait vécu de 347 à 420, nous dit ceci :


« Tu oses rabaisser le mariage qui a été béni par Dieu ? Direz-vous. Ce n’est point rabaisser le mariage que de lui préférer la virginité… Personne ne compare un mal à un bien. Que les femmes mariées tiennent fierté de prendre rang derrière les vierges. »5

Les clercs vont également critiquer la beauté physique des femmes. Odon de Cluny, abbé de Cluny au Xe siècle écrit :


« La beauté du corps ne réside pas dans la peau. En effet, si les hommes voyaient ce qui est sous la peau, la vue des femmes leur donnerait la nausée. Alors que nous ne souffrons de toucher un crachat ou une fiente, comment pouvons-nous désirer embrasser ce sac de fientes ? »6

Au XIIIe siècle, on redécouvre les textes d’Aristote, ce qui donne du grain à moudre pour les accusateurs des femmes, car, pour Aristote, la femme est un être imparfait, inachevé et par conséquent plus faible que les hommes. Toute cette accumulation fait qu’à l’extrême fin du Moyen-Âge (les années 1480-1490) et surtout à la Renaissance, on assiste à une véritable diabolisation de la femme au sein du clergé.

Certains laïcs vont également reprendre un discours misogyne ; mais contrairement aux religieux, les laïcs ont accès à une autre sexualité, ce qui fait qu’ils vont développer un nouveau thème : celui du mari prisonnier de sa femme.

Les fabliaux, de petites fables populaires compilées entre les XIe et XIIIe siècles, regorgent d’histoires d’hommes piégés ou prisonniers de leur femme. Mais même chez de grands poètes, comme Eustache Deschamps au XIVe siècle, ce thème se retrouve. Dans son Miroir de mariage,un long poème daté de 1380, il dit qu’il vaut mieux fréquenter les filles plutôt que de se marier ; que le mari n’est pas le maître chez lui et que si son épouse est jolie elle peut le tromper, d’autant que sa beauté ne dure pas ; qu’elle ne pense qu’à s’habiller, veut paraître et se distraire, et que son mari ne peut l’en empêcher ; que lorsqu’il rentre chez lui, sa femme lui crie dessus, se sert de la ruse pour parvenir à ses fins, et en plus qu’il faut subir les enfants.7

Nous voyons donc qu’il existe bel et bien un discours misogyne au cours du Moyen Âge, d’autant que les textes que cités ici sont issus de différentes périodes, certains sont religieux, d’autres sont laïcs.

C’est pourtant ici qu’il faut nuancer les propos. On peut d’ors et déjà éliminer certaines idées reçues.

On entend parfois dire que les clercs médiévaux pensaient que les femmes n’avaient pas d’âme, ce qui est totalement faux, puisque c’est justement dans le but de préserver leurs âmes que l’on conseille aux femmes de faire attention, car on pense qu’elles peuvent la perdre plus facilement que les hommes.

De même, nous avons évoqué une diabolisation des femmes au sein du clergé, mais un mot n’a pas été employé : sorcellerie. Contrairement à une idée trop largement répandue, la sorcellerie n’est pas l’apanage du Moyen Âge, bien au contraire. En réalité, les affaires de sorcellerie concernent l’extrême fin du Moyen Âge, en particulier les années 1480 et 1490, mais sont avant tout des affaires de l’époque moderne, notamment du XVIIe siècle. Pendant la grande partie du Moyen Âge, les autorités religieuses vont être très prudentes avec cette notion de sorcellerie, qui relevait davantage de la superstition plutôt que de la réalité.8

Ensuite, un certain nombre de discours, même s’ils sont légions au Moyen Âge, sont en général stéréotypés, c’est-à-dire qu’un certain nombre d’auteurs vont tenir ces discours plus par tradition que par conviction. Par exemple, Eustache Deschamps se déclare dans un autre de ses poèmes très heureux d’avoir une épouse.

On a aussi tendance a minimiser l’impact du culte à la Vierge Marie, qui se développe beaucoup au Moyen Âge central. Pourtant, la Vierge Marie non seulement sert de modèle au femme, mais surtout est la mère Christ,qui rachète les fautes de l’Humanité. Au sein du clergé, il y a donc d’un côté Eve qui entraîne la Chute de l’Humanité, et de l’autre Marie, qui entraîne sa Rédemption.

On minimise aussi l’amour courtois, ou fin’amor, qui est un amour idéalisé et adultère qui se développe à partir du XIIe siècle dans le Sud de la France, et qui réinvente la place de la femme tout en étant une transposition des lois de la guerre en amour. La femme est perçue à la fois comme le seigneur du cœur du chevalier, qui lui jure fidélité et qui doit tout faire pour la contenter.

Par exemple, dans Lancelot ou le chevalier de la charrette de Chrétien de Troyes, écrit à la fin du XIIe siècle, quand Lancelot est obligé de monter dans une charrette, ce qui est très déshonorant pour un chevalier, Guenièvre lui adresse à peine un regard, ce qui le rend fou de douleur. La femme devient aussi une noble conquête, qui doit se défendre le plus longtemps possible des assauts de son amant, qui oit donc élaborer une stratégie pour la conquérir.

Le chevalier Lancelot accepte de monter dans une charrette pour aller secourir la reine Guenièvre, Lancelot ou le chevalier de la charrette, Paris, début du XVe siècle, BNF Français 119 f.312v

Le problème avec cet amour est que beaucoup d’études ont été réalisées à son sujet, mais il est très difficile à définir : est-ce qu’il va jusqu’au commerce charnel entre l’homme et la femme ? C’est difficile à dire. Mais on retrouve des applications de cet amour dans la réalité. Par exemple, l’une des stratégies dans la noblesse est toujours de se marier avec une femme d’un rang légèrement au dessus de son rang, pas trop car sinon cela serait une bâtardise, mais cela valorise la femme. De même, à la Cour d’Amour du roi Charles VI fondée en 1400, les femmes étaient très en vue, et il était interdit d’avoir des propos misogyne.

Ces 2 éléments, le culte marial et l’amour courtois, sont certes théoriques mais on retrouve tout de même des éléments qui leur sont propre dans la réalité.

Enfin, il ne faut pas mettre tout les religieux dans le même panier. Si certains sont très misogynes, d’autres auteurs vont au contraire relativiser ces propos, voire les critiquer ouvertement. Ces défenseurs des femmes vont reprocher aux accusateurs qu’ils généralisent trop les vices et que toutes les femmes ne se ressemblent pas ; ils leur font remarquer, à juste titre, qu’ils sont eux-même issu d’une mère ; que les femmes ont jouée un rôle dans l’Histoire, que ce soit avec Deborah, qui est l’une des rare prophétesse de la Bible, Esther,un autre personnage biblique ou encore Marie-Madeleine, qui aurait vu la première le Christ ressuscité ; et enfin que les femmes ont aussi des vertus et les hommes des vices.9

Le fait est qu’en parallèle de ce discours misogyne, il y a tout un mouvement défenseur des femmes qui se développe au Moyen Âge, y compris chez des religieux, comme Fortunat au VIe siècle ou Pierre le Vénérable au XIIe siècle.

Nous avons surtout vu jusqu’ici des hommes qui ont écrit sur les femmes, mais une voix de femme va s’élever : celle de Christine de Pisan. C’est une grande auteure du début du XVe siècle qui va écrire des livres, comme La Cité des Dames ou Le Livre des trois vertus à l’enseignement des femmes daté tout les deux de 1405, qui vont dénoncer les méfaits qui sont faits aux femmes et va développer l’idée que les vices attribués aux femmes ne seraient pas le fruit de leur nature, mais de leur éducation et que les femmes n’auraient pas grand chose à envier aux hommes.


Christine de Pisan offrant son livre à la reine Isabeau de Bavière, Le Livre de la Reine, BL Harley 4431, f.3r

Elle est soutenue par des nobles hauts placés, comme la reine de France Isabeau de Bavière, à qui elle dédicace son livre Le Livre de la Reine, mais aussi par des religieux éminents, comme Jean de Gerson, chancelier de l’université de Paris. Tout au long du Moyen-Âge, les accusateurs et les champions des femmes qui vont s’affronter et débattre à leur sujets.

Les sources écrites médiévales nous fournissent donc une vision des femmes beaucoup plus nuancée que ce que l’on imagine généralement. Il se dégage deux visions de la femme : une vision religieuse et une vision laïque, mais dans chacune de ces visions, la femme a un rôle ambivalent. De Eve qui amène la Chute de l’Humanité à la Vierge Marie qui amène sa Rédemption, et de la femme qui gouverne son mari à la noble conquête chevaleresque, les textes nous montrent que les femmes sont à la source d’un véritable débat d’idées qui se poursuit tout au long de la période médiévale, où s’affrontent accusateurs et défenseurs des femmes.

Cependant, il ne faut pas perdre de vue que ces débats, même les plus animés,concernent essentiellement les milieux religieux et aristocratiques, donc une minorité de personnes. Les femmes (et les hommes) de condition plus modeste n’étaient pas vraiment au courant de l’existence de ces débats. Rappelons tout de même que la population paysanne représentait entre 85 % et 95 % de la population médiévale en Europe selon les régions et les périodes ; et pourtant, nous n’avons qu’un aperçu limité de la vie de ces femmes dans les sources écrites médiévales.

Si nous avons tenté d’éclaircir ici la vision que l’on peut avoir des femmes au Moyen Âge, il reste néanmoins un certain nombre de zones d’ombres, qui ne pourront se dissiper qu’à la lumière de nouvelles interrogations des sources.


Christine de Pizan en train d’écrire, Livre de la mutacion de Fortune, Paris, 1410 BNF Français 603, f. 81v
  1. Cardini F, Agius d’Yvoire É. La société médiévale. Paris: Picard; 2012. []
  2. Pastoureau M. Symbolique et sensibilité dans l’Occident médiéval [Internet]. La Cité des sciences et de l’industrie, Paris; 2017 [cité 26 nov 2018]. Disponible sur: https://www.franceculture.fr/conferences/palais-de-la-decouverte-et-cite-des-sciences-et-de-lindustrie/michel-pastoureau-symbolique-et-sensibilite-dans-loccident-medieval []
  3. Verdon J. Le Moyen Age: ombres et lumières. Paris: Perrin; 2005. (Pour l’histoire). []
  4. Jones T. Terry Jones « Medieval Lives » – The Damsel [Internet]. BBC; 2004 [cité 26 nov 2018]. Disponible sur: https://www.youtube.com/watch?v=c8bZRmMCy1U []
  5. Verdon J. Le Moyen Age: ombres et lumières. Paris: Perrin; 2005. (Pour l’histoire). []
  6. Brouquet S. La vie des femmes au Moyen âge. Rennes: Éd. « Ouest-France »; 2012. (Poche histoire). []
  7. Verdon J. Le Moyen Age: ombres et lumières. Paris: Perrin; 2005. (Pour l’histoire). []
  8. Pastoureau M. Symbolique et sensibilité dans l’Occident médiéval [Internet]. La Cité des sciences et de l’industrie, Paris; 2017 [cité 26 nov 2018]. Disponible sur: https://www.franceculture.fr/conferences/palais-de-la-decouverte-et-cite-des-sciences-et-de-lindustrie/michel-pastoureau-symbolique-et-sensibilite-dans-loccident-medieval []
  9. Verdon J. Le Moyen Age: ombres et lumières. Paris: Perrin; 2005. (Pour l’histoire). []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
josnin (29 novembre 2018). Les femmes dans les sources écrites médiévales (Ve-XVe siècles). Master civilisations, cultures et sociétés. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/r9oq


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search