La situation de la Marine vue à travers les campagnes de la frégate La Réunion et La Précieuse de 1790 à 1793

Port de Brest en 1793 par J.F Hue

Introduction

La situation de la Marine française, notamment dans le port de Brest de 1790 à 1793 est délicate. En effet, la crise des années 1780 à profondément marquée la flotte française par la baisse du budget de la Marine. Elle ralentit les travaux de construction des vaisseaux, accroît le vieillissement de la flotte, etc. Le début de la Révolution aggrave cette situation avec les difficultés de recrutement des marins, des officiers de la Marine et d’une remise en cause du système de recrutement des hommes d’équipage, ainsi que la discipline qui fut établit en 1786, par la ministre de la Marine, le maréchal De Castries. Les années 1789 sont aussi marquées par les déboires révolutionnaires qui en découlent entre d’une part les idéaux hérités des lumières, puis sa radicalisation et d’autre part la monarchie. Elle l’est d’autant plus que la situation se caractérise dans les ports par des mouvements ouvriers d’ordre économique. La situation financière de ces hommes et des gens de mer est peu enviable avec des salaires qui ont peu évolués depuis des décennies. Des mouvements de grève se sont déclarés dans les arsenaux et se sont étendus au sein des équipages des vaisseaux du roi. La situation de la Marine s’aggrave avec la mort du roi Louis XVI, le 21 janvier 1793, et l’entrée en guerre de la France contre une partie de l’Europe et notamment l’Angleterre possédant une flotte supérieure à la France[1].


.

Cet article se consacre aux campagnes effectuées durant ces années concernant deux frégates portants du 12, La Réunion et La Précieuse. On peut étudier ces campagnes à travers les rôles d’équipage. Ce sont des registres que doivent posséder chaque navires comportant la liste des hommes d’équipage embarqués à bord. Bien que sommaire, les rôles comportent des informations sur le navire, le déroulé sommaire de la campagne, comme la date de départ du navire, les lieux d’accostage, la date de fin de campagne. Ils comportent la liste des hommes selon les fonctions attribuées, les paiements et avancements, le lieu d’origine des paroisses classé par quartiers, ainsi que des informations sommaires comme les décès, les désertions, les débarquements, etc[2].

Quant à la frégate, l’étymologie de ce terme est ancienne. Il dérive du latin Aphractum qui donnera la dénomination de frégata. Ce bateau est désigné à l’origine en méditerranée comme un navire à rame similaire au type Brigandine. Puis, selon le règlement de 1670 les frégates sont classifiées en des vaisseaux inférieurs aux navires à 5 rangs.  Les caractéristiques de ces bâtiments évoluent selon le calibre des canons qu’ils peuvent emporter. Il existe des frégates portants du 8, du 12, du 18. Ces données correspondent aux calibres des pièces d’artilleries que le vaisseau est capable de transporter[3]

Vue de la prou et la poupe de la frégate la Réunion, Royal museums Greenwich, London.

L’intérêt du sujet ne se cantonne pas à l’échelle locale, mais à une échelle plus globale. Les navires naviguent dans différents espaces géographiques, les Caraïbes, les Etats-Unis, Terre Neuve, mais aussi les côtes Bretonnes[4].   Cela correspond aux différents enjeux que la France est confrontée durant la période, la protection de ses côtes mais aussi les conflits coloniaux, les relations internationales de la France. Le tracé des campagnes correspond aussi aux missions allouées à ce type de bâtiment. Du fait du faible tonnage de ces navires, les frégates sont affectées aux transports de troupes, aux escortes de navires, aux explorations maritimes, etc.

 Cependant, les informations sont sommaires, les rôles ne comportent pas de traces approfondies sur les hommes d’équipage. Nous connaissons les lieux des relâches, la durée passée lors de chaque escales, mais pas les routes empruntées, ni dans quels buts où avec qui les deux frégates ont naviguées. La déduction et le croisement des sources permettent de compléter cela. Par exemple, on sais que pour un déplacement vers les Antilles, les navires n’empruntent pas des routes orthodromiques, mais descendent vers le sud pour emprunter les vents des alizés[5]. Grâce aux correspondances des commandants du port, nous pouvons comprendre l’acheminement des navires et restituer les escadres. 


Le but du sujet est d’étudier le comportement des équipages durant la période dans un contexte belliqueux. Les campagnes ont lieux dans différents espaces géographiques. La Réunion quitte le port de Brest le 5 février 1792 à destination de Port-au-Prince. La Précieuse participe à la même campagne. Lors de la campagne suivante, elle navigue jusqu’à Saint-Domingue, lors d’une longue campagne qui débute du 9 mars 1792 au 2 novembre 1793 soit 20 mois, dont 8 mois passés lors d’une escale à Saint-Louis alors que les campagnes précédente sont plus courtes[6]. A titre d’exemple, la campagne précédente de cette frégate débute le 5 février 1791 pour se terminer le 27 juin 1791, soit 5 mois[7]. Or, ces missions ne sont pas anodines et correspondent à des mouvements insurrectionnels dans les colonies françaises. On peut évoquer notamment l’embarquement à bord de la Réunion du gouverneur des îles du vent, le vicomte Claude Charles de Damas de Marillac, à Port-au-Prince, en 1791. On peut souligner à son sujet son rôle durant la Révolution en Martinique. Il réussit à maintenir l’ordre, notamment à Saint -Pierre par sa fermeté et sa prudence, a ramener l’ordre à Saint-Domingue, sans faire couler le sang. Il capture 12 chefs insurgés qu’il ramène à Paris. Si les troubles existent en Martinique, ils restent marginales par rapport à l’insurrection qui découle plus tard à Saint-Domingue[8].

Ce conflit débute par la cérémonie au bois Caïman dans la nuit du 22 au 23 août 1791 et enflamme l’ensemble des caraïbes. Or, les différentes sources indiquent bien que le rôle de la Précieuse lors de la campagne qui débute le 9 mars 1792 est tournée vers cette colonie tout comme le reste de l’escadre. Les navires sont destinés à faire débarquer des troupes pour soutenir les troupes engagées, comme ce fut le cas lors de la campagne précédente, mais celle-ci dans le cadre d’un conflit beaucoup plus violent et avec des forces plus importantes. Ce territoire compte 600 000 habitants, dont 40 000 affranchis et 500 000 esclaves. On sais que la frégate arrive le lendemain de la prise et l’incendie de Cap-Français le 21 juin 1793. Le nom de la ville fait référence à l’actuelle Cap-Haïtien située au Nord d’Haïti. La situation de la ville comme pour le reste de l’île est devenu instable. Des troupes sont envoyées pour pacifier la région, mais elles sont peu habituées au climat et sont fortement touchées par la fièvre jaune. Les Espagnols soutiennent l’insurrection des populations noires et sont enrôlés dans leurs rangs comme auxiliaires. Les Français perdent du terrain. Le nouveau gouverneur Galbaud s’allie aux colons, dans le but de renverser les commissaires. Acculé, il promet aux esclaves la liberté. Les soldats mulâtres prennent les armes. Après deux jours de combat, le commissaire évacue la ville et se replie à Haut-le cap. Le 21 juin, les esclaves rebelles attaquent la ville. Les insurgés blancs décident de prendre la fuite. L’incendie de la ville est dû à la prise de la prison ce jour-là, et se propage aux alentours. Des hordes de pillards pillent la ville et l’incendie. Suite à cela, 10 000 colons s’expatrient. Les Anglais et les Espagnols attaquent la ville par la mer et la terre depuis la partie orientale de l’île. La frégate ne participe pas en soit à ce combat, mais embarque comme d’autres navires des rescapés qui seront enregistrés dans les rôles pour être débarqués ultérieurement[9].

La Réunion participe, également, à un combat au large de Barfleur contre la frégate anglaise, le H.M.S Crescent le 20 octobre 1793. Lors de ce combat de deux heure, la frégate anglaise parvient à capturée La Réunion qui sera incorporée à la Royal-Navy. Lors de ce combat, on peut décompter la mort de 33 marins français et 48 blessés contre 1 blessé du coté anglais[10]. Ce dernier a été blessé à la jambe suite au recul du canon. Cette capture n’est pas un cas unique, puisque d’autres bâtiments comme l’America ont été saisis. Ce vaisseau est prit par le H.M.S Léviathan, le 13 prairial. Le vaisseau La Ferme est livré aux Espagnoles par l’état-major royaliste. Le cas le plus représentatif est celui de la gabare La Moselle. Ce bateau est présent au port de Toulon, au moment où la ville est livrée aux anglais. Lorsque celui-ci fait escale de Gibraltar à Toulon, le vaisseau est séparé du reste de l’escadre par un coup de vent. En rentrant à Toulon et ignorant que la ville fut reprise par les républicains, La Moselle est récupérée par les Français. Cependant, le bateau  est de nouveau capturé par le navire anglais le H.M.S L’aimable le 13 juillet 1795 au large d’Hyères. Au final, si entre 1793 et 1804 la Royal Navy perd 62 navires dont 18 vaisseaux, la marine française perd quant à elle 389 navires dont 56 vaisseaux[11].

Action Betwenn HMS Crescent and the Reunion, 20 octobre 1793, Royal museums Maritime, CM John, Greenwich, London.

Tous ceci pose la question de l’évolution des conditions de vie des hommes embarqués à bord.  Elles se dégradent. Les rôles ne comportent pas de traces approfondies sur la situation des hommes à bord, mais elles existent. Ces traces se trouvent par exemple, dans la colonne « apostille ». Les officiers indiquent des commentaires et remarques sur les hommes d’équipage comme un départ du navire, si le marin a fréquenté un hôpital lors d’une escale, d’un décès, ou d’une désertion. On peut aussi le voir par rapport aux paiements et avancements. Or, c’est en recensant l’évolution quotidienne concernant les éléments cités qui permet de retracer si au cours de ces années il y a eu des évolutions. Certains facteurs influent sur ces données. Par exemple, le temps. Comme je l’ai souligné, la durée de la campagne entre la première campagne enregistrée et la campagne suivante varie du simple au double. Ceci peut expliquer le nombre d’hospitalisations par marins des hommes embarqués à bord, qui est beaucoup plus important lors de la seconde campagne puisque celle-ci est plus longue.

Néanmoins, Cela n’explique pas tous. En effet, il y a des tendances qui se dégagent. L’évolution du nombre d’hommes qui va entrer dans les hôpitaux, le nombre de décès, etc. Or, depuis la seconde moitié du XVIIIe siècle, il y a eu des progrès considérables concernant l’évolution des conditions de vie à bord. Ceci a rendu les campagnes moins mortifères. Certains fléaux comme le scorbut ont pu être traités en multipliant les escales, permettant au navire de se réapprovisionner en hommes, matériels et vivres. Ça permet également de faire descendre à bord les marins malades ou blessés. Néanmoins, les conditions de vie sont très compliquées et inégalitaires. Par exemple, les officiers de la marine ont bénéficiés de tables allouées à leurs services. Quant au reste de l’équipage, l’alimentation est déséquilibrée et en prenant en compte les conditions de sommeils et l’exigence de la force de travail quotidienne demandée, les risques sont importants.

Il s’agit pourtant d’un enjeu majeur pour la Marine puisque ça conditionne la capacité de l’équipage à résister aux aléas qu’ils affrontent. Certains facteurs aggravent ces enjeux. Par exemple, près de 93 hommes meurent durant la seconde campagne de La Précieuse, notamment à Saint-Louis, à Saint-Domingue, Or, il est connu que dans cette région les hommes qui sont peu habitués aux climats ont soufferts de la fièvre putride[12]. Les risques de désertions sont importants. Lors de cette campagne, 112 cas de désertions ont put être recensés. Cela concerne essentiellement la fin de la campagne. Or, tous ces éléments peuvent transformer les campagnes en désastres.

Conclution

La Révolution française marque un tournant dans le domaine de l’histoire maritime. L’étude des deux frégates montre à travers les données étudiées qu’il y a des similitudes par rapport à l’historiographie, mais aussi des spécificités ou des modes d’expressions des gens de mer peuvent passer par d’autres canaux. L’étude des deux frégates permet de déceler les enjeux de la marine, la défense  des côtes françaises, des colonies qui font la fortune des ports français, comme Nantes ou Bordeaux. Or, en tournant le dos à la mer, la France va se tournée vers les conquêtes continentales.  


[1] Joseph Martray, la destruction de la marine française par la Révolution, France-Empire, Paris,1988.
[2] Les rôles d’équipage de la frégate La Réunion et La Précieuse, fond 4 E, Service Historique de la Défense, Brest.
[3] Jean Boudriot, la frégate, étude historique, 1650-1850, Paris, 1992.
[4] Les rôles d’équipage de la frégate La Réunion et La Précieuse, fond 4 E, Service Historique de la Défense, Brest. 
[5] Naviguation européenne dans les petites Antilles aux XVIe et début du XVIIe siècles, Jean-Pierre Moreau, Outre-Mer, Revue d’histoire, 1987, pp 129-148.
[6] Les rôles d’équipage de la frégate La Précieuse de 1792 à 1793, série 4 E 34, Service Historique de la Défense, Brest.
[7] Les rôles d’équipage de la frégate La Précieuse en 1791, série 4 E 33, Service Historique de la Défense, Brest.
[8] Les rôles d’équipage de la frégate La Réunion en 1793, série 4 E Bis 35, Service Historique de la Défense, Brest.
[9] Lanëc Hurbon, L’insurrection des esclaves de Saint-Domingue(22-23 août 1791), Karthala, Paris, 1987.
[10] James William, The naval History of Great Britain( Volum 1) 1793-1796, Conway, Maritime Press, 2002, London.
[11] Norman Hampson, La marine de l’an II : mobilisation de la flotte de l’Océan, 1793-1794, M Rivière, Paris, 1959.
[12] Karen Talour, aspect dermatologiques des voyages maritimes au XVIIIe siècle, thèse de doctorat en médecine, U.B.O, faculté de médecine de Brest.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.