De la déshumanisation des ouvriers serristes à l’anthropomorphisme des plants de tomates : une immersion sur deux années saisonnières en Iroise

“Ce que nous essayons de faire, c’est de construire une humanité augmentée, nous construisons des machines pour aider les individus à mieux faire les choses qu’ils n’arrivent pas à faire eux-mêmes.” Eric Schmitt, P.D.G. de Google1

Un bipper par employé avec son numéro et sa pastille attribués / NM

Ici, l’Homme n’est plus. Plus nommé.

Seul un boîtier numérique de pointage l’identifie (tel le « bleu de travail qui collait à la peau et l’identité de l’ouvrier de la reconstruction, d’après seconde guerre mondiale »)2.

L’ouvrier-serriste, homme ou femme, travaille à récolter, dans un temps record, des tomates dont l’apparence se doit d’être parfaite au premier regard ! Tous les soins sont portés sur ces « Pommes d’Amour », « Pommes d’Or »3, diversement appelées (de façon contrôlée avec la Marmandaise, la Marquisienne, qui nous font quelque peu voyager au soleil !), diversement savourées (cuites ou crues), diversement colorées (rouges, jaunes, bleues, vertes etc.), de variétés anciennes ou nouvelles, diversement structurées (monopodiales puis symbodiales, haploïdes ou diploïdes). Ces légumes-fruits font l’objet de toutes les attentions, au détriment des petites-mains qui  nettoient, plantent, récoltent, effeuillent, soignent ces plants, au point de les rendre quasi-humains !

De l’implantation des cultures hors-sol familiales et de leur utilité économique première :

Les cultures hors-sol sont pratiquées, en Finistère, depuis le XIXème siècle et prennent un véritable essor depuis les années 60. Les chiffres d’affaire y sont exponentiels, si bien que les chefs de culture des unes se lancent dans leur propre affaire. Cet univers de groupement d’exploitants (G.E.) se veut, en majorité, familial, donc très secret, confidentiel et fermé sur lui-même. Les minima de droits garantis aux employés sont négligés : aucun uniforme n’est fourni, les gants de travail sont à la charge des ouvriers (la boîte mensuelle revient entre 2 à 3 € en fonction de la qualité choisie).

Vue extérieure Serre-laborantine B / NM

Le but ultime des chefs de culture reste le rendement. Ils doivent rendre compte aux employeurs des serres (au nombre de quatre sur ce terrain, dont deux dites “laborantines”, où les variétés nouvelles sont expérimentées, et deux dites “serres-usines”, démesurées mais plus sécurisées). Une forte hiérarchie pyramidale est mise en place. Elle induit énormément de pressions, dues à l’exigence des normes alimentaires, une compétition de fait entre exploitants, supervisés par l’employeur de renom, détenteur des clés de la logistique et sous-traitant avec les Pays-Bas. L’automatisation des gestes est recherchée afin de rendre les tâches les plus rapides possibles, sans les penser. Le rendement est histoire de compétitions sur compétitions. Les ouvriers sont pris dans ces cercles de pouvoirs coercitifs qui les absorbent et les oublient.

Les serres en Finistère, et plus particulièrement en terres d’Iroise, ne cessent de s’implanter ; elles créent de l’emploi certes, mais précaire et éreintant. Les femmes y sont majoritaires ces derniers temps et les deux grandes saisons qui rythmaient l’année, le “vide-sanitaire” et la “période des récoltes” n’a quasiment plus lieu d’être avec les nouvelles implantations de lampes à réchauffement permanent (qui leur donne un air “électro” vue de loin !).

Serre à lumière pulsée depuis la RN12, à hauteur de Guipavas / NM

Contrairement aux bonnes intentions énoncées par les ingénieurs- concepteurs des services Recherche & Développement, les outils (de technologie avancée ou non : du simple sécateur au bipper de pointage) ne desservent pas souvent les gestes dangereux, exécutés plusieurs fois, à l’identique, par jour. La majorité des dernières innovations ont pour but de contrôler les salariés plus que de ne les aider. Il convient donc d’analyser, au plus près, cette technicité qui enferme les individus, les terrorise, au point de les faire taire et souffrir en silence.

Dysfonctionnement des Bipper / NM

L’image de l’employé (ex-ouvrier), ainsi nommé administrativement, en 2018 :

            « Il ne s’agit pas de penser », « ne pense plus ! » : ces paroles sont inlassablement ressassées par les chefs d’équipe des serres, dès que le rythme de travail ralentit. Difficile pourtant de ne pas voir jaillir d’autres pensées plus personnelles face à un “non-pensé”  exigé. Le but : accomplir une gestuelle technique mécanisée, donc performante. Quantité doit rimer avec qualité ici, sous peine de ne pas faire l’affaire et d’être  renvoyé, dès la première semaine ! Atteindre ce stade permet l’acceptation au sein du lot des salariés permanents (tailleurs essentiellement), surclassés, surestimés même : le “déclic” (ou phase où tu atteins leur rapidité d’exécution recherchée), comme le nomme les chefs de culture, ne se passe pas si facilement que sa musicalité terminologique le laisserait entendre ! Des bizutages sont insidieusement mis en place (chariots de seconde-main donnés aux nouveaux arrivants par exemple), « rituels contemporains », comme le souligne Martine Segalen dans son ouvrage, ou « actes d’institutions », d’après Pierre Bourdieu4. Ils se veulent avant tout sources d’acceptation au sein de ceux qui l’ont vécu pareillement et, de différentiation par rapport aux autres : ceux d’en bas, les “saisonniers-récolteurs” (que les tailleurs doivent soutenir si le nombre d’employés vient à manquer) : limites floues et, pourtant, limites sociales qui marquent les clans (ceux qui les ont subi de ceux qui ne le subiront jamais) et permettent, peut-être, d’éviter les transgressions.

Un regard à la croisée des non-dits, de l’invisibilité subie :

Les observer, objectiver et nommer (enfin !) devient alors crucial d’un point de vue ethnologique : en effet, il en va de la santé, de la vie même des ouvriers, en danger permanent dans cet univers fort mécanisé. Les lieux, espaces géographiques où les salariés évoluent (sans possibilité de progresser professionnellement s’ils ne sont pas originaires d’ici ! Dixit une employée dotée de huit années d’ancienneté : “je vais te raconter une bonne blague : le père de nos pères ici, le patron, est breton”), sont loin des normes réglementaires de construction, pour les serres les plus anciennes. Les ouvriers peuvent y laisser une partie charnelle de leur corps : les tomates révèlent parfois ce triste goût du sang et mettent en péril les individus5. Par ailleurs, ce milieu dit végétal, est en fait totalement artificiellement pensé et conçu : les bergeronnettes arrivent à s’y glisser par les soupiraux des toits, mais sont rapidement traqués en leur nid, et disparaissent. Aucun nuisible ne doit échapper aux contrôles sanitaires des chefs.

Pourtant, une donne leur a totalement échappé en 2018, année de grandes variations climatiques où la neige est tombée à deux reprises dans la région. Dans ces milieux artificiels, surchauffés, dans les « serres-laborantines », moins sophistiquées, une mini-tornade s’est créée juste au niveau de la serre A, si bien que les vitres du côté Nord Est ont volé en éclat! Cet événement, anormalement grave, a eu lieu dans la nuit, en l’absence des employés. Personne n’a pourtant fait marche arrière le lendemain : chacun a même mis main à la pâte pour aider au déblaiement des bris de verre. Jusques où l’ouvrier se mettra-t-il en danger ? 
Et comment peut-il l’accepter  ?      

Commençons par le début : l’accueil

            A un vocabulaire spécifique, les salariés des pays de l’Est, majoritaires pour les travaux les plus rudes et annualisés, répondent par un « je ne comprends pas », rusé ! Ici, l’accueil se fait rapidement, sans formation théorique préalable. L’apprentissage théorique de chacune des tâches se fait progressivement au contact de l’Autre, l’Ancien, mais en pratique immédiatement,  si bien que les nouvelles recrues se voient parachuter dans les serres-usines pour la saison du vide-sanitaire. Le« dimorphisme saisonnier maussien »6 existe ici aussi : de septembre à décembre, les serres sont vidées après étêtage des plants pour faire place nette à une nouvelle saison de jeunes plants hyper-résistants (même s’ils ne poussent pas encore seuls !) car greffés. Quatre mois d’activité physique intense s’annoncent, même si les horaires sont plus relâchés : la fatigue ouvrière générale, due au passage à l’heure d’hiver, à la fin des récoltes, au manque de luminosité, est contrebalancée par un semblant de liberté sur des horaires plus souples, des absences plus admises, des paroles autres   échangées avec les chefs.

Une certaine forme de proximité, « d’entre-soi » plus intimiste de par le nombre allégé de salariés se met en place. A la fin de la “saison des récoltes”, les équipes de récolteurs, venues en soutien en période d’accroissement d’activité (de février à août), repartent. Alors ne reste que les “anciens ” ou tailleurs en contrat saisonnier.

Jamais le temps ne s’arrête pour les permanents. Fidèles à leur poste, ils répondent présents pour donner de leurs savoir-faire et savoir-être. Ils ne sont pas là de passage ; ils viennent en famille parfois, avec les plus vaillants de leurs enfants et ont laissé les aïeuls au pays. Ils y retournent au moins une fois par an, quand ils peuvent poser des vacances car un des écueils de ces contrats saisonniers est qu’ils n’induisent aucun congé payé. Quelle formation est prodiguée aux nouveaux arrivants ? Eux sont recrutés immédiatement pour éviter toutes formations : ils vont de serres en serres à travers toute l’Europe. Ils savent déjà : “comment c’est ailleurs”, leurs droits, leurs devoirs d’ouvriers. Ils travaillent la terre depuis toujours, leurs aïeuls leur ont transmis les gestes, les bons, face au vivant. Ils ont beaucoup de connaissances du monde agricole. Alors, à quelles fins les dirigeants œuvrent-ils, avec si peu de considération, envers leur main-d’œuvre ? Rendre son personnel malade, absent, morose, fuyant contribue-t-il au bien-être des plants ? La “tomate-culte” devient-elle plus humaine que ces femmes (toujours plus nombreuses d’ailleurs) et hommes qui en prennent soin ?

Map Mind oct/2018 / NM

Comment l’ouvrier serriste peut et doit tolérer le poids des contraintes de travail qui mettent sa vie en jeu ? Il sait que ses employeurs sont tenus par des lois issues du Code du Travail. Nul ne s’oppose à ce climat aux multiples frontières qui encerclent les ouvriers de façon concentrique, les enferment de plus en plus, tout en les rendant à la fois surhumains par ces gestes quotidiens et répétitifs et, sous humains, au regard des plants dont ils se portent garants plus que n’importe quel autre chose, voire même personne qui les entoure.

  1. Sadin E., « L’humanité augmentée. L’administration numérique du monde
.», In Sciences Humaines N° 250, no 7 (16 juillet 2013): 25‑25.1 []
  2. Benguigui, Y. Mémoires d’immigrés l’héritage maghrébin 1 – 2 – 3. https://www.youtube.com/watch?v=mXbmjmO5rX8- Consulté le 26 novembre  2 []
  3. Sautron, M., « Les images olfactives et gustatives du discours poétique des anciens Mexicains ». Caravelle. Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien81, no 1 (2003):29‑47 https://doi.org/10.3406/carav.2003.1438.3 []
  4. Segalen M., “Rites et Rituels contemporains“, Paris, Armand Colin, 2e éd., 2009-2013 & Bourdieu, P. « Les rites comme actes d’institution. »In Persée. Consulté le 26 novembre 2018. https://www.persee.fr/doc/arss_0335322_1982_num_43_1_2159.https://www.youtube.com/watch?v=mXbmjmO5rX83 []
  5. Gaude, L.,« Des tomates au goût de sang ». Consulté le 26 novembre 2018.https://le1hebdo.fr/journal/numero/221/des-tomates-au-got-de-sang-3025.html# []
  6. Mauss M., Beuchat H. (coll.), « Essai sur les variations saisonnières des sociétés eskimo. Etude de morphologie sociale. », in L’Année Sociologique, T.IX, 1904-1905. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
nmadrigal (28 novembre 2018). De la déshumanisation des ouvriers serristes à l’anthropomorphisme des plants de tomates : une immersion sur deux années saisonnières en Iroise. Master civilisations, cultures et sociétés. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/r9oo


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search