Jeanne de Penthièvre et Jeanne de Flandre: entre faits historiques et histoire romancée

Michelle PERROT, historienne spécialiste de l’histoire des femmes, écrivait en 2001 au sujet de l’histoire et du récit historique:  »L’histoire publique du pouvoir, des guerres, des conquêtes, des « hommes illustres » sont d’abord ses objets. Elle laisse dans l’ombre les dominés, notamment les femmes, dont on ne retient que l’exception ou le surgissement. Voilà l’objet de l’histoire chez les Grecs, les Romains, dans les chroniques médiévales ou chez les annalistes royaux. (…) Ainsi, dans le récit historique, les femmes demeurent invisibles. »1 . L’histoire de la guerre de Succession de Bretagne ne déroge pas à ce fait. Les chroniques du Moyen Âge se contentent d’évoquer les femmes qui se distinguent par leur bravoure ou une certaine forme d’entêtement qui leur valent l’honneur d’être citées et retenues par l’Histoire. Toutefois, il est parfois difficile de démêler le fait réel, historique, de la fiction dans les chroniques médiévales. Aujourd’hui encore, les femmes qui se sont démarquées durant la guerre civile de Bretagne font l’objet d’ouvrages romancés où se mêlent mythe et réalité.


Jeanne de Penthièvre : celle qui voulait gouverner le duché de Bretagne

Parmi les personnalités féminines qui se démarquent durant la guerre de Succession de Bretagne, Jeanne de Penthièvre est celle dont l’image a le moins marqué l’attention des hommes qui écrivent l’histoire, car elle ne s’est pas faite remarquée par de hauts faits d’armes, mais par sa force de volonté et son entêtement à vouloir gérer, seule ou avec son mari, le duché de Bretagne.

Lorsque Jean III, duc de Bretagne, meurt en 1341, deux prétendants réclament la couronne ducale : il s’agit de Jean de Montfort, demi-frère de Jean III,et Jeanne de Penthièvre, nièce du défunt duc. Elle argue du droit de représentation pour justifier sa possible accession à la tête du duché, prenant ainsi le rang de son père Gui, mort en 1331. Mais Jeanne est une femme, et Jean III a un héritier mâle en la personne de Jean de Montfort, ce qui complique son obtention de la couronne ducale. Puisque les barons et les ecclésiastiques bretons ne parviennent pas à se mettre d’accord quant à celui qui de droit est le mieux placé pour réclamer cette couronne, les arguments des deux partis étant jugés équivalents et tout aussi convaincants, la question est tranchée par Philippe VI, roi de France, et le Parlement de Paris le 7 septembre 1341, par l’Arrêt de Conflans2 .

La loi salique appliquée en France et par extension dans le duché, pairie de France depuis 1297, rejette la possibilité pour les femmes d’accéder à la succession. Selon Arthur de La Borderie, ce refus s’explique en parti par le fait qu’il est reconnu à l’époque qu’une femme ne peut avoir les mêmes capacités militaires qu’un homme. Malgré cela, le roi de France reconnait Jeanne de Penthièvre comme légitime héritière et par elle, son mari Charles de Blois, neveu de Philippe VI, devient duc de Bretagne.

Jusqu’en 1347, il est peu fait mention des actions de Jeanne de Penthièvre. Ce n’est qu’avec la défaite de l’armée de Charles de Blois à La Roche-Derrien le 20 juin 1347, et la capture de ce dernier par l’Anglais Sir Thomas Dagworth que le rôle de Jeanne dans ce conflit se fait plus clair.

En effet, son mari retenu prisonnier, c’est à elle que revient l’obligation de gérer le duché qu’elle a tant souhaité diriger. Si Philippe VI nomme plusieurs gouverneurs pour lui venir en aide durant cette période, afin qu’ils s’occupent du duché à la place de Charles de Blois, la duchesse ne laisse personne surpasser son pouvoir de décision, qu’il s’agisse de trouver un accord quant à la libération de son mari ou de gérer les affaires ordinaires du duché3 .

Cependant, sans chef des armées et après la disparition d’un nombre important de nobles bretons lors de la bataille de La Roche-Derrien, Jeanne n’a plus de force militaire et de moyens suffisants pour suivre activement le conflit. Ce sont donc les armées envoyées par le roi de France qui s’en chargent, tandis que la duchesse continue de gérer l’organisation de quelques villes, dont leur défense et les questions financières les concernant. Mais les échecs de l’armée française et la disparition de la quasi-totalité des aristocrates bretons encore présents dans le camp des Penthièvres forcent les partisans de ce dernier à cesser les combats, bien que ce ne soit pas de manière définitive. La principale préoccupation de Jeanne est donc de faire délivrer son mari,toujours retenu en Angleterre. Ce qui se produit le 9 août 1356, avec la signature à Londres par Edouard III d’Angleterre et Charles de Blois d’un traité déclarant sa libération contre rançon4 .

Dès le retour de Charles de Blois à la tête du duché, le rôle de Jeanne dans la gestion de celui-ci se fait plus modeste, bien qu’elle ne soit pas pour autant mise de côté.

Sous l’influence des rois d’Angleterre et de France, ayant signé le traité de Brétigny le 8 mai 1360, il est demandé aux deux partis belligérants de trouver un accord pour mettre fin à la guerre de Succession5 . Mais Jeanne de Penthièvre refuse catégoriquement d’abandonner le moindre de ses droits ou de laisser aux mains de son adversaire, le fils de Jean de Montfort, ne serait-ce qu’une parcelle de son duché. N’ayant de droits sur la Bretagne que par son mariage avec Jeanne, Charles de Blois ne peut accepter les propositions faites par le parti de Montfort sans l’accord de sa femme. Le même problème se pose en juillet 1363 aux Landes d’Evran : Jeanne refuse encore de signer l’accord préparé entre Charles de Blois et Jean de Montfort6

C’est le 29 septembre 1364, à la bataille d’Auray, que le conflit prend fin avec la mort de Charles de Blois au combat. Ayant perdu le soutien des nobles bretons, morts ou otages des Anglo-Bretons, et poussée par le roi de France Charles V et le pape Urbain V à négocier une paix durable, Jeanne de Penthièvre accepte la signature du traité de Guérande le 12 avril 1365, mettant ainsi fin à la guerre de Succession de Bretagne. Il faut toutefois noter que jusqu’à la fin de sa vie, en 1381, Jeanne se bat pour ses droits vis-à-vis du duché et l’indépendance de celui-ci face à la France7 .

Jeanne de Flandre : celle qui avait « cœur d’homme et de lion »8

L’histoire de Jeanne de Penthièvre est moins romancée avec le temps, probablement car elle est plus documentée par des actes produits et conservés, mais aussi car la duchesse ne s’est pas démarquée par un acte militaire, contrairement à la femme de son adversaire, Jeanne de Flandre.

Les Chroniques de Jean Froissart9 donnent à la femme de Jean de Montfort une personnalité plus passionnée, plus guerrière qu’elles ne le font de Jeanne de Penthièvre, et cette image est restée, appliquée encore aujourd’hui dans l’histoire romancée de Bretagne. Dans le tome 5 de la bande dessinée Breizh ;Histoire de Bretagne, intitulé La Guerre des deux Jeanne 10  , après une brève apparition de Jeanne de Penthièvre, Jeanne de Flandre se présente au lecteur, tentant de convaincre son mari du bien fondé de sa cause, ou en armure, couverte d’hermines bretonnes, prête à défendre la ville d’Hennebont. Car c’est cet événement particulier qui fait de Jeanne de Flandre un personnage féminin que les chroniqueurs du Moyen Âge, les romanciers et les historiens qui écrivent depuis l’histoire bretonne estiment digne d’intérêt et donc de figurer plus longuement dans leurs écrits. C’est aussi par cet évènement qu’elle obtient le surnom de Jeanne la Flamme, donné par la suite par les chroniqueurs et historiens. 11 .

Jeanne de Flandre en armure dans la bande dessinée Breizh; Histoire de la Bretagne, tome 5, « La Guerre des deux Jeanne »12 .


Pourtant, nous connaissons peu de choses au sujet de cette femme que nous puissions avérer comme étant vraies. Les sources la concernant entre 1329, date de son mariage avec Jean de Montfort, et la mort du duc Jean III en avril 1341 sont quasi inexistantes. Il en va de même dès 1343, où elle quitte la Bretagne avec ses enfants pour se réfugier en Angleterre après la mort de son mari.

Selon Arthur de La Borderie, dès le début du conflit en 1341, Jeanne de Flandre conseille son mari quant aux manœuvres à mettre en place pour mettre la main sur le duché, et c’est ainsi que Jean de Montfort se rend à Nantes en mai 1341, où il se fait proclamer duc, événement rapporté par Froissart. En novembre de cette même année, après la prise de Nantes par Charles de Blois et l’armée française, Jeanne est celle autour de qui se regroupent les partisans montfortistes : alors que son mari est emprisonné, elle présente son fils Jean, encore enfant, et appelle au maintient du conflit contre Charles de Blois et sa femme.

‘Ladite dame et comtesse ainsi ala par toutes ses bonnes villes et menoit son jone fils avecques elle, et les sermonnoit et reconfortoit en tele manière que dessus, et renforçoit les garnisons de gens et de tout ce qu’il leur falloit. Et paioit et donnoit largement partout.’

– Jean Froissart, Chroniques

Jeanne de Flandre part ensuite pour Hennebont, lieu où se déroule en juin 1342 le siège qui lui donne l’occasion de se faire un nom.

En effet, retranchée derrière les murs de la ville, elle demande de l’aide au roi d’Angleterre, Edouard III : son mari emprisonné, il lui faut obtenir de quoi poursuivre les combats. D’autant plus que face à elle, le roi de France Philippe VI a envoyé son armée en Bretagne, commandée par Charles de Blois, qui après avoir reprit Rennes en mai 1342, vient assiéger Hennebont. Jeanne de Flandre exhorte ses troupes à la résistance, encourage la population de la ville à se défendre contre l’armée du roi de France, gagnant du temps13 .

L’évènement marquant du récit de Froissart, qui donne à Jeanne de Flandre son surnom de Jeanne la Flamme, a lieu début juin 1342 : profitant d’une attaque de l’armée française contre les murs d’Hennebont, elle contourne la ville avec 300 soldats pour aller incendier le camp adverse, avant de partir en direction d’Auray, poursuivie mais jamais rattrapée par le lieutenant de Charles de Blois, Louis d’Espagne14 . Elle réussit, toujours selon Froissart, à revenir à Hennebont avec 800 hommes, mais la résistance face au siège entamé par les Blésistes s’affaiblit, et sans aide de la part des Anglais, Jeanne s’attend à devoir capituler et à laisser ses adversaires entrer dans la ville. Mais ces derniers accostent finalement et libèrent Jeanne de Flandre et la population d’Hennebont de l’oppression de l’armée de Louis d’Espagne, qui abandonne le siège pour rejoindre Auray, occupée par Charles de Blois.

Siège de Hennebont (1342), BnF, ms. français 2663, fol. 87v, Chroniques, Jean FROISSART, vers 1414-1418

Le traité de Malestroit signé par Edouard III et Philippe VI le 19 janvier 1343 oblige l’armée anglaise à quitter la Bretagne, et les deux camps bretons à trouver un accord. Le roi d’Angleterre, qui s’est déplacé en Bretagne en octobre 1342, repart à Londres en emmenant avec lui Jeanne de Flandre et ses enfants, qui s’établissent à Exeter. Sans argent et sans troupes, Jeanne laisse au roi d’Angleterre la charge de gérer les territoires qui appartiennent à la famille de Montfort15 .

Libéré le 1er septembre 1343, Jean de Montfort ne peut quitter la France et voit son parti faiblir, le roi de France ayant par ailleurs condamné à mort certains de ses partisans les plus éminents, à l’image d’Olivier de Clisson. De son côté, Jeanne de Flandre s’établit en Angleterre par ordre royal, et ne rentre pas en Bretagne auprès de son mari, remis en prison en mars 1347. Dans Le Libvre du bon Jehan, chronique écrite entre octobre 1381 et début 1385 par Guillaume de Saint-André à la demande du fils de Jeanne de Flandre, devenu Jean IV duc de Bretagne en 1364, Jean de Montfort parvient à s’échapper de prison, déguisé en marchand, et s’enfuit en Angleterre où il reçoit l’aide d’Edouard III16 . En juin 1345, il retourne en Bretagne pour poursuivre la guerre, mais meurt à Hennebont le 16 septembre 1345. Edouard III d’Angleterre obtient ainsi les pleins pouvoirs sur la Bretagne, en attendant que le fils de Jean de Montfort et Jeanne de Flandre soit en âge de prendre la relève.

Durant tout ce temps, il est peu fait mention de Jeanne de Flandre, qui disparait peu à peu des sources, mais dont les chroniqueurs du Moyen Âge semblent s’accorder à dire que la femme du prétendant au trône ducal aurait sombré dans la folie. Aucune source ne l’atteste. Elle reçoit en 1360 la visite de son fils Jean, désormais majeur et engagé dans le conflit contre Jeanne de Penthièvre et Charles de Blois, et son nom est mentionné pour la dernière fois le 14 février 137417 .

Conclusion

Contrairement à l’histoire de Jeanne de Penthièvre, documentée et au caractère plus administratif que militaire, la vie de Jeanne de Flandre a eu pour les chroniqueurs, les romanciers et les historiens plus d’attrait, notamment en raison de sa volonté de maintenir le conflit actif en l’absence de son mari, en enjoignant les soldats, les partisans et les populations à y prendre part, à adhérer à leur cause. Aujourd’hui, elle est un personnage emblématique de la Guerre de Succession de Bretagne, représentée en combattante et en femme dévouée. Ce même schéma est appliquée à la vie de Jeanne de Belleville, dont le mari, Olivier de Clisson, est condamné à mort par le roi de France Philippe VI,et exécuté à Paris. Jeanne de Belleville, dans un esprit de vengeance, part en Angleterre avec ses enfants et finance des navires afin de mettre à mal la marine française. Son histoire a elle aussi été romancée, et Jeanne de Belleville a désormais la réputation de s’être lancée dans la piraterie afin de venger son défunt mari. Ces vies de femmes d’exception sont bien différentes de celles de Jeanne de Penthièvre, souvent délaissée par les historiens.

  1. PERROT, Michelle, « Chapitre 11. Faire l’histoire des femmes: bilan d’une expérience », dans LAUFER Jacqueline, MARRY Catherine et MARUANI Margaret (dir.), Masculin-Féminin: questions pour les sciences sociales de l’homme, Presses Universitaires de France, « Sciences sociales et sociétés », 2001, 2e édition, p.229-244 []
  2. LA BORDERIE, Arthur de, Histoire de Bretagne, tome 3, J. Plihon et L. Hommay, Rennes, 1898-1914 []
  3. JONES, Michael, Recueil des actes de Charles de Blois et Jeanne de Penthièvre, duc et duchesse de Bretagne (1341-1364), nouvelle édition [en ligne], Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 1996 []
  4. ibid. []
  5. COSNEAU, Eugène, Les grands traités de la guerre de Cent ans, Paris, Picard, 1889 []
  6. LA BORDERIE, Arthur de, Histoire de Bretagne, tome 3, J. Plihon et L. Hommay, Rennes, 1898-1914 []
  7. GRAHAM-GOERING, Erika, Negotiating princely power in late medieval France: Jeanne de Penthièvre, duchess of Brittany (c.1325-1384), Phd, University of York, Avril 2016 []
  8. FROISSART, Jean, Chroniques, publiées pour la Société de l’histoire de France par Siméon Luce, 1869-1892 []
  9. ibid. []
  10. JARRY, JIGOUREL, LEMERCIER, SEURE-LE BIHAN, Breizh, Histoire de la Bretagne, tome 5 « La Guerre des deux Jeanne », éditions Soleil, mars 2018 []
  11. LA BORDERIE, Arthur de, Histoire de Bretagne, tome 3, J. Plihon et L. Hommay, Rennes, 1898-1914 []
  12. JARRY, JIGOUREL, LEMERCIER, SEURE-LE BIHAN, BreizhHistoire de la Bretagne, tome 5 « La Guerre des deux Jeanne », éditions Soleil, mars 2018 []
  13. LA BORDERIE, Arthur de, Histoire de Bretagne, tome 3, J. Plihon et L. Hommay, Rennes, 1898-1914 []
  14. ibid. []
  15. ibid. []
  16. Guillaume de Saint-André, Chronique de l’Etat breton, texte établi, traduit, présenté et annoté par Jean-Michel CAUNEAU et Dominique PHILIPPE []
  17. LA BORDERIE, Arthur de, Histoire de Bretagne, tome 3, J. Plihon et L. Hommay, Rennes, 1898-1914 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.